A la Une

British Airways confirme que quatre pilotes vaccinés sont récemment décédés et n’affirme aucun lien avec les vaccins

Image: British Airways confirms four vaccinated pilots have recently died, claims no link to vaccines

Des rumeurs en ligne ont circulé au cours des derniers jours selon lesquelles quatre pilotes de British Airways sont décédés et que British Airways est en « discussion de crise » avec le gouvernement britannique au sujet de ces décès. En tentant de rejeter cette rumeur, Reuters a publié un article de vérification des faits qui confirme en fait la mort des quatre pilotes.

Via Reuters :

Le porte-parole a toutefois confirmé l’authenticité des quatre livres de condoléances, car quatre pilotes de la compagnie étaient récemment décédés. « Nos pensées vont à leur famille et à leurs amis », ont-ils déclaré, ajoutant qu’aucun des décès n’était lié aux vaccins.

British Airways, comme presque toutes les compagnies aériennes, pousse agressivement les vaccins à la fois pour ses employés (y compris les pilotes) et ses passagers. Plus tôt cette année, par exemple, British Airways a lancé son propre passeport vaccinal.

Selon Reuters, il n’y a pas de vérité dans l’affirmation selon laquelle British Airways est en « discussion de crise » avec le gouvernement britannique. Cependant, si de telles discussions de crise avaient lieu, elles seraient sans aucun doute classées comme un problème de sécurité nationale, de sorte que Reuters n’en serait de toute façon pas informé. Cela ne veut pas dire qu’ils ont lieu, mais si nous avons appris quelque chose au cours des 18 derniers mois, c’est que lorsque les médias d’entreprise contrôlés « démystifient » les choses liées à la Covid, cela signifie généralement que les affirmations sont vraies.

Diverses vidéos, dont la vidéo suivante publiée sur Brighteon.com, couvrent la rumeur selon laquelle de nombreux pilotes vaccinés de British Airways sont décédés et que British Airways est en « pourparlers de crise ». Notez que cette vidéo ne prétend pas que tout est confirmé, mais classe l’affirmation comme une « rumeur ».

https://www.brighteon.com/embed/68e83efd-43a8-45c7-90e7-c25114cd6909

La vidéo contient l’audio d’un Britannique inconnu expliquant que les pilotes de British Airways décédés étaient « en forme » et dans la « quarantaine ou la cinquantaine ».

Les vérificateurs des faits dans les médias d’entreprise ont été extraordinairement rapides à travailler pour démystifier ces affirmations comme fausses. Cependant, comme le demande cette vidéo : « Est-il normal que quatre pilotes d’une compagnie aérienne meurent en une semaine ? »

Encore une fois, il semble que les partisans du récit veulent que nous croyions tous qu’il ne s’agit que d’une autre « coïncidence Covid ».

Il y a certainement beaucoup de coïncidences ces derniers temps, en particulier chez ceux à qui on injecte des armes biologiques à protéines de pointe étiquetées «vaccins».

Notez que personne chez Reuters ou dans les médias n’ose vérifier la véritable affirmation selon laquelle les vaccins contiennent des protéines de pointe et que les protéines de pointe provoquent des caillots sanguins et des lésions vasculaires, car ces deux affirmations sont des faits confirmés qui ne peuvent être réfutés.

Mike Adams

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

La «vague» de la maladie vaccinale post-Covid se propage en Indonésie

Image: Post-covid vaccine illness “wave” spreads to Indonesia

Au moins 350 médecins et travailleurs médicaux en Indonésie sont tombés malades avec le coronavirus de Wuhan [et/ou Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et alliés – de la Maladie à Coronavirus de 2019 = Coronavirus Desease 2019 (Covid-19) – MIRASTNEWS] bien qu’ils aient déjà été « vaccinés ».

Selon les rapports, toutes les personnes touchées avaient reçu l’injection Sinovac pour le virus chinois [et/ou américain, français, britannique et alliésMIRASTNEWS], qui venait de Chine.

De nombreux travailleurs ont simplement été testés « positifs » pour la grippe de Wuhan et ne présentent aucun symptôme. Les médias qualifient toujours ce phénomène d’infection « asymptomatique » tout en ignorant le fait que les tests eux-mêmes pourraient générer des faux positifs.

Même ainsi, toute personne ayant un résultat de test positif s’auto-isole désormais à la maison, quels que soient les symptômes. Ceux qui présentent des symptômes signalent des fièvres élevées et des niveaux de saturation en oxygène en baisse, indiquent les rapports. 

Cette « épidémie » se produit principalement dans la région de Kudus en Indonésie, qui compte environ 5 000 agents de santé. Les médias disent qu’une « variante » du virus chinois [et/ou américain, français, britannique et alliésMIRASTNEWS] connue sous le nom de « Delta » se propage rapidement, poussant les taux d’occupation des lits d’hôpitaux au-dessus de 90 %.

Lorsque le programme d’injection indonésien a commencé en janvier, les travailleurs de la santé ont été parmi les premiers à y participer. Pratiquement tous ont reçu le « CoronaVac » de Sinovac, une société biopharmaceutique chinoise.

Cela suggérerait que les vaccins auraient dû fournir une immunité à ce jour, et le fait qu’ils ne l’ont pas montré qu’ils sont sans valeur, pour ne pas dire nocifs.

Ces dernières hospitalisations post-injection ont plongé un couteau dans le récit selon lequel se faire piquer pour le virus chinois [et/ou américain, français, britannique et alliésMIRASTNEWS] aide à arrêter la propagation. Ce n’est clairement pas le cas.  

« Les données montrent qu’ils ont la variante Delta (à Kudus), il n’est donc pas surprenant que l’infection percée soit plus élevée qu’auparavant car, comme nous le savons, la majorité des travailleurs de la santé en Indonésie ont eu Sinovac, et nous ne savons toujours pas encore à quel point il est efficace dans le monde réel contre la variante Delta », est l’excuse avancée par Dicky Budiman, épidémiologiste à l’Université Griffith d’Australie.

L’OMS a menti à propos du CoronaVac, affirmant qu’il préviendrait les maladies symptomatiques 

Chaque travailleur médical malade et déjà vacciné en Indonésie en ce moment doit remercier l’Organisation mondiale de la santé (OMS), car la branche des Nations Unies a publié une disposition d’utilisation d’urgence pour le vaccin basée sur l’affirmation selon laquelle il prévient les maladies symptomatiques.

Les preuves montrent maintenant qu’il ne prévient pas les maladies symptomatiques – comme s’il existait de toute façon un autre type – et qu’il est à peu près inutile en termes de maintien d’une personne hors de l’hôpital. 

Comme prévu, les autorités sanitaires et les médias s’affairent à faire peur à propos de la propagation de la variante Delta à d’autres pays, qui sera presque certainement suivie de l’annonce d’une autre variante (Epsilon, peut-être ?), qui sera ensuite suivie d’une autre variante, tous les chemins vers l’éternité.

Il n’y a vraiment pas de fin à la propagande du virus chinois [et/ou américain, français, britannique et alliésMIRASTNEWS] tant qu’un nombre suffisant de personnes peut être manipulé pour le croire et échanger toutes leurs libertés et libertés contre une illusion de « sûreté » et de « sécurité ».

Une fois de plus, les autorités sanitaires exigent des masques, des blocages et d’autres restrictions autoritaires pour «guérir» la variante Delta, bien que cela puisse ne pas fonctionner cette fois maintenant que plus de gens sont au courant de l’arnaque. 

« C’est alarmant pour nous car nous ne pouvons pas compter sur les vaccinations », a admis le Dr Prijo Sidipratomo, radiologue de la capitale indonésienne de Jakarta, à propos de la façon dont les salles d’urgence sont maintenant inondées par des malades déjà vaccinés contre la maladie chinoise [et/ou américaine, française, britannique et alliéesMIRASTNEWS].

Au lieu de reconnaître tout cela, l’OMS exhorte plutôt les dirigeants indonésiens à verrouiller à nouveau le pays pour punir les personnes qui ont obéi à son ordre de se faire vacciner, pour finir malades et avoir besoin d’être hospitalisées pour leurs blessures induites par le vaccin.

Plus d’informations sur les injections de virus chinois [et/ou américain, français, britannique et alliésMIRASTNEWS] peuvent être trouvées sur ChemicalViolence.com.

Les sources de cet article incluent :

TheEpochTimes.com

NaturalNews.com

Ethan Huff                    

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Un responsable de la santé de l’UE déclare que les pays devraient cesser de donner le vaccin AstraZeneca aux personnes âgées de 60 ans et plus

Image: EU health official says countries should stop giving AstraZeneca vaccine to those aged 60 and up

Un responsable de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré que les pays devraient cesser d’administrer le vaccin AstraZeneca le coronavirus de Wuhan (COVID-19) aux personnes de 60 ans et plus. Les remarques du responsable faisaient suite aux craintes de coagulation du sang et de faible numération plaquettaire signalées chez les jeunes qui ont reçu le vaccin. Alors que le régulateur européen a jugé le vaccin sûr pour tous les groupes d’âge, d’autres États membres de l’UE ont limité son utilisation aux personnes âgées.

Le président du groupe de travail COVID-19 de l’EMA, le Dr Marco Cavaleri, a fait part de ses remarques sur le vaccin AstraZeneca le 13 juin. Il a déclaré au journal italien La Stampa : « Dans un contexte de pandémie, notre position était et est que le rapport risque-bénéfice [pour le vaccin AstraZeneca] reste favorable pour tous les groupes d’âge.

Le journal italien a ensuite demandé si les autorités sanitaires devraient éviter le vaccin AstraZeneca pour les personnes de plus de 60 ans. Cavaleri a répondu par l’affirmative, déclarant : « De nombreux pays, comme la France et l’Allemagne, l’envisagent à la lumière d’une plus grande disponibilité de vaccins à ARNm. »

Le responsable de l’EMA a poursuivi qu’il serait préférable que les pays européens utilisent des vaccins à ARNm COVID-19 tels que ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna. Selon le responsable de la santé, cela est dû au fait que les cas de COVID-19 diminuent et que la population plus jeune est moins exposée aux risques liés à la maladie.

En mars de cette année, l’Italie a suspendu ses inoculations de COVID-19 à l’aide du vaccin AstraZeneca en raison de rapports de coagulation sanguine post-vaccination. Il a repris l’utilisation du vaccin britannique le mois suivant après que l’EMA a insisté sur le fait que ses avantages l’emportaient sur les risques. Cependant, le régulateur a recommandé que le vaccin soit «de préférence» utilisé pour les personnes de plus de 60 ans.

Le gouvernement italien a annoncé lors d’une conférence de presse le 11 juin qu’il limiterait l’utilisation du vaccin AstraZeneca aux personnes de plus de 60 ans après la mort d’un adolescent qui a reçu le vaccin. Reuters a rapporté que Camilla Canepa, 18 ans, est décédée le 10 juin après sa vaccination du 25 mai. Elle souffrait d’une faible numération plaquettaire, d’une hémorragie cérébrale et de caillots sanguins abdominaux, ce qui a finalement conduit à sa mort.

Le commissaire italien aux urgences COVID-19, le lieutenant-général Francesco Figliuolo a déclaré aux journalistes lors du briefing du 11 juin : « [The] AstraZeneca [vaccine] ne sera utilisé que pour les personnes de plus de 60 ans. » Le président du Conseil supérieur italien de la santé, Franco Locatelli, conseiller médical en chef du gouvernement, a ajouté que les personnes de moins de 60 ans qui avaient déjà reçu une première dose du vaccin AstraZeneca devraient recevoir un vaccin différent pour leur deuxième dose.

D’autres pays ont définitivement abandonné le vaccin AstraZeneca

Alors que l’Italie a limité son utilisation du vaccin AstraZeneca, d’autres pays l’ont retiré de leurs programmes de vaccination COVID-19 respectifs. Les autorités sanitaires du Danemark, où les premiers cas de caillots sanguins suite à la vaccination AstraZeneca ont été signalés, ont initialement suspendu le vaccin en mars 2021. Un mois plus tard, l’Autorité sanitaire danoise (SST) a annoncé que les vaccinations COVID-19 se poursuivraient sans le vaccin AstraZeneca.

Dans une déclaration du 14 avril, le directeur général du SST, Søren Brostrøm, a déclaré : « Sur la base des découvertes scientifiques, notre évaluation globale est [that] il existe un risque réel d’effets secondaires graves associés à l’utilisation du vaccin COVID-19 d’AstraZeneca. Nous avons donc décidé de retirer le vaccin de notre programme de vaccination. Il a ajouté que l’arrêt définitif de l’utilisation du vaccin COVID-19 d’AstraZeneca « a été une décision difficile ». Mais Brostrøm a néanmoins poursuivi que le Danemark « [avait] d’autres vaccins à [sa] disposition » tels que les vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna. (Connexe: le Danemark arrête définitivement le déploiement du vaccin AstraZeneca, citant des inquiétudes concernant les caillots sanguins.)

Pendant ce temps, la Norvège a également suivi les traces de son voisin du sud et suspendu le vaccin AstraZeneca. Selon un rapport de Bloomberg, le Premier ministre norvégien Erna Solberg a annoncé la suspension lors d’une conférence de presse le 12 mai. « Le gouvernement a décidé que le vaccin AstraZeneca ne sera pas utilisé en Norvège, même pas volontairement », a-t-elle déclaré aux journalistes.

Les conseils de Solberg faisaient suite à une recommandation de l’Institut norvégien de santé publique (NIPH) de suspendre l’utilisation du vaccin COVID-19 dans le programme d’inoculation de la Norvège. Le directeur de la division du contrôle des infections et de la santé environnementale du NIPH, Geir Bukholm, a déclaré le 15 avril : « Nous en savons maintenant beaucoup plus sur le lien entre le vaccin AstraZeneca et les incidents rares et graves de plaquettes faibles, de caillots sanguins et de saignements. Sur la base de ces connaissances, nous sommes parvenus à une recommandation de retirer le vaccin AstraZeneca du programme de vaccination coronarienne en Norvège. » (Connexe: l’agence de santé norvégienne recommande d’interdire le vaccin AstraZeneca contre le coronavirus en raison des risques de caillots sanguins.)  

Visitez VaccineDamage.news pour en savoir plus sur les dangers du vaccin COVID-19 AstraZeneca.

Les sources comprennent :

TheEpochTimes.com

Reuters.com

SST.dk

Bloomberg.com

FHI.no

Ramon Tomey                      

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News          

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :