A la Une

EXPLOSIF: l’armée chinoise a planifié le développement et le déploiement d’armes biologiques en aérosol pour «provoquer l’effondrement du système médical de l’ennemi»

Image: BOMBSHELL: Chinese military planned aerosolized bioweapon development and deployment to “cause the enemy’s medical system to collapse”

Au cours de l’enquête sur les origines du SRAS-CoV-2, le département d’État américain a obtenu un document de 263 pages révélant la véritable intention de hauts responsables chinois de la santé publique et de scientifiques de haut niveau de l’Armée de libération du peuple chinois (APL). Ce document a été vérifié et confirmé par des spécialistes en criminalistique numérique qui ont travaillé pour les gouvernements américain, australien et canadien.

Cinq ans avant l’émergence de la pandémie à Wuhan, les scientifiques militaires chinois se préparaient à une troisième guerre mondiale et communiquaient des stratégies sur la façon d’affaiblir leurs adversaires en utilisant des armes biologiques lyophilisées et aérosolisées. Dans les documents, l’APL discute ouvertement de l’utilisation d’une arme biologique qui «pourrait entraîner l’effondrement du système médical de l’ennemi». Ils ont discuté de la façon dont une arme biologique réussie pourrait transformer les hôpitaux en champs de bataille, provoquant une vague d’hospitalisations et alourdissant les systèmes médicaux au point de s’effondrer.

Les monstres derrière le bioterrorisme, l’expérimentation médicale et les violations des droits humains doivent être traqués et jugés

Les documents sont rédigés par dix experts chinois de la défense hautement qualifiés, affiliés à l’Université de médecine de l’armée de l’air à Xi’an, sous le commandement de l’APL. Les documents sont intitulés «L’origine non naturelle du SRAS et de nouvelles espèces de virus artificiels en tant qu’armes biologiques génétiques». Les documents montrent clairement que la Chine est engagée dans une guerre biologique avancée. «Suite aux développements dans d’autres domaines scientifiques, il y a eu des progrès majeurs dans la distribution d’agents biologiques», indiquent les documents. Plus révélateur encore, les documents discutent des nouvelles technologies de lyophilisation des micro-organismes pour «permettre de stocker des agents biologiques et de les aérosoliser lors d’attaques». 

Les documents révèlent même le meilleur moment pour libérer une arme biologique: «Les attaques par armes biologiques sont mieux menées à l’aube, au crépuscule, la nuit ou par temps nuageux car la lumière intense du soleil peut endommager les agents pathogènes», déclare-t-il. «Les agents biologiques devraient être libérés par temps sec. La pluie ou la neige peuvent provoquer la précipitation des particules d’aérosol. Une direction du vent stable est souhaitable pour que l’aérosol puisse flotter dans la zone cible.»

Au début de la pandémie, l’OMS pensait que le SRAS-CoV-2 proliférait par propagation asymptomatique. Cette hypothèse était extravagante, trop prudente et ne coïncidait pas avec la science de la charge virale. Cette propagande militaire chinoise a conduit à des verrouillages et à paralyser les moyens de subsistance, les systèmes éducatifs et les économies des gens. Après que la «propagation asymptomatique» ait été plus tard démystifiée par l’OMS et des scientifiques du monde entier, beaucoup se demandaient encore combien de personnes dans le monde souffraient soudainement d’une grave tempête de cytokines à l’intérieur de leur corps. Une arme biologique qui peut être lyophilisée et aérosolisée pour cibler les systèmes médicaux peut être déployée furtivement dans les hôpitaux et dans les maisons de retraite du monde entier, où résident les systèmes immunitaires les plus faibles. C’est là que presque tous les décès se produisent. Le monde est-il attaqué par une arme biologique en aérosol, qui se propage dans le ciel?

La population mondiale, y compris le peuple chinois, doit être libérée de ces monstres du bioterrorisme, de la recherche sur les armes biologiques et de l’expérimentation médicale mortelle sur les populations humaines. Les combattants de la liberté du monde entier doivent se lever et faire face à la perversité qui cherche à contrôler, induire en erreur et frauder les systèmes médicaux, mettant ainsi la vie des gens en danger. Les tests de diagnostic frauduleux font partie de la bio-terreur, trompant les autorités médicales car les gens sont emprisonnés, isolés et dépouillés de leur dignité et de leurs droits humains fondamentaux.

La propagande chinoise est bien vivante dans les médias occidentaux, car les connaissances sur les traitements viables ne sont pas communiquées, les protocoles de thérapie immunitaire naturelle sont inscrits sur la liste noire. La tromperie asymptomatique sous-tend toutes les motivations pour enfermer les gens et restreindre l’interaction humaine, couvrant le vrai problème à portée de main: l’arme biologique est conçue pour être aérosolisée n’importe où, n’importe quand pour cibler les nations concurrentes, exploiter les plus vulnérables et détruire les systèmes hospitaliers. Pour aggraver les choses, la recherche sur le gain de fonction des coronavirus se poursuit à Wuhan à ce jour, l’argent des contribuables américains ouvrant la voie à de futures vagues de bioterrorisme et d’expérimentation médicale. De nombreux actifs du PCC opèrent aux États-Unis et comprennent le Dr Anthony Fauci et le Dr Peter Daszak.

Peter Daszak, un atout du PCC qui a induit le monde en erreur pour dissimuler la piste du bio-terrorisme

La recherche sur les armes biologiques a été contrecarrée aux États-Unis en 2014, après l’interdiction de la recherche hautement contraire à l’éthique sur le gain de fonction des coronavirus. Mais sous la direction d’Anthony Fauci, l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) a poursuivi la recherche grâce à des subventions attribuées à Peter Daszak à l’Eco Health Alliance de New York.

Après avoir reçu des subventions des NIH d’une valeur de 3,7 millions de dollars en 2014, Eco Health Alliance a commencé à canaliser les paiements vers les scientifiques du PCC travaillant à Wuhan. Le premier versement de 666 442 $ a été reçu par le PCC en juin 2014. Le projet portait le nom de code «Comprendre le risque d’émergence du coronavirus de la chauve-souris». En mai 2019, Eco Health avait câblé six versements aux scientifiques du PCC, chaque paiement valant plus d’un demi-million de dollars. Daszak a rencontré à plusieurs reprises Shi Zhengli de l’Institut de virologie de Wuhan, qui a mené des recherches sur le gain de fonction en collaboration avec des universités américaines pendant des années.  

Il n’est pas surprenant que Daszak ait obtenu le statut d’enquêteur dans le cadre de «l’enquête» de l’Organisation mondiale de la santé sur les origines du SRAS-CoV-2. Début 2020, l’OMS a rapidement conclu que le SRAS-CoV-2 était d’origine naturelle; toute affirmation par ailleurs a été radiée comme «théorie du complot». Suivant les traces de la Chine communiste, les entreprises américaines de grande technologie se sont entendues avec l’OMS et ont nettoyé toute information sur l’origine des armes biologiques du SRAS-CoV-2, même si la libération aurait pu être accidentelle à Wuhan et intentionnelle dans d’autres espaces aériens autour du monde. Il n’est pas surprenant que ce «consensus mondial» sur les origines du covid-19 ait été rédigé par le Dr Peter Daszak lui-même, l’homme qui a canalisé de l’argent vers le PCC pour fabriquer des coronavirus. 

Le 19 février 2020, un groupe de virologues a écrit au Lancet, appelant les gouvernements du monde entier à soutenir le PCC: «Nous sommes unis pour condamner fermement les théories du complot suggérant que la COVID-19 n’a pas d’origine naturelle.» La lettre déclarait qu’il n’y avait «aucun conflit d’intérêts», mais il s’est avéré que la lettre avait été organisée et rédigée par Peter Daszak. Il a essayé d’assurer le monde des faits qu’il n’a jamais pu vérifier. Il existe au moins trois tactiques de laboratoire connues pour l’ingénierie de virus qui ne laissent aucune trace de preuve. Le passage en série est le transfert répété de virus d’une culture de cellules à une autre. D’autres méthodes sournoises incluent l’approche «no-see-um» ou «transparente» qui dissimule toute preuve que le virus a été manipulé. 

Comment la théorie de la libération accidentelle d’armes biologiques pourrait-elle être si facilement rejetée sous le nom de «complot»? Pire encore, Daszak a fait ces affirmations générales avant que quiconque puisse être sûr de ce qui s’est réellement passé ou pourrait continuer à se produire. Maintenant, il est prouvé que les hospitalisations et les décès qui ont lieu dans le monde sont le résultat d’une planification et d’une exécution minutieuses par des scientifiques militaires chinois, dont l’intention d’exploiter le système immunitaire humain et de nuire aux systèmes médicaux est maintenant connue. Daszak est complice d’essayer de dissimuler ces crimes contre l’humanité, et sa collaboration avec le PCC, est à tout le moins, un conflit d’intérêts qui devrait à jamais l’empêcher d’avoir une quelconque autorité en la matière. Tous les monstres, actifs et collaborateurs derrière le bioterrorisme continu, les violations des droits de l’homme et l’expérimentation médicale doivent être traqués et jugés pour crimes de guerre.

Les sources comprennent:

ZeroHedge.com

NaturalNews.com

NaturalNews.com

NaturalNews.com

USRTK.org

ZeroHedge.com

Lance D Johnson      

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

La plupart des laboratoires du monde qui mettent au point des vaccins auto-réplicatifs «militarisés» sont situés aux États-Unis.

Image: Most of the world’s laboratories developing self-replicating “weaponized” vaccines are located in the United States

Il est maintenant de notoriété publique que les injections de coronavirus de Wuhan [et/ou Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et alliésMIRASTNEWS] [de la Coronavirus Desease (maladie) 2019 (Covid-19)] sont plus que probablement auto-répliquées, ce qui signifie qu’elles se propagent comme un virus des vaccinés aux non vaccinés. Il s’avère que la plupart des laboratoires où ces injections sont effectuées sont également situés aux États-Unis, et beaucoup d’entre eux sont financés par nul autre que l’eugéniste milliardaire Bill Gates.

Même si les armes biologiques de ce type sont interdites depuis près de 50 ans en vertu de la Convention sur les armes biologiques, Gates n’a jamais rencontré d’opportunité de génocide de masse qui ne lui plaisait pas. En conséquence, Gates a largement financé le développement d’injections mortelles comme celles créées pour le virus chinois [et/ou américain, français, britannique et alliésMIRASTNEWS] qui sont capables de propager leurs poisons même aux non-injectés.

Un domaine restreint mais en croissance, une recherche sur les vaccins auto-propagés est actuellement menée dans une dizaine d’institutions différentes. Quelques-uns sont situés en Europe et en Australie, mais la majeure partie se trouve ici même dans le bon «vieux pays du libre», où les sociétés multinationales et leurs opérations de financement «philanthropiques» sont libres de faire ce qu’elles veulent sans restriction.

Le gouvernement fédéral finance également des technologies de vaccins auto-réplicatifs par le biais d’agences-écrans telles que la National Science Foundation (NSF), les National Institutes of Health (NIH) et le Department of Health and Human Services (HHS). La Fondation Bill & Melinda Gates est, bien entendu, également un bailleur de fonds majeur.

Plus récemment, la Defense Advanced Research Projects Agency, connue sous le nom de DARPA, a également sauté à bord. La DARPA, comme vous vous en souvenez peut-être, est la même entité gouvernementale qui, en 2018, a été dénoncée pour avoir tenté de développer des armes robotiques de la taille d’un insecte avec lesquelles tuer des gens.

La DARPA est généralement reconnue parmi les observateurs avertis comme étant le bras de recherche et développement de l’armée américaine. Il est impliqué dans toutes sortes de projets dystopiques qui impliquent la mort de masse, le totalitarisme et la guerre sans fin. 

Un projet de la DARPA, appelé Prediction of Spillover Potential and Interventional En Masse Animal Vaccination to Preventing Emerging Pathogen Threats in Current and Future of US Military Operation, consiste à «créer le premier prototype au monde d’un vaccin auto-disséminé conçu pour induire un niveau élevé de immunité du troupeau (protection au niveau de la population sauvage) contre le virus de Lassa… et Ebola.»

Le but déclaré de cette opération sombre est censé vacciner les «animaux sauvages» sans avoir à leur injecter des produits chimiques mortels. Le véritable objectif, cependant, est de vacciner en masse les humains, dont beaucoup ne veulent absolument rien avoir à voir avec la «médecine» gouvernementale forcée.

«L’investissement militaire dans l’innovation biologique à des fins défensives ou protectrices est autorisé en vertu de la Convention sur les armes biologiques, mais il peut encore envoyer les mauvais signaux», rapporte The Bulletin, mettant en garde contre les implications de cette course aux armements chimiques.  

«Cela pourrait amener les pays à douter les uns des autres des intentions des autres et conduire à des investissements inégalés dans la recherche potentiellement risquée, y compris dans les vaccins auto-propagateurs. Le résultat d’une recherche qui a mal tourné ou de la guerre biologique pourrait être catastrophique pour la santé et l’environnement.»

Alors que les «scientifiques» appellent à la tyrannie contre les anti-vaxxers, à qui pensez-vous que les vaccins auto-propagateurs sont destinés?

Avec l’escalade des discussions sur la «menace» des anti-vaxxers et des personnes qui sont «hésitantes» aux vaccins, il ne faut pas un spécialiste des fusées pour comprendre où tout cela va. L’objectif évident est d’utiliser des vaccins auto-propagateurs pour diffuser de force, bien que sans détection, le contenu du vaccin à des personnes qui, autrement, ne retrousseraient jamais leurs manches.

Aucune mesure manipulatrice d’Anthony Fauci, Donald Trump ou Bill Gates ne convaincra jamais ce segment de la société de permettre volontairement aux scientifiques fous de vaccins de reprogrammer définitivement leur ADN, donc la DARPA, en utilisant l’argent des contribuables, a trouvé une approche différente. 

Considérez ce que le «pédiatre» financé par Gates, Peter Hotez, a suggéré dans un article qu’il avait récemment publié dans la revue Nature. Il expose clairement le plan pour contraindre et terroriser le vaccin «hésitant» à se faire injecter, ou bien. 

«Les efforts doivent s’étendre dans le domaine de la cybersécurité, de l’application de la loi, de l’éducation du public et des relations internationales», écrit Hotez. «Un groupe de travail interinstitutions de haut niveau faisant rapport au secrétaire général de l’ONU pourrait évaluer le plein impact de l’agression anti-vaccinale et proposer des mesures rigoureuses et équilibrées.» 

«Le groupe de travail devrait comprendre des experts qui se sont attaqués à des menaces mondiales complexes telles que le terrorisme, les cyberattaques et l’armement nucléaire, car l’anti-science approche désormais des niveaux de péril similaires. Il devient de plus en plus clair que la promotion de la vaccination nécessite une contre-offensive.» 

En d’autres termes, vous et votre famille devriez être vaccinés sous la menace d’une arme, selon Hotez, que certaines personnes emmènent en fait avec leurs enfants pour des «soins médicaux». Si cela ne fonctionne pas, alors peut-être est-il temps d’augmenter la mise d’une autre manière en activant la «fonction» d’auto-propagation des vaccins que les vaccinés ont déjà reçus afin de leur faire diffuser le contenu du vaccin à leurs amis et membres de leur famille.

Tout ce qu’il faut pour s’assurer que chaque dernier corps humain sur terre – à l’exception de «l’élite», bien sûr – soit «vacciné» est désormais sur la table. Et vous pensiez que tout cela visait à « sauver des vies? » 

«Déjà, les vaccins se transforment en un breuvage de sorcière avec des centaines de milliers de morts non signalées par les médias mainstream», a écrit un commentateur du Bulletin.

«Vous devez creuser pour trouver les informations dissimulées, mais elles sont là-bas. La vie est une chute de merde; vous n’avez pas besoin de merde supplémentaire de la part de Big Pharma.» 

Pour vous tenir au courant des dernières nouvelles sur les plans du gouvernement pour un génocide de masse sous prétexte de lutter contre le coronavirus [SRAS-CoV-2] de Wuhan [et/ou Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et alliésMIRASTNEWS] [de la Coronavirus Desease (maladie) 2019 (Covid-19)] assurez-vous de consulter ChemicalViolence.com.

Les sources de cet article incluent:

TheBulletin.org

NaturalNews.com

Nature.com

Ethan Huff        

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Une femme de 35 ans meurt d’une hémorragie cérébrale quelques jours après avoir reçu le vaccin COVID: des milliers de personnes sont mortes jusqu’à présent, mais l’administrateur de Biden continue de pousser les injections mortelles

Image: Woman, 35, dies from brain bleed days after getting COVID vaccine: Thousands have died so far but Biden admin continues to push the deadly injections

Une femme de 35 ans du Michigan est devenue l’une des dernières à être décédée après avoir pris l’un des trois vaccins COVID-19 approuvés, celui-ci fabriqué par Johnson & Johnson, selon un rapport local.

Anne VanGeest est décédée le 19 avril à Grand Rapids après avoir subi une hémorragie cérébrale sous-arachnoïdienne, a rapporté FOX 17.

«C’est avec une profonde tristesse que nous partageons la nouvelle du décès d’Anne à la suite de complications après avoir reçu le vaccin COVID-19 Johnson & Johnson. Anne (Annie), âgée de 35 ans, était une mère, une épouse, une sœur et une fille aimantes», a déclaré sa famille dans un communiqué.

«Membre active de la communauté de sauvetage des animaux, Annie restera dans les mémoires comme une ardente avocate, une maîtresse multitâche et une amie attentionnée par ses collègues, ses collègues bénévoles et sa famille. Nous demandons la vie privée de sa famille alors qu’elle pleure le décès d’Annie et célèbre sa vie», a ajouté la famille.

Les Centers for Disease Control and Prevention ont confirmé dans un e-mail adressé à la famille VanGeest que le décès d’Anne avait été signalé par un fournisseur de soins de santé via le Vaccine Adverse Event Reporting System, ou VAERS. VAERS est un système de rapports géré par le CDC et la Food and Drug Administration fédérale, ou FDA.

«VAERS accepte les rapports d’effets secondaires possibles (également appelés« événements indésirables ») après la vaccination. Le système n’est pas conçu pour déterminer si un événement indésirable signalé a été causé par le vaccin, mais sert de système d’alerte précoce et aide les CDC et la FDA à identifier les domaines nécessitant une étude plus approfondie», a expliqué le CDC dans l’e-mail.

«Lorsque le VAERS reçoit des rapports de maladie grave ou de décès après la vaccination, le personnel du VAERS contacte l’hôpital où le patient a été traité pour obtenir les dossiers médicaux associés afin de mieux comprendre l’événement indésirable», ajoute le courriel.

Le décès de VanGeest est l’un des milliers – vous avez bien lu, des milliers – qui ont péri des suites du vaccin, selon un rapport détaillé cette semaine sur les décès dus au vaccin COVID rapportés par VAERS.

«Combien d’Américains sont morts après avoir pris les vaccins COVID? Pas des Américains qui ont été tués par le virus, c’est un nombre énorme, mais combien d’Américains sont morts après avoir reçu les vaccins conçus pour prévenir le virus? Connaissez-vous la réponse à cette question? Savez-vous quelque chose sur les inconvénients?» Carlson a déclaré au début de son monologue mercredi.   

Après avoir noté que les Américains avaient été soumis à une «énorme pression» par le gouvernement fédéral, la gauche démocrate et leurs alliés corporatifs pour se faire vacciner, il a largué cette bombe: environ 30 Américains meurent chaque jour d’un vaccin COVID, selon les données rapportées à VAERS. De plus, note Carlson, les reportages sur les décès par l’intermédiaire de cette agence sont historiquement et notoirement sous-estimés.   

«Chaque saison grippale, nous administrons des vaccins contre la grippe à plus de 160 millions d’Américains. Chaque année, un nombre relativement restreint de personnes semblent mourir après avoir reçu ces injections. Pour être précis, en 2019, ce nombre était de 203 personnes. L’année précédente, c’était 119. En 2017, 85 personnes au total sont mortes du vaccin contre la grippe», a déclaré Carlson.

«Chaque mort est tragique, mais dans l’ensemble, nous ne considérons pas ces chiffres comme disqualifiants. Nous continuons à nous faire vacciner contre la grippe et très peu de gens s’en plaignent. La question est donc de savoir comment ces chiffres se comparent au taux de mortalité des vaccins contre les coronavirus actuellement distribués à travers le pays? Cela vaut la peine de le savoir », a-t-il poursuivi, notant qu’il avait demandé à son personnel de recherche de vérifier les chiffres (rapportés).

«Voici la réponse, qui provient du même ensemble de chiffres gouvernementaux que nous venons d’énumérer: entre la fin décembre 2020 et le mois dernier, un total de 3362 personnes sont apparemment mortes après avoir reçu les vaccins COVID aux États-Unis. Trois mille trois cent soixante-deux – soit une moyenne de 30 personnes par jour», a-t-il déclaré. 

«Soit dit en passant, cette période de rapport s’est terminée le 23 avril. Nous n’avons pas de chiffres après cela, nous ne sommes pas tout à fait à jour. Mais nous pouvons supposer que 360 ​​autres personnes sont décédées dans les 12 jours qui ont suivi. Soit un total de 3 722 décès. Près de quatre mille personnes sont mortes après avoir reçu les vaccins COVID. Le nombre réel est presque certainement beaucoup plus élevé que cela – peut-être beaucoup plus élevé. « 

Vous voulez toujours recevoir ce vaccin?

Les sources comprennent:

Fox17Online.com

FoxNews.com

Pandemic.news

JD Heyes          

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :