A la Une

Livraison d’armes américaines à l’Ukraine préparée en janvier + Une énorme aide militaire polonaise à l’Ukraine révélée

Livraison d’armes américaines à l’Ukraine préparée en janvier

Les sénateurs américains ont rédigé un plan d’armement pour Kiev des semaines avant que la Russie n’envoie des troupes en Ukraine

© Getty Images / Drew Angerer

Un projet d’envoi d’armes américaines en Ukraine, utilisant la formule « prêt-bail » mise au point pendant la Seconde Guerre mondiale pour contourner les lois sur la neutralité, a été officiellement approuvé par le Congrès cette semaine. Cependant, il a été mis en place en janvier – plus d’un mois avant que Moscou ne reconnaisse les républiques du Donbass comme indépendantes et n’envoie des troupes en Ukraine.

Le sénateur républicain John Cornyn a présenté le 19 janvier 2022 la loi ukrainienne sur le prêt-bail pour la défense de la démocratie, également connue sous le nom de S.3522. C’est selon la page officielle Congress.gov du projet de loi. À la même date, il était coparrainé par les sénateurs Benjamin Cardin, Jeanne Shaheen et Roger Wicker.

Les sénateurs Richard Blumenthal et Lindsey Graham l’ont approuvé dès le lendemain, le 20 janvier. D’autres approbations ont afflué au cours des semaines suivantes, avec un total de 14 sénateurs à bord le 9 février, toujours selon Congress.gov.

La Russie n’a reconnu l’indépendance de Donetsk et Lougansk que le 21 février. L’« opération militaire spéciale » de démilitarisation de l’Ukraine a commencé ce qui était déjà le 24 février à Washington.

Curieusement, la commission sénatoriale des relations étrangères n’a repris la proposition de Cornyn que le 6 avril. Elle a été approuvée à l’unanimité, proposée sur le parquet par le chef de la majorité Chuck Schumer et adoptée par vote vocal – après quoi elle est restée dans les limbes pendant des semaines alors que la Chambre dominée par les démocrates était en vacances. Jeudi, après une heure de débat pro-forma, la Chambre l’a approuvé par un vote de 417 contre 10. Chaque démocrate a voté en faveur, tandis que les 10 dissidents étaient des républicains.

Les partisans et les critiques ont fait une grande partie de la proposition, nommée d’après un plan de la Seconde Guerre mondiale visant à contourner les lois de neutralité limitant les exportations d’armes américaines. Le président Franklin Delano Roosevelt a concocté un prêt-bail en mars 1941, des mois avant l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, pour envoyer des milliards de dollars d’armes à la Grande-Bretagne, puis à l’Union soviétique et à d’autres pays.

Le projet de loi de Cornyn, en revanche, suspend deux lois américaines existantes pour permettre à la Maison Blanche d’expédier plus facilement toutes sortes d’armes à l’Ukraine. Il élimine la limite de cinq ans sur la durée du programme, suggérant que les États-Unis espèrent que le conflit se poursuivra longtemps – mais conditionne également l’aide au remboursement éventuel par l’Ukraine du «bail» ou au retour de l’équipement s’il est en état de marche.

© Congress.gov/screenshot

Cornyn n’a jusqu’à présent pas révélé ce qui aurait pu le motiver à introduire le programme visant à « protéger les populations civiles en Ukraine de l’invasion militaire russe » avant le début de toute opération militaire.

Les motivations de son premier co-sponsor, Cardin, sont plus évidentes. Il est l’architecte d’une série de lois anti-russes, à commencer par la loi Magnitsky de 2012, la loi Magnitsky mondiale de 2016 et la loi CAATSA de 2017, qui a lié les mains de l’administration Trump dans ses relations avec la Russie.

En janvier 2018, au plus fort de l’engouement pour le « Russiagate », Cardin a publié un rapport qu’il a commandé au personnel démocrate de la commission sénatoriale des relations étrangères, accusant la Russie d’une « agression » contre « les institutions et alliances démocratiques et transatlantiques », utilisant « désinformation, cyberattaques, invasions militaires, assassinats politiques présumés, menaces à la sécurité énergétique, ingérence électorale et autres tactiques subversives ».

La Russie a attaqué l’État voisin fin février, à la suite de l’échec de l’Ukraine à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et de la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Les protocoles négociés par l’Allemagne et la France ont été conçus pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Un tribunal italien juge la vaccination obligatoire inconstitutionnelle, les «effets secondaires mortels» trop risqués

Bit Chute

⚠️ https://www.studiosparti.it/wp-content/uploads/2022/03/Ordinanza-rimessione-alla-Corte-Costituzionale-CGA-N.-01272_2021-REG.RIC_..pdf ⚠️

SOURCE MIROIR: (Crédits à: https://odysee.com/@CosmicEvent:5 )

RAIR FONDATION

La Cour de justice administrative de Sicile a jugé que l’obligation de vaccination Covid obligatoire de l’Italie est inconstitutionnelle. Le tribunal a déclaré qu’il a été démontré que les traitements expérimentaux à ARNm destinés à protéger le public contre Covid provoquent « des effets indésirables graves ou mortels ». La cour explique que même si de tels décès sont rares, un seul décès suffit à rendre le mandat inconstitutionnel.

En vidéo : des militaires ukrainiens qui ont survécu dans la région d’Izyum lancent un appel à leurs commandants

https://southfront.org/wp-content/uploads/2022/04/79_brigade.mp4?_=1

Appel des militaires de la 79e Brigade à leurs commandants :

    Nous sommes des militaires de la 79e Brigade, 2e et 3e bataillons. Nous sommes situés dans le village de Yampol.

    Nos commandants nous ont emmenés dans la forêt pour creuser, nous avions quelques pelles pour beaucoup de monde… nous avons été saccagés – nous n’avons même pas eu le temps d’attacher une baïonnette.

    Nous sommes restés assis là pendant 5-6 jours, et les commandants nous ont abandonnés… Et maintenant on nous fait déserter pour le fait que nous avons survécu… Il y a encore beaucoup de cadavres là, dans ces fosses.

    Je demande votre attention, surtout les volontaires qui nous aident, les officiers qui nous ont abandonnés – nous avons appelé l’artillerie, et il n’y avait rien – aucune aide.

    Nous avons été battus par l’aviation – pas de défense aérienne. Nous avons été bêtement jetés pour de la viande. Ensuite, nous sommes sortis et avons demandé à l’ancien – était-ce un commandant adjoint de brigade ou un commandant de bataillon – Comment cela se passe-t-il? Il a dit : « Mike, le commandant de la DSHV (brigade d’assaut), a donné l’ordre d’aller au corps à corps sur les chars. »

    Par conséquent, nous faisons appel à vous – Aidez-nous, car nous sommes considérés comme des déserteurs… Nous sommes jugés comme des ennemis, des déserteurs qui ont quitté le champ de bataille. Nous n’avons pas quitté la bataille – nous avons décidé de survivre.

    Nous avons pris le combat, avec des machines automatiques contre l’armure, et ceux qui étaient maintenant vivants sont sortis vivants du chaudron. Les 70% restants de nos gars sont couchés dans les bois, des cadavres.

    A part le fait qu’ils veulent nous rendre coupables de tout – nous pensons que nos commandants sont coupables, probablement le général de secteur, qui – je ne sais pas. Nous demandons à être emmenés à Mykolaïv, car un assaut s’y prépare. Ils ont décidé de nous laisser ici parce qu’ils veulent nous achever pour que vous ne sachiez pas la vérité.

    Les 95e et 79e brigades sont démantelées. Les gens (personnel) – nous sommes des réservistes, il y a des militaires sous contrat, quelques personnes, mais nous ne citerons pas de noms. Même les sous-traitants comprennent que c’est un âne. Nous avons été jetés pour la viande.

    …Les officiers fuient le champ de bataille. Les gens, réfléchissez, parce que sinon, ils nous mettront en prison.

    Une heure avant la percée, nos officiers ont quitté le poste de commandement et nous ont abandonnés. Quand la percée est arrivée, nous avons demandé du soutien, ils ont dit : « occupez une défense circulaire », alors qu’ils n’étaient plus sur le KSP (poste de commandement et d’observation). Quand nous sommes allés au KSP, le KSP était déjà vide. Un char contre trente, et on sortait par groupe de 2, 3, 5 personnes. Quand nous sommes arrivés à la deuxième ligne, il n’y avait personne du tout qui était censé nous couvrir.

    Nous n’abandonnons pas, nous voulons nous battre, mais pas dans la 75e brigade d’assaut.

    … Nous ne pouvons pas combattre où abandonner les blessés, les officiers s’enfuient en voiture, ils ne veulent même pas ramasser les blessés – c’est une honte. Ces personnes – ne sont pas des officiers – ce sont des chacals.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

Une énorme aide militaire polonaise à l’Ukraine révélée

Varsovie a cédé la moitié de ses chars à Kiev, selon un média local

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky rencontre le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki et des responsables de l’UE à Kiev. © AFP / Présidence ukrainienne

La Pologne a fourni à l’Ukraine voisine une aide militaire d’une valeur colossale de 7 milliards de dollars depuis le déclenchement du conflit entre Kiev et Moscou, a rapporté la chaîne de télévision publique locale.

Les livraisons d’armes à l’Ukraine comprenaient 200 chars T-72 de conception soviétique, des dizaines d’obusiers Gvozdika, des lance-roquettes multiples Grad, des missiles pour les avions de combat MIG-29 et Su-27, ainsi que d’autres munitions et des drones de reconnaissance de fabrication polonaise, selon Polsky Radio.

Ses journalistes ont souligné que le pays de l’OTAN disposait d’environ 400 chars dans son arsenal avant le conflit ukrainien, ce qui signifie que Varsovie s’est déjà séparée d’environ la moitié de sa flotte blindée au profit de Kiev.

Certains des chars polonais ont été modernisés en 2019, mais l’Ukraine n’a obtenu que les véhicules qui n’étaient pas couverts par le programme de modernisation, indique le rapport.

Le vice-ministre de la Défense du pays, Wojciech Skurkiewicz, a confirmé au média que la Pologne soutenait militairement l’Ukraine depuis le début des hostilités.

Varsovie a été parmi les soutiens les plus actifs de Kiev au milieu du conflit, appelant à des sanctions plus sévères contre la Russie que les autres membres de l’UE – jusqu’à une interdiction totale du commerce avec le pays – et appelant à une mission de maintien de la paix de l’OTAN pour sécuriser les expéditions d’armes occidentales vers l’Ukraine.

Cependant, jeudi, le service russe de renseignement extérieur (SVR) a déclaré avoir appris les plans de la Pologne et des États-Unis d’utiliser le conflit en cours pour Varsovie afin de reprendre le contrôle des zones de l’ouest de l’Ukraine que les Polonais avaient perdues après la Seconde Guerre mondiale, mais qu’ils considèrent toujours comme leur « appartenant historiquement ».

Les comploteurs espèrent parvenir à la division des terres ukrainiennes en envoyant une mission non-OTAN de soldats de la paix polonais dans le pays. Arrivés sous prétexte de «protection contre l’agression russe», ils se concentreraient en fait sur la reprise du contrôle des installations clés des troupes locales, selon l’agence.

La Pologne a démenti ces affirmations comme une « opération d’information russe » visant Varsovie et Washington. Mais SVR a réitéré vendredi que sa déclaration sur l’opération polonaise de maintien de la paix en Ukraine « n’était pas une hypothèse, mais des données de renseignement, obtenues de plusieurs sources fiables ».

La Russie a envoyé des troupes en Ukraine le 24 février, à la suite de l’échec de Kiev à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et de la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk négocié par l’Allemagne et la France a été conçu pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais l’OTAN. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

1 Trackback / Pingback

  1. Livraison d’armes américaines à l’Ukraine préparée en janvier + Une énorme aide milita ire polonaise à l’Ukraine révélée | Boycott

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :