A la Une

Le vaccin Covid-19 de Pfizer est confirmé pour causer des lésions cérébrales et des maladies neurodégénératives

Image: Covid-19 vaccine from Pfizer confirmed to cause brain damage, neurodegenerative disease

Un nouveau rapport a révélé que l’injection de coronavirus de Wuhan [et/ou Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et alliésMIRASTNEWS] [de la Coronavirus Desease 2019 (Covid-19)] de Pfizer et BioNTech provoque des troubles neurologiques à long terme comme la maladie d’Alzheimer et de Lou Gehrig.

Publié dans la revue Microbiology & Infectious Diseases, l’article révèle que le vaccin Pfizer a le potentiel d’induire des maladies à base de prions, qui, selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), sont des maladies neurodégénératives qui endommagent le cerveau.

«Les vaccins SARS-CoV-2 actuels basés sur l’ARN ont été approuvés aux États-Unis à l’aide d’une ordonnance d’urgence sans tests de sécurité à long terme», révèle le rapport, faisant référence à la technologie de l’ARN messager (ARNm) dans les vaccins qui n’a jamais été administrée auparavant aux humains.

Il s’avère que la technologie de l’ARNm modifie définitivement l’ADN humain, transformant ce qui était autrefois un être humain en un être humain hybride ressemblant à une chimère.

Les protéines génétiquement modifiées (OGM) de Pfizer utilisées dans le virus chinois [et/ou américain, français, britannique et alliésMIRASTNEWS] s’intègrent dans le génome humain où elles restent en permanence. Il n’y a pas de retour en arrière une fois que vous avez été piqué, en d’autres termes.  

Ceci est confirmé par la National Library of Medicine, en passant, qui a déterminé que l’impact de l’ARNm est irréversible. Ainsi, toute personne qui reçoit une injection expérimentale d’ARNm est un cobaye humain qui prend un risque énorme pour sa santé.

«La séquence d’ARN du vaccin ainsi que l’interaction cible de la protéine de pointe ont été analysées pour déterminer le potentiel de conversion des protéines de liaison à l’ARN intracellulaire TAR DNA binding protein (TDP-43) et fusionné dans le sarcome (FUS) en leurs conformations de prions pathologiques», rapport poursuit en expliquant.

Soit dit en passant, la TDP-43 est la protéine responsable de la démence, de la SLA et de la maladie d’Alzheimer. De même, la protéine FUS est liée à la SLA et aux tremblements essentiels héréditaires, selon la base de données du génome humain.

Avez-vous été vacciné contre Covid-19? Si tel est le cas, attendez-vous à développer une démence

Le but de l’expérience était de voir si ces deux protéines nocives s’intègrent ou non dans l’ADN humain, ce que fait la technologie de l’ARNm. Il a constaté que le composant d’ARNm de Pfizer «a des séquences spécifiques qui peuvent induire le TDP-43 et le FUS à se replier dans leurs confirmations de prions pathologiques».  

En d’autres termes, le jab a le potentiel d’absorber des protéines dangereuses et pathogènes dans l’ADN humain. Cet écrivain suppose qu’il en va de même pour le vaccin Moderna pour le virus chinois [et/ou américain, français, britannique et alliésMIRASTNEWS], qui utilise la même technologie d’ARNm.

«La découverte ci-jointe ainsi que les risques potentiels supplémentaires amènent l’auteur à croire que l’approbation réglementaire des vaccins à base d’ARN pour le SRAS-CoV-2 était prématurée et que le vaccin pourrait causer beaucoup plus de tort que d’avantages», conclut le rapport. 

«Le vaccin pourrait être une arme biologique et encore plus dangereux que l’infection d’origine.» 

National File aurait contacté le CDC pour savoir pourquoi et comment le vaccin à ARNm de Pfizer et BioNTech avait été approuvé, malgré ces preuves montrant que la technologie est dangereuse. Le CDC n’a pas émis de réponse.

«Pourquoi les gens prennent-ils des vaccins alors que toutes les maladies peuvent survivre avec suffisamment de vitamines C et D?» a demandé un intervenant du National File, soulignant à juste titre qu’une nutrition agressive est toujours le moyen le plus optimal de se maintenir en bonne santé et sans maladie.

«Je prends mon cocktail de C, D et de zinc tous les jours», a répondu un autre, auquel un autre a ajouté: «J’inclus également du magnésium, du K2 et du bore (traces).»

D’autres ont également parlé de ce qu’ils prennent, notamment de la vitamine E, des multivitamines alimentaires et de la quercétine. Cet auteur tient également à noter que le thé vert contient un constituant appelé gallate d’épigallocatéchine (EGCG) dont il a été scientifiquement prouvé qu’il protège contre les infections virales.

Vous trouverez plus d’informations sur les dommages permanents à la santé causés par les injections de coronavirus de Wuhan [et/ou Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et alliésMIRASTNEWS] [de la Coronavirus Desease 2019 (Covid-19)] sur ChemicalViolence.com.

Les sources de cet article incluent:

NationalFile.com

SciVisionPub.com

NaturalNews.com

NaturalNews.com

Ethan Huff

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Facebook supprime un groupe de 120 000 membres dans lequel des personnes ont publié des histoires de réactions indésirables aux vaccins présumées

Image: Facebook deletes 120,000-member group where people posted stories of alleged adverse vaccine reactions

Facebook a supprimé un groupe populaire en croissance rapide où les membres publieraient des histoires sur les effets secondaires négatifs présumés du vaccin COVID-19.

(Article de Tom Parker republié sur ReclaimTheNet.org)

Le groupe «VICTIMES ET FAMILLES DU VACCIN COVID-19» comptait plus de 120 000 adeptes lorsqu’il a été fermé et gagnait plus de 10 000 adeptes par semaine.

La fermeture de la page fait suite à l’introduction par Facebook d’une interdiction d’un large éventail d’allégations concernant le vaccin contre le coronavirus en février. La liste des allégations interdites comprend des allégations selon lesquelles les vaccins provoquent des caillots sanguins et affirme que le vaccin contre le coronavirus modifie l’ADN des gens (ce que même le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a déclaré au personnel de Facebook lors d’une réunion interne en juillet 2020).

Non seulement Facebook restreint un large éventail d’allégations liées aux vaccins, mais il ajoute également des étiquettes à tous les articles sur les vaccins contre les coronavirus. Ces étiquettes indiquent que les vaccins sont sûrs et dirigent les utilisateurs vers des sources que Facebook a jugées «faisant autorité» telles que l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les actions de Facebook sont similaires à celles d’autres plates-formes Big Tech qui ont également réprimé les conversations liées aux vaccins au cours des derniers mois. YouTube interdit les vidéos qui vont à l’encontre du «consensus» de l’OMS sur les vaccins contre les coronavirus et ajoute des panneaux d’information à certaines vidéos qui dirigent les téléspectateurs vers l’OMS et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Twitter interdit également les publications «trompeuses et nuisibles» sur les vaccins.

Les politiciens ont activement encouragé cette répression Big Tech contre le scepticisme vis-à-vis des vaccins. Il y a quelques jours, les démocrates ont poussé Facebook et Twitter à «s’adresser» à 12 éminents sceptiques en matière de vaccins. Les procureurs généraux des États ont également demandé à Facebook et Twitter de tuer le scepticisme vis-à-vis des vaccins au début du mois.

Ces mesures répressives contre les conversations sceptiques sur les vaccins surviennent au milieu des pressions massives des gouvernements mondiaux pour introduire des passeports de vaccins numériques qui obligent les gens à prouver leur statut de vaccination ou de test à entrer dans les locaux commerciaux.

En savoir plus sur: ReclaimTheNet.org

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Le vaccin Pfizer peut provoquer une inflammation du cœur chez les personnes de moins de 30 ans, selon une étude qui a fait l’objet d’une fuite

Past research suggests mRNA vaccines can cause same symptoms as COVID.

Le Defender subit la censure sur de nombreux canaux sociaux. Soyez sûr de rester en contact avec les nouvelles qui comptent en vous abonnant à nos meilleures nouvelles du jour. C’est gratuit.

Des informations divulguées dans un rapport du ministère israélien de la Santé ont soulevé des inquiétudes parmi les experts quant à un lien possible entre le vaccin COVID-19 Pfizer-BioNTech et la myocardite, selon le Times of Israel et d’autres organes de presse.

Le rapport préliminaire d’un comité chargé de surveiller les effets secondaires des vaccins a révélé 62 cas de myocardite, dont deux décès, chez des personnes ayant reçu le vaccin Pfizer. Cinquante-six des cas sont survenus après la deuxième dose du vaccin et 55 cas sont survenus chez des hommes – la plupart entre 18 et 30 ans.

Les deux patients décédés étaient apparemment en bonne santé jusqu’à ce qu’ils reçoivent le vaccin et ne présentaient aucune affection préexistante. L’une était une femme de 22 ans, l’autre était un homme de 35 ans. Le rapport note que 5 millions de personnes en Israël ont été vaccinées contre la COVID.

La myocardite, ou inflammation du muscle cardiaque, peut entraîner une arythmie cardiaque et la mort.

Demandez au Congrès d’enquêter sur les origines de la COVID – Passez à l’action

Le coordinateur de la réponse à la pandémie d’Israël, Nachman Ash, a confirmé que «des dizaines d’incidents» de myocardite se sont produits chez des personnes vaccinées, principalement après la deuxième dose, mais a souligné que le ministère de la Santé n’avait pas encore tiré de conclusions. 

Il serait difficile de déterminer un lien, a déclaré Ash, car la myocardite, une maladie qui disparaît souvent sans complications, peut être causée par une variété de virus, et un nombre similaire de cas a été signalé les années précédentes, a rapporté Reuters.

Cependant, selon des chercheurs de l’Organisation nationale pour les maladies rares, la myocardite peut résulter d’infections, mais «le plus souvent, la myocardite est le résultat de la réaction immunitaire du corps aux lésions cardiaques initiales.»

Des chercheurs israéliens ont présenté leurs résultats au directeur général du ministère israélien de la Santé, Pfizer, aux Centers for Disease Control and Prevention et à la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

Interrogé par Reuters sur l’examen, Pfizer a déclaré qu’il était en contact régulier avec le ministère israélien de la Santé pour examiner les données sur son vaccin et qu’il était au courant des observations israéliennes de myocardite survenant principalement chez les jeunes hommes.

«Les événements indésirables sont régulièrement et minutieusement examinés et nous n’avons pas observé de taux de myocardite plus élevé que ce à quoi on pourrait s’attendre dans la population générale», a déclaré la société. «Un lien de causalité avec le vaccin n’a pas été établi. Il n’y a actuellement aucune preuve permettant de conclure que la myocardite est un risque associé à l’utilisation du vaccin COVID-19 Pfizer / BNT.»

Pfizer a déclaré qu’il n’avait pas détecté de résultats similaires dans le reste du monde, mais qu’il examinerait plus en profondeur le phénomène.

Cependant, une recherche sur «myocardite» dans le système de notification des événements indésirables liés aux vaccins du CDC a révélé 62 cas de myocardite, dont 70% chez des personnes âgées de 17 à 44 ans. Parmi les cas signalés, 23 ont été signalés après le vaccin Pfizer. 

Les chercheurs qui ont mené l’étude israélienne ont souligné qu’une enquête plus approfondie était nécessaire pour confirmer un lien entre la myocardite et le vaccin, mais ont ajouté qu’ils avaient des préoccupations importantes. Ils ont écrit:

«À ce stade, selon les résultats préliminaires, qui doivent être corroborés davantage, on a l’impression d’un nombre plus élevé que prévu, en particulier pour les âges jusqu’à 30 ans. Un rapport plus avancé sur le sujet sera bientôt préparé.»

«L’impression est qu’il y a une augmentation de l’incidence du phénomène, en particulier chez les jeunes hommes, à l’échelle de 1: 20 000 après la vaccination. Il est probable que l’apparition de la myocardite soit associée à la réception du vaccin (en particulier la deuxième dose).»

Les experts du ministère de la Santé examinent le rapport et rendront les résultats publics. Cependant, dans une interview, Ash a déclaré que les avantages du vaccin sont si grands que « même si nous trouvons un lien entre certains des cas et le vaccin, il ne sera pas justifié de prendre des mesures concernant le vaccin. »

Des recherches antérieures suggèrent que les vaccins à ARNm peuvent provoquer les mêmes symptômes que la COVID

Selon Lyn Redwood, infirmière autorisée, MSN et présidente émérite de Children’s Health Defence, «Il n’est pas surprenant que nous assistions à la même réponse immunitaire résultant de la myocardite due à la protéine de pointe des vaccins que celle que nous observons dans l’infection réelle.»

Redwood a expliqué que les vaccins à ARNm agissent en incorporant le schéma génétique de la protéine de pointe clé à la surface du virus dans une formule qui, lorsqu’elle est injectée à l’homme, demande à nos propres cellules de fabriquer la protéine de pointe.

«Le problème avec cette approche est que la protéine de pointe seule – que les vaccins à ARNm demandent au corps de fabriquer – a été impliquée comme une cause clé de blessures cardiaques et de décès chez les personnes atteintes de COVID-19», a déclaré Redwood.

Selon Redwood, sur la base des recherches menées à ce jour, il est très probable que certains receveurs des vaccins à ARNm de protéine de pointe connaîtront les mêmes symptômes et blessures associés au virus.  

Comme The Defender l’a rapporté le 10 février, le Dr J.Patrick Whelan, M.D., Ph.D a cherché à alerter la FDA sur le potentiel des vaccins COVID à causer des blessures. Plus précisément, Whelan craignait que la technologie du vaccin à ARNm utilisée par Pfizer et Moderna ait «le potentiel de provoquer des lésions microvasculaires (inflammation et petits caillots sanguins appelés microthrombi) au cerveau, au cœur, le foie et les reins d’une manière qui n’a pas été évaluée dans les essais d’innocuité.»

Bien que Whelan n’ait pas contesté le potentiel des vaccins à arrêter rapidement la propagation du virus (en supposant que les vaccins s’avèrent effectivement empêcher la transmission – également non évalué dans les essais cliniques), il a averti que «ce serait bien pire si des centaines de millions de les gens devaient souffrir de dommages durables, voire permanents, à leur cerveau ou à leur microvascularisation cardiaque en raison de ne pas apprécier à court terme un effet involontaire des vaccins à base de protéines de pointe sur toute la longueur sur d’autres organes. 

En octobre 2020, les médecins ont averti que la recherche a démontré que le virus SRAS-CoV-2 pourrait avoir un impact sur plusieurs organes du corps, y compris le cœur, et que près d’un quart des personnes hospitalisées pour COVID souffrent de lésions myocardiques, telles que des arythmies ou une maladie thromboembolique.

Le Dr Hyung Chun, cardiologue à Yale, a suggéré que les cellules endothéliales qui tapissent les vaisseaux sanguins libèrent potentiellement des cytokines inflammatoires qui aggravent encore la réponse inflammatoire du corps et conduisent à la formation de caillots sanguins. Chun a déclaré: «L’endothélium« enflammé »contribue probablement non seulement à l’aggravation du résultat de la COVID-19, mais est également considéré comme un facteur important contribuant au risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.»

Dans une étude prospective qui a suivi 100 patients qui se sont rétablis du COVID, les chercheurs ont constaté une implication du cœur sur les IRM chez 78% des patients et une inflammation du myocarde en cours dans 60%. Ces résultats étaient indépendants de la gravité de l’infection, de l’évolution générale de la maladie et du temps écoulé depuis le diagnostic initial.

En octobre 2020, les chercheurs ont examiné plus en détail le cœur après la mort de la COVID-19 et ont découvert que «les dommages cardiaques étaient courants, mais plus dus à la coagulation qu’à l’inflammation» et que «les microthrombi (petits caillots de taches) étaient fréquents».

«Nous ne nous attendions pas à cela», a déclaré le co-auteur de l’étude, le Dr Renu Virmani, du CVPath Institute de Gaithersburg, Maryland. «Il semble peu probable que l’invasion virale directe du cœur joue un rôle majeur dans la nécrose myocardique et les microthrombies.»

Une étude ultérieure publiée en janvier a confirmé les découvertes de microthrombi entraînant une nécrose myocytaire, signe d’un infarctus du myocarde récent (crise cardiaque), chez 40 personnes décédées d’une infection à la COVID – les études ont également identifié les microthrombies comme une cause majeure de lésion cardiaque.

Les cliniciens du monde entier ont vu des preuves suggérant que le virus pouvait provoquer une inflammation cardiaque, une maladie rénale aiguë, un dysfonctionnement neurologique, des caillots sanguins, des lésions intestinales et des problèmes hépatiques.

Megan Redshaw

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Tap News

Six infirmières s’expriment – Les dernières [VIDÉOS]

Rédacteur ER: Ce sont quatre des meilleures vidéos d’infirmières (au Royaume-Uni en l’occurrence) parlant de la nature descendante, corrompue, CRIMINELLE et hautement contraire à l’éthique de ce qui s’est passé dans les hôpitaux au cours de l’année écoulée. Des témoignages sont également donnés sur les vaccins et leurs effets: le manque de connaissances du personnel médical sur la nature des vaccins qu’ils prennent ELLES-MÊMES est assez incroyable (1ère vidéo). Ces infirmières ont dû faire leurs propres recherches sur ce que sont les vaccins et les tests PCR. Les hôpitaux ont cessé d’administrer le panel grippal lorsque des patients entrent avec une infection respiratoire inconnue. Au moins trois de ces infirmières ont quitté; deux d’entre eux envisagent de se présenter aux élections.

«À mon avis, c’est un essai clinique illégal»

La première vidéo est une infirmière anonyme qui donne 15 minutes de témoignage puissant à l’équipe de UK Column pendant la toute première partie de la vidéo. Trois infirmières s’expriment dans la deuxième vidéo de l’émission The Sons of Liberty: Kirstie Miller, Lisa Brackenridge et Mandy. La troisième vidéo est une interview approfondie de David Scott de UK Column avec Lisa Brackenridge.

La dernière vidéo avec Charlie Ward est une interview de la semaine dernière avec le Dr Kevin Corbett et Kate Shemirani.

Normalement, nous fournirions un résumé des points, mais les sujets abordés ici sont nombreux et variés.

«Les infirmières sont devenues des agents de l’État»

«On nous apprend à suivre le récit, mais le récit n’a pas de sens»

********

LIEN DE LA COLONNE DU Royaume-Uni

Sons of Liberty parle à Kirstie Miller, Lisa Brackenridge et Mandy

https://www.bitchute.com/embed/ZhzQMyDjxuzW/

«Il n’est pas vendu au public en tant qu’essai clinique, mais c’est ce que c’est»

«Pourquoi vaccinons-nous les personnes immunisées?»

«Pourquoi ne faisons-nous pas de tests d’immunité?»

Lien alternatif BITCHUTE – Lisa Brackenridge avec David Scott

Kate Shemirani et le Dr Kevin Corbett avec Charlie Ward

https://www.bitchute.com/embed/ZT9usk4BiD42/

************

Publié sur The Liberty Beacon depuis l’EuropeReloaded.com

https://www.thelibertybeacon.com/six-nurses-speak-out-the-latest-videos/

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Tap News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :