A la Une

Le gouvernement tunisien renversé après de violentes manifestations contre la COVID-19

Le président tunisien a limogé le Premier ministre et suspendu le Parlement, devenant ainsi le premier gouvernement au monde renversé à la suite des violentes manifestations de masse contre la COVID-19 à l’échelle nationale.

Govt Of Tunisia Toppled After Violent COVID-19 Protests

Le président tunisien a limogé le gouvernement et gelé le Parlement au milieu des troubles suscités par le système politique « dysfonctionnel » et l’effondrement des soins de santé. Ses opposants ont qualifié cette décision de « coup d’État » et ont appelé à des manifestations de rue.

À la suite d’une réunion d’urgence à son palais dimanche soir, le président Kais Saied a annoncé sa décision de limoger le Premier ministre Hichem Mechichi et de suspendre le parlement.

Dans une allocution télévisée, il a promis de consolider le pouvoir et de « sauver » le pays avec l’aide d’un nouveau Premier ministre.

[Les manifestants n’ont rien compris sur l’essentiel et la démarche, c’est tout le système lié aux mondialistes qui ont fabriqué le virus et les vaccins COVID-19 empoisonnés qu’il fallait démanteler, car le premier ministre, le parlement ne sont qu’un maillon de la chaine. – MIRASTNEWS]

Nous avons pris ces décisions… jusqu’au retour de la paix sociale en Tunisie et jusqu’à ce que nous sauvions l’État.

REGARDER: Le président tunisien Kais Saied a annoncé qu’il gelait le parlement, suspendait l’immunité de tous les députés, limogeait le Premier ministre Hicham Mechichi et prenait en charge le pouvoir exécutif pic.twitter.com/95rRxMzOvK

    – Middle East Eye (@MiddleEastEye) 26 juillet 2021

Des centaines de personnes qui s’étaient rassemblées contre le gouvernement plus tôt dans la journée ont célébré le mouvement drastique dans les rues, applaudissant, klaxonnant et chantant, alors que des véhicules militaires encerclaient le bâtiment du parlement et la télévision d’État.

    Le Président de la #Tunisie, M. Kais Saied rencontre son peuple et se promène en le saluant dans la rue Alhabib Borqaiba au cœur de la capitale Tunis. (Vidéo de la télévision tunisienne) @antonioguterres @PmTunisia @UKUN_NewYork @franceonu @USUN @Chinamission2un @RussiaUN https://t.co/5gBTV6FNqj

    – Talal Al-Haj (@TalalAlhaj) 26 juillet 2021

Le président du parlement et chef du parti islamiste «modéré» inspiré des Frères musulmans Ennahda, Rached Ghannouchi, a défié l’ordre mais a été empêché d’entrer au parlement.

    🇹🇳#L’armée tunisienne déploie des troupes dans la capitale, ferme les frontières et les aéroports. L’armée a également encerclé le siège du parlement alors que les législateurs du mouvement Ennahda inspiré des Frères musulmans tentaient d’entrer dans le bâtiment.

    #قيس_سعيد #تونس pic.twitter.com/epSivVowLI

    – Mohamed Samir (@Moh_S_Khedr) 25 juillet 2021

Ghannouchi a dénoncé la décision de Saied comme « un coup d’État contre la révolution et la constitution » et a appelé à des manifestations de rue dans un message vidéo aux partisans.

Nous considérons les institutions encore debout, et les partisans d’Ennahda et le peuple tunisien défendront la révolution.

    Após protestos contra a gestão do governance na pandemia e pela situação econômica, o presidente da Tunísia, Kais Saied, deu um autogolpe de Estado e anunciou a suspensão do parlamento e a demissão do primeiro-ministro Hicham Mechichi. Assim ele assume o commando total do país. pic.twitter.com/pA78Y52mea

    – Renato Souza (@reporterenato) 25 juillet 2021

Saied, cependant, a mis en garde ses opposants politiques contre le déclenchement de la violence dans la rue, affirmant que l’armée n’hésiterait pas à utiliser des armes à feu pour apaiser les troubles si cela devenait mortel.

Je mets en garde tous ceux qui pensent à recourir aux armes… et quiconque tire une balle, les forces armées répondront par des balles.

    Des foules de personnes ont inondé #Tunis pour célébrer la nouvelle que le président tunisien #KaisSaied a limogé le gouvernement et gelé le parlement, une décision qui a dramatiquement aggravé une crise politique, mais que ses opposants ont appelé un coup d’État.#Tunisiehttps://t.co/JC5JfcvxI0 pic.twitter.com/KfLh4rQ7Bg

    – Al Arabiya English (@AlArabiya_Eng) 26 juillet 2021

En vertu de la constitution, le président n’est directement responsable que des affaires militaires et des relations étrangères, mais la semaine dernière, il a confié à l’armée la responsabilité de la réponse à la pandémie de Covid-19 – après que le Premier ministre Mechichi a limogé le ministre de la Santé, le blâmant pour l’effondrement du système de soins de santé.

Louée comme le berceau du printemps arabe, la Tunisie a adopté une nouvelle constitution en 2014, mais n’a toujours pas de cour constitutionnelle pour régler les différends et ne parvient toujours pas à former un gouvernement stable. Le président Saied et le parlement ont tous deux été élus par le vote populaire en 2019, tandis que Mechichi a pris ses fonctions l’année dernière.

L’Ennahda de Ghannouchi, qui était interdit avant le soulèvement de 2011, est depuis devenu la force dominante au parlement, enfermé dans une rivalité politique constante avec le président et le Premier ministre.

    L’odeur de gaz lacrymogène était également perceptible lorsque nous sommes passés devant le bureau principal à Montplaisir plus tôt ce soir #Tunisie https://t.co/b0fbvZ1Uvk

    – Simon S. Cordall (@IgnitionUK) 26 juillet 2021

Irrités par le système politique « dysfonctionnel » et l’effondrement de l’économie, des milliers de manifestants, qui ne sont ouvertement soutenus par aucune des principales forces politiques, se sont de nouveau rassemblés dimanche dans la capitale, Tunis et d’autres villes.

Des affrontements ont éclaté au milieu des manifestations lorsque des personnes ont tenté de prendre d’assaut les bureaux du parti Ennahda, forçant la police à déployer des gaz lacrymogènes. La violence était apparemment la goutte d’eau pour Saied, l’incitant à prendre des mesures drastiques.

    TUNISIE : Des foules descendent dans les rues de Tunis ce soir pour célébrer la décision du président de limoger le gouvernement, de limoger le Premier ministre et de geler le parlement.

    Grand bouleversement politique. L’opposition islamiste qualifie cela de « coup d’État », rapporte les fermetures d’aéroports et de frontières : pic.twitter.com/HSdsf1tKXU

    – Joyce Karam (@Joyce_Karam) 25 juillet 2021

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GreatGameIndia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :