A la Une

WUHAN.GATES – 41. « Le SRAS-2 EST UNE BIO-ARME ». Plainte au Tribunal de La Haye avec Expertise Montagnier. Le renseignement américain «sépare» entre virus naturel ou de laboratoire

WUHAN.GATES – 41. “SARS-2 IS A BIO-WEAPON”. Complaint to the Hague Court with Montagnier Expertise. US Intelligence “split” between Natural or Laboratory Virus

Par Fabio Giuseppe Carlo Carisio

Version italienne

«Nous avons maintenant des preuves convaincantes que le virus du SRAS-CoV-2 et les «vaccins» COVID-19 sont des armes biologiques délibérément conçues qui ont été lancées en deux phases sur les peuples du monde sans méfiance. Nous sommes particulièrement heureux d’avoir eu l’amabilité d’avoir un accès exclusif à un exemplaire préliminaire du nouveau livre du Dr Richard M. Fleming, Is COVID-19 a Bioweapon? Une enquête scientifique et médico-légale, qui, selon nous, fournira des preuves incontestables à la CPI de la nature d’arme biologique du virus SARS-CoV-2 et des vaccins dits COVID-19 ».

La Britannique Kaira S. McCallum, pharmacienne, et Melinda C. Mayne, avocate, l’ont écrit dans un deuxième recours présenté à la Cour pénale internationale dans lequel figure également un affidavit, ou affidavit, du célèbre virologue français Luc Montagnier, entre le premier à valider la théorie du virus pandémique [de la] Covid-19 construite en laboratoire.

Le siège de la Cour pénale internationale (CPI de l’acronyme en anglais) à La Haye, Pays-Bas

Sur la base de cette nouvelle, nous étions prêts à développer un résumé des preuves les plus importantes recueillies dans les 40 enquêtes du cycle de WuhanGates, mais entre-temps, une autre communication est arrivée des États-Unis, remarquable bien que confuse et très suspecte.

La communauté américaine du renseignement, à travers son département de coordination ODNI (Bureau du directeur du renseignement national), a publié une note officielle non classifiée pour nier le fait même que le SARS-Cov-2 soit une arme bactériologique. Mais il l’a si mal nié que cela a laissé ceux qui ont lu le document avec les mêmes doutes qu’avant.

Des doutes qui deviennent énormes quand on rappelle que la directrice du renseignement national des États-Unis du 21 janvier 2021 est l’avocate Avril Haines, experte en armes biologiques et ancienne directrice adjointe de la Central Intelligence Agency (2013-2015) et ancienne conseillère adjointe à la sécurité nationale de la Maison Blanche (2015-2017) sous l’administration Obama-Biden, précisément dans la période où, grâce au projet Predict 2 financé par l’agence gouvernementale américaine USAID (bras financier de la CIA), par la Fondation Bill & Melinda Gates et par le NIH (National Institute of Health) dirigé par Anthony Fauci, des expériences sur des supervirus chimériques ont été menées.

En effet, des agents pathogènes recombinants du SRAS (à partir de 2003), infectés par le VIH/SIDA, ont été construits et renforcés dans la charge virale avec Gain de Fonction à des fins vaccin-arme biologique « à double usage » à l’Institut de virologie de Wuhan et dans le bio- laboratoire de Chapel Hill de l’Université de Caroline du Nord, sous la tutelle du renseignement américain en collaboration (à Wuhan) avec des appareils militaires chinois.

La partie la plus intéressante du communiqué de l’ODNI est en fait celle qui fait une très brève référence à ces recherches dangereuses sur les coronavirus. Mais avant d’analyser son contenu, voyons attentivement la dénonciation des femmes britanniques en résumant tous les scientifiques et experts du renseignement désormais nombreux qui ont soutenu et soutenu la thèse du SARS-Cov-2 créée en laboratoire.

LA PLAINTE DES MILITANTS BRITANNIQUES

«Le 20 avril de cette année, nous, soussignés, avons adressé à la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye une « demande d’enquête » de 27 pages, alléguant que certains membres du gouvernement britannique et ses conseillers, ont été complices de génocide, de crimes contre l’humanité et de violations du Code de Nuremberg» ont écrit Kaira S. McCallum et Melinda C. Mayne.

« Le 28 avril 2021, nous avons reçu un accusé de réception formel de la CPI et un numéro de dossier (143/21) nous a été attribué. Contrairement à d’autres pays, notre demande n’a pas été rejetée quelques semaines après sa soumission, mais elle n’a pas non plus été formellement acceptée et le statut de notre demande est donc effectivement dans les limbes depuis quelques mois ».

« Nonobstant ce qui précède, nous avons continué à collecter et à examiner toutes les nouvelles recherches et preuves qui pourraient être utilisées dans notre réclamation à la CPI si elles étaient acceptées pour enquête et nous avons également établi activement des liens avec des avocats et des chercheurs du monde entier » ajoute l’avocat et le pharmacien.

«Compte tenu de la quantité très importante de nouvelles preuves et d’informations qui ont été révélées depuis que nous avons initialement émis notre demande en avril, nous avons pris la décision de déposer une nouvelle demande auprès de la CPI. Nous sommes très heureux d’avoir obtenu des déclarations sous serment d’experts de premier plan, qui sont en premier lieu : le chercheur scientifique et cardiologue nucléaire Dr Richard M. Fleming, le virologue lauréat du prix Nobel Luc A. Montagnier et le Dr Kevin W. McCairn, un neuroscientifique et expert en maladies neurologiques».

C’est à ce stade que McCallum et Mayne rapportent les phrases péremptoires déjà mentionnées dans l’ouverture de l’article : « Nous avons maintenant des preuves convaincantes que le virus SARS-CoV-2 et les ‘vaccins’ COVID-19 sont des publié en deux phases sur les peuples sans méfiance du monde. Une enquête scientifique et médico-légale, qui, selon nous, fournira des preuves incontestables à la CPI de la nature d’arme biologique du virus SARS-CoV-2 et des vaccins dits COVID-19 ».

«Nous avons également été en discussion avec des avocats de plusieurs autres pays, sur la possibilité de fusionner afin de soumettre une Requête combinée à la CPI. Nous avons le plaisir d’annoncer que nous avons maintenant été rejoints par des avocats qui ont déposé des requêtes à la CPI de la Slovaquie, de la France et de la République tchèque et le 12 août 2021, nous avons envoyé une lettre à la CPI demandant que nous soyons autorisés à soumettre une réclamation conjointe. Dans le même temps, nous avons également soumis des preuves préliminaires des allégations qui nous sont communes, tout en demandant de nous réserver le droit de faire enquêter par la CPI, les allégations spécifiques à nos différents pays ».

Par exemple : « Au Royaume-Uni, nous avons demandé un examen du génocide des personnes âgées qui a eu lieu dans les maisons de soins et les hôpitaux et l’utilisation inappropriée du midazolam et de la morphine. Nous avons également demandé, dans notre revendication commune, qu’il y ait un moratoire immédiat sur l’ensemble du programme de « vaccins » COVID-19 dans nos quatre pays et la fin des tests sur les personnes asymptomatiques« .

« Nous attendons maintenant la décision de la CPI quant à savoir si a) ils autoriseront en principe une réclamation conjointe de plusieurs pays et b) ils accepteront notre ‘Demande d’enquête’ conjointe », ont commenté l’avocat et le pharmacien.

«Compte tenu de la nature extrêmement grave de la situation qui prévaut dans nos quatre pays en ce qui concerne l’escalade de l’apartheid médical, la perte des libertés et droits fondamentaux et le nombre toujours croissant et très élevé de décès et d’événements indésirables graves subis par les bénéficiaires de « vaccins » COVID-19, nous avons attiré l’attention de la CPI sur la nécessité urgente pour la Cour d’agir rapidement et sans plus tarder et à cette fin, nous avons demandé une réunion à La Haye dès que possible».

Dans l’attente d’une réponse de la CPI, ils dialoguent avec d’autres avocats : « qui n’ont pas encore déposé leur Requête individuelle auprès de la CPI, mais qui ont indiqué vouloir nous rejoindre et nous comptons leur apporter toute notre aide ».

Axé également sur la diffusion d’informations sur des thérapies efficaces contre le [SRAS-CoV-2 de la] Covid-19, souvent ignorées par les gouvernements comme l’ont dénoncé le biologiste Franco Trinca et l’avocat Alessandro Fusillo dans leur intégration envoyée aux magistrats italiens et évoquant l’hypothèse du crime de massacre d’État.

LE VIRUS DE LABORATOIRE DANS LES ENQUÊTES DE WUHAN-GATES

Pour confirmer le bien-fondé des accusations des deux juristes britanniques, rappelons que leur collègue américain Robert F. Kennedy jr., déjà capable de gagner un procès contre le ministère américain de la Santé dans lequel il démontrait l’absence de pharmacovigilance active sur les dommages des vaccins, il a déclaré à plusieurs reprises que la « pandémie actuelle est planifiée depuis des décennies par Gates et Fauci ». Une phrase politique forte, sur laquelle il a basé son dernier livre sur Fauci, que Gospa News a en effet corroborée à travers de multiples analyses de publications scientifiques et d’intrigues commerciales internationales.

Montagnier, lauréat du prix Nobel de médecine pour sa précédente découverte du VIH, le virus de l’immunodéficience humaine, a été le premier à affirmer que le SRAS-Cov-2 a été créé en laboratoire dans une « affaire sino-américaine » comme en témoignent toutes nos recherches ultérieures. Le célèbre virologue français a pris la défense des biologistes indiens de la Kusuma School of Biology de New Delhi, qui « ont été contraints de se retirer », selon Montagnier, de leurs recherches dans lesquelles non seulement l’origine artificielle du virus pandémique a été prouvée mais aussi la présence anormale de quatre séquences VIH/SIDA, confirmée par le scientifique français, très expert en la matière.

Bien dirigé par une étude du bio-ingénieur Pierre Bricage, expert en génétique moléculaire et ancien consultant de l’OTAN, nous avons développé une recherche sur les virus chimériques recombinants (car construits en laboratoire), c’est à dire construits avec un vecteur pathogène et un agrégat un, découvrant des dizaines d’expériences publiées dans de grandes revues médicales au cours des 15 dernières années où le SRAS a été utilisé comme vecteur du VIH dans le double but d’un vaccin contre le sida ou d’une arme bactériologique très puissante.

Le premier d’entre eux a été créé à l’Institut de virologie de Wuhan dans le lointain 2004 grâce au financement EPISARS de la Commission européenne présidée par Romano Prodi, futur premier ministre italien du premier gouvernement du Parti démocrate (2006). Depuis 2009, le plan d’expérimentation du coronavirus est passé entre les mains des démocrates américains sous l’administration Obama-Biden.

Cette première étude à Wuhan, supervisée par l’Institut Pasteur à Paris où Montagnier avait travaillé jusqu’en 2000 avant de se rendre en Chine, a fourni les plasmides infectés par le VIH alors utilisés à Chapel Hill par l’Université de Caroline du Nord dans la construction de supervirus du SRAS avec profit. de fonction (augmentation de la charge virale similaire au concept d’enrichissement d’uranium dans les armes atomiques). La recherche américaine a été menée en dérogation au moratoire d’Obama précisément contre les expérimentations de Gain de Fonction, dont le financement a été suspendu en raison de leur dangerosité. Mais étrangement, 5 études sur le SRAS se sont poursuivies grâce à la dérogation accordée par le NIH de Fauci.

Par souci de concision on ne peut que citer les tests sur le SRAS, le MERS (le même Syndrome Respiratoire Sévère découvert au Moyen-Orient en 2012) et le VIH, encore plus mystérieux car inédits, menés au National Microbiology Lab de Winnipeg (Manitoba, Canada) par le regretté professeur Frank Plummer, décédé subitement d’une maladie en Afrique.

Dans la dernière enquête de WuhanGates, nous avons plutôt publié l’histoire de toutes les expériences de laboratoire dangereuses menées sur les coronavirus par le professeur Ralph Baric, de l’Université de Caroline, sous l’égide d’Anthony Fauci, résumée avec des détails d’enquête par le médecin américain David E. Martin, venez faire des déclarations sensationnelles.

«En bref, le ministère américain de la Santé et des Services sociaux a participé au financement de l’amplification de la nature infectieuse du coronavirus entre 1999 et 2002 avant que le SRAS ne soit jamais détecté chez l’homme», a écrit Martin dans son Dossier Fauci insinuant que même le SRAS de 18 ans il y a peut-être été construit en laboratoire.

RENSEIGNEMENTS AMÉRICAINS : « LE SARS-COV-2 N’EST PAS UNE BIO-ARME MAIS… »

«L’IC évalue que le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19, a probablement émergé et infecté les humains lors d’une première exposition à petite échelle qui s’est produite au plus tard en novembre 2019 avec le premier groupe connu de cas de COVID-19 survenant en Wuhan, Chine en décembre 2019. En outre, le CI a pu parvenir à un large accord sur plusieurs autres questions clés. Nous jugeons que le virus n’a pas été développé comme une arme biologique ».

C’est ce que l’on lit dans le communiqué diffusé hier par l’ODNI (Bureau du Directeur du Renseignement National) qui dans les phrases suivantes est pourtant rempli de doutes, en raison de la divergence d’opinions entre les 16 agences fédérales qui coordonnent (de la CIA du contre-espionnage étranger à la NSA militaire de la sécurité nationale intérieure).

La note publiée le 27 août par l’US Intelligence Community dirigée par ODNI – cliquez sur l’image pour lire le texte original en anglais

«Nous jugeons que le virus n’a pas été développé comme une arme biologique. La plupart des agences évaluent également avec une faible confiance que le SRAS-CoV-2 n’a probablement pas été génétiquement modifié ; cependant, deux organismes estiment qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour faire une évaluation dans un sens ou dans l’autre. Enfin, l’IC évalue que les responsables chinois n’avaient pas de connaissance préalable du virus avant l’apparition de l’épidémie initiale de COVID-19 ».

Dans cette phrase, le bureau de renseignement américain dirigé par la directrice Avril Haines va même jusqu’à décharger les scientifiques chinois de toute responsabilité et surtout la soi-disant « femme chauve-souris » Shi Zhengli, directrice du Center for Emerging Infectious Diseases of l’Institut de virologie de Wuhan, qui lui a valu ce surnom justement en raison des expériences répétées et risquées de coronavirus de chauves-souris chinoises en fer à cheval, supervisées par la Central Intelligence Agency en vertu du financement transféré par l’administration Obama-Biden au laboratoire chinois, juste en période au cours de laquelle Haines était directeur adjoint de l’appareil de contre-espionnage le plus puissant au monde.

Par ailleurs, Haines a été le protagoniste de l’exercice de simulation sur une épidémie de coronavirus qui s’est tenu à New York en octobre 2019, appelé Event 201 et financé par Gates et le Forum économique mondial de Klaus Schwabs, théoricien de la Grande Réinitialisation. Mais elle avait prophétisé un événement pandémique pour une maladie respiratoire grave en 2018 dans l’espoir qu’un nouvel «ordre mondial» puisse le contrer.

«Après avoir examiné tous les rapports de renseignement disponibles et d’autres informations, cependant, l’IC reste divisé sur l’origine la plus probable de COVID-19. Toutes les agences évaluent que deux hypothèses sont plausibles : une exposition naturelle à un animal infecté et un incident de laboratoire » comme on peut le voir dans la suite du communiqué, l’hypothèse du SARS-Cov-2 d’origine artificielle reste toujours en place, également en vertu de la référence aux expériences sur les coronavirus.

«Quatre éléments IC et le National Intelligence Council évaluent avec une faible confiance que l’infection initiale par le SRAS-CoV-2 était très probablement causée par une exposition naturelle à un animal infecté ou à un virus progéniteur proche – un virus qui serait probablement supérieur à 99 pour cent similaire au SRAS-CoV-2. Ces analystes accordent du poids au manque de préconnaissance des responsables chinois, aux nombreux vecteurs d’exposition naturelle et à d’autres facteurs », a déclaré US IC.

«Un élément IC évalue avec une confiance modérée que la première infection humaine par le SRAS-CoV-2 était très probablement le résultat d’un incident associé au laboratoire, impliquant probablement une expérimentation, une manipulation d’animaux ou un échantillonnage par l’Institut de virologie de Wuhan. Ces analystes donnent du poids au caractère intrinsèquement risqué des travaux sur les coronavirus ».

«Les analystes de trois éléments IC restent incapables de s’unir autour de l’une ou l’autre explication sans informations supplémentaires, certains analystes privilégiant l’origine naturelle, d’autres une origine de laboratoire et certains considérant les hypothèses comme tout aussi probables», poursuit le communiqué.

«Les variations dans les points de vue analytiques découlent en grande partie de différences dans la façon dont les agences évaluent les rapports de renseignement et les publications scientifiques, et les lacunes en matière de renseignement et de science. L’IC juge qu’ils ne seront pas en mesure de fournir une explication plus définitive de l’origine de la COVID-19 à moins que de nouvelles informations ne leur permettent de déterminer la voie spécifique du premier contact naturel avec un animal ou de déterminer qu’un laboratoire de Wuhan manipulait le SRAS-CoV. -2 ou un virus progéniteur proche avant l’émergence de COVID-19 ».

Dans ces phrases, la note ODNI atteint le summum de l’hypocrisie car apparemment le média web Gospa News a réussi à trouver plus de traces des liens entre SARS-Cov-2 que les 007 des agences fédérales américaines n’en ont trouvé ou voulu trouver.

AUSSI LE MIT A ÉCRIT SUR LA THÈSE DU VIRUS DE LABORATOIRE

En ce sens, cependant, nous devons nous souvenir de ce qui a été écrit par un officier des Forces de défense israéliennes à la retraite, expert en microbiologie et analyste du renseignement militaire.

«Ce débat est très compliqué et contient un potentiel de révélations explosives à plusieurs niveaux, mais les communautés du renseignement du monde entier sont restées largement silencieuses sur la question. C’est à la fois intriguant et sans surprise. Plusieurs pays occidentaux, ainsi que la Russie, l’Inde, le Japon et l’Australie, avaient formé des estimations de renseignement dès janvier 2020 mais ont gardé leurs conclusions discrètes» Le lieutenant-colonel à la retraite Dany Shoham, expert en armes biologiques et en guerre chimique et biologique au Moyen-Orient Est, a écrit au Centre Besa.

Puis il a ajouté : « L’administration américaine a indiqué, il y a plusieurs mois, qu’une contagion contre nature était probable, mais aucune déclaration de ce type n’a été officiellement publiée par les services de renseignement américains. Aux niveaux de l’OTAN et des « Five Eyes », des estimations approfondies du renseignement ont probablement été produites en interne, mais elles n’ont pas non plus été rendues publiques ». (Lire la suite)

L’ARTICLE ENTIER CONTINUE ICI

en savoir plus… sur la puce sous-cutanée du Pentagone pour Covid

Fabio Giuseppe Carlo Carisio

© COPYRIGHT GOSPA NEWS

pas de reproduction sans autorisation

SOURCES PRINCIPALES

GOSPA NEWS – DOSSIER WUHAN-GATES

GOSPA NEWS – ENQUÊTES SUR LE CORONAVIRUS

COMMUNIQUÉ DE PRESSE AVOCATS – ACTION JURIDIQUE DEVANT LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE

COMMUNAUTÉ ODNI US INTELLIGENCE – PRISES DE CONTRÔLE CLÉS SUR SARS-COV-2

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Gospa News

Sous la tyrannie du covid, les hôpitaux américains sont devenus des USINES DE MEURTRE où l’ivermectine est interdite car elle sauve des vies

Image: Under covid tyranny, US hospitals have become MURDER FACTORIES where ivermectin is forbidden because it saves lives

Partout aux États-Unis, des hôpitaux ont été transformés en usines de meurtre où les gens sont faussement «diagnostiqués» avec Covid via un test PCR frauduleux, puis mis sur des ventilateurs mal calibrés et fabriqués en Chine qui soufflent leurs poumons et les tuent. Les interventions médicales sûres et efficaces qui sauvent réellement des vies parmi les victimes de Covid – comme l’ivermectine – sont strictement interdites dans presque tous les hôpitaux du pays, évidemment dans le cadre d’un programme médical malveillant visant à exterminer autant de patients que possible pour faire monter la « pandémie » nombres de décès.

À l’ère de la Covid, l’éthique médicale a été complètement abandonnée. Le credo du « premier ne pas nuire » de la profession médicale a été inversé en « D’abord, nuire au plus grand nombre possible ». Les droits des patients ont été anéantis et les médecins qui dénoncent ces pratiques sont pourchassés par les commissions médicales de l’État et même les médias d’entreprise.

Ce qui était autrefois un système de médecine est devenu un système de meurtre délibéré.

L’ancien agent de la CIA et analyste politique Robert David Steele a été tué hier avec un ventilateur d’hôpital. Et selon les annonces publiques d’Alex Jones, le système médical a tenté d’assassiner son propre père ainsi qu’un journaliste d’InfoWars nommé Rob Dew (qui a été « sauvé » de l’hôpital et se remet maintenant, grâce à des traitements efficaces). L’activiste pro-liberté Scott McKay (The Patriot Street Fighter) a également déclaré publiquement que son propre père avait été récemment tué par le personnel médical d’un hôpital. Ce ne sont là que quelques-unes des personnes les plus en vue dont les proches ont été la cible de meurtres par des hôpitaux américains… il existe des centaines de milliers d’exemples similaires parmi des individus moins connus qui ont perdu des êtres chers à cause d’opérations de meurtre à l’hôpital.

Personne n’est en sécurité dans un hôpital conventionnel

Maintenant, personne n’est en sécurité dans aucun hôpital. On ne peut pas faire confiance au personnel médical pour faire ce qu’il faut ou même essayer de sauver des vies. C’est pire que la simple incompétence ou l’ignorance, aussi, puisque les hôpitaux essaient maintenant très clairement de tuer le plus de patients possible en leur refusant des traitements qui fonctionnent (ivermectine) tout en poussant des interventions qui tuent (ventilateurs).

Tous ceux qui sont tués par des politiques hospitalières meurtrières et des médecins complices seraient morts « de la Covid ». Mais c’est un mensonge, bien sûr, puisque n’importe qui peut être testé « positif » pour Covid en passant simplement un échantillon à travers un instrument PCR tourné jusqu’à 35 cycles. Ce dont les gens meurent vraiment, c’est une combinaison de meurtres médicaux délibérés et d’attaques d’armes biologiques à protéines de pointe de vaccin. Vos chances de survie sont plutôt minces lorsque votre médecin essaie de vous tuer et que les vaccins sont chargés d’armes biologiques qui sont également conçues pour détruire votre corps de l’intérieur.

Pourtant, les politiques hospitalières interdisent les traitements à l’ivermectine ou à l’hydroxychloroquine, sans parler de la vitamine D et du zinc. De telles politiques sont en contradiction directe avec la science réelle sur ce qui fonctionne, et il est évident que ces politiques sont motivées par le profit et la politique, et non par l’éthique médicale ou la compassion pour les autres êtres humains.

Je sens une vague de poursuites pour faute professionnelle médicale contre des médecins et des hôpitaux qui ont participé aux opérations « usine à meurtre » de 2020 et 2021. Parce que la vérité éclate. Et la vérité est que pratiquement tout le système médical contrôlé par les grandes sociétés pharmaceutiques qui domine les soins de santé aujourd’hui fonctionne désormais davantage comme une organisation terroriste brandissant des armes de destruction massive contre des victimes innocentes, tout en étant payé par un gouvernement complice qui perpétue la plandémie. Lisez plus de nouvelles à ce sujet sur MedicalTyranny.com

Obtenez tous les détails dans le podcast Situation Update d’aujourd’hui via Brighteon.com :

Brighteon.com/6bb1992e-3d3f-4d3e-8ccb-af64b8897ad1

Obtenez plus de podcasts et d’interviews chaque jour sur :

https://www.brighteon.com/channels/hrreport

Mike Adams

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Des e-mails montrent que Fauci et Zuckerburg se sont entendus pour semer la panique des coronavirus

Image: Emails show Fauci, Zuckerburg colluded to sow coronavirus panic

Des courriels récents ont montré que le meilleur expert américain en maladies infectieuses, le Dr Anthony Fauci, a travaillé avec Facebook pour conditionner les mentalités des gens sur le coronavirus [SRAS-CoV-2] de Wuhan [de la Coronavirus Desease 2019 (COVID-19)]. Les correspondances entre Fauci et le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, étaient centrées sur la maladie et le vaccin lui-même. Le site de médias sociaux a essentiellement servi de bras de propagande à l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), que dirige Fauci.

Un e-mail de février 2020 a vu Zuckerberg demander à Fauci comment il pourrait aider à la création et à la distribution du vaccin COVID-19. Le PDG de Facebook a félicité le directeur du NIAID à cette époque pour avoir annoncé que le vaccin était prêt pour les essais sur l’homme. Zuckerberg a demandé dans l’e-mail : « Y a-t-il des ressources que notre fondation peut aider à fournir pour potentiellement accélérer cela – ou au moins s’assurer qu’il reste sur la bonne voie ?

Fauci a répondu par l’affirmative, affirmant que l’institut avait besoin d’aide avec des ressources pour son essai de vaccin de phase deux « si [cela] n’obtient pas [son] supplément budgétaire demandé ». Il a remercié Zuckerberg pour l’offre et a promis d’informer le responsable de Facebook si le procès « déraille ».

Zuckerberg a ensuite envoyé un autre e-mail à Fauci en mars 2020 alors que la pandémie se dirigeait vers l’Amérique. Il a proposé un centre d’information sur le coronavirus sur Facebook pour « s’assurer que les gens peuvent obtenir des informations faisant autorité à partir de sources fiables ». Cependant, cet effort a également permis à la plate-forme de médias sociaux de restreindre les informations sur COVID-19 qui allaient à l’encontre du récit pris en charge.

Le PDG de Facebook a déclaré dans son e-mail : « En tant que partie centrale de ce hub, je pense qu’il serait utile d’inclure une vidéo de vous, car les gens font confiance et veulent entendre des experts plutôt que juste un groupe d’agences et de dirigeants politiques. »

Fauci a répondu au courrier électronique de Zuckerberg et a qualifié sa proposition de « géniale ». Il a ajouté : « Je serais heureux de faire une vidéo pour votre hub. Nous devons toucher autant de personnes que possible et les convaincre de prendre au sérieux les stratégies d’atténuation, sinon les choses vont empirer. »

Facebook a augmenté sa censure de la « désinformation » sur le coronavirus à 11

Il est vrai que le site de médias sociaux a réussi à censurer une prétendue « désinformation » sur le coronavirus de Wuhan. Selon un rapport Breitbart d’août 2020, Facebook a annoncé la suppression de sept millions de messages contenant de la désinformation « nuisible » sur COVID-19. Le site a supprimé le contenu entre avril et juin de la même année.

De plus, Facebook a mis des étiquettes d’avertissement sur 98 millions de publications supplémentaires sur toutes ses plateformes – y compris Instagram – car elles étaient « trompeuses ». Lesdites publications ont reçu les étiquettes d’avertissement au cours de la même période en 2020. Zuckerberg a précédemment déclaré que les étiquettes d’avertissement sont aussi efficaces que la suppression des publications elles-mêmes, car elles découragent 95% des utilisateurs de visualiser le contenu.

Des mois plus tard, le site de médias sociaux a annoncé qu’il censurerait une désinformation similaire sur les vaccins COVID-19. CNBC a rapporté en décembre de l’année dernière que Facebook « commencerait à supprimer les fausses allégations concernant les vaccins [COVID-19] qui ont été démystifiés par des experts en santé publique ». (Connexes : Facebook va désormais interdire les « fausses allégations » sur les vaccins contre les coronavirus.)

La plateforme a élaboré sa politique dans un article de blog. « Cela pourrait inclure de fausses allégations sur la sécurité, l’efficacité, les ingrédients ou les effets secondaires des vaccins. Par exemple, nous supprimerons les fausses allégations selon lesquelles les vaccins COVID-19 contiennent des puces électroniques ou tout autre élément qui ne figure pas sur la liste officielle des ingrédients des vaccins », a-t-il déclaré. Facebook a ajouté qu’il « mettra régulièrement à jour les allégations [it supprimer] en fonction des directives des autorités de santé publique ».

Mais les fissures de Facebook se sont encore manifestées malgré son soutien à Fauci et la censure des publications critiques à l’égard des vaccins. En février 2021, Project Veritas a publié des images divulguées de Zuckerberg lui-même exprimant ses doutes concernant les vaccins COVID-19. Selon le lanceur d’alerte qui a envoyé la vidéo, le PDG de Facebook a fait ces remarques lors d’une session interne hebdomadaire de questions-réponses en juillet 2020.

Le responsable de Facebook a déclaré dans la vidéo : « Je veux juste m’assurer que je partage une certaine prudence sur ce [vaccin], car nous ne connaissons tout simplement pas les effets secondaires à long terme de la modification fondamentale de l’ADN et de l’ARN des gens. [Aussi,] la capacité de produire ces anticorps et si [le vaccin] provoque d’autres mutations ou d’autres risques en aval. Il y a donc du travail sur les deux voies du développement de vaccins. » (Connexe: Project Veritas publie des images du PDG de Facebook montrant des inquiétudes concernant les injections contre le coronavirus de Wuhan.)

Visitez TechGiants.news pour lire plus d’histoires sur la censure par Facebook et d’autres plateformes de médias sociaux pendant la pandémie de COVID-19.

Les sources comprennent :

BigLeaguePolitics.com

Breitbart.com

CNBC.com

ProjectVeritas.com

Ramon Tomey             

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :