A la Une

26 041 décès 2 448 362 blessures suite à des injections COVID dans la base de données de l’Union européenne alors que la Slovénie suspend l’injection de J&J après la mort d’un étudiant de 20 ans

Par Brian Shilhavy

Rédacteur en chef, Health Impact News

La base de données de l’Union européenne sur les rapports de réactions médicamenteuses suspectées est EudraVigilance, et ils signalent désormais 26 041 décès et 2 448 362 blessures, à la suite d’injections COVID-19.

Un abonné de Health Impact News d’Europe nous a rappelé que cette base de données gérée par EudraVigilance ne concerne que les pays d’Europe qui font partie de l’Union européenne (UE), qui comprend 27 pays.

Le nombre total de pays en Europe est beaucoup plus élevé, presque deux fois plus, au nombre d’environ 50. (Il existe des divergences d’opinion quant aux pays faisant techniquement partie de l’Europe.)

Aussi élevés que soient ces chiffres, ils ne reflètent PAS toute l’Europe. Le nombre réel en Europe de morts ou de blessés suite à des injections COVID-19 serait beaucoup plus élevé que ce que nous rapportons ici.

casaulties france slovenia

La base de données EudraVigilance rapporte qu’au 25 septembre 2021, 26 041 décès et 2 448 362 blessures ont été signalés à la suite d’injections de quatre injections COVID-19 expérimentales :

  • VACCIN COVID-19 à ARNm MODERNA (CX-024414)
  • VACCIN COVID-19 à ARNm PFIZER-BIONTECH
  • VACCIN COVID-19 ASTRAZENECA (CHADOX1 NCOV-19)
  • VACCIN COVID-19 JANSSEN (AD26.COV2.S)

Sur le total des blessures enregistrées, près de la moitié d’entre elles (1 176 130) sont des blessures graves.

« La gravité renseigne sur l’effet indésirable suspecté ; il peut être classé comme «grave» s’il correspond à un événement médical entraînant la mort, mettant la vie en danger, nécessitant une hospitalisation, entraînant une autre affection médicalement importante, ou la prolongation d’une hospitalisation existante, entraînant une invalidité ou une incapacité persistante ou importante , ou est une anomalie congénitale/malformation congénitale.

Un abonné de Health Impact News en Europe a publié les rapports pour chacun des quatre vaccins COVID-19 que nous incluons ici. C’est beaucoup de travail que de compiler chaque réaction avec les blessures et les décès, car il n’y a pas de place dans le système EudraVigilance que nous avons trouvé qui compile tous les résultats.

Depuis que nous avons commencé à publier ceci, d’autres européens ont également calculé les chiffres et confirmé les totaux.*

Voici les données récapitulatives jusqu’au 25 septembre 2021.

Total des réactions pour le vaccin ARNm Tozinameran (code BNT162b2, Comirnaty) de BioNTech/Pfizer12 362 décès et 1 054 741 blessures au 25/09/2021

  • 28 662 Troubles du système sanguin et lymphatique incl. 172 décès
  • 29 569 Troubles cardiaques incl. 1 834 décès
  • 277 Troubles congénitaux, familiaux et génétiques incl. 23 décès
  • 14 027 Troubles de l’oreille et du labyrinthe incl. 9 décès
  • 822 Troubles endocriniens incl. 5 décès
  • 16 330 Troubles oculaires incl. 30 décès
  • 92 590 Troubles gastro-intestinaux incl. 514 décès
  • 274 633 Troubles généraux et anomalies au site d’administration incl. 3 517 décès
  • 1 186 Troubles hépatobiliaires incl. 59 décès
  • 10 876 Troubles du système immunitaire incl. 65 décès
  • 36 113 Infections et infestations incl. 1 214 décès
  • 13 804 Blessures, intoxications et complications procédurales incl. 191 décès
  • 26 554 Enquêtes incl. 387 décès
  • 7 555 Troubles du métabolisme et de la nutrition incl. 225 décès
  • 138 223 Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif incl. 155 décès
  • 837 Tumeurs bénignes, malignes et non précisées (incl kystes et polypes) incl. 78 décès
  • 185 082 Troubles du système nerveux incl. 1 341 décès
  • 1 347 Conditions de grossesse, puerpéralité et périnatales incl. 39 décès
  • 172 Problèmes de produit incl. 1 décès
  • 19 436 Troubles psychiatriques incl. 159 décès
  • 3 605 Troubles rénaux et urinaires incl. 205 décès
  • 24 848 Troubles de l’appareil reproducteur et du sein incl. 4 décès
  • 46 177 Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux incl. 1 443 décès
  • 50 420 Affections de la peau et du tissu sous-cutané incl. 111 décès
  • 2 007 Circonstances sociales incl. 15 décès
  • 1 034 Procédures chirurgicales et médicales incl. 34 décès
  • 28 555 Troubles vasculaires incl. 532 décès

Total des réactions pour le vaccin à ARNm ARNm-1273 (CX-024414) de Moderna6 907 décès et 306 490 blessures au 25/09/2021

  • 6 051 Troubles du système sanguin et lymphatique incl. 67 décès
  • 9 283 Troubles cardiaques incl. 744 décès
  • 122 Troubles congénitaux, familiaux et génétiques incl. 3 décès
  • 3 769 Troubles de l’oreille et du labyrinthe incl. 1 décès
  • 248 Troubles endocriniens incl. 2 décès
  • 4 627 Troubles oculaires incl. 20 décès
  • 26 405 Troubles gastro-intestinaux incl. 269 ​​décès
  • 82 564 Troubles généraux et anomalies au site d’administration incl. 2 617 décès
  • 500 Troubles hépatobiliaires incl. 29 décès
  • 2 659 Troubles du système immunitaire incl. 11 décès
  • 9 570 Infections et infestations incl. 487 décès
  • 6 759 Blessures, intoxications et complications procédurales incl. 127 décès
  • 5 811 Enquêtes dont 128 décès
  • 2 944 Troubles du métabolisme et de la nutrition incl. 158 décès
  • 38 397 Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif incl. 139 décès
  • 369 Tumeurs bénignes, malignes et non précisées (y compris kystes et polypes) incl. 42 décès
  • 53 562 Troubles du système nerveux incl. 706 décès
  • 583 Conditions de grossesse, puerpéralité et périnatales incl. 8 décès
  • 62 Problèmes de produit incl. 2 décès
  • 5 772 Troubles psychiatriques incl. 118 décès
  • 1772 Troubles rénaux et urinaires incl. 114 décès
  • 4 576 Troubles de l’appareil reproducteur et du sein incl. 5 décès
  • 13 315 Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux incl. 682 décès
  • 16 453 Affections de la peau et du tissu sous-cutané incl. 62 décès
  • 1 366 Circonstances sociales incl. 28 décès
  • 1 032 Interventions chirurgicales et médicales incl. 71 décès
  • 7 919 Troubles vasculaires incl. 267 décès

Total des réactions pour le vaccin AZD1222/VAXZEVRIA (CHADOX1 NCOV-19) d’Oxford/AstraZeneca5 468 décès et 1 008 357 blessés au 25/09/2021

  • 12 160 Troubles du système sanguin et lymphatique incl. 226 décès
  • 17 334 Troubles cardiaques incl. 623 décès
  • 163 Troubles familiaux et génétiques congénitaux incl. 6 décès
  • 11 826 Troubles de l’oreille et du labyrinthe incl. 1 décès
  • 522 Troubles endocriniens incl. 4 décès
  • 17 753 Troubles oculaires incl. 26 décès
  • 97 985 Troubles gastro-intestinaux incl. 280 décès
  • 265 482 Troubles généraux et anomalies au site d’administration incl. 1 320 décès
  • 866 Troubles hépatobiliaires incl. 53 décès
  • 4 104 Troubles du système immunitaire incl. 25 décès
  • 26 800 Infections et infestations incl. 347 décès
  • 11 472 Intoxication par blessure et complications procédurales incl. 153 décès
  • 22 152 Enquêtes incl. 129 décès
  • 11 805 Troubles du métabolisme et de la nutrition incl. 77 décès
  • 151 690 Troubles musculosquelettiques et du tissu conjonctif incl. 76 décès
  • 536 Tumeurs bénignes malignes et non précisées (incl kystes et polypes) incl. 17 décès
  • 209 576 Troubles du système nerveux incl. 872 décès
  • 456 Grossesse conditions puerpérales et périnatales incl. 11 décès
  • 164 Problèmes de produit incl. 1 décès
  • 18 858 Troubles psychiatriques incl. 50 décès
  • 3 752 Troubles rénaux et urinaires incl. 49 décès
  • 13 707 Troubles de l’appareil reproducteur et du sein incl. 2 décès
  • 35 537 Troubles respiratoires thoraciques et médiastinaux incl. 654 décès
  • 46 297 Affections de la peau et du tissu sous-cutané incl. 40 décès
  • 1.328 Circonstances sociales incl. 7 décès
  • 1 199 Interventions chirurgicales et médicales incl. 24 décès
  • 24 833 Troubles vasculaires incl. 395 décès

Total des réactions pour le vaccin COVID-19 JANSSEN (AD26.COV2.S) de Johnson & Johnson1 304 décès et 78 774 blessés au 25/09/2021

  • 737 Troubles sanguins et lymphatiques incl. 32 décès
  • 1 315 Troubles cardiaques incl. 129 décès
  • 26 Troubles congénitaux, familiaux et génétiques
  • 687 Troubles de l’oreille et du labyrinthe incl. 1 décès
  • 47 Troubles endocriniens incl. 1 décès
  • 1 067 Troubles oculaires incl. 6 décès
  • 7 102 Troubles gastro-intestinaux incl. 59 décès
  • 20 536 Troubles généraux et anomalies au site d’administration incl. 333 décès
  • 98 Troubles hépatobiliaires incl. 9 décès
  • 321 Troubles du système immunitaire incl. 7 décès
  • 1 943 Infections et infestations incl. 79 décès
  • 743 Lésions, intoxications et complications procédurales incl. 17 décès
  • 3 998 Enquêtes incl. 79 décès
  • 465 Troubles du métabolisme et de la nutrition incl. 29 décès
  • 12 263 Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif incl. 33 décès
  • 37 Tumeurs bénignes, malignes et non précisées (y compris kystes et polypes) incl. 2 décès
  • 16 253 Troubles du système nerveux incl. 148 décès
  • 26 Grossesse, puerpéralité et affections périnatales incl. 1 décès
  • 21 Problèmes liés au produit
  • 1 059 Troubles psychiatriques incl. 11 décès
  • 311 Troubles rénaux et urinaires incl. 15 décès
  • 1 139 Troubles de l’appareil reproducteur et du sein incl. 4 décès
  • 2 786 Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux incl. 148 décès
  • 2 426 Affections de la peau et du tissu sous-cutané incl. 5 décès
  • 235 Circonstances sociales incl. 4 décès
  • 572 Interventions chirurgicales et médicales incl. 43 décès
  • 2 561 Troubles vasculaires incl. 109 décès

Joachim Kuhs, membre du Parlement européen, à la Commission européenne : « Appuyez sur le frein sur ces vaccins et arrêtez cette expérimentation sur les humains, je vous en supplie ! »

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Health Impact News

LA BOMBE de l’avocat Thomas Renz: près de 50 000 patients de Medicare sont décédés peu de temps après avoir reçu une injection COVID

Image: BOMBSHELL from attorney Thomas Renz: Nearly 50k Medicare patients died soon after getting COVID shot

Des informations critiques révélant le génocide par vaccin sont en train d’émerger. L’avocat Thomas Renz a présenté cette information explosive lors de l’événement Clay Clark ReAwaken America Tour à Colorado Springs samedi dernier.

Le texte suivant provient de la description de sa vidéo ainsi que de LifeSiteNews qui a couvert ces révélations choquantes :

Grâce à un lanceur d’alerte adressé à l’avocat Thomas Renz, le public voit maintenant, pour la première fois, des données concrètes de la plus grande base de données disponible aux États-Unis pour étudier l’impact de la COVID-19, y compris les décès et les blessures ; Le système de suivi CMS Medicare.

Lors d’un discours extraordinaire lors de la tournée ReAwaken America de Clay Clark, l’avocat Thomas Renz a choqué la foule de milliers de personnes présentes et de millions de personnes qui regardaient en direct alors qu’il révélait :

Ces données du Medicare Tracking System révèlent que 19 400 personnes de moins de 80 ans sont décédées dans les 14 jours suivant la réception du vaccin COVID-19.

De plus, 28 065 personnes sont décédées de plus de 80 ans dans les 14 jours suivant la réception du vaccin Covid-19.

Le nombre total de citoyens américains décédés dans les 14 jours suivant la réception du vaccin COVID-19 est de 48 465 selon des données fiables révélées dans le système de suivi Medicare.

https://www.brighteon.com/embed/9c9e7922-5290-4591-a60e-0311b2cdf957

En juillet, l’avocate Renz Whistleblower, sous peine de parjure, a déclaré qu’elle estimait qu’au moins 45 000 personnes étaient décédées des suites du vaccin Covid-19. USA Today Fact Checkers et d’autres services de vérification des faits ont affirmé qu’il s’agissait de « désinformation ». Les révélations d’aujourd’hui confirment que la « Trusted News Initiative » est en fait la source de désinformation et de propagande, et que l’avocat Thomas Renz Whistleblower avait raison depuis le début.

Après avoir prouvé que plus de 45 000 personnes sont mortes du vaccin COVID-19, l’avocat Renz a ensuite attiré son attention sur le nombre de personnes tuées dans les hôpitaux américains par le protocole de Remdesivir institué par le Dr Anthony Fauci.

L’avocat Renz est également en possession de données sur les décès dus au Remdesivir du système de suivi de l’assurance-maladie qui ont été refusées par le gouvernement à nos citoyens.

Les données du Remdesivir révèlent que sur les 7 960 bénéficiaires prescrits du Remdesivir pour Covid-19, 2 058 sont décédés. C’est 25,9%.

46% des personnes sont décédées dans les 14 jours suivant le traitement au Remdesivir. Le traitement Remdesivir a été établi dans les hôpitaux américains sous la direction du Dr Anthony Fauci.

Des événements indésirables graves ont été signalés chez 131 des 532 patients qui ont reçu du Remdesivir. C’est 24,6%.

L’avocat Renz dit : « Cela soulève la question… Pourquoi est-ce le protocole dans les hôpitaux américains ? Cela vous semble-t-il « sûr et efficace » ? »

De LifeSiteNews :

Un dénonciateur a fourni des données gouvernementales documentant 48 465 décès dans les 14 jours suivant la vaccination COVID-19 parmi les seuls patients de Medicare, selon l’avocat des droits de la liberté médicale Thomas Renz.

L’annonce samedi a été faite par l’avocat basé dans l’Ohio, qui reste impliqué dans plusieurs affaires majeures intentées contre des agences fédérales concernant la fraude et les violations des droits à la liberté médicale.

Dans sa présentation, Renz a exprimé sa gratitude aux dénonciateurs qui se sont présentés pour fournir au public des informations aussi importantes des Centers for Medicare & Medicaid Service (CMS). Il a décrit la base de données CMS comme la plus grande disponible aux États-Unis pour l’étude des tendances COVID-19, car elle contient les données d’environ 59,4 millions de bénéficiaires de Medicare.

Une diapositive a montré que le nombre de « personnes décédées dans les 14 jours suivant un vaccin COVID-19 » équivalait à 19 400 pour les moins de 81 ans et à 28 065 pour les 81 ans et plus, pour un total de 48 465 décès.

« Ce sont des données brutes », a expliqué Renz. « Il n’y a pas d’analyse. » Et, a-t-il souligné, ces nombres de décès proviennent de moins de 20% de la population américaine.

« Voulez-vous savoir pourquoi 14 jours est important ? » Il a demandé. « Parce que si vous mourez dans les 14 jours, vous n’êtes pas considéré comme vacciné. » Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), une personne n’est considérée comme « vaccinée » que 14 jours après la fin de son régime d’injection, ce qui soulève la question de savoir si les autorités gouvernementales ont classé ces décès comme autre chose que liés à la vaccination des morts.

Renz a fourni des captures d’écran des « données brutes des serveurs de Medicare », les qualifiant de « cadeau pour les « fact-checkers » de salaud qui n’arrêtent pas de mentir ».

En juillet, un lanceur d’alerte qui travaille professionnellement en tant que programmeur informatique dans l’analyse de données sur les soins de santé, a déclaré sous peine de parjure que les données de la CMS révélaient «au moins 45 000» décès liés au vaccin en raison d’injections expérimentales de vaccin COVID-19. USA Today et d’autres ont « vérifié » l’affirmation et l’ont qualifiée de désinformation.

Un communiqué de presse sur le site Web de Renz répond : « Les révélations d’aujourd’hui confirment que la » Trusted News Initiative « est en fait la source de désinformation et de propagande, et que [the] L’avocat Thomas Renz Whistleblower avait raison depuis le début. »  

Depuis que le déploiement des vaccins à base de gènes COVID-19 a commencé en décembre dernier, avec des effets indésirables, y compris la mort, signalés passivement sur le Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) du CDC, beaucoup ont estimé que le nombre réel de blessures était bien plus haut.

Les données les plus récentes du système VAERS du CDC publiées vendredi dernier révèlent des rapports de 726 965 événements indésirables aux États-Unis après la vaccination, dont 15 386 rapports de décès et 99 410 rapports de blessures graves, entre le 14 décembre 2020 et le 17 septembre.

Pourtant, la présomption de nombres réels nettement plus élevés est étayée par une étude de Harvard Pilgrim de 2010 qui a révélé que « moins de 1 % des blessures causées par le vaccin » sont signalées sur le VAERS. De plus, même les fabricants de vaccins ont calculé au moins une « sous-déclaration des événements indésirables de 50 fois » sur ce système.

Mike Adams

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Des MILLIONS meurent des vaccins Covid, mais les médias ne vous en parlent pas

Image: MILLIONS are dying from covid vaccines, but the media isn’t telling you about it

Il y a beaucoup plus de personnes qui meurent des « vaccins » contre le coronavirus de Wuhan [de la maladie Covid-19] que les autorités ne l’admettent.

Un nouveau rapport scientifique explique qu’il y a maintenant des millions de personnes dans le monde qui sont soit décédées, soit ont été gravement et définitivement blessées ou handicapées à cause des vaccins – sans fin en vue.

Au 28 août 2021, le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) avait enregistré plus de 16 000 décès et plus de 450 000 événements indésirables causés par les vaccins contre la grippe Fauci. Un expert en fraude des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis affirme que les chiffres réels pour chacune de ces catégories sont au moins cinq fois plus élevés.

Cela signifie que bien plus de 80 000 personnes sont peut-être décédées et que plus de 2 250 000 personnes ont été blessées en raison d’une piqûre contre les germes chinois – mais attendez, il y a plus !

On dit qu’environ 150 000 rapports de blessures et de décès ont été effacés du système VAERS ces derniers jours. Ajoutez cela au décompte et nous approchons rapidement de 2,5 millions d’événements indésirables, y compris la mort, causés par les injections de la grippe de Wuhan.

Un autre facteur à considérer est que si une personne vaccinée décède dans les deux semaines suivant l’injection, ce décès n’est pas enregistré dans le système en tant que décès lié au vaccin. Seuls les décès survenant après 14 jours sont classés comme décès dus à la vaccination.

Nous savons également que le nombre réel d’incidents impliquant une anaphylaxie (réaction allergique) résultant des tirs est jusqu’à 120 fois plus élevé que ce que prétend le CDC. Cela ajoute encore plus de chiffres au décompte.

Le statu quo décourage le signalement honnête des blessures causées par le vaccin au VAERS

En seulement trois mois, le géant pharmaceutique Moderna aurait reçu quelque 300 000 rapports d’événements indésirables. Seulement environ un pour cent d’entre eux – et tous les autres de l’industrie des vaccins – sont jamais signalés au public.

Cela s’explique en partie par le fait que très peu de gens savent même que VAERS existe, et encore moins comment l’utiliser. De nombreux médecins omettent également de déclarer leurs cas au VAERS, ce qui signifie que la base de données ne fournit qu’une petite partie des vrais chiffres.  

« La censure et la propagande agressives ont dit au public que les événements indésirables sont rares, ce qui fait que les gens ne comprennent pas comment leurs problèmes de santé découlent des injections passées », rapporte GNews à propos de l’imposture du vaccin.

« La honte et le blâme des professionnels de la santé qui disent n’importe quoi contre les vaccins incitent de nombreux membres de la communauté médicale à éviter de signaler les événements indésirables. La peur d’être tenu pour responsable après avoir administré une injection qui a tué ou handicapé des patients empêche en outre le personnel médical de le signaler. »

Une autre chose à garder à l’esprit est le fait que de nombreux professionnels de la santé acceptent des pots-de-vin en échange de ne pas signaler les blessures et les décès liés au vaccin. Plus les données sont gênantes qui sont conservées hors du système, mieux les grandes entreprises pharmaceutiques se tournent vers le public.

Tout est une question de profit, en d’autres termes. La vie des gens ne signifie rien pour les cartels pharmaceutiques, qui ont tellement infecté l’élaboration des politiques qu’il est rare de trouver la vérité auprès de sources gouvernementales.

« Les fabricants de vaccins axés sur le profit ont toutes les raisons de ne pas signaler la destruction que provoquent leurs produits expérimentaux non testés », prévient GNews.

« Plus de 250 000 utilisateurs de Facebook commentent les décès dus aux vaccins et les blessures graves. Des infirmières et des médecins témoignent de la façon dont leurs hôpitaux cachent les blessures causées par les vaccins. »

Une solution consiste à rester vigilant, à prêter attention aux tours de passe-passe du système, à écouter les dénonciateurs et à parler aux autres de ce que vous voyez. La vérité ne sera pas nourrie à la cuillère et doit être déterrée et compilée par des personnes qui s’en soucient et qui sont prêtes à la trouver et à la partager avec le monde.

Les dernières nouvelles sur les hordes de personnes qui sont gravement blessées ou qui meurent des suites d’injections Covid peuvent être trouvées sur ChemicalViolence.com.

Les sources de cet article incluent :

GNews.org

NaturalNews.com

Ethan Huff     

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

SENSATIONNEL: Trois vaccins Covid existants contiennent en fait de l’ADN (pas seulement de l’ARN) pour la synthèse des protéines de pointe à l’intérieur de votre corps

Image: SHOCKER: Three existing covid vaccines actually contain DNA (not just RNA) for spike protein synthesis inside your body

Les divers vaccins COVID en cours d’existence ne fonctionnent pas comme des produits biologiques traditionnels (vaccins) et sont faussement représentés et réglementés comme tels. Les vaccins standard introduisent des formes atténuées (affaiblies) d’un virus cible, en conjonction avec un adjuvant inflammatoire et d’autres produits chimiques. Ces nouveaux vaccins à ARNm, à vecteur d’adénovirus et à ADN utilisent le «logiciel» du virus, forçant le corps à en faire des copies.

Le professeur Jonathan Gershoni de l’université israélienne de Tel Aviv explique que trois vaccins Covid sur le marché sont en fait des vaccins à ADN. Les inoculations fabriquées par Sputnik V, AstraZeneca et Johnson & Johnson contiennent de l’ADN (pas seulement de l’ARN) qui est inséré dans le noyau des cellules humaines pour finalement traduire et répliquer les protéines de pointe conçues en laboratoire.

L’Inde obtient un nouveau type de vaccin à ADN fabriqué par Zydus Cadila ; il s’appellera ZyCoV-D. Ce vaccin contient moins d’ADN que les autres vaccins à ADN et cet ADN n’est pas masqué par un vecteur viral (adénovirus). Pour ces vaccins, la séquence de 1 200 acides aminés de la protéine de pointe du coronavirus est contenue dans un plasmide et elle est administrée par voie intradermique selon un protocole à trois doses et trois mois en utilisant un flux de liquide à haute pression contenant l’ADN.

Expériences génétiques, reprogrammation cellulaire et destruction du système immunitaire inné

Les vaccins Covid à vecteur d’adénovirus contiennent tous de l’ADN de la protéine de pointe modifiée. Ces vaccins délivrent furtivement l’ADN de l’arme biologique, le dissimulant dans une enveloppe d’adénovirus. Une fois que l’ADN de la protéine de pointe contourne le système immunitaire inné, ses instructions génétiques sont transcrites dans les cellules humaines, produisant en masse des protéines de pointe conçues en laboratoire.

Les médias pharmaceutiques et les vérificateurs des faits continuent de mentir sur la science expérimentale qui modifie les gènes derrière les nouveaux vaccins COVID. À l’unisson, ils affirment que les vaccins ne modifient pas l’ADN humain ni ne modifient l’expression génétique. Cependant, ces vaccins sont des expériences génétiques conçues pour maintenir les humains dépendants des mises à jour des vaccins ; les inoculations ont été conçues pour violer le système immunitaire inné dans le but de modifier la façon dont les cellules lisent le propre code génétique du corps.

Les vaccins à vecteur d’adénovirus transportent l’ADN de la protéine de pointe dans la cellule en utilisant l’adénovirus pour renverser la réponse immunitaire innée. Les vaccins à ARNm utilisent des nanoparticules lipidiques pour dissimuler les instructions et les glisser dans les ribosomes de la cellule. Dans le processus initial de subversion du système immunitaire, ces vaccins n’invitent pas à une réponse suffisamment forte des lymphocytes T pour provoquer des cellules T auxiliaires 1, T auxiliaires 2 et B mémoire adéquates. Parce que le système immunitaire inné n’est pas exposé à l’ensemble du virus, y compris l’enveloppe et la nucléocapside, le système immunitaire SOUFFRE. Cette réponse immunitaire incomplète et subvertie prépare le corps à une maladie grave lors d’une réinfection ultérieure.

Aucune garantie que ces expériences de modification génétique sont temporaires

Avec cette nouvelle technologie de vaccin, l’ARN messager ou l’ADN d’une protéine de pointe étrangère, conçue en laboratoire, est inséré dans le corps pour écraser la synthèse protéique naturelle des cellules affectées. Une fois que ce processus de transcription naturel est repensé par les vaccins, rien ne garantit que les cellules cesseront d’utiliser ce code étranger. Il n’y a pas d’études cartographiant où les protéines de pointe se déplacent dans le corps, combien de temps elles pourraient durer, ou si leur réplication altère indéfiniment la synthèse des protéines et devient une partie des cellules humaines ou de l’ADN humain.

Parce que l’ADN est incapable de se transcrire par lui-même, les vaccins à ADN doivent insérer l’ADN étranger dans le noyau de la cellule humaine. Cela permet à l’ARN messager de faire une copie jetable de l’ADN, en préparant des instructions pour la synthèse des protéines dans le ribosome. L’ARN a la capacité d’interagir avec les ribosomes de la cellule et est responsable du codage du type de protéine que la cellule est chargée de fabriquer.

À mesure que des mutations prédominantes de la protéine de pointe sont découvertes dans la nature, les fabricants de vaccins peuvent étudier cet ADN et réoutiller l’ADN et l’ARNm dans leurs vaccins, pour reproduire chaque année de nouvelles séquences de protéine de pointe chez l’homme.

https://www.brighteon.com/embed/1ea82016-5615-4184-a56a-2cd8cec6370b

Les sources comprennent :

JPost.com

HealthFeedback.org

Brighteon.com

Lance D Johnson        

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

Un médecin de l’armée et spécialiste de la médecine aérospatiale demande au Pentagone d’ordonner à tous les pilotes qui ont reçu le vaccin COVID-19 d’être cloués au sol

Image: Army physician and aerospace medicine specialist calls on Pentagon to order all pilots who have received COVID-19 vaccine to be grounded

Un médecin de l’armée américaine, également spécialiste de la médecine aérospatiale, a lancé un appel sans précédent aux dirigeants du Pentagone, leur demandant d’immobiliser tous les pilotes de tous les services qui ont reçu un vaccin COVID-19.

Dans un affidavit, le lieutenant-colonel Theresa Long expose son raisonnement, avec des citations et des études, déclarant qu’elle le fait sous les auspices de la loi sur la protection des dénonciateurs militaires.

Long a ensuite présenté ses références : elle a obtenu « un baccalauréat de l’Université du Texas à Austin, a obtenu son diplôme de médecine du Centre des sciences de la santé de l’Université du Texas à la Houston Medical School en 2008 », puis « a servi comme chirurgien de terrain pour dix ans et a ensuite effectué une résidence en aérospatiale et médecine du travail à la United States Army School of Aviation Medicine » à Fort Rucker, en Alabama. Long a écrit qu’elle avait « été formée par le Combat Readiness Center de Fort Rucker. Rucker en tant que responsable de la sécurité aérienne » et a suivi une formation supplémentaire sur la « Gestion médicale des causes chimiques et biologiques à Fort Detrick ». Elle est également « certifiée en médecine aérospatiale en vol et éligible en médecine du travail ».

Le doc de l’armée a noté qu’avant la pandémie de COVID-19, elle avait suivi « une formation militaire spécialisée dispensée par des médecins spécialistes des maladies infectieuses de l’armée, de la marine et de l’armée de l’air sur les menaces de maladies infectieuses émergentes » et avait « récemment fonctionné en tant que conseillère médicale et scientifique d’un Brigade de formation à l’aviation cherchant à identifier des stratégies d’atténuation des risques et une analyse biostatistique des infections par le SRAS-Cov-2 (de la maladie « Covid 19 ») chez les soldats vaccinés et non vaccinés. »

Elle a également diagnostiqué et traité des cas de COVID-19, donc encore une fois, elle est certainement qualifiée pour donner son avis.

« J’ai observé des événements indésirables liés aux vaccins après l’administration de vaccins EUA et j’ai suivi le succès des soldats qui ont obtenu diverses thérapies Covid 19 en dehors de l’armée. La majorité des membres du service au sein de la population du DOD sont jeunes et en bonne condition physique », a-t-elle déclaré dans son affidavit.

« Les aviateurs militaires sont un sous-ensemble de la population militaire qui doit répondre aux normes médicales les plus strictes pour être en état de vol. La population d’élèves pilotes dont je m’occupe est majoritairement entre 20 et 30 ans, des hommes et en excellente condition physique. Le risque de maladie grave ou de décès dans cette population à cause du SAR-CoV-2 est minime, avec un taux de survie de 99,997% », a-t-elle poursuivi.

Après avoir recueilli toutes les données et observé comment le virus fait – et, surtout, n’affecte pas – l’état de préparation militaire, Long a déclaré qu’elle s’était depuis formée une opinion professionnelle qu’elle était obligée de signaler à ses supérieurs. Le problème, a-t-elle dit, c’est que personne ne veut en entendre parler.

« Je l’ai fait avec des résultats mitigés en termes d’acceptation, de rejet et de menaces de punition pour ce partage », a-t-elle écrit. 

Le médecin a poursuivi en citant les règlements de la doctrine de l’entraînement de l’armée, qui stipulent que les « décisions en matière de risque » sont du ressort des commandants individuels à accepter ou à rejeter, et qu’eux aussi doivent soit donner suite aux décisions, soit les transmettre plus haut dans la chaîne de commandement. Quoi qu’il en soit, elle a clairement indiqué qu’elle s’acquittait de ses responsabilités en rapportant ce qu’elle a trouvé et les conclusions auxquelles elle est parvenue.  

« Le CDC et la FDA sont des agences civiles qui n’ont pas la mission de défense nationale que le DOD a. Les orientations et les recommandations formulées par ces agences civiles doivent être filtrées à travers la perspective stratégique de la défense nationale et les risques potentiels que les recommandations peuvent avoir sur la santé de l’ensemble de la force de combat », a déclaré Long, ajoutant :

La majorité des jeunes aviateurs de la nouvelle armée ont au début de la vingtaine. Nous savons qu’il existe un risque de myocardite à chaque vaccination par ARNm. Nous savons également maintenant que la vaccination n’empêche pas nécessairement l’infection ou la transmission du SAR-CoV-2. Par conséquent, les individus complètement vaccinés avec des vaccins à ARNm présentent au moins deux facteurs de risque indépendants de myocardite après la vaccination. Des coups de fanfaron supplémentaires ajoutent plus de risque. Il est impossible d’effectuer une analyse risque/bénéfice sur l’utilisation de l’ARNm comme contre-mesure au SARs-CoV-2 sans plus de données… L’utilisation de vaccins à ARNm dans notre force de combat présente un risque d’ampleur indéterminée, dans une population dans laquelle moins de 20 membres du personnel en service actif sur 1,4 million sont décédés des suites du SAR-CoV-2 sous-jacent.

Le problème, a-t-elle dit, est que peu de jeunes aviateurs sauraient s’ils ont développé une myocardite, ce qui pourrait les affecter négativement – ​​y compris provoquer une mort subite – pendant qu’ils volent.

Son avis :

J’ai personnellement observé la femme soldat la plus en forme physiquement que j’aie vue depuis plus de 20 ans dans l’armée, passer de l’entraînement d’athlète de niveau Colligate pour l’école des Rangers à l’affaiblissement physique avec des problèmes cardiaques, une tumeur cérébrale hypophysaire nouvellement diagnostiquée, un dysfonctionnement de la thyroïde dans les semaines suivant l’obtention vacciné. Plusieurs médecins militaires ont partagé avec moi leur expérience de première main avec une augmentation significative du nombre de jeunes soldats souffrant de migraines, d’irrégularités menstruelles, de cancer, de suspicion de myocardite et signalant des symptômes cardiaques après la vaccination. De nombreux soldats et civils du DOD m’ont raconté comment ils étaient malades, cloués au lit, affaiblis et incapables de travailler pendant des jours ou des semaines après la vaccination. J’ai également récemment examiné les dossiers médicaux de trois membres d’équipage de conduite, qui présentaient tous des problèmes de santé systémiques importants et agressifs. Aujourd’hui, j’ai été informé d’un décès et de deux cas de soins intensifs à Fort Hood; le défunt était un pilote de l’armée qui aurait pu voler à l’époque. Les trois événements d’embolie pulmonaire se sont produits dans les 48 heures suivant leur vaccination. Je ne peux attribuer ce résultat à autre chose qu’aux vaccins Covid 19 comme source de ces événements. Chaque personne était en parfaite condition physique avant l’inoculation et chacune a subi l’événement dans les 2 jours suivant la vaccination.

« La politisation du SAR-CoV-2, des traitements et des stratégies de vaccination a complètement compromis les mécanismes de sécurité de longue date, un dialogue ouvert et honnête et la confiance de nos militaires dans leur système de santé et leurs prestataires de soins de santé », a-t-elle ajouté.

Maintenant, la question devient : SECDEF Lloyd Austin va-t-il l’écouter ? Douteux.

Les sources comprennent :

TheWashingtonStandard.com

NaturalNews.com

JD Heyes             

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

1 Trackback / Pingback

  1. 26 041 décès 2 448 362 blessures suite à des injections COVID dans la base de données de l’Uni on européenne alors que la Slovénie suspend l’injection de J&J après la mort d’un étudiant d e 20 ans | Boycott

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :