A la Une

Voici pourquoi les essais de vaccins COVID-19 ne peuvent pas nous dire si les vaccins sauveront des vies + Pourquoi n’y a-t-il pas de registre en ligne pour signaler les effets indésirables des vaccins en Inde?

Aucun des essais actuels du vaccin COVID-19 n’est conçu pour détecter une réduction de tout résultat grave tel que les hospitalisations, l’utilisation de soins intensifs ou les décès. Voici pourquoi les essais de vaccins COVID-19 ne peuvent pas nous dire si les vaccins sauveront des vies.

Heres Why COVID-19 Vaccine Trials Cannot Tell Us If Vaccines Will Save Lives

Les vaccins sont salués comme la solution à la pandémie de Covid-19, mais les essais de vaccins ne sont pas conçus pour nous dire s’ils vont sauver des vies, rapporte Peter Doshi, rédacteur associé au BMJ (lire le rapport complet ci-dessous).  

Beaucoup peuvent supposer que des études de phase 3 réussies signifient que nous avons un moyen éprouvé d’empêcher les gens de tomber très malades et de mourir de la Covid-19. Et un moyen robuste d’interrompre la transmission virale. 

Pourtant, les essais de phase 3 ne sont pas vraiment mis en place pour prouver non plus, dit Doshi. 

«Aucun des essais actuellement en cours n’est conçu pour détecter une réduction de tout résultat grave tel que les hospitalisations, l’utilisation des soins intensifs ou les décès. Les vaccins ne sont pas non plus étudiés pour déterminer s’ils peuvent interrompre la transmission du virus», écrit-il. 

Il explique que tous les essais de phase 3 en cours pour lesquels des détails ont été publiés évaluent une maladie bénigne et non grave – et ils seront en mesure de rapporter les résultats finaux une fois qu’environ 150 participants auront développé des symptômes. 

Dans les essais de Pfizer et Moderna, par exemple, les personnes avec seulement une toux et un test de laboratoire positif rapprocheraient ces essais d’un événement de leur fin. 

Pourtant, Doshi fait valoir que les fabricants de vaccins n’ont pas fait grand-chose pour dissiper l’idée que la Covid-19 sévère était ce qui était évalué.   

Moderna, par exemple, a qualifié les hospitalisations de «critère secondaire clé» dans ses déclarations aux médias. Mais Tal Zaks, médecin-chef de Moderna, a déclaré au BMJ que leur essai manquait de puissance statistique suffisante pour évaluer ce point final. 

Une partie de la raison peut être due aux chiffres, dit Doshi. Étant donné que la plupart des personnes atteintes d’infections symptomatiques à la Covid-19 ne présentent que des symptômes bénins, même les essais portant sur 30 000 patients ou plus révéleraient relativement peu de cas de maladie grave.  

«Les hospitalisations et les décès dus au covid-19 sont tout simplement trop rares dans la population étudiée pour qu’un vaccin efficace démontre des différences statistiquement significatives dans un essai portant sur 30 000 personnes», ajoute-t-il. «La même chose est vraie quant à savoir si cela peut sauver des vies ou empêcher la transmission: les essais ne sont pas conçus pour le découvrir.» 

Zaks confirme que l’essai de Moderna ne démontrera pas la prévention de l’hospitalisation car la taille et la durée de l’essai devraient être considérablement augmentées pour collecter les données nécessaires. « Je pense que ni l’un ni l’autre ne sont acceptables dans le cadre du besoin public actuel de savoir rapidement qu’un vaccin fonctionne », a-t-il déclaré au BMJ. 

L’essai de Moderna est conçu pour savoir si le vaccin peut prévenir la maladie de la Covid-19, dit Zaks. Comme Pfizer et Johnson and Johnson, Moderna a conçu son étude pour détecter une réduction du risque relatif d’au moins 30% chez les participants développant une Covid-19 confirmé en laboratoire, conformément aux directives de la FDA et des directives internationales.   

Zaks évoque également les vaccins antigrippaux, affirmant qu’ils protègent mieux contre les maladies graves que contre les maladies bénignes. «Pour Moderna, il en va de même pour la Covid-19: s’il est démontré que leur vaccin réduit la Covid-19 symptomatique, ils seront convaincus qu’il protège également contre des conséquences graves», écrit Doshi.  

Mais Doshi soulève une autre question importante – que peu ou peut-être aucun des essais de vaccins actuels semblent être conçus pour déterminer s’il y a un avantage chez les personnes âgées, malgré leur vulnérabilité évidente à la Covid-19. 

Si les personnes âgées fragiles ne sont pas enrôlées dans des essais vaccinaux en nombre suffisant pour déterminer s’il y a une réduction des cas dans cette population, «il ne peut y avoir aucune base pour supposer un bénéfice contre l’hospitalisation ou la mortalité», prévient-il.

Doshi dit que nous avons encore le temps de plaider pour des changements afin de garantir que les essais en cours répondent aux questions auxquelles il faut le plus répondre. 

Par exemple, pourquoi les enfants, les personnes immunodéprimées et les femmes enceintes ont été largement exclus; si le bon critère d’évaluation principal a été choisi; si la sécurité est correctement évaluée; et si les lacunes dans notre compréhension de la façon dont notre système immunitaire répond à la Covid-19 sont en train d’être comblées. 

«Les essais du vaccin Covid-19 n’ont peut-être pas été conçus avec notre contribution, mais il n’est pas trop tard pour avoir notre mot à dire et ajuster leur cours. Avec des enjeux aussi élevés, nous avons besoin de tous les yeux rivés sur le pont», soutient-il. 

Pendant ce temps, il a été récemment révélé lors de l’audience du comité du Sénat du Texas que les essais de vaccin COVID-19 chez les animaux avaient été arrêtés parce qu’ils continuaient de mourir

Lisez le rapport de Peter Doshi, rédacteur en chef adjoint au BMJ ci-dessous.

Traduction : MIRASTNEWS

Traduction : GreatGameIndia

Pourquoi n’y a-t-il pas de registre en ligne pour signaler les effets indésirables des vaccins en Inde?

Why Is There No Online Registry To Report Vaccine Adverse Effects In India?

Le gouvernement indien annonce sa politique de contenir la COVID-19 comme la plus grande campagne de vaccination au monde. Cependant, il garde les données sur les événements indésirables et les décès après la vaccination un top secret. De plus, il n’y a pas de registre en ligne pour signaler les décès ou les effets indésirables après la vaccination en Inde.

Why Is There No Online Registry To Report Vaccine Adverse Effects In India?

Le gouvernement indien a publié lundi son «avis» décrivant les signes de reconnaissance des événements indésirables consécutifs à la vaccination (MAPI) survenus «dans les 20 jours» et ordonne de le signaler aux centres de vaccination. 

Cet avis a été publié 4 mois après que l’Inde a commencé sa campagne nationale de vaccination contre la pandémie de COVID-19. Des questions sont soulevées quant à la raison pour laquelle cet avis n’a pas été publié avant le début des essais de vaccination. 

Le gouvernement a également partagé des données partielles et admis de «minuscules cas» de coagulation survenus après les injections de Covershield. Mais le gouvernement n’a divulgué aucun chiffre sur les décès.  

Les données et l’avis de MAPI sont arrivés un jour après le rapport du Dialogue sur le silence du gouvernement sur les décès post-vaccination.

Pendant ce temps, un ancien membre du Groupe consultatif technique national sur l’immunisation a déposé une requête devant la Cour suprême de l’Inde pour rendre publiques les données des essais cliniques et les données sur les événements indésirables post-vaccination qui sont gardées secrètes par le gouvernement. 

La pétition indique que dans d’autres pays, ce type d’observation a permis d’identifier l’apparition de caillots sanguins et d’accidents vasculaires cérébraux chez les vaccinés

Les médecins indiens estiment que l’avis est incomplet et peu clair et qu’il ne sert à rien. D’autres pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni avaient mis en place un mécanisme en ligne complet et robuste qui fait défaut en Inde. 

Le Dr Jaiprakash Pednekar, un médecin senior, a déclaré au Dialogue: «Il est trop peu trop tard. Ils auraient dû le publier en janvier même lorsque la campagne nationale de vaccination a commencé. Plusieurs cas de coagulation sont survenus après la vaccination et le gouvernement et les fabricants de vaccins le savent tous deux. Ils sont restés non signalés. 

Alors que le ministère de la Santé et du Bien-être familial (MoHFW) a demandé à signaler les événements indésirables dans les 20 jours après avoir reçu le vaccin, les experts pensent que 20 jours ne sont pas suffisants pour déterminer les MAPI. 

«Cela devrait être prolongé, l’idée de rapporter devrait être trop inclusive pour ne rien manquer. Le blé peut être séparé de l’ivraie plus tard», explique le Dr Harish Shetty. 

«Il n’y a pas de limite de temps pour signaler de tels cas au Royaume-Uni. Nous avons un système en ligne, qui est une extension d’un système préexistant pour capturer les effets secondaires des médicaments», explique le Dr Aviral Vatsa, médecin associé au NHS-Scotland. 

Le Dr Lalit Anande, directeur médical de l’hôpital TB de Mumbai, déclare: 

«Le gouvernement doit suivre les receveurs au moins deux ans après la vaccination, car tous les vaccins ont obtenu une approbation« d’utilisation d’urgence». Chaque MAPI doit être documentée et discutée conformément aux règles de tout essai clinique. Ne pas les documenter signifie se moquer du système MAPI.» 

Le Dr Anande souligne que l’autopsie de chaque décès post-vaccination doit être effectuée.     

«Vous ne pouvez pas simplement dire que cette personne est décédée après la vaccination en raison de ses comorbidités sans même avoir fait une autopsie. C’est d’autant plus important que tous les vaccins approuvés en Inde ont été développés en mode accéléré et n’ont reçu qu’une «autorisation d’utilisation d’urgence».» 

Selon le MoHFW, les MAPI doivent être signalées «de préférence» au centre où le vaccin a été administré. Mais les experts pensent que ce n’est pas faisable. Ces établissements de santé manquent d’infrastructures ou d’installations pour gérer les cas graves après la vaccination. 

L’UE (EMA) et les États-Unis (VAERS) ont des plates-formes de registre en ligne pour signaler de tels cas. Ces plateformes encouragent les médecins et les patients à enregistrer les effets secondaires du vaccin en ligne. Il n’existe pas de registre de ce type en ligne pour signaler les décès ou les effets indésirables après la vaccination en Inde. 

«Le gouvernement devrait mettre en place une ligne d’assistance nationale pour signaler les événements indésirables et un mécanisme de suivi», déclare le Dr Able Lawrence, professeur d’immunologie clinique.

Un portail ou une ligne d’assistance sera une meilleure option que de signaler les effets indésirables dans les centres de vaccination, a-t-il ajouté.

En l’absence d’un tel mécanisme, l’Inde est maintenant confrontée à une épidémie de champignons noirs dans l’état du Rajasthan

Ce n’est qu’un an et demi plus tard que le chef de la santé indien a présenté des points de presse quotidiens avertissant que le champignon noir est causé par l’utilisation de stéroïdes lors d’une infection à Covid-19

Si nous avions eu un système de notification robuste, cette mutation aurait pu être empêchée dans cette voie de devenir une épidémie. 

Sentant le besoin urgent d’un tel mécanisme, notre équipe de GreatGameIndia travaille actuellement sur un registre citoyen des événements indésirables consécutifs à la vaccination (RAEFV)

Ceux qui souhaitent nous soutenir et se porter volontaires dans notre initiative sont invités à nous contacter.

Traduction : MIRASTNEWS

Traduction : GreatGameIndia

LE VACCIN DE L’ÉTAT PROFOND propage des particules de protéines de pointe dans des actes de terrorisme pour perpétuer la plandémie

Image: The VACCINE DEEP STATE is spreading spike protein particles in acts of terrorism to perpetuate the plandemic

Rétrospectivement, cela semble maintenant évident: le virus est presque inoffensif, mais la protéine de pointe qu’il transporte est la «charge utile», et la protéine de pointe est extrêmement dangereuse. 

Pour déclencher la plandémie, le vaccin à l’Etat profond a probablement libéré des particules de protéines de pointe à New York. Et pour perpétuer la plandémie, ils ont mis des particules de protéines de pointe dans les vaccins – tous admis – et injectent maintenant aux gens des particules de protéines mortelles et armées qui provoquent des caillots sanguins et des décès.

L’industrie des vaccins a maintenant recours au bioterrorisme comme principal modèle commercial. 

Les «injections de rappel» à venir sont conçues pour maintenir la protéine de pointe en circulation, en s’assurant que les gens continuent de tomber malades afin que les sociétés de vaccins puissent tirer davantage de bénéfices de la maladie et de la peur. L’ensemble de leur modèle commercial nécessite désormais une injection répétée d’êtres humains avec des particules de protéines armées qui propagent la maladie et la mort. On dira que tous ceux qui meurent sont morts «de Covid», tandis que tous ceux qui vivent seront décrits comme ayant été «sauvés par le vaccin». 

Pourtant, le vaccin est la pandémie. Le vaccin contient la protéine de pointe, et ce fait est ouvertement admis même par le gouvernement du Connecticut, tous les fabricants de vaccins et les médias d’entreprise. Ils confirment tous que les vaccins contiennent la protéine de pointe:

(Voir l’image en taille réelle ci-dessous et ici.)

J’ai animé une heure de l’émission War Room hier, prenant le relais d’Owen Shroyer à InfoWars, et j’ai expliqué encore plus:  

https://www.brighteon.com/embed/6d073119-2fa7-47da-8c5a-668e9c831434

Les particules de protéines de pointe peuvent être chargées sur des drones et libérées au-dessus de n’importe quelle ville d’Amérique 

Nous savons déjà que les fabricants de Big Pharma picorent les particules de protéines. Ils doivent les fabriquer pour les insérer dans les vaccins, évidemment, ils ont donc un processus pour synthétiser en masse les particules de protéines de pointe. 

Ces mêmes particules toxiques pourraient facilement être chargées sur des drones et libérées au-dessus de n’importe quelle ville sous forme d’aérosol. Ils pourraient également être déversés dans l’approvisionnement en eau, pulvérisés sur les cultures vivrières ou libérés dans des environnements intérieurs encombrés tels que les métros, les gares ou les théâtres. 

Chaque personne touchée par la protéine de pointe serait diagnostiquée comme «positive» pour la Covid, via des tests PCR, et les médias peuvent l’utiliser pour crier hystériquement pour plus de vaccins, de verrouillages et de masques. Cela signifie que chaque fois que les contrôleurs veulent verrouiller la société et exterminer plus de personnes avec un vaccin, ils doivent simplement libérer plus de particules de protéines de pointe dans la ville

Lorsque des personnes inconscientes se précipitent dans les pharmacies pour se faire vacciner, on leur injecte encore plus de protéines de pointe, qui se propagent ensuite à d’autres par transmission. 

Et lorsque les gens se font vacciner à l’ARNm, leur corps est transformé en usines de protéines de pointe. Tout cela est intentionnel, et c’est ouvertement admis par les fabricants de vaccins à ARNm. Ils se vantent de la façon dont leur technologie dirige votre corps pour fabriquer des protéines de pointe dans votre propre sang. C’est ainsi que le vaccin à ARNm «fonctionne», affirment-ils. 

Ainsi, l’industrie des vaccins a maintenant transformé les victimes humaines en usines d’armes biologiques ambulantes. 

Si vous ou moi avons libéré un seau de particules de protéines de pointe dans un stade de football, nous serions arrêtés et accusés de bioterrorisme. Mais lorsque l’industrie des vaccins détourne les cellules de votre corps et transforme tout votre corps en une usine d’armes biologiques à protéines de pointe, c’est ce qu’on appelle la «science» et non le bioterrorisme. 

Nous ne vivons pas à une époque où la «science» et la «médecine» fonctionnent littéralement comme des organisations bioterroristes, construisant et libérant des armes biologiques mortelles tout en les injectant même à des personnes sous couvert de «santé publique». C’est au-delà de la folie; c’est criminellement malveillant. Les personnes derrière cela (Gates, Fauci, etc.) doivent toutes être arrêtées, accusées de crimes contre l’humanité et soumises à des procès criminels à la manière de Nuremberg. 

Écoutez mon podcast de mise à jour de la situation pour plus de détails choquants: 

Brighteon.com/c7f1ad1f-0592-4af1-954a-486198f55c96

https://www.brighteon.com/embed/c7f1ad1f-0592-4af1-954a-486198f55c96

Découvrez un nouveau podcast chaque jour – ainsi que des interviews incroyables – sur Brighteon.com:

https://www.brighteon.com/channels/hrreport

Mike Adams     

Traduction : MIRASTNEWS

Traduction : Natural News

Des troupes militaires américaines sont déployées pour vacciner les Américains

Dans le comté de Dallas, des troupes militaires américaines en uniforme se sont déplacées pour vacciner les Américains dans les bars et les restaurants.

US Military Troops Are Being Deployed To Vaccinate Americans

La santé et les services sociaux du comté de Dallas ont organisé une campagne de collecte de vaccins contre la COVID-19 avec des soldats en uniforme de la Garde nationale de l’armée américaine circulant dans les bars et les restaurants avec des vaccins. 

Ils ont été aperçus en train de se promener dans Deep Ellum en essayant au hasard de vacciner des gens et des amateurs de bars qui n’avaient pas encore été vaccinés à Dallas.

Combien d’Américains sont morts après avoir pris le vaccin Covid? Selon les données officielles, entre fin décembre 2020 et le mois dernier, 3362 personnes au total seraient décédées après avoir reçu les vaccins COVID aux États-Unis. C’est une moyenne de 30 personnes par jour.

Traduction : MIRASTNEWS

Traduction : GreatGameIndia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :