A la Une

La Haute Cour notifie à l’armée de l’air indienne d’obliger un officier qui préfère l’Ayurveda à se faire vacciner pour lutter contre la COVID-19

L’armée de l’air indienne a reçu un avis de justification par la Haute Cour du Gujarat pour avoir forcé le licenciement d’un officier après avoir refusé de prendre le vaccin COVID-19, déclarant qu’il utilisait des médicaments ayurvédiques suggérés par le ministère AYUSH pour augmenter son immunité contre la COVID. -19. L’officier qui a contesté son licenciement devant la Haute Cour du Gujarat a réussi à obtenir une suspension du tribunal. 

High Court Serves Notice To Indian Air Force For Forcing Officer To Take Vaccine Who Prefers Ayurveda To Combat COVID-19

La Haute Cour du Gujarat a adressé un avis à l’Indian Air Force sur une requête déposée par l’un de ses membres du personnel en poste à Jamnagar, contestant l’avis de justification qui lui a été délivré pour cessation de service après avoir exprimé son refus de se faire vacciner contre la COVID-19. 

Dans une ordonnance rendue mardi, un banc de division composé des juges A J Desai et A P Thaker a adressé l’avis à l’IAF et au gouvernement central et a également ordonné à l’IAF de ne prendre aucune mesure coercitive contre le requérant jusqu’au 1er juillet.

Le pétitionnaire Yogender Kumar, un caporal de l’IAF, avait demandé au HC de demander l’annulation de l’avis de justification daté du 10 mai 2021, dans lequel l’IAF déclarait que sa position contre la vaccination « frôle l’indiscipline flagrante », et sa continuation dans le service est susceptible d’avoir un impact négatif sur la santé d’autres « combattants de l’air et civils de l’AF ».

« L’IAF est d’avis que votre maintien dans la force disciplinée comme l’Indian Air Force n’est pas souhaitable et vous devez être séparé du service », a déclaré le pétitionnaire citant l’avis qui lui a été envoyé.  

Le plaidoyer a déclaré que la décision de l’intimé n° 1 (IAF) de licencier le requérant pour avoir refusé de se faire vacciner est non seulement contraire aux directives de l’Union indienne, mais également contraire aux articles 14 et 21 de la Constitution indienne.  

« Le licenciement en raison du refus de prendre le vaccin COVID-19 est complètement illégal, inconstitutionnel et arbitraire de la part de l’intimé n°1 », a déclaré Kumar dans son plaidoyer tout en demandant au tribunal d’annuler l’avis et d’ordonner à l’IAF de ne pas l’obliger à se faire vacciner.  

Le 26 février 2021, le pétitionnaire a écrit au commandant de son escadron, exprimant son refus de se faire vacciner contre la COVID-19.

Tout en refusant de se faire vacciner, le pétitionnaire dans sa demande avait déclaré à l’IAF qu’il utilisait des médicaments ayurvédiques pour augmenter son immunité contre la COVID-19. 

Il avait aussi dit qu’il n’utilisait des médicaments allopathiques qu’en urgence, ou lorsqu’une solution n’est pas possible dans l’Ayurveda.

« J’ai quelques hésitations et ma conscience intérieure ne me permet pas de me faire vacciner », avait-il déclaré dans sa candidature, cité dans le plaidoyer déposé devant le HC.

Kumar avait déclaré qu’il pourrait être dispensé de la vaccination contre la COVID-19. 

« Le requérant a le droit de recevoir le traitement de son choix et la vaccination ne peut lui être imposée. Selon le gouvernement central, le vaccin est volontaire et non obligatoire pour les individus dans le pays », a-t-il déclaré dans son plaidoyer.

Kumar a également déclaré qu’il n’était pas disposé à se faire vacciner car il n’est pas entièrement approuvé par l’administration et a reçu une autorisation d’utilisation d’urgence, il ne doit donc pas être considéré comme la seule option de prévention contre la COVID-19.

Il a également cité des articles de journaux liés aux décès et aux effets indésirables des vaccins COVID-19.

Le pétitionnaire a également cité un jugement de la Cour suprême de 2018 pour étayer sa demande et a déclaré « qu’il a le droit de recevoir le traitement de son choix et que la vaccination ne peut pas lui être imposée ».

Kumar, dans son plaidoyer, a déclaré qu’il prenait des médicaments et des produits ayurvédiques suggérés par le ministère AYUSH, et qu’il suivait également strictement les directives de port du masque, d’éviter les endroits bondés, d’utiliser un désinfectant et de se laver les mains à intervalles réguliers.

Il fait du yoga et prend une quantité suffisante de vitamine C dans les fruits et légumes, a déclaré le pétitionnaire, ajoutant que bien que ces mesures ne protègent pas à 100% contre l’infection, elles ont jusqu’à présent fonctionné dans son cas.

Comme indiqué plus tôt par GreatGameIndia, une requête a été déposée auprès de la Cour suprême de l’Inde contre la vaccination de masse obligatoire en Inde.

    Est-ce ainsi que se pratique la « vaccination volontaire » en Inde ? pic.twitter.com/0JUA0B3Iut

    – GreatGameIndia (@GreatGameIndia) 23 juin 2021

Le pétitionnaire, ancien membre du Groupe consultatif technique national sur la vaccination, demande également la divulgation publique des données secrètes des essais cliniques sur les vaccins et des données sur les événements indésirables post-vaccination, comme l’exigent les normes médicales internationales.

Dans un cas, lorsque l’équipe du Département de la santé est arrivée au village de Sisoda dans l’Uttar Pradesh pour les vacciner, les villageois ont couru vers le rivage. Lorsque l’équipe les a encerclés sur le rivage, près de 200 villageois ont sauté dans la rivière Saryu pour échapper à la vaccination forcée contre la COVID-19.

Contraindre les citoyens directement ou indirectement à se faire vacciner est inconstitutionnel et viole le droit à la vie des citoyens.

Alors que le gouvernement a clairement déclaré dans de nombreuses RTI que les vaccins Covid sont volontaires, il existe de nombreux cas à travers le pays où diverses autorités imposent désormais les vaccins.

Dans de telles circonstances, contraindre les gens à se faire vacciner sous peine de perdre leurs emplois ou l’accès aux services essentiels, ce qui a commencé à se produire dans de nombreuses régions du pays, est une violation des droits fondamentaux des personnes, en particulier dans une situation d’urgence des approbations ont été accordées à des vaccins sans tests complets et adéquats et sans aucune transparence des données des essais et des données post-vaccination.

Pour contrer les reportages des médias sur l’hésitation vis-à-vis des vaccins en Inde, le gouvernement a engagé Ogilvy, une société de relations publiques et de publicité, pour raconter des histoires sur la « mise en œuvre parfaite » du programme Ayushman Bharat.

Ogilvy a également été embauché par le gouvernement actuel pour un relooking d’image afin de remporter les élections de 2014. Nos lecteurs de longue date se souviendront que les origines d’Ogilvy proviennent du renseignement britannique et plus précisément des techniques de guerre psychologique qu’ils ont utilisées pendant la Seconde Guerre mondiale.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GreatGameIndia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :