A la Une

Le vaccin Covid de Pfizer a fait pourrir la peau de la femme… avec des conséquences horribles

Image: Pfizer covid vaccine caused woman’s skin to begin rotting off her face… with horrifying consequences

Une femme de 49 ans de New York était sur le point de mourir d’un trouble cutané à médiation immunitaire qui a rapidement envahi son corps après avoir été «vaccinée» pour le coronavirus [SRAS-CoV-2] de Wuhan [de la Coronavirus Desease 2019 (Covid-19) = Maladie à Coronavirus de 2019MIRASTNEWS] avec l’injection de Pfizer.

Dans une étude de cas examinée par des pairs publiée la semaine dernière, des chercheurs de l’hôpital Prince Mohammed Bin Abdulaziz de Riyad ont révélé que la femme anonyme avait été transportée d’urgence aux urgences après avoir reçu sa première dose d’injection expérimentale d’ARNm de Pfizer, qui, selon les médias mainstream, est maintenant « entièrement approuvé » par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

« La patiente a commencé à développer de la fièvre, de la fatigue et des maux de tête suivis de lésions cutanées affectant son tronc et commençant à se propager à son visage et à ses membres supérieurs avec une ulcération buccale », explique l’étude, notant que la patiente a reçu du paracétamol sans amélioration notable.

« Le patient n’avait aucun antécédent de prise de nouveau médicament ou de traitement cosmétique au cours des deux mois précédant le développement des lésions cutanées. À l’examen, le patient était d’un état vital stable, anxieux et souffrait d’une douleur intense. Elle avait de nombreuses macules rouge purpurique et sombre impliquant la poitrine. »

Si vous souhaitez voir des photos de la peau de la femme (AVERTISSEMENT : GRAPHIQUE), vous pouvez le faire sur ce lien.

Le vaccin Covid Pfizer a fait développer des lésions cutanées aux organes génitaux chez une femme

Tout le corps de la femme s’est essentiellement recouvert de lésions, notamment sur l’abdomen, les membres supérieurs, le visage, le haut des cuisses et les organes génitaux. L’article explique qu’elle a montré « une coalescence de lésions avec des bulles flasques et des zones de décollement épidermique avec un signe de Nikolsky positif ».

« La muqueuse était impliquée dans son état », poursuit le document, « où elle avait une ulcération buccale étendue et des croûtes hémorragiques sur les lèvres. »

Ladite croûte est si troublante que cet écrivain a failli s’étouffer à sa vue. Et dire que tout cela a été fait pour soi-disant éviter quelques reniflements causés par le virus Fort Detrick payé par Tony Fauci avec l’argent des contribuables américains.

Environ 30 pour cent du corps de la femme serait maintenant couvert de ces lésions, grâce à la piqûre de Pfizer. Elle a reçu deux doses d’étanercept à 60 ng/ml par voie sous-cutanée, la première le jour de son admission à l’hôpital et la seconde deux jours plus tard.

Deux jours après avoir reçu la première dose de ce médicament d’urgence, la femme a cessé de former des lésions sur son corps. On dit qu’elle a eu une « guérison complète » 22 jours après cela.

La femme aurait été diagnostiquée avec un syndrome de Stevens-Johnson, ainsi qu’un spectre de nécrolyse épidermique toxique (SJS/TEN). En un mot, le vaccin de Pfizer a fait pourrir sa peau, et elle aurait continué à pourrir, la tuant finalement, sans l’intervention d’urgence.

« TEN est considéré comme une urgence médicale et nécessite l’arrêt immédiat de l' »agent incriminé » », a rapporté le blog Covid, notant que les vaccins et autres médicaments pharmaceutiques sont les principales causes de ces conditions.

« Les chercheurs ont conclu qu’il n’y avait » aucune autre cause identifiable « pour le TEN chez la femme en question autre que l’injection de Pfizer. »

De même, un homme du nom de Richard Terrell, situé aux États-Unis, a développé une éruption cutanée et un gonflement de tout le corps pendant quatre jours après avoir reçu l’injection Covid expérimentale de Johnson & Johnson (J&J). Une autre personne, Leigh King d’Écosse, a développé la même chose après avoir reçu l’injection d’AstraZeneca.

« Le cas présent est la première réaction cutanée grave / potentiellement mortelle que nous avons couverte à la suite des injections d’ARNm », ajoute The Covid Blog. « Il y a 66 cas de SJS et TEN enregistrés dans le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) au 13 août. »

Les dernières nouvelles sur la mort et la destruction causées par les vaccins contre la grippe Fauci peuvent être trouvées sur ChemicalViolence.com.

Les sources de cet article incluent :

TheCovidBlog.com

NaturalNews.com

Ethan Huff

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Le vaccin Covid de Pfizer qui a été frauduleusement « approuvé » par la FDA est le même que celui qui ÉCHOUE en Israël, une nation maintenant au bord d’une nouvelle CRISE Covid, même avec un taux de vaccination de 80%

Image: Pfizer covid vaccine that was fraudulently “approved” by the FDA is the same one that’s FAILING in Israel, a nation now brought to the brink of a new covid CRISIS, even with an 80% vaccination rate

Une crise sanitaire majeure balaie Israël, grâce aux « vaccins » contre le coronavirus [SRAS-CoV-2] de Wuhan [de la Coronavirus Desease 2019 (Covid-19)]. Les nouveaux « cas » de virus chinois montent en flèche et le coupable, admettent maintenant les experts, ce sont les vaccins.

Malgré le respect écrasant de la campagne de vaccination du gouvernement, les Israéliens vaccinés continuent de tomber malades et de propager cette maladie à d’autres, y compris à ceux qui ont reçu les vaccins.

Avec environ 80 % du pays désormais « entièrement vacciné », Israël était censé être un brillant exemple de la façon de mettre fin à une « pandémie ». Au lieu de cela, il est devenu l’éléphant dans la pièce illustrant l’échec total de l’« Operation Warp Speed ».

Après qu’Israël ait obtenu ce que le gouvernement a revendiqué comme « l’immunité collective » à la suite d’une vaccination de masse, la plupart d’Israël est revenu à la normale, pour ensuite constater une recrudescence de la maladie quelques semaines plus tard.

La situation du pays est maintenant bien pire qu’elle ne l’était avant l’introduction des vaccins, et les vaccins sont à blâmer. La plandémie aurait pris fin il y a plusieurs mois si les «experts» avaient laissé le premier tour du virus suivre son cours.

« Israël a signalé 9 831 nouveaux cas diagnostiqués mardi, à un cheveu du pire chiffre quotidien jamais enregistré dans le pays – 10 000 – au plus fort de la troisième vague », a rapporté The Daily Beast.

« Plus de 350 personnes sont mortes de la maladie au cours des trois premières semaines d’août. »

Les hôpitaux israéliens sont pleins à craquer de patients malades et vaccinés

Lors d’une récente conférence de presse, les directeurs de sept hôpitaux publics à travers Israël ont sobrement annoncé qu’ils ne pouvaient plus admettre de patients atteints du coronavirus [SRAS-CoV-2] de Wuhan [de la Coronavirus Desease 2019 (Covid-19)] car ils étaient pleins à craquer.

L’effet de l’injection de la majeure partie du pays est qu’une autre «vague» de maladie et de mort balaie le pays, conduisant le pays au bord d’une catastrophe majeure pour la santé publique.

« Je ne veux pas vous effrayer », a annoncé le tsar israélien du coronavirus, le Dr Salman Zarka au parlement du pays. «Mais ce sont les données. Malheureusement, les chiffres ne mentent pas.

Les experts autoproclamés ont hésité à blâmer les injections, bien sûr, choisissant plutôt de blâmer « tous les vecteurs », quoi que cela soit censé signifier. Quiconque y prête attention, cependant, peut clairement voir que les vaccins ont non seulement échoué, mais ont aggravé les choses de manière exponentielle.

« Nous sommes toujours au milieu d’une pandémie, et il n’y a pas de solution miracle », a déclaré Hagai Levine, professeur d’épidémiologie à l’Université hébraïque de Jérusalem, au Daily Beast.

En parlant de The Daily Beast, ce média d’extrême gauche a choisi de blâmer « les Israéliens revenant de vacances à l’étranger pendant les semaines au cours desquelles Israël a abandonné toutes les mesures restrictives » pour la dernière vague de nouveaux cas. Il mentionne également une « diminution inquiétante de l’efficacité du vaccin après environ six mois » comme autre motivation.

Ce récit d’efficacité de six mois semble être le nouveau sujet de discussion des médias, qui prépare les choses pour la prochaine phase des injections « de rappel » à venir dans une ville près de chez vous. En fin de compte, le but des fascistes médicaux est de vacciner tout le monde semestriellement pour les germes chinois pour le reste de leur vie. 

Faire cela détruira bien sûr l’immunité naturelle des personnes vaccinées, ce qui en fera des clients à vie pour Big Pharma. En retour, beaucoup de nouvelles liquidités seront générés pour les barons de la pharmacie au détriment de la santé publique.

C’est l’approche qu’Israël et presque tous les autres pays qui ont suivi le scénario plandémique de l’année dernière adoptent pour aider à « arrêter la propagation ». Aucune mention n’est jamais faite d’un mode de vie sain ou de la prévention, bien sûr, ce qui mettrait un terme à toute la folie sans qu’il soit besoin de plus d’injections.

Pour suivre les dernières nouvelles sur les injections de virus chinois, consultez ChemicalViolence.com.

Les sources de cet article incluent :

Archive.is

NaturalNews.com

Ethan Huff                      

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Destituable ! Biden abandonne des milliers d’Américains en Afghanistan alors qu’il emmène les citoyens afghans avant les nôtres

Image: Impeachable! Biden abandoning thousands of Americans in Afghanistan as he takes Afghani citizens out ahead of our own

Une procédure de destitution aurait déjà dû commencer contre Joe Biden pour avoir aidé et encouragé une invasion d’étrangers illégaux dans notre pays après avoir annulé presque toutes les politiques de contrôle des frontières du président Donald Trump.

Ils auraient également dû commencer après qu’il ait récemment ignoré une décision de la Cour suprême déclarant que le pouvoir exécutif n’avait aucune autorité constitutionnelle pour imposer ou prolonger un moratoire sur les loyers et les expulsions.

Mais maintenant, non seulement Biden devrait être destitué, mais il devrait littéralement être accusé de trahison – une allégation forte, oui, mais d’une précision imminente.

Contrairement au président Donald Trump, dont l’allégation de « trahison » et de « sédition » était basée sur le mensonge selon lequel il aurait « incité » la brèche du 6 janvier au Capitole – dont nous savons qu’il s’agissait en réalité d’une attaque sous fausse bannière planifiée par le FBI – Biden quittant Des citoyens américains pourrir dans les cellules des talibans s’ils survivent même est impardonnable et ne peut pas être autorisé à rester debout.

Plus tôt cette semaine, lorsqu’on lui a demandé si l’administration serait en mesure de faire sortir tous les Américains du pays avant la date limite stricte du 31 août, l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a indiqué que la réponse est non.

Selon le Brief conservateur, Psaki n’a même pas sourcillé lorsqu’elle a fait l’aveu :

Lors de la conférence de presse, Psaki n’a pas seulement qualifié la crise afghane de Joe Biden de « succès », elle a semblé admettre que tous les Américains ne seront pas évacués du pays contrôlé par les talibans.

Psaki a déclaré que la mission d’évacuation des citoyens américains dépendait « d’une coordination continue avec les talibans », ajoutant que Biden avait demandé des plans d’urgence au Pentagone.

    Doocy : « Vous avez dit hier qu’il était irresponsable de dire que les Américains sont bloqués en Afghanistan en ce moment. Que dites-vous aux citoyens américains de Kaboul à qui la renarde a parlé ce matin » qui dit qu’elle a été « bloquée ».

    Psaki répond avec une salade de mots de la taille d’une cuisine de banquet. pic.twitter.com/PpDC8SEYTD

    – Curtis Houck (@CurtisHouck) 24 août 2021

Cela ne devait pas être ainsi. En fait, cela n’aurait pas dû être ainsi.

Peu importe que les États-Unis soient littéralement en Afghanistan depuis maintenant deux décennies ; et peu importe qu’un accord ait été conclu avec les talibans, au prix de la libération de quelque 5 000 prisonniers talibans détenus par le gouvernement afghan de l’époque, en février 2020, donnant aux États-Unis suffisamment de temps pour commencer à faire sortir les gens.

Et en fait, l’administration Trump a commencé le processus ; Les troupes américaines et les sous-traitants américains de soutien ont été progressivement réduits au cours des prochains mois. Mais ensuite, la réélection de Trump lui a été volée et Biden est entré et a ignoré les termes du retrait alors qu’il ignorait et annulait tout ce que Trump avait fait et accompli.  

Ce qui se passe actuellement à Kaboul, en Afghanistan, avec la débâcle chaotique qui se déroule avant qu’une prise d’otages américaine massive n’évolue, est en fait bien pire que ce qui s’est passé dans ce qui était alors Saigon, au Sud-Vietnam, en avril 1975, lorsque les Américains ont évacué cette ville à la hâte notre sortie de la guerre du Vietnam – dit un ancien correspondant du Chicago Tribune qui était sur le terrain à l’époque.

Ron Yates a déclaré cette semaine à un forum qu’il se souvient que les troupes américaines ont travaillé pendant des semaines pour faire sortir du pays le personnel sud-vietnamien qui les a aidés tout au long du conflit.

« Ils ont réussi à faire sortir beaucoup de monde », a rappelé Yates dans « American Thought Leaders » d’Epoch Times le 20 août.

Mais en même temps, le régime Biden n’a pas fait de même pour les Afghans qui ont travaillé pour et avec les États-Unis pendant des décennies.

C’est un désastre absolu », a déclaré Yates. «Ils ont eu des mois pour le faire. Pourquoi n’ont-ils pas pu commencer ce processus il y a trois ou quatre mois, en faisant sortir petit à petit ces Afghans qui allaient être, probablement, ciblés par les talibans après leur prise de pouvoir ?

Ce n’est pas comme si le régime ne savait pas ce qui va se passer. Infowars note que le département d’État a publié cette semaine une déclaration disant que tous les Américains laissés en Afghanistan seront « sans assistance » avant de se rétracter officiellement.

Ces diplomates chevronnés et ces fonctionnaires de l’État profond savaient ce qui allait se passer – et ils l’ont quand même laissé faire.

C’est de la trahison, carrément. Et si le peuple américain laisse ces fonctionnaires et le régime Biden s’en tirer, nous méritons la tyrannie qui s’ensuivra.

Les sources comprennent :

Infowars.com

TheEpochTimes.com

NewsTarget.com

JD Heyes                      

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

FRAUDE AU VACCIN: le CDC répertorie les décès entièrement vaccinés COVID-19 comme non vaccinés s’ils meurent dans les 14 jours suivant la deuxième dose

Image: VAX FRAUD: CDC listing fully vaccinated COVID-19 deaths as unvaccinated if they die within 14 days of second dose

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) répertorient les personnes décédées du coronavirus de Wuhan [de la Coronavirus Desease 2019 (COVID-19)] comme non vaccinées si elles meurent dans les 14 jours suivant la deuxième dose de vaccin.

Les médias mainstream ont publié plusieurs articles qui sont censés prouver que les Américains non vaccinés constituent la grande majorité des cas récents de COVID-19. Un article de Yahoo Finance affirme même que la population non vaccinée de Los Angeles est 29 fois plus susceptible d’être hospitalisée pour COVID-19. (Connexe : les personnes non vaccinées ont déjà atteint l’immunité collective, tandis que les VACCINÉS tombent maintenant malades car leurs vaccins échouent.)  

Ce rapport cite le « Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité » du CDC publié le mardi 24 août. Le rapport fournit aux gens les définitions du CDC pour « entièrement vacciné », « partiellement vacciné » et « non vacciné ».

Selon le tableau, une personne n’est considérée comme complètement vaccinée que si 14 jours se sont écoulés depuis la deuxième dose du vaccin COVID-19 de cette personne.

« Cela signifie que si une personne a été hospitalisée, admise en soins intensifs, a eu besoin d’une ventilation mécanique ou est décédée dans les deux semaines suivant l’injection, elle est considérée comme » non vaccinée » », a écrit Kelen McBreen pour InfoWars.

De plus, cela signifie que le nombre de personnes prétendument non vaccinées qui sont décédées de la COVID-19 est très probablement très gonflé. Mais malheureusement, les données du CDC ne sont pas suffisamment spécifiques pour aider les analystes à distinguer combien de personnes entièrement vaccinées ont été hospitalisées ou sont décédées de la [maladie] COVID-19 mais ont été étiquetées à tort comme non vaccinées.

« L’ensemble du rapport peut essentiellement être jeté à la poubelle grâce à l’inclusion des personnes récemment vaccinées dans la catégorie des non vaccinés », a écrit McBreen. « Ces données intentionnellement trompeuses sont maintenant utilisées pour porter atteinte aux droits du peuple de Californie et de l’ensemble des États-Unis alors que les mandats de vaccination et les passeports sont déployés à l’échelle nationale. »

Plus de mandats de vaccins arrivent en Californie

La récente approbation de la Food and Drug Administration (FDA) pour le vaccin COVID-19 Pfizer-BioNTech est un désastre pour la Californie. Des experts californiens pensent que l’approbation de la FDA ouvre la voie à davantage de mandats de vaccins dans différents secteurs de la société. 

San Francisco a été la première grande région métropolitaine de Californie à imposer des vaccins. Le mandat de la ville empêche les personnes non vaccinées et les personnes incapables de prouver leur statut vaccinal d’entrer dans certaines entreprises comme les bars, les restaurants et les gymnases.  

Suite à l’annonce de la FDA concernant le vaccin Pfizer, la Chambre de commerce de San Francisco a déclaré que les entreprises non incluses dans le mandat se sont également volontairement inscrites pour mandater des vaccins dans leurs établissements.

Le Dr Peter Chin-Hong, médecin spécialiste des maladies infectieuses à l’Université de Californie à San Francisco, a averti que l’approbation complète de la FDA a permis aux autorités de l’État de mettre en œuvre davantage de mandats en matière de vaccins.

«Je pense qu’étant donné le sceau d’approbation fédéral… cela donnera confiance pour mettre cela à plus grande échelle, pour l’étendre pour ainsi dire. Au-delà d’une exigence du comté », a déclaré Chin-Hong.

Une situation similaire peut être observée dans les collèges de Californie. Certains, comme l’Université de Californie et l’Université d’État de Californie, n’ont pas pris la peine d’attendre l’approbation de la FDA et ont forcé leurs étudiants et leur personnel à se faire vacciner pour le semestre d’automne.

Certains des 115 collèges communautaires basés sur le campus de l’État n’ont pas non plus pris la peine d’attendre l’approbation de la FDA. Mais la plupart n’ont pas encore mis en œuvre des mandats pour contraindre les étudiants et le personnel à obtenir les vaccins COVID-19 expérimentaux et criblés d’effets secondaires.

Rafael Chavez, porte-parole du bureau du chancelier de l’État supervisant les collèges communautaires de Californie, s’attend à ce que « plus de collèges adoptent des mandats sur les vaccins » à la suite de l’annonce de la FDA.

L’un des premiers districts dhttps://www2.calstate.edu/e collèges communautaires qui devrait imposer des vaccins est le district de Los Angeles Community College. C’est de loin le plus grand district de l’État, englobant neuf collèges et plus de 230 000 étudiants.

Si une plus grande partie de la Californie relève des mandats de vaccination, le nombre de décès dus à la COVID-19 dans l’État augmentera probablement. Beaucoup d’entre eux seront sans aucun doute étiquetés comme non vaccinés même s’ils ont reçu deux doses de COVID-19.

Les sources comprennent :

InfoWars.com

CDC.gov [PDF]

ABC7News.com

EdSource.org

Arsenio Toledo                       

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Big Pharma développe un nouveau médicament pour traiter les effets indésirables causés par les « vaccins » Covid… parce que la folie ne s’arrête jamais

Image: Big Pharma developing new drug to treat adverse reactions caused by covid “vaccines” … because the insanity never ends

Les « vaccins » contre le coronavirus [SRAS-CoV-2] de Wuhan [de la Coronavirus Desease 2019 (Covid-19)] font souffrir les gens d’une maladie connue sous le nom d’« auto-attaque dépendante des anticorps » (ADAA), pour laquelle Big Pharma est déjà en train de créer un nouveau produit pharmaceutique pour le traiter.

Une étude pré-imprimée publiée sur le site Web bioRxiv explique que les «anticorps anti-spike» induits par les injections de virus chinois «peuvent avoir un effet pathogène en se liant aux cellules épithéliales pulmonaires malades et en induisant des réponses immunitaires trompeuses pour attaquer les auto-cellules». Ainsi, les chercheurs travaillent sur un nouveau candidat médicament pour à la fois prévenir et traiter ce phénomène potentiellement mortel.

« Le candidat médicament est une formulation comprenant de l’ester méthylique d’acide N-acétylneuraminique (NANA-Me), un analogue de l’acide N-acétylneuraminique », explique le document. « ANA-Me agit par le biais d’un mécanisme d’action unique (MOA) qui est la réparation de l’acide sialique manquant sur les cellules de l’épithélium pulmonaire malade. »

En empêchant les anticorps de se lier aux cellules malades, le candidat-médicament pourrait, selon les chercheurs, réduire le taux de maladie et de décès parmi ceux qui se font vacciner contre la grippe Fauci conformément aux recommandations du gouvernement.

« … la formulation a le potentiel de prévenir et de traiter les effets indésirables des vaccins COVID-19 car les vaccins peuvent induire des anticorps similaires, y compris des anticorps pathogènes », poursuit le document.

« La formulation sera utile pour augmenter la sécurité des vaccins sans réduire l’efficacité du vaccin. Par rapport aux médicaments antiviraux existants, la formulation a un MOA unique de récepteurs de ciblage, un large spectre d’indications, un excellent profil d’innocuité, une résistance aux mutations et peut être facilement produite.

Les actionnaires d’une société pharmaceutique ont écrit un article poussant un « remède » médicamenteux contre les blessures causées par le vaccin Covid

Le document a été rédigé par de nombreux actionnaires de sociétés pharmaceutiques qui ont un intérêt financier dans le candidat-médicament présenté comme le «remède» contre l’ADAA induite par le vaccin Covid.

L’un d’eux, Huiru Wang, détient des parts dans Huirui Biopharma, tandis que Xiaoling Liu et Yuxing Chen, deux autres auteurs, détiennent des parts dans HuaAn McAb Biotechnology.

« Il y a des demandes de brevet en instance liées à ce travail », explique le document au bas de sa « Déclaration d’intérêt concurrent ».

Le fait que Big Pharma pousse déjà de nouveaux médicaments contre le virus chinois pour traiter les dommages causés par les médicaments existants contre le virus chinois, le tout pour des profits énormes, n’est guère une surprise. Après tout, Moderna, qui produit l’un des « vaccins » mortels à injection d’ARNm poussés dans le cadre de « l’opération Warp Speed ​​», n’est rien d’autre qu’une opération massive de « pompage et vidage ».

Il s’avère que toute la plandémie du coronavirus de Wuhan[de la Coronavirus Desease 2019 (Covid-19)] est une question d’argent et de dépeuplement. Presque rien n’est proposé comme « solution » au virus n’a rien à voir avec l’aide aux gens. Il s’agit de remplir les poches des riches tout en profitant des pauvres.

Et à quoi d’autre les gens s’attendraient-ils de la part des mêmes personnes qui encouragent les escroqueries liées à la drogue depuis des décennies ? La machine Big Pharma est une question d’argent, qui est le veau d’or de l’industrie. La nature, quant à elle, passe toujours au second plan par rapport aux derniers breuvages de sorcières provenant des sociétés pharmaceutiques.

Puisque nous savons que les vaccins contre la grippe de Wuhan détruisent le système immunitaire des gens au fil du temps, on s’attend à ce que de nombreux nouveaux médicaments soient en cours de développement pour traiter les dommages. Ces médicaments comprennent de nouvelles injections « de rappel » et d’autres thérapies novatrices qui feront grimper les cours des actions des sociétés pharmaceutiques, rendant les investisseurs extrêmement riches au détriment de la santé publique.

« Cela aide certainement lorsque vous avez des goûts comme Fauci … faisant la promotion des « thérapeutiques » trop chers et de vaccins dangereux et non éprouvés, tandis que les remèdes naturels et les produits pharmaceutiques bon marché font déjà un excellent travail pour guérir même les plus malades», a écrit un commentateur de Natural News.

Pour rester au courant des dernières nouvelles sur les blessures et les décès par balles de Fauci Flu, visitez ChemicalViolence.com.

Les sources de cet article incluent :

Les sources comprennent :

Ethan Huff                       

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News  

REGARDER: le capitaine des pompiers de Los Angeles refuse le vaccin Covid dans un discours épique

Image: WATCH: Los Angeles fire captain refuses covid vaccine in epic speech

Les responsables gouvernementaux de la Cité des Anges sont furieux contre une vidéo que le capitaine des pompiers de Los Angeles, Christian Granucci, a publiée sur les réseaux sociaux s’opposant au mandat de «vaccin» de la ville contre le coronavirus de Wuhan [de la Coronavirus Desease 2019 (Covid-19)].

Dans la vidéo – assurez-vous de la regarder ci-dessous – Granucci dénonce les responsables de la ville de L.A. qui tentent de forcer tous les employés publics à se faire injecter la grippe de Wuhan sous peine de sanctions.

« C’est de la tyrannie », déclare Granucci avec insistance dans la vidéo.

« C’est une question de liberté de choix. Le ministère a déclaré que nous pouvons demander une exemption médicale … ​​c’est une tarte dans le ciel. Nous pouvons même demander des exemptions religieuses, mais ils savent qu’ils ont des solutions pour les contourner. Les vaccins viendront. Et puis après ça, ce sera un rappel (booster), et un autre rappel et un autre rappel. Quand cela finira-t-il ? Quand cette tyrannie s’arrêtera-t-elle ?

Le vétérinaire de 31 ans du département refuse d’obéir à une ordonnance de la ville exigeant que tous les employés de la ville présentent une preuve d’injection ou un test Covid «négatif» hebdomadaire afin de rester en emploi. Les employés non exemptés ont jusqu’au 7 septembre pour obtenir leur première dose de Pfizer ou de Moderna, et jusqu’au 5 octobre pour obtenir leur deuxième dose.  

Les employés de la ville qui optent pour l’injection à dose unique Johnson & Johnson (J&J) ont jusqu’au 5 octobre pour se faire injecter.

Granucci dit qu’il envisage de mettre un terme à la « tyrannie »

Non seulement Granucci ne prévoit pas de se faire injecter dessus, mais il s’est également engagé à combattre la décision au nom des autres employés de la ville qui ne veulent pas se faire piquer. Il a également fustigé les pompiers et le syndicat représentant les pompiers pour avoir accepté la tyrannie.

« Vous avez décidé de faire de la politique avec nous », a déclaré Granucci à propos du syndicat des pompiers.

Granucci et ses partisans envisagent en outre de « rechercher un avocat », dit-il, contre la ville de Los Angeles pour avoir tenté de violer les droits des employés de la ville.

« Nous allons vous livrer ce combat, la ville de Los Angeles », a proclamé Granucci, qualifiant l’avocat anonyme impliqué dans le combat de « requin ».

Les dernières données montrent que bon nombre des personnes admises dans les hôpitaux de la région de Los Angeles avec « Covid » sont des patients qui ont récemment reçu une injection. Malgré cela, le conseil municipal local a décidé qu’imposer les vaccins à tout le monde, y compris les réticents, était le meilleur moyen d’« aplatir la courbe ».

« Les pompiers et les ambulanciers paramédicaux de LAFD sont à la pointe de la lutte contre le coronavirus depuis près de 18 mois en fournissant des vaccinations, des tests et des soins médicaux d’urgence à des centaines de milliers d’Angelenos », a déclaré Freddy Escobar, président des United Firefighters of LA City, dans une déclaration.

«Lorsque la ville a fermé ses portes, ce sont nos premiers intervenants qui ont continué à se présenter pour prendre soin de nos résidents face à l’incertitude.»

Plutôt que de permettre aux employés de la ville de prendre leurs propres décisions en matière de santé, Escobar et d’autres pensent que pénétrer de force dans le corps des gens avec des produits chimiques mystérieux est le meilleur moyen de «sauver des vies» et de mettre fin à la plandémie.

« Mon ami à l’église, un capitaine des pompiers à la retraite du comté de L.A., dit que le pauvre gars se fait foutre sur les braises parce qu’il est en service et en uniforme », a écrit un commentateur de Citizen Free Press à propos de Granucci. « Nous espérons que ses collègues pompiers le soutiendront !

« Merci pour l’inspiration », a écrit un autre. « Ma société m’a donné jusqu’au 31 août pour me plier ou subir le même sort. Bon, il a fallu 4 infirmières pour me retenir quand j’avais 2 ans pour une piqûre… Je n’ai pas beaucoup changé. Ne pas prendre le vaccin…”

Les injections de virus chinois blessent et tuent des milliers de personnes. Pour vous tenir au courant des dernières nouveautés, visitez ChemicalViolence.com.

Les sources de cet article incluent :

CitizenFreePress.com

NaturalNews.com

Ethan Huff                       

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News  

De plus en plus de scientifiques mainstream dénoncent désormais la fraude totale des « injections de rappel » du vaccin Covid

Image: More mainstream scientists now speaking out against the total fraud of covid vaccine “booster shots”

Pendant des mois, l’établissement fédéral de la santé a poussé les Américains à « se faire vacciner » contre la COVID-19, car c’est le seul moyen pour eux de garantir que nous, en tant que pays, pourrions « revenir à la normale ».

Cette poussée arrivait malgré le fait que plusieurs études ont montré que les dizaines de millions d’Américains qui ont contracté le virus, dont la grande majorité se sont bien rétablis (dont ces gens ne parlent jamais), ont une bonne immunité contre COVID-19 parce que des anticorps créés. 

La pression pour faire vacciner tout le monde est également venue alors qu’une nouvelle variante est apparue – Delta – qui conduit maintenant les mêmes crétins à prétendre que nous aurons tous besoin de rappels COVID si nous espérons un jour survivre à l’attaque virale.

En attendant, peu d’autres experts qui ne sont pas des fonctionnaires de carrière et des bureaucrates fédéraux comme le Dr Anthony Fauci sont restés assez silencieux alors que le pays se faisait mentir à plusieurs reprises à propos de ces vaccins (et maintenant des injections de rappel) alors que davantage d’infections « percées » commençaient à se produire parce que de la mutation dans les variantes Delta (et autres) (car c’est ce que font les virus lorsqu’ils sont confrontés à une résistance).

Mais cela est en train de changer.

Croyez-le ou non, le fil de presse des médias mainstream Reuters a en fait publié un rapport à la fin de la semaine dernière contenant des citations d’épidémiologistes de premier plan qui ne sont pas du tout convaincus que l’ajout d’un rappel COVID au régime des vaccins inefficaces existants est une bonne idée du tout.

Jusqu’à présent, une grande partie des données montrent que les infections révolutionnaires surviennent principalement chez les Américains plus âgés, ce qui n’est pas surprenant étant donné que la population était la plus vulnérable à la souche d’origine.

«Nous ne savons pas si cela se traduit par un problème avec le vaccin qui fait ce qui est le plus important, à savoir protéger contre l’hospitalisation, la mort et les maladies graves. Sur ce, le jury est toujours dehors », Dr Jesse Goodman, un expert en maladies infectieuses à l’Université de Georgetown à Washington et un ancien scientifique en chef de la Food and Drug Administration des États-Unis, a déclaré à Reuters, qui a ajouté :

Certains experts ont remis en question l’accent mis sur les injections de rappel alors qu’environ 30% des Américains éligibles n’ont pas encore reçu même une première dose de vaccin, malgré les nouveaux cas de COVID-19 et les décès en augmentation à travers le pays….

De plus, ont averti les scientifiques, nous pourrions nous retrouver dans une situation où nous commençons à « courir après nos queues » et à offrir en permanence de plus en plus de vaccins aux gens, tandis que le virus s’adapte ou que des variantes plus nocives apparaissent dans des zones où les vaccins sont plus rares.

« La chose la plus importante, je pense, à ce stade que les rappels, c’est de s’assurer que nous recevons le vaccin dans n’importe quel bras qui n’en a pas eu aussi vite que possible », Dr Dan McQuillen, spécialiste des maladies infectieuses à Burlington, Mass, et le nouveau président de l’Infectious Diseases Society of America, ont également déclaré au fil de presse.

[Pour nous, les vaccins COVID-19 étant des poisons, il n’est pas possible de les administrer dans les corps humains. MIRASTNEWS]

« Vous pourriez vous retrouver dans une situation où vous courez après votre queue, en donnant de plus en plus de rappels aux États-Unis et en Europe occidentale, tandis que des variantes plus dangereuses viennent d’autres endroits », a ajouté le Dr Isaac Weisfuse, épidémiologiste et professeur adjoint à l’Université Cornell. Santé publique.

Ceci, malgré le fait que les chercheurs (y compris certains au sein du gouvernement fédéral, croyez-le ou non) apprennent qu’au moins un vaccin, de Moderna, cause des problèmes cardiaques chez de nombreux jeunes, du début à la fin de l’adolescence.

« Il pourrait y avoir une incidence 2,5 fois plus élevée de myocardite chez ceux qui reçoivent le vaccin Moderna par rapport au vaccin Pfizer », selon Reuters dans un rapport séparé.

Cette information arrive en retard, bien sûr, puisque quelque 142 millions de vaccins Moderna ont déjà été administrés.

Les Américains – comme tout le monde dans le monde – se sont fait mentir tôt et souvent à propos de ce virus par l’élite au pouvoir qui possède et gère tout.

Le seul moyen de revenir de l’abîme est de tous les expulser et de recommencer.

Les sources de cet article incluent :

Reuters.com

NaturalNews.com

JD Heyes                        

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :