A la Une

Un garçon de 13 ans retrouvé mort de problèmes cardiaques après une deuxième injection de vaccin Pfizer

Un garçon de 13 ans est décédé de problèmes cardiaques après avoir reçu sa deuxième dose du vaccin Covid-19 de Pfizer, alors que les responsables de la santé commencent à lier les cas d’inflammation cardiaque chez les enfants aux piqûres.

13 Year Old Boy Found Dead After Second Pfizer Vaccine Shot

Un fil Twitter est devenu viral dimanche après qu’une femme a affirmé que le fils de 13 ans de son frère était décédé moins de trois jours après avoir reçu sa deuxième dose de vaccin Covid-19 de Pfizer.

«Les premiers résultats de l’autopsie (faite vendredi) étaient que son cœur était hypertrophié et qu’il y avait du liquide autour de lui. Il n’avait aucun problème de santé connu. Il ne prenais aucun médicament», a écrit Tami Burages, avec une photo montrant apparemment le carnet de vaccination de son neveu contre le Covid-19.

La carte montrait que l’enfant, Jacob Clynick – né en 2007 – avait reçu sa deuxième dose le 13 juin dans un Walgreens trois semaines après la première.

    Il y a une semaine aujourd’hui, le fils de 13 ans de mon frère a eu sa deuxième dose Covid. Moins de 3 jours plus tard, il est décédé.

    Les premiers résultats de l’autopsie (faite vendredi) ont montré que son cœur était hypertrophié et qu’il y avait du liquide autour de lui. Il n’avait aucun problème de santé connu. Il ne prenais aucun médicament. pic.twitter.com/5q3jnF6okQ

    – Tami Burages (@tburages) 20 juin 2021

Burages a déclaré qu’elle était « pro-vaccin » et savait que les vaccins étaient « pour la plupart sans danger ». Elle a également déclaré qu’elle avait vacciné son « propre fils de 14 ans dès qu’il a été disponible ».

Mais elle a ajouté que son neveu est décédé et que les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) « doivent enquêter ».

« Il y a eu d’autres cas de myocardite chez de jeunes hommes recevant leur deuxième injection [Pfizer]. Est-ce que d’autres en sont morts aux États-Unis ou mon neveu est-il le premier ? » A demandé Burages, ajoutant: « Je pense que les parents devraient être avertis du risque. »https://twitter.com/tburages/status/1406738374203949065?ref_src=twsrc%5Etfw

    Le @CDCgov doit enquêter là-dessus. Il y a eu d’autres cas de myocardite chez de jeunes hommes recevant leur 2e injection @pfizer. D’autres en sont-ils morts aux États-Unis ou mon neveu est-il le premier ?

    Je pense que les parents doivent être avertis du risque.

    – Tami Burages (@tburages) 20 juin 2021

Dans sa publication sur Twitter, Burages a déclaré qu’elle pensait que les vaccins sauvaient « des millions de vies » mais ne voulait pas qu’un enfant soit un « agneau sacrificiel », ajoutant que si son neveu n’avait pas reçu son deuxième vaccin, « nous pensons qu’il aurait été en vie aujourd’hui »

Comme indiqué précédemment par GreatGameIndia, une inflammation et un gonflement du cœur, une affection connue sous le nom de myocardite, ont été identifiés chez de nombreux jeunes qui ont reçu leur dose de vaccin COVID-19 Pfizer-BioNTech.

Le Dr Cody Meissner, membre du comité consultatif sur les vaccins et les produits biologiques connexes de la FDA, a exprimé son inquiétude quant aux effets à long terme de la myocardite sur les jeunes au début du mois, mettant en garde : « Avant de commencer à vacciner des millions d’adolescents et d’enfants, il est si important de savoir quelles en sont les conséquences. »

Récemment, le comité de sécurité de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a ajouté une autre affection sanguine aux effets secondaires potentiels du vaccin d’AstraZeneca sous le nom de Covishield en Inde – le syndrome de fuite capillaire.

Le syndrome de fuite capillaire est une affection qui provoque une fuite de liquide des vaisseaux sanguins et peut provoquer une pression artérielle très basse, entraînant des douleurs, des nausées et de la fatigue ou, dans le pire des cas, une insuffishttps://www.cnbc.com/2021/06/10/covid-vaccine-cdc-says-heart-inflammation-cases-in-16-to-24-year-olds-higher-than-expected-after-second-shot.htmlance rénale et des accidents vasculaires cérébraux.

Commentaire de:

Steven Fishman

LES AGENTS DE SANTÉ/LES ADMINISTRATEURS DU VACCIN CONTRE LA COVID N’ONT AUCUNE IMMUNITÉ DE RESPONSABILITÉ SANS OBTENIR D’ABORD UN CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ

Selon 42 US Code § 300aa-22, « Aucun fabricant de vaccin ne sera responsable dans une action civile des dommages résultant d’une blessure ou d’un décès lié au vaccin associé à l’administration d’un vaccin après le 1er octobre 1988, si la blessure ou le décès résultant d’effets secondaires inévitables même si le vaccin était correctement préparé et accompagné d’instructions et d’avertissements appropriés.

Cependant, cette immunité ne s’applique pas aux travailleurs de la santé, aux employés des pharmacies, aux employés des épiceries et des magasins discount [comme Wal-Mart] parce qu’ils ne sont pas des employés des fabricants de vaccins.

En d’autres termes, la protection immunitaire n’est pas étendue à quiconque ne travaille pas pour Astra-Zeneca, Pfizer, J&J ou Moderna.

Les travailleurs de la santé, les pharmaciens, les épiciers et les travailleurs de la grande distribution [Wal-Mart] [collectivement appelés ici « inoculateurs de vaccins »] sont responsables s’ils n’ont pas obtenu la preuve du consentement éclairé de chaque personne qui a été vacciné/inoculé.

L’absence de consentement éclairé existe lorsque le receveur du vaccin n’a pas été informé des risques pour la santé et la vie et n’a pas consenti à recevoir le vaccin bien qu’il ait été informé desdits risques.

Dans le cas du vaccin COVID, les risques qui auraient dû être communiqués à la personne avant de recevoir le vaccin sont :

Blessures et décès connus dus aux prions à ARN messager, qui, dans le cas des bovins, entraînent la « maladie de la vache folle » et, dans le cas des êtres humains, entraînent la manifestation d’un dysfonctionnement cérébral et d’une hystérie ;

Blessures connues et décès par choc anaphylactique résultant de la perfusion d’ARN messager par le vaccin ;

Blessures connues et décès par paralysie pulmonaire, cardiaque et cérébrale toxique résultant de la perfusion d’ARN messager par le vaccin ;

Blessures connues et décès dus à la coagulation du sang toxique résultant de la perfusion d’ARN messager à travers le vaccin ; et:

Blessures connues et décès par toxémie résultant de complications d’infertilité résultant de la perfusion d’ARN messager par le vaccin.

Lésions connues et décès dus au cancer mitochondrial causé par des nanoparticules lipidiques provoquant des tempêtes de cytokines de protéines de pointe qui privent le cœur, les poumons et le cerveau d’oxygène.

Un phénomène connu sous le nom de perte de transmissibilité de fréquence causée par les nanoparticules de transmission électromagnétique 5G qui causent des dommages aux personnes NON VACCINÉES si elles se trouvent à proximité directe de personnes VACCINÉES ; et:

IL N’Y A AUCUN MÉDICAMENT pour l’injection d’autorisation d’utilisation expérimentale. 80% mourront dans les cinq premières années, et 100% mourront tous dans les dix ans, en raison de la réplication et de la prolifération de protéines de pointe privées d’oxygène.

Le consentement éclairé doit contenir une attestation signée par la personne avant que la vaccination ne se produise, acceptant de se faire vacciner malgré les risques présentés par l’inoculateur de vaccin (administration du vaccin).

L’absence de consentement éclairé est une violation de la loi HIPAA ou de la loi de 1966 sur la portabilité et la responsabilité en matière d’assurance-maladie, codifiée dans le Code of Federal Regulations au 45 C.F.R. Partie 160, sous-parties C, D et E.

Si une personne qui administre le vaccin n’obtient pas un consentement éclairé signé au moment de l’inoculation, elle n’a aucune immunité et peut être poursuivie pour divers crimes et délits, y compris l’indifférence délibérée et la négligence délibérée, et la tentative de meurtre.

L’inoculateur de vaccin est responsable et peut perdre tous ses biens, y compris sa maison, ses automobiles, ses placements et ses biens personnels.

C’est mon humble avis qu’une fois que cette responsabilité est connue par et par le dépôt du premier d’une série de recours collectifs, les inoculateurs de vaccins réfléchiront à deux fois avant d’administrer d’autres vaccins.

Alors que les fabricants de vaccins sont immunisés, les inoculateurs de vaccins peuvent facilement demander une indemnisation/une réparation rémunératrice en poursuivant leurs propres employeurs [hôpitaux, pharmacies, etc.], ce qui créera finalement une chaîne de responsabilité ascendante qui n’est pas couverte par l’immunité des fabricants de vaccins. .

La Loi sur la préparation du public et la protection civile [« Loi PREP »], mise à jour le 19 mars 2021, empêcherait normalement de s’en prendre aux distributeurs et aux inoculateurs car elle stipule dans la partie pertinente : « la Loi sur la préparation du public et la préparation aux situations d’urgence (Loi PREP) autorise le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux (HHS) pour limiter la responsabilité légale pour les pertes liées à l’administration de contre-mesures médicales telles que les diagnostics, les traitements et les vaccins.

Cependant, l’injection létale COVID n’est pas un « vaccin ». Les vaccins par définition sont des protocoles pour protéger le corps en injectant des anticorps qui préviennent la maladie. L’inoculation de tempêtes de cytokines de protéines de pointe et de prions dans le but exprès de promulguer une arme biologique expérimentale de dépopulation eugénique dans le corps humain est calculée pour tuer la victime, pas pour protéger la victime. Le mot « vaccin » est incontestablement et catégoriquement inapplicable dans la définition de la loi PREP.

Il est temps de poursuivre chaque vaccinateur et de lui confisquer sa maison, sa voiture, ses biens et tout ce qu’il possède. Et n’oubliez pas d’inclure leurs employeurs aux poches profondes, les dirigeants et directeurs de tous les hôpitaux fournissant des « vaccins », tous les dirigeants et directeurs de Walgreens, Rite Aid, CVS, etc., et n’oubliez pas Sam Walton de Wal -Mart, et tous les « vaccinateurs du marchandisage de masse ». Envoyez-les tous en faillite pour avoir tué et blessé des innocents sans consentement éclairé ‼ ! Et le plus grand malfaiteur de tous, le démoniaque Bill Gates, qui a gagné plus d’argent en tuant des gens avec des vaccins que n’importe qui d’autre sur la planète Terre !

Je suggère que nous contactions les porte-parole les plus connus des médias contre l’Holocauste des vaccins, y compris Mike Adams du Health Ranger ; Le pasteur David Sorensen de « Stop World Control » et, bien sûr, le Dr Carrie Madej, le Dr Simone Gold, le Dr Sherri Tenpenny, le Dr Christiane Northrup et le Dr Lee Merritt, ainsi que David Icke.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GreatGameIndia

FUITE AUDIO ! UN REPRÉSENTANT DE MODERNA PRIS SUR BANDE – FAISANT UN ADMISSION HORRIFIQUE À PROPOS DU VACCIN !

BIT CHUTE

Source Stew Peters: https://rumble.com/viwkzh-breaking-recordings-of-moderna-representative-making-horrific-admission-abo.html

Des documents confidentiels révèlent que Moderna a envoyé un candidat vaccin contre le coronavirus à ARNm à des chercheurs universitaires des semaines avant l’émergence de Covid-19

Le gouvernement américain a envoyé des «candidats vaccin contre le coronavirus à ARNm» à des chercheurs universitaires des SEMAINES AVANT l’épidémie de «COVID» en Chine !

Un accord de confidentialité montre que des candidats vaccins potentiels contre le coronavirus ont été transférés de Moderna à l’Université de Caroline du Nord en 2019, dix-neuf jours avant l’émergence du prétendu virus provoquant la Covid-19 à Wuhan, en Chine.

L’accord de confidentialité qui peut être consulté ici indique que les fournisseurs « Moderna » aux côtés de « l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses » (NIAID) ont accepté de transférer « les candidats vaccins contre le coronavirus à ARNm » développés et détenus conjointement par le NIAID et Moderna aux destinataires « L’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill’ le 12 décembre 2019.

Trouvé à la page 105 de l’accord

L’accord de transfert de matériel a été signé le 12 décembre 2019 par Ralph Baric, PhD, à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, puis signé par Jacqueline Quay, directrice des licences et du soutien à l’innovation à l’Université de Caroline du Nord le 16 décembre 2019.

Signataires destinataires trouvés à la page 107

L’accord a également été signé par deux représentants du NIAID, dont Amy F. Petrik PhD, spécialiste du transfert de technologie qui a signé l’accord le 12 décembre 2019 à 8h05. L’autre signataire était Barney Graham MD PhD, un enquêteur du NIAID, mais cette signature n’était pas datée.

Signataires du NIAID trouvés à la page 107

Les derniers signataires de l’accord étaient Sunny Himansu, enquêteur de Moderna, et Shaun Ryan, conseiller général adjoint de Moderna. Les deux signatures ont été réalisées le 17 décembre 2019.

Signataires de Moderna trouvés à la page 108

Toutes ces signatures ont été faites avant toute connaissance de l’émergence présumée du nouveau coronavirus. Ce n’est que le 31 décembre 2019 que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris connaissance d’un groupe présumé de cas de pneumonie virale à Wuhan, en Chine. Mais même à ce stade, ils n’avaient pas déterminé qu’un nouveau coronavirus présumé était à blâmer, déclarant plutôt que la pneumonie était de « cause inconnue ».

Ce n’est que le 9 janvier 2020 que l’OMS a rapporté que les autorités chinoises avaient déterminé que l’épidémie était due à un nouveau coronavirus qui est devenu plus tard connu sous le nom de SRAS-CoV-2 avec la prétendue maladie résultante surnommée COVID-19. Alors pourquoi un candidat vaccin contre le coronavirus à ARNm développé par Moderna a-t-il été transféré à l’Université de Caroline du Nord le 12 décembre 2019 ?

Le même Moderna qui a eu un vaccin contre le coronavirus à ARNm autorisé pour une utilisation d’urgence uniquement au Royaume-Uni et aux États-Unis pour lutter prétendument contre la Covid-19.

Qu’est-ce que Moderna savait que nous ne savions pas? En 2019, il n’y avait aucun coronavirus singulier constituant une menace pour l’humanité qui justifierait un vaccin, et les preuves suggèrent qu’il n’y a pas eu non plus de coronavirus singulier constituant une menace pour l’humanité en 2020 et 2021.

Compte tenu du fait qu’un test PCR défectueux a été utilisé à un taux de cycle élevé, les hôpitaux sont vides par rapport aux années précédentes, les statistiques montrent que seulement 0,2% des personnes prétendument infectées sont décédées dans les 28 jours suivant un résultat de test présumé positif, la majorité de ces décès d’un mile ont été des personnes de plus de 85 ans, et une masse de ces décès ont été causées par un médicament appelé midazolam, qui provoque une dépression respiratoire et un arrêt respiratoire.

Peut-être que Moderna et l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses voudraient s’expliquer devant un tribunal ?

A confidentiality agreement shows potential coronavirus vaccine candidates were transferred from Moderna to the University of North Carolina in 2019, nineteen days prior to the emergence of the alleged Covid-19 causing virus … Continue reading Confidential Documents reveal Moderna sent mRNA Coronavirus Vaccine Candidate to University Researchers weeks before emergence of Covid-19
Daily Expose
37 Comments

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Tap News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :