A la Une

WUHAN-GATES – 42. Nouveau scandale sur le groupe de travail de l’OMS Covid-19 pour Wuhan: des scientifiques choisis négateurs de la théorie des virus de laboratoire

WUHAN-GATES – 42. New Scandal on WHO Covid-19 Task-Force for Wuhan: Chosen Scientists Deniers of the Laboratory Virus Theory

Version originale en italien

Près de deux ans après la propagation de la pandémie de SRAS-Cov-2, il semble que l’Organisation mondiale de la santé n’ait pas l’intention de vérifier si le virus a été créé en laboratoire comme de nombreux virologues de renommée internationale mais aussi revendiqués par des experts du renseignement.

Comme le souligne la publication faisant autorité du British Medical Journal, en fait, une fois de plus, l’OMS a nommé dans la nouvelle commission qu’elle devrait enquêter sur les origines de la pandémie, à la suite de l’échec du groupe de travail précédent dans lequel Paul Daszak est apparu qui a financé et ont participé aux expériences de l’Institut de virologie de Wuhan sur des virus du SRAS recombinants artificiellement infectés par le VIH, ont en fait été choisis par les chefs de l’agence de santé des Nations Unies d’autres chercheurs niant la théorie du virus créé en laboratoire. Voici l’article complet publié par BMJ.

Rappelons que Gospa News a été l’un des premiers médias de contre-information à dénoncer les conflits d’intérêts macroscopiques du zoologiste Daszak qui a d’abord mené la campagne de désinformation sur les origines du SRAS-Cov-2 de la revue THE Lancet en convaincant 27 autres scientifiques de soutenir la dérivation naturelle jamais prouvée par aucun virologue jusqu’à présent.

Covid-19: le nouveau groupe de l’OMS chargé d’examiner les origines de la pandémie est poursuivi par de prétendus conflits d’intérêts

Par British Medical Journal

L’Organisation mondiale de la santé a choisi 26 scientifiques parmi 700 candidats pour former un nouveau groupe chargé d’enquêter sur les origines de la pandémie de covid-19, ainsi que sur les futures épidémies. L’OMS prévoit de nommer des membres au nouveau Groupe consultatif scientifique sur les origines des nouveaux agents pathogènes (SAGO) après un examen de deux semaines pour recueillir l’opinion du public sur les choix proposés, qui se termine le 27 octobre.1

Sept des choix actuels (encadré 1) faisaient partie de l’équipe internationale de l’OMS qui s’est rendue en Chine plus tôt cette année pour étudier les origines du SRAS-CoV-2 avec des chercheurs chinois. Le rapport de l’équipe qui en a résulté a minimisé la possibilité d’un incident de laboratoire2 et les enquêteurs ont été confrontés à des plaintes concernant des conflits d’intérêts. Sous la direction des États-Unis, plusieurs pays, dont l’Australie, le Japon, le Canada et le Royaume-Uni, ont appelé à une « analyse et une évaluation transparentes et indépendantes, exemptes d’ingérence et d’influence indue ».3

Membres SAGO proposés qui faisaient partie de l’équipe de l’OMS qui s’est réunie à Wuhan plus tôt cette année pour étudier les origines du SRAS-CoV-2 avec des chercheurs chinois

  • Vladimir Dedkov, directeur adjoint de la recherche à l’Institut Pasteur en Russie
  • Elmoubasher Farag, épidémiologiste principal des maladies infectieuses et responsable des programmes de lutte contre les maladies transmissibles au ministère de la Santé publique du Qatar
  • Thea Fischer, professeur de virologie à l’Université de Copenhague et responsable de la recherche clinique à l’hôpital Nordsjaellands au Danemark
  • Marion Koopmans, professeur et chef du département de viroscience à Erasmus MC
  • Hung Nguyen-Viet, co-responsable du programme de santé animale et humaine à l’Institut international de recherche sur l’élevage au Kenya
  • John Watson, professeur honoraire à la Faculté d’épidémiologie et de santé des populations, London School of Hygiene and Tropical Medicine, et professeur invité au département de recherche sur les infections et la santé des populations à l’University College London
  • Yungui Yang, directeur adjoint de l’Institut de génomique de Pékin à l’Académie chinoise des sciences

SAGO conseillera le secrétariat de l’OMS sur les agents pathogènes émergents.4 Sa formation fait suite à un an et demi de controverse au cours de laquelle des chercheurs enquêtant sur les origines de Covid-19 ont été mêlés à divers scandales.

Un groupe de travail commandé par le Lancet sur les origines de Covid a fermé ses portes plus tôt ce mois-ci en raison de conflits d’intérêts et de liens avec l’Alliance EcoHealth de Peter Daszak, un groupe à but non lucratif qui a financé des études de gain de fonction à l’Institut de virologie de Wuhan.5 pendant la pandémie, Daszak a aidé à orchestrer une campagne pour qualifier de « théoriciens du complot » les personnes qui ont demandé si la pandémie avait commencé comme un incident de laboratoire.6

Les critiques ont exprimé leur inquiétude au sujet de certaines des personnes choisies pour rejoindre SAGO, comme le chercheur thaïlandais Supaporn Wacharapluesadee, qui est un sous-traitant d’une subvention américaine pour l’EcoHealth Alliance.

Richard Ebright, professeur de biologie moléculaire à l’Université Rutgers dans le New Jersey et expert en biosécurité, a déclaré dans un commentaire qu’il a déposé auprès de SAGO : Le président de l’EcoHealth Alliance, Peter Daszak, à la mission de l’OMS à Wuhan, pour répondre aux normes acceptées de diligence raisonnable et de responsabilité envers le public mondial. »

Filippa Lentzos, codirectrice du Center for Science and Security Studies du King’s College de Londres, a écrit dans un e-mail au BMJ : fuite potentielle de laboratoire, et je ne pense pas que le groupe ait actuellement cela dans la mesure nécessaire. De plus, il semble que de nombreux membres n’aient pas l’esprit ouvert sur les origines, une qualité essentielle dans toute équipe d’enquête scientifique. »  

Un membre proposé de SAGO est Katherin Summermatter, chef du Centre de biosécurité à l’Institut des maladies infectieuses de l’Université de Berne en Suisse. Dans au moins deux interviews l’année dernière, Summermatter a été interrogé sur les reportages des médias sur une éventuelle fuite de laboratoire. Elle a répondu: «Avec chaque nouveau virus, la première hypothèse est qu’il pourrait provenir d’un laboratoire. Cependant, ces spéculations sont négligeables, ce sont des théories du complot typiques. » Elle a déclaré au journal suisse Tages Anzeiger : « Je considère que c’est très improbable, une théorie du complot classique ».

Un autre membre proposé de SAGO, Christian Drosten, a également qualifié la possibilité d’une fuite de laboratoire de « conspiration » dans un essai publié en février 2020 dans le Lancet.7 Drosten est à la tête de l’Institut de virologie de l’hôpital universitaire Charité de Berlin et est largement respecté en Allemagne en tant que virologue de premier plan. Drosten n’a pas répondu aux demandes répétées de commentaires du BMJ.

Marion Koopmans, chef du département de viroscience au Centre médical universitaire Erasmus aux Pays-Bas et membre proposé de SAGO, n’a pas été troublée par les informations des médias selon lesquelles certains autres membres proposés avaient rejeté la possibilité d’une fuite de laboratoire comme une théorie du complot. Dans un e-mail au BMJ, elle a écrit: « Je suis une scientifique, j’essaie de m’en tenir autant que possible à ce que je considère important: faire ce qu’il faut pour comprendre ce qui s’est passé. »

Ebright a écrit au BMJ pour lui dire que Koopmans et Drosten ne devraient pas faire partie de SAGO car tous deux avaient fait des commentaires publics qui avaient préjugé de l’enquête avant même qu’elle n’ait commencé. Il a déclaré qu’il avait déposé un commentaire détaillé auprès de SAGO au sujet de Summermatter, concluant qu’elle était clairement disqualifiée pour devenir membre de SAGO et devrait être remplacée par un professionnel plus objectif de la biosécurité.

Le BMJ a envoyé à l’OMS une requête détaillée et a demandé si les candidats étaient refusés s’ils avaient estimé qu’un incident de laboratoire était un scénario plus probable, ainsi que plusieurs questions sur divers membres proposés. Dans une réponse envoyée par courrier électronique au BMJ, un porte-parole de l’OMS a écrit : « Nous ne commentons aucun nom individuel », mais a ajouté : « Il y a deux experts ayant une expertise en biosécurité : le Dr Stuart Blacksell et le Dr Katharina Summermatter, le deuxième point est que Le Dr Christian Drosten ne faisait pas partie de l’équipe internationale en visite à Wuhan plus tôt cette année. »

Gary Ruskin, du groupe à but non lucratif US Right to Know, qui a enquêté sur des universitaires pour des conflits d’intérêts et des liens non divulgués avec l’Institut de virologie de Wuhan, a déclaré : « S’il y avait un prix Nobel pour l’incompétence scientifique et politique, sûrement l’OMS serait en lice pour cela.

Drosten et Summermatter ont préjugé de l’issue de la pandémie, a déclaré Ruskin, ce qui rend parfaitement évident à son avis qu’ils devraient être disqualifiés. « Il est difficile de penser à des personnes moins qualifiées pour servir dans le SAGO que Koopmans », a-t-il ajouté.

Le mandat de l’OMS visant à renforcer la confiance du public et la transparence exige que les individus SAGO « soient libres de tout conflit d’intérêts réel, potentiel ou apparent ».4

RAPPORT DU BRITISH MEDICAL JOURNAL ET TOUTES LES NOTES ICI

Notre commentaire

Dans cette affaire, les Etats-Unis et des personnalités physiques ou morales américaines comme Anthony Fauci sont cités comme largement impliqués, voilà pourquoi même les services de renseignement américains sont disqualifiés, ils ne peuvent mener aucune enquête crédible ainsi que ceux de l’ONU, à plus forte raison ceux de l’OMS dont des éléments comme Bill Gates qui la finance ou Peter Daszac sont largement impliqués, selon de nombreux éléments preuves apportés par des contradicteurs très qualifiés.

Nous sommes restés constants. Il faut en réalité une enquête internationale réellement indépendante sur l’origine du coronavirus SRAS-CoV-2, à laquelle il faut adosser une Commission de vérification de la sécurité, la sûreté, l’efficacité et la qualité des « vaccins » COVID-19. Toute autre démarche est de la poudre jetée aux yeux du grand public pour l’empêcher de découvrir la vérité sur la nature réelle de la maladie COVID-19 et des soi-disant « vaccins » COVID-19.

Jean de Dieu MOSSINGUE

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GOSPA NEWS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :