A la Une

La Cour suprême de l’Inde se prononce contre les mandats de vaccination COVID-19

Par Brian Shilhavy

Éditeur, Health Impact News

Un jugement historique a été rendu contre les mandats de vaccination en Inde, qui interdit désormais à quiconque de discriminer entre les personnes sur la base de leur statut vaccinal.

L’intégralité de l’arrêt (écrit en anglais) peut être téléchargée ici.

Le mouvement Awaken India rapporte :

    Sections importantes de l’arrêt rendu par la Cour suprême dans l’affaire Jacob Puliyel 2022 SCC OnLine SC 533 [datée du 2 mai 2022].

    Un jugement historique confirmant nos droits fondamentaux en vertu des articles 21 et 14 et assimilant le droit à la santé au droit à la vie en vertu de l’article 21.

    Pour la première fois au monde, notre Cour suprême a rendu une décision basée sur la validité scientifique brisant les faux récits de la mafia des vaccins de Bill Gates.

        60. Aucune soumission ni aucune donnée n’a été présentée pour justifier des restrictions uniquement sur les personnes non vaccinées lorsque de nouvelles preuves scientifiques semblent indiquer que le risque de transmission du virus par des personnes non vaccinées est presque égal à celui des personnes vaccinées. En d’autres termes, ni l’Union de l’Inde ni les gouvernements des États n’ont produit d’éléments devant cette Cour pour justifier le traitement discriminatoire des personnes non vaccinées dans les lieux publics par l’imposition de mandats de vaccination. …. à la lumière des données présentées par le pétitionnaire, qui n’ont pas été contestées par l’Union de l’Inde ainsi que par les gouvernements des États, nous sommes d’avis que les restrictions imposées aux personnes non vaccinées par les mandats de vaccination ne peuvent être considérées comme proportionnées, en particulier puisque les individus vaccinés et non vaccinés semblent actuellement être susceptibles de transmettre le virus à des niveaux similaires.

        61. Point 89 – Conclusions –

    (v) – …. À la lumière de cela, les restrictions imposées aux personnes non vaccinées par le biais de divers mandats de vaccination par les gouvernements des États / territoires de l’Union ne peuvent être considérées comme proportionnées. ….. nous suggérons à toutes les autorités de ce pays, y compris les organisations privées et les établissements d’enseignement, de revoir les arrêtés et instructions pertinents imposant des restrictions aux personnes non vaccinées en termes d’accès aux lieux, services et ressources publics, s’ils ne sont pas déjà rappelés.

    (vii) Reconnaissant le besoin impératif de collecter les données requises sur les événements indésirables et une participation plus large en termes de notification, l’Union indienne est invitée à faciliter la notification des événements indésirables suspectés par les particuliers et les médecins privés sur une plate-forme virtuelle accessible. Ces rapports doivent être rendus accessibles au public, sans compromettre la protection de la confidentialité des personnes signalant, avec toutes les mesures nécessaires pour faire prendre conscience de l’existence d’une telle plate-forme et des informations nécessaires pour naviguer sur la plate-forme à entreprendre par l’Union de l’Inde. au plus tôt.

À la suite de cette décision, les personnes qui ont été démis de leurs fonctions et qui n’ont pas été payées parce qu’elles n’étaient pas vaccinées contre la COVID ont déjà commencé à être réintégrées et certaines ont même été indemnisées pour cela. Voir:

Examinera le courrier électronique demandant aux employés non vaccinés de partir en congé sans solde : Symbiosis University to Bombay High Court

Le mouvement Awaken India a également publié un article démystifiant certaines fausses allégations concernant la décision de la Cour suprême de l’Inde.

Décision de la Cour suprême de l’Inde.

    Un jugement historique a été rendu contre les mandats de vaccination en Inde, qui interdit désormais à quiconque de discriminer entre les personnes en raison de leur statut vaccinal. Cependant, peu de personnes ont diffusé de mauvaises interprétations du jugement, certaines en raison de leurs véritables malentendus, et d’autres qui le font au nom de sociétés pharmaceutiques et de bureaucrates corrompus pour interpréter intentionnellement le jugement de manière erronée afin que les gens n’engagent pas d’indemnisation et de poursuites contre eux. les criminels qui ont appliqué ces mandats illégaux. Ci-dessous, nous démystifions de manière concluante les fausses allégations courantes concernant le jugement :

    Fausse réclamation numéro 1

    La Cour suprême n’a écrit nulle part dans l’ordonnance qu’il est illégal de discriminer entre les vaccinés et les non vaccinés.

    Raison : La Cour suprême au paragraphe 60 indique très clairement que les mandats de vaccination ne sont pas proportionnés.

    60. … à la lumière des données présentées par le requérant, qui n’ont pas été contestées par l’Union de l’Inde ainsi que par les gouvernements des États, nous sommes d’avis que les restrictions imposées aux personnes non vaccinées par les mandats de vaccination ne peuvent être considérées comme proportionné, d’autant plus que les individus vaccinés et non vaccinés semblent actuellement être susceptibles de transmettre le virus à des niveaux similaires.

    Certaines personnes ont répandu de fausses affirmations selon lesquelles ce n’est pas parce que la Cour suprême a déclaré que ces mandats ne sont pas proportionnés qu’ils sont illégaux. Cette interprétation est fausse et trompeuse, car la Cour suprême a clairement mentionné dans d’autres parties de l’arrêt que pour que les restrictions aux droits fondamentaux des personnes soient légales et constitutionnelles, elles doivent satisfaire aux trois critères de proportionnalité, de légalité et de nécessité. Les parties pertinentes qui le mentionnent sont énumérées ci-dessous

    21. Nous allons maintenant procéder à l’analyse de la jurisprudence de cette Cour sur la portée du contrôle juridictionnel des politiques publiques relatives à la santé. Il est bien établi que les tribunaux, dans l’exercice de leur pouvoir de contrôle judiciaire, n’interviennent généralement pas dans les décisions politiques de l’exécutif à moins que la politique ne puisse être critiquée pour des motifs de mauvaise foi, de déraison, d’arbitraire ou d’injustice, etc. En effet, l’arbitraire, l’irrationalité, la perversité ou la mauvaise foi rendra la politique inconstitutionnelle

    48. Le point crucial que nous devons examiner est de savoir si les limitations imposées par le gouvernement à l’autonomie personnelle d’un individu peuvent être justifiées dans l’intérêt de la santé publique à la suite de la pandémie dévastatrice de COVID-19. Comme indiqué, l’autonomie personnelle a été reconnue comme une facette essentielle du droit à la vie et du droit à l’autodétermination en vertu de l’article 21 de la Constitution, par cette Cour dans l’affaire commune (supra). Dans K.S. Puttaswamy (supra), cette Cour a énoncé trois exigences à remplir par l’État tout en imposant des restrictions au droit à la vie privée pour protéger les intérêts légitimes de l’État. (c.-à-d. légalité, proportionnalité et besoin)

    Bien que l’arrêt s’inscrive dans le contexte du droit à la vie privée, l’analyse concernant la triple exigence de restriction de ce droit repose sur l’enclume de la protection garantie aux libertés fondamentales en vertu de l’article 21 et, par conséquent, constituerait également le test décisif pour atteinte à l’autonomie corporelle d’un individu en vertu de l’article 21.

    Point 3 de la conclusion des arrêts :

    Cependant, dans l’intérêt de la protection de la santé communautaire, le gouvernement est habilité à réglementer les questions de santé publique en imposant certaines limitations aux droits individuels, qui sont susceptibles d’être examinées par les cours constitutionnelles pour déterminer si une telle atteinte au droit des individus à l’autonomie personnelle répond à la triple exigence telle qu’énoncée dans KS Puttaswamy, à savoir (1) la légalité, qui présuppose l’existence de la loi, (2) le besoin, défini en termes d’objectif légitime de l’État ; et (3) la proportionnalité, qui assure un lien rationnel entre les objectifs et les moyens adoptés pour les atteindre.

    Fausse réclamation numéro 2

    Dans l’ordonnance, la Cour suprême a seulement suggéré que les autorités réexaminent les ordonnances qui ont rendu obligatoires les vaccins si elles ne les ont pas déjà révoquées. Les suggestions ne sont pas des commandes, donc cette ordonnance n’aura aucune force pour contraindre les entreprises privées, les écoles, les collèges, etc. à annuler les mandats.

    Raison : En 1995 SCC (1) 259 M/S Spencer & Company Ltd & … vs M/S Vishwasarshan Distributors… le 6 décembre 1994, il est clairement indiqué par la Cour suprême que même si leurs paroles dans un jugement sont dans le forme d’un conseil ou d’une suggestion et non d’un ordre ou d’une directive explicite, il s’agit d’une ordonnance judiciaire et est considérée comme contraignante et exécutoire sur tout le territoire de l’Inde. Le lien vers ledit jugement se trouve sur ce lien : https://drive.google.com/file/d/1RhjS8La5m8wd1yfX_Ii9WYA6NkQfkiNI/view?usp=sharing

    Le paragraphe pertinent se trouve à la page 260 Point A de ce lien

    Fausse réclamation numéro 3

    Dans l’ordonnance de la Cour suprême, ils ont mentionné que les mandats ne sont pas proportionnés uniquement pour le moment présent, et à l’avenir, lorsque les gouvernements augmenteront les tests et créeront plus de cas, les autorités pourront à nouveau imposer des mandats de vaccination.

    Motif : Au point v de la conclusion des arrêts, la Cour suprême a précisé que seule une augmentation des cas n’est pas un motif suffisant pour imposer des restrictions aux personnes non vaccinées, mais elle a énoncé un double critère d’augmentation des cas ET de nouveaux des preuves sont générées qui montrent que les personnes non vaccinées propagent plus de virus Sars-Cov-2 que les personnes vaccinées. Par conséquent, une simple augmentation des cas ne peut pas être utilisée comme le seul motif pour imposer des restrictions :

    v) … Jusqu’à ce que le taux d’infection reste faible et que tout nouveau développement ou résultat de recherche émerge qui justifie dûment l’imposition de restrictions raisonnables et proportionnées aux droits des personnes non vaccinées, nous suggérons que toutes les autorités de ce pays, y compris les organisations privées et les établissements d’enseignement, revoir les arrêtés et instructions pertinents imposant des restrictions aux personnes non vaccinées en matière d’accès aux lieux, services et ressources publics, s’ils ne sont pas déjà rappelés.

    Cette fausse affirmation n’a aucun sens, même du point de vue du bon sens. Si la Cour suprême était d’accord avec le gouvernement imposant des restrictions en raison d’une augmentation du nombre de cas, elle aurait utilisé le mot OU ci-dessus au lieu de ET. En outre, la Cour suprême a reconnu au paragraphe 60 du jugement que les personnes vaccinées et non vaccinées semblent propager le virus à des niveaux similaires. Par conséquent, même si les cas augmentent, il n’y a aucune raison d’imposer des restrictions uniquement aux personnes non vaccinées, car les personnes vaccinées et non vaccinées contribueront à une augmentation des cas à un rythme égal.

    Par conséquent, nous exhortons tous nos lecteurs à contrer les fausses allégations et à partager largement cet article afin que ce jugement puisse être utilisé par tous les Indiens pour lutter contre les mandats de vaccination. (Source.)

    Téléchargez l’intégralité du jugement ici : https://awakenindiamovement.com/indian-supreme-court-judgement-against-vaccine-mandates/

Le peuple indien est très chanceux d’avoir une décision de la Cour suprême pour la protection de la santé publique et non des sociétés pharmaceutiques.

Espérons que le procès intenté contre Bill Gates pour meurtre et demandant la peine de mort aboutira également :

Bill Gates accusé de meurtre de la mort par vaccin COVID-19 devant la Haute Cour indienne – Peine de mort demandée

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Health Impact News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :