A la Une

Big Pharma fait pression pour un vaccin Covid MENSUEL, effaçant le faux récit qui prétendait qu’un vaccin regagnerait votre « liberté » (et non respect par E. Macron de la Résolution parlementaire 2361 de l’UE) + Enquête sur le magnétisme produit par les vaccins COVID sur les vaccinés

Maintenant, Big Pharma fait pression pour un vaccin Covid MENSUEL, effaçant le faux récit qui prétendait autrefois qu’un vaccin regagnerait votre « liberté »

Image: Now Big Pharma is pushing for a MONTHLY covid shot, obliterating the false narrative that once claimed a vaccine would earn back your “freedom”

Des millions de personnes sont déjà convaincues qu’elles ont besoin d’un vaccin expérimental Covid-19 pour survivre et être libres dans la société. Maintenant, Big Pharma se prépare à dévoiler des injections Covid MENSUELLES pour les personnes souffrant de maladies chroniques.

Les scientifiques britanniques font maintenant pression pour que les personnes ayant des problèmes de santé persistants prennent des vaccins mensuels contre la Covid-19 pour « renforcer » leur système immunitaire et aider à éliminer tous les réservoirs de SRAS-CoV-2 restants dans leur corps. Ces « candidats idéaux » à la vaccination de routine sont déjà immunisés contre l’infection naturelle et ont même repris le protocole vaccinal initial, allant à l’encontre de tout bon sens. Mais ces « candidats idéaux » pour la vaccination de routine souffrent toujours de problèmes de santé chroniques et sont maintenant poussés à prendre un vaccin mensuel pour faire disparaître comme par magie leurs symptômes de « COVID long-courrier ».

Big Pharma invente un nouveau terme pour couvrir les causes sous-jacentes de la maladie

Le cartel des vaccins Big Pharma cherche de nouvelles façons de s’attaquer aux personnes qui souffrent déjà de divers problèmes de santé chroniques. Lors du scandale de la Covid-19, des millions de personnes étaient convaincues que leurs problèmes de santé sous-jacents étaient le résultat e la Covid elle-même. Big Pharma a inventé le terme « Covid long-courrier » pour regrouper ces divers problèmes de santé sous un seul terme générique et faire d’une maladie infectieuse plus que ce qu’elle est réellement.

Sous la dictature des Big Pharma, la cause première du problème de santé n’a plus d’importance. Les personnes qui luttent contre la fatigue, la léthargie, le brouillard cérébral, la perte de motivation, l’essoufflement, le manque d’endurance, l’arthrite et d’autres problèmes de santé peuvent désormais prétendre qu’elles sont un « long-courrier COVID. » Même si ces problèmes sont des effets secondaires courants des médicaments pharmaceutiques que ces personnes prennent, le diagnostic approprié peut être dissimulé et ignoré, permettant au patient d’attirer l’attention et de s’appeler un « grand transporteur COVID. » Une infection qui est correctement traitée avec des nutraceutiques et des antiviraux ne causera généralement pas de problèmes de santé chroniques ou n’exacerbera pas les problèmes de santé sous-jacents. Cependant, succomber au stress, à l’isolement, à la peur, à la terreur, aux lésions pulmonaires via les ventilateurs et aux médicaments pharmaceutiques compromettant le système immunitaire aura très certainement des effets négatifs à long terme sur l’esprit, le système cardiovasculaire, le système endocrinien, le microbiome et le système immunitaire.

Causes sous-jacentes ignorées, alors que des millions de personnes sont contraintes de vivre dans l’ignorance et la souffrance

L’étude britannique rapporte que plus d’un million de Britanniques sont aux prises avec des problèmes de santé persistants après s’être remis de Covid-19. Rien n’indique si ces problèmes de santé existaient avant l’infection ou n’avaient pas été diagnostiqués avant l’admission à l’hôpital. Les praticiens allopathiques passent souvent à côté des causes sous-jacentes des problèmes de santé des gens. Il n’y a également aucune indication si ces problèmes de santé persistants ont été exacerbés par le stress, l’isolement et la terreur des blocages, des contrôles corporels et des messages pandémiques, ou si les problèmes de santé sont le résultat de traitements dommageables, d’infections opportunistes ou de soins médicaux de qualité inférieure. . Quelle que soit l’origine des problèmes de santé, les scientifiques britanniques veulent aligner ces « longs courriers COVID » pour des vaccins mensuels. Sur les quarante premiers candidats qui anticipaient un soulagement grâce aux vaccins, certains ont senti leurs symptômes se dissiper dans les jours qui ont suivi les injections de rappel, mais leur état s’est aggravé avec le temps.  

En développant et en profitant de ce nouveau terme (COVID long-courrier), Big Pharma continue d’induire les gens en erreur sur les causes de leurs problèmes de santé chroniques. On apprend à ce groupe démographique de personnes à se fier à l’industrie pharmaceutique pour traiter leurs symptômes, car de plus en plus d’effets secondaires se manifestent. Néanmoins, ces personnes sont d’excellents candidats pour tester des vaccins mensuels et d’autres programmes de dépendance pharmaceutique. Ce groupe démographique s’attaque rarement à la cause sous-jacente de ses problèmes de santé chroniques et est plus susceptible de suivre le protocole de vaccin Covid-19 expérimental – même s’il a déjà acquis une immunité par infection naturelle. Ces personnes n’ont pas abordé l’inflammation sous-jacente, l’oxydation cellulaire, l’acidose, l’empoisonnement aux métaux lourds, le déséquilibre hormonal, la dysbiose intestinale, les carences en nutriments et minéraux, entre autres préoccupations holistiques. Une fois ces problèmes résolus, des millions de personnes se libéreront de leur statut de « grand transporteur COVID » et sortiront de la mentalité de peur et de germaphobie qu’elles ont été conditionnées à accepter.

Les sources comprennent :

DailyMail.co.uk

NaturalNews.com

Lance D Johnson

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

ENQUÊTE : Les personnes vaccinées contre la Covid deviennent plus « magnétiques » avec le temps… le vaccin semble assembler des nanoparticules magnétiques dans le sang

Image: SURVEY: People vaccinated for covid become more “magnetic” over time… the vaccine appears to be assembling magnetic nanoparticles in the blood

Un chercheur européen a récemment mené une enquête qui a examiné l’état du « magnétisme » dans le corps des gens après leur « vaccination » contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19), dont les résultats sont tout simplement inquiétants.

Il s’avère que se faire piquer pour la grippe Fauci fait que le corps d’une personne devient de plus en plus «magnétique» au fil du temps, émettant un étrange champ électromagnétique qui devient progressivement plus fort chaque jour qui passe.

Amar Goudjil s’est attaché à évaluer 200 personnes vivant ou travaillant au Luxembourg. La moitié d’entre eux devaient avoir été piqués pour le virus chinois conformément aux recommandations du gouvernement, tandis que l’autre moitié était ceux qui ont décidé de protéger leur ADN d’une altération chimique permanente.

Chacun des deux groupes devait ensuite être divisé en moitié femmes et moitié hommes, et tous devaient être considérés comme « actifs » par opposition à « inactifs » en termes de mode de vie.

Le lieu de l’étude a eu lieu au centre commercial Belle-Étoile et route d’Arlon à Strassen. Pour des raisons pratiques, toutes les personnes interrogées devaient porter des chemises à manches courtes ou sans manches pour tester pleinement le magnétisme.

Goudjil a fait une introduction, a expliqué le but de l’étude et a mené une enquête statistique anonyme sur les personnes ayant subi une injection par rapport aux personnes sans injection vivant dans la région.

« C’est une enquête sur les informations selon lesquelles les personnes vaccinées présentent des effets électromagnétiques et à l’EFVV, nous essayons de savoir quelle est la réalité observée », a déclaré Goudjil à chaque participant.

De là, il a présenté à chaque participant un aimant à presser contre la peau. Il a également été demandé aux participants d’avoir un testeur de champ électrique et magnétique placé sur les épaules pour tester les champs électriques.

Au final, pour diverses raisons, seules 30 personnes vaccinées et 30 personnes non vaccinées ont été interrogées et testées par Goudjil, avec 15 femmes et 15 hommes dans chacun des groupes. Pourtant, les résultats étaient indéniablement clairs : se faire injecter provoque un magnétisme sévère.

« Dans le groupe non vacciné, sur les 30 personnes interrogées, le nombre de personnes montrant une attirance pour l’aimant était de 0 (zéro) », expliquent les résultats de l’étude.

« Dans le groupe vacciné, en revanche, 29 des 30 personnes interrogées ont montré une attirance pour l’aimant. C’est-à-dire que l’aimant a adhéré à leur peau sans difficulté.

Sur ces mêmes 29 individus, l’étude a en outre révélé que 22 avaient l’aimant collé à une seule épaule, celle où ils ont été injectés. Fait intéressant, ces 22 personnes n’avaient reçu qu’une seule injection de vaccin contre la grippe de Wuhan.

Les sept autres personnes de ce même groupe avaient toutes l’aimant collé aux deux épaules.

Selon Goudjil, la répartition des injections reçues par le groupe vacciné est la suivante :

  •  17 ont reçu au moins une injection de Pfizer-BioNTech
  •  Sept ont reçu au moins une injection d’AstraZeneca
  •  Trois ont reçu au moins une injection de Moderna
  • Trois ont reçu l’injection unique de Johnson & Johnson (J&J)
  •  Six ont reçu les deux injections Pfizer-BioNTech
  •  L’un a reçu deux injections d’AstraZeneca
  •  L’un a reçu deux injections de Moderna

Vous pouvez consulter l’étude dans son intégralité sur ce lien.

Les injections de virus chinois détruisent la vie des gens, y compris émotionnellement

Goudjil a en outre découvert que dans presque tous les cas, ceux qui avaient été vaccinés le plus tôt présentaient les champs électromagnétiques les plus puissants et l’attraction corporelle associée à l’aimant.

À l’inverse, les personnes vaccinées plus récemment avaient un magnétisme plus faible, ce qui suggère qu’il faut du temps pour que l’« empreinte » magnétique post-injection complète se développe.

« L’exercice étant totalement déstabilisant pour les personnes interrogées, à aucun moment on ne leur a demandé d’appliquer l’aimant sur une autre zone que les épaules », a précisé Goudjil.

« Il aurait été très intéressant de savoir si l’aimant adhérait également au cou, à la poitrine, au front ou aux jambes et si d’autres objets tels que des cuillères, des ciseaux et des smartphones adhéraient également. »

Goudjil a noté que beaucoup de ceux qui étaient initialement disposés à participer ont soudainement changé d’avis après avoir vu l’aimant coller à leur peau. Ils n’avaient apparemment aucune idée que les injections de virus chinois les rendraient magnétiques, et sont donc devenus craintifs ou paniqués.

Les résultats prêtent foi aux spéculations en cours selon lesquelles les vaccins contre la grippe Fauci contiennent une substance appelée «Magnéto» conçue pour voyager dans le cerveau et s’y loger, permettant un contrôle extérieur à partir d’une source externe.

[C’est un des éléments que veulent justement le président français Emmanuel Macron et son équipe, Bill Gates et la Fondation Bill & Melinda Gates, Anthony Faucy, le président américain Joe Biden et son administration, y compris l’État profond, l’OMS, l’ONU, l’Union européenne et les autres mondialistes, pour prendre le contrôle de toutes les fonctions vitales des personnes injectées afin de les contrôler à distance pour leurs expériences diaboliques.

Cela les  amènent à terroriser la population par des mesures tyranniques telles que les prises d’otages et le chantage avec les pass sanitaires comme procèdent les terroristes du Sahel africain, par exemple. Il n’est pas étonnant de faire le rapprochement, car dès que ces acteurs apparaissent dans ces genres de lieux, subitement les groupes terroristes ou les maladies se développent et se multiplient.

Il convient d’ajouter d’autres points négatifs impactant qui rendent ces mixtures dangereuses et mortelles e raison de la présence de substances dangereuses et nocives telles que l’ARNm, les protéines de pointe ou le graphène, produisant des effets secondaires graves connus et inconnus à court, moyen ou long termes comme celui que la FDA a annoncé concernant le vaccin COVID Johnson & Johnson touchant les nerfs ou les crises cardiaques, les caillots sanguins et les décès.

Jean de Dieu MOSSINGUEMIRASTNEWS]

En outre, à l’Union européenne les dirigeants apparaissent comme des escrocs politiques qui ne respectent pas leurs peuples. Lisez la Résolution 2361 datant du 27 janvier 2021 au point 7.3.1, il est dit : (…) de s’assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s’il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement.

C’est tout le contraire de ce que fait Mr Emmanuel Macron en quelques mois seulement prouvant son inconstance endémique, il rend obligatoire les vaccins pour les soignants et impose sa volonté à l’ensemble de la population, c’est un abus criard de pouvoir. Voici ci-dessous la Résolution 2361 même si certains points ne sont pas convaincants par exemple sur l’efficacité, la sûreté, la sécurité et la qualité des vaccins. JDDM MIRASTNEWS

Pensez au contrôle mental via des tours 5G, par exemple, ou un système d’exploitation magnétique ou un disque dur sur lequel des « logiciels » médicaux peuvent être « téléchargés » via de futures injections gouvernementales.

Malheureusement, de nombreuses personnes qui reçoivent ces injections n’ont aucune idée de tout cela. Une dame qui a participé à l’enquête s’est effondrée en pleurant après avoir vu ce que l’aimant lui faisait, expliquant à Goudjil qu’elle ne voulait même pas se faire injecter mais qu’elle y avait été forcée par son employeur.

« Lors des échanges, les gens expriment clairement leur consternation en disant après coup qu’ils sont pris en otages », a noté Goudjil, expliquant qu’il a finalement fini par arrêter prématurément l’étude car il n’a pas pu « faire face à l’impuissance des personnes dont le visage se pétrifie. quand ils se rendent compte qu’on leur a injecté une substance dont ils ne savent rien.  

« Beaucoup reconnaissent que cette injection n’est pas consensuelle et qu’à aucun moment on ne leur a donné d’explications rationnelles, ne serait-ce que du point de vue de la balance bénéfice-risque. Après réflexion et discussion, ils décrivent ensuite cet acte comme : « erreur, folie, échappatoire, solution, voire chantage ».

Vous trouverez plus d’informations sur les dommages causés par les injections de coronavirus de Wuhan (Covid-19) sur ChemicalViolence.com.

Les sources comprennent :

EFVV.eu

EFVV.eu

NaturalNews.com

Ethan Huff             

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

L’OMS développe un « portefeuille numérique » pour stocker les certificats de vaccination

Image: WHO developing “digital wallet” to store vaccination certificates

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé qu’elle travaillait activement sur un nouveau système de « portefeuille numérique » où les personnes qui acceptent de se faire piquer peuvent stocker leurs certificats de « vaccin » contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19).

[Ce n’est pas une possibilité, c’est une certitude, car en France c’est déjà rendu obligatoire pour les soignants et les autres sont pris en otage avec du chantage à la clé. Aux Etats-Unis aussi une unité militaire est formée pour obliger les gens à accepter les piqûres dangereuses et massivement mortelles.MIRASTNEWS]

Le Dr Michael Ryan, un épidémiologiste irlandais qui dirige le programme, a déclaré aux auditeurs lors d’une réunion le 12 juillet à Genève, en Suisse, que les pays auront bientôt la possibilité d’adhérer au programme international, qui fonctionnera dans un « papier » des années 1930 [- il faut se souvenir de la crise de 1929 et la guerre qui s’en suivie après, faisant intervenir les mêmes acteurs et Hitler qui d’ailleurs envahit l’Union soviétique avec qui pourtant l’Allemagne avait des accords de non-agression. MIRASTNEWS], s’il vous plaît », mais cette fois à l’échelle mondiale.

« Nous avons encouragé les pays qui le souhaitent, ils peuvent utiliser le certificat international de vaccination et de prophylaxie … qui oblige les autres pays à reconnaître ce certificat de vaccination », a expliqué Ryan.

Ryan a ajouté que l’OMS « travaille également à augmenter la distribution des versions papier de son certificat international de prophylaxie vaccinale, et développe également un portefeuille numérique qui pourrait être utilisé dans le même but ».

Les pays individuels qui choisissent de générer leurs propres certificats de vaccination numériques pourront les combiner avec ceux d’autres pays en utilisant des « normes de données détaillées ».

« Mais cela ne contourne pas les problèmes de politique autour desquels les vaccins sont reconnus au sein de ce système qui est essentiellement un problème de politique internationale entre les pays », a précisé Ryan.

Bien que Ryan ne l’ait pas spécifiquement abordé, beaucoup craignent que le nouveau système ne soit utilisé par l’OMS pour forcer les vaccins contre la grippe Fauci comme condition de voyage international. De nombreux pays pourraient également tenter individuellement de forcer les injections, ce qui est très préoccupant.

ACLU, les législateurs républicains avertissent que les « passeports vaccins » violent les libertés civiles

Les groupes de défense des libertés civiles et des droits de l’homme dénoncent également la proposition de l’OMS, avertissant que toute forme de « passeport vaccinal » est une violation flagrante de la vie privée et du droit à l’autonomie corporelle.

Certains législateurs républicains ont également averti que les passeports pour les vaccins créeraient une société à deux niveaux dans laquelle les piégés se verraient accorder des privilèges spéciaux non disponibles pour les non pipés, y compris l’accès à des services essentiels comme les soins médicaux.

L’American Civil Liberties Union (ACLU) a écrit un article de blog avertissant qu’il y a « beaucoup de choses qui peuvent mal tourner » avec les passeports vaccinaux. 

« Il est probable que de telles demandes soient surutilisées car les gens se voient demander des informations d’identification à chaque tour », a déclaré le groupe en mars.  

« Bien qu’il existe des circonstances légitimes dans lesquelles on peut demander aux gens une preuve de vaccination, nous ne voulons pas nous transformer en une société de points de contrôle qui survit au danger de COVID et qui exclut par hasard les personnes sans informations d’identification des installations où les mandats de vaccination ne sont pas hautement justifiés. »

Quelques États, dont la Floride et le Texas, ont adopté des lois ou émis des décrets interdisant les passeports vaccinaux aux niveaux national et local. La Floride a spécifiquement interdit leur utilisation dans les entreprises privées.

La Maison Blanche, quant à elle, a été dubitative dans sa position sur les passeports vaccinaux. Alors que le régime lui-même dit qu’il ne fait pas pression pour un mandat fédéral de passeport vaccinal, la suggestion de l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, est que le régime pourrait soutenir les édits des passeports vaccinaux nationaux et locaux.

« Ce n’est pas actuellement le rôle du gouvernement fédéral », a déclaré Psaki aux journalistes lors d’une récente conférence de presse.

« Il y a un certain nombre d’entités du secteur privé, d’universités, d’institutions, qui commencent à mandater, et c’est une mesure innovante qu’elles prendront et qu’elles devraient prendre. Ce n’est pas le cas – et nous ne contestons pas cela. »

Un commentateur d’Epoch Times qui prétend même ne pas être chrétien a noté que tout ce discours sur les passeports vaccinaux « ressemble beaucoup à la » marque de la bête « . » Cet écrivain est certainement d’accord avec ce sentiment.

Des informations supplémentaires sur les injections à «vitesse de distorsion» du gouvernement pour le virus chinois peuvent être trouvées sur ChemicalViolence.com.

Les sources de cet article incluent :

TheEpochTimes.com

NaturalNews.com

Ethan Huff         

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Père et fille sont décédés à quatre jours d’intervalle malgré la prise de différentes marques de vaccins COVID

Image: Father and Daughter died four days apart despite taking different brands of COVID vaccines

C’est une histoire tragique du Michigan qui a été révélée par Kathryn Kendall. Elle a perdu son père et sa sœur à quatre jours d’intervalle, et ils ont été vaccinés avec différentes marques de vaccins Covid.

(Article d’Angela Bininger republié de GlobalResearch.ca)

John Robert Kendall Jr. a reçu son deuxième vaccin Moderna en avril et, en quelques jours, il a eu une crise cardiaque et est décédé. Il est décédé le 28 avril 2021.

John a passé du temps en tant que maréchal américain et a un long curriculum vitae dans la fonction publique. John était également le cofondateur de DK security et aurait été un leader phénoménal.

Kimberly St. Charles, la fille de John, s’est fait vacciner vers la fin avril. Elle a choisi l’injection Covid du vecteur viral Johnson & Johnson. Malheureusement, Kimberly a commencé à montrer des symptômes de réaction le jour même où elle a reçu le vaccin. Elle s’est retrouvée aux soins intensifs quelques jours après son injection et ne s’en est jamais remise. Elle n’avait que 49 ans, aucun problème de santé connu et mère de quatre enfants.

Beaucoup sont reconnaissants et applaudissent le courage de Kathryn Kendall de s’exprimer afin que les autres soient informés de ces résultats tragiques. Nos pensées seront avec les amis et la famille de Robert & Kim alors qu’ils pleurent la perte de personnes si remarquables.

Si vous ou un proche avez/avez eu un effet indésirable dû à ces injections expérimentales de Covid EUA, veuillez me contacter. Nous avons besoin de personnes plus courageuses comme Kathryn pour s’exprimer.

Votre silence est consentement.

Pour en savoir plus : GlobalResearch.ca et VaccineDeaths.com

Nolan Barton

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

La Corée du Nord rejette le vaccin d’AstraZeneca contre le coronavirus  en raison d’effets secondaires potentiels, notamment des caillots sanguins mortels

Image: North Korea rejects AstraZeneca’s coronavirus vaccine over potential side effects, including fatal blood clots

Vendredi 9 juillet, un groupe de réflexion sud-coréen a déclaré que la Corée du Nord avait rejeté les expéditions prévues du vaccin d’AstraZeneca contre le coronavirus [de la Maladie à Coronavirus de 2019 = Coronavirus Desease 2019 (COVID-19)] en raison de préoccupations concernant les effets secondaires.

Les expéditions de vaccins étaient organisées dans le cadre du programme mondial de distribution COVAX. COVAX a déclaré qu’il fournirait près de 2 millions de doses de vaccins COVID-19 d’AstraZeneca à la Corée du Nord. Le premier lot était attendu fin mai mais a été retardé au milieu de consultations prolongées, a déclaré la Corée du Sud le mois dernier.

La Corée du Nord n’a signalé aucun cas de COVID-19, une position contestée par des responsables sud-coréens et américains. Mais le pays reclus a imposé des mesures antivirus strictes, notamment des fermetures de frontières et des restrictions aux voyages intérieurs.

Selon le rapport de l’Institute for National Security Strategy (INSS), qui est affilié à l’agence de renseignement sud-coréenne, Pyongyang étudie actuellement d’autres options vaccinales. Alors que la Corée du Nord a autorisé ses diplomates à l’étranger à recevoir des injections COVID-19 à partir de fin mars, elle ne tente pas de sécuriser les vaccins à usage interne, a déclaré l’INSS.

Le rapport de l’INSS indique également que la Corée du Nord n’aime pas les vaccins chinois en raison des craintes qu’ils ne soient pas aussi efficaces, mais elle a manifesté son intérêt pour les vaccins fabriqués en Russie, espérant qu’ils seraient donnés gratuitement.

« Il penche vers le vaccin russe, mais aucun arrangement n’a été pris », a déclaré à Reuters Lee Sang-keun, directeur de la recherche stratégique sur la péninsule coréenne à l’INSS. Lee a ajouté que les autorités nord-coréennes s’étaient inquiétées du vaccin AstraZeneca après des rapports d’événements rares mais graves de coagulation sanguine chez certaines personnes qui l’avaient reçu.

Mercredi 7 juillet, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que Moscou avait proposé à plusieurs reprises des vaccins à Pyongyang.

L’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI), l’une des organisations à la tête du COVAX, n’a ni confirmé ni infirmé le rapport de l’INSS.

« Nous continuons de travailler avec les autorités de la RPDC, comme nous travaillons avec tous les pays que nous servons, pour aider à répondre à la pandémie de COVID-19 », a déclaré un porte-parole de GAVI, en utilisant les initiales du nom officiel de la Corée du Nord – République populaire démocratique de Corée.

La Corée du Nord fait peut-être ce qu’il faut cette fois

La Corée du Nord avait des raisons de s’inquiéter. Le vaccin COVID-19 d’AstraZeneca a fait les gros titres à plusieurs reprises pour toutes les mauvaises raisons depuis qu’il a reçu le feu vert de l’Agence européenne des médicaments (EMA) fin janvier.

Juste après son approbation, divers pays d’Europe ont décidé de ne pas l’utiliser pour les personnes âgées et ont choisi d’attendre plus de données. (Connexes: les chercheurs confirment que les anticorps du vaccin AstraZeneca contre le coronavirus provoquent des caillots sanguins.)  

En mars, plus d’une douzaine de pays européens ont temporairement suspendu l’utilisation du vaccin COVID-19 d’AstraZeneca après l’apparition de cas de caillots sanguins et de faible numération plaquettaire. La société avait également été accusée d’avoir retenu des données pour donner l’impression que le vaccin était plus efficace qu’il ne l’était en réalité lors d’essais humains menés aux États-Unis, au Chili et au Pérou. 

Le vaccin COVID-19 d’AstraZeneca a également été répertorié dans un certificat provisoire de décès comme l’un des facteurs possibles qui ont conduit à la mort de la présentatrice de la BBC Lisa Shaw.

La famille de Shaw a déclaré que l’homme de 44 ans avait été traité pour des caillots sanguins quelques jours après avoir reçu la première dose d’AstraZeneca. Elle est décédée le 21 mai. Le présentateur de BBC Radio Newcastle n’était pas connu pour avoir des problèmes de santé sous-jacents.

« Lisa a développé de graves maux de tête une semaine après avoir reçu son vaccin AstraZeneca et est tombée gravement malade quelques jours plus tard », a déclaré la famille de Shaw dans un communiqué. « Lisa a développé de graves maux de tête une semaine après avoir reçu son vaccin AstraZeneca et est tombée gravement malade quelques jours plus tard.

Tous les effets indésirables n’étaient pas mortels, mais ils laissaient sûrement des traces sur leurs victimes. Sarah Beuckmann, une mère écossaise, a passé 16 jours à l’hôpital universitaire Queen Elizabeth alors que ses jambes se transformaient essentiellement en une paire d’ampoules géantes.

Elle a commencé à remarquer une éruption cutanée autour de ses chevilles une semaine après avoir reçu sa première dose du vaccin COVID-19 d’AstraZeneca. Les médecins ont déterminé que le vaccin avait provoqué la réaction après avoir effectué deux biopsies.

Suivez Immunization.news pour plus d’actualités et d’informations sur les vaccins contre le coronavirus.

Les sources comprennent :

MSN.com

Reuters.com

BigLeaguePolitics.com

BBC.com

DailyRecord.co.uk

Nolan Barton

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :