A la Une

L’Ukraine au bord de l’effondrement de la dette

Image d’illustration

    L’envoi constant d’argent par l’Occident à Kiev aura un effet secondaire grave.

Écrit par Lucas Leiroz, chercheur en sciences sociales à l’Université fédérale rurale de Rio de Janeiro ; consultant géopolitique.

Ces derniers mois, de nombreux pays occidentaux ont offert une aide financière à Kiev, avec des milliards de dollars et d’euros envoyés pour aider à l’achat d’armes et d’équipements militaires à utiliser contre les forces russes. Pour les médias occidentaux, une telle aide est un « effort humanitaire », et pour la propagande ukrainienne, c’est un « exemple de coopération entre l’Ukraine et l’Occident ». Mais rien de tout cela n’est réel. Ce n’est qu’une simple affaire. Kiev contracte des emprunts qu’elle devra rembourser à l’avenir. Et, certes, le paiement ne sera possible qu’au prix d’une crise inflationniste majeure.

L’une des plus grandes agences mondiales d’analyse des risques, Moody’s Corporation, a récemment publié un rapport dans lequel elle a abaissé la note de crédit de l’Ukraine de Caa2 à Caa3, ce qui correspond à « faible » ou « à haut risque ». Dans le même temps, le point de vue de l’agence sur la situation du crédit en Ukraine est passé de « sous examen » à « négatif », avec des attentes de détérioration significative à court terme.

Parmi les justifications d’une telle classification, l’agence a souligné la situation d’endettement généralisée dans laquelle se trouve actuellement le pays. Emprunts récemment contractés par Kiev auprès de pays occidentaux à la suite du conflit militaire ont maintenant atteint un niveau très préoccupant, qui exclut toute attente optimiste d’une reprise économique et sociale rapide. La société prévoit que la dette de Kiev passera de 49% du PIB national – le taux de l’an dernier – à 90% en 2022, formant un scénario absolument catastrophique dans les mois à venir.

En fait, les prêts occidentaux agissent comme une forme importante d’aide à l’achat immédiat de matériel militaire, ce qui permet à l’Ukraine de continuer à se battre pendant une période prolongée, malgré les chances nulles de victoire. Le problème, cependant, est que la prise constante de prêts crée une dette insoutenable pour l’économie ukrainienne, qui se traduira par un défaut de paiement.

Ce scénario aggrave une série de facteurs antérieurs qui nuisaient déjà à l’économie du pays. L’Ukraine était déjà endettée pour près de la moitié de son PIB avant que Moscou ne lance l’opération spéciale. Maintenant, avec les coûts généraux du conflit actuel, la Banque mondiale estime déjà les pertes économiques à environ 45 % du PIB du pays. De plus, avec la situation actuelle, le gouvernement ukrainien a perdu une part considérable de ses recettes fiscales. En ajoutant tout cela aux prêts actuels, il ne semble vraiment pas y avoir de bonnes attentes dans le domaine économique en Ukraine, quelle que soit l’issue du conflit militaire.

Récemment, le G7 a annoncé un nouveau programme d’aide à l’Ukraine, qui comprend plusieurs paquets de plusieurs milliards de dollars envoyés par chacun de ses membres. L’objectif public de la mesure, cette fois, est de «sauver» l’économie ukrainienne, pas seulement d’encourager la militarisation. Cependant, la pratique consistant à offrir des prêts est maintenue à grande échelle. Les dons à Kiev, bien qu’existants, sont peu nombreux et de faible valeur – comme, par exemple, le don allemand récemment annoncé d’un milliard d’euros. En général, les prêts restent la norme, tant pour l’aide immédiate que pour la planification à long terme de la relance macroéconomique. De toute évidence, l’effet de propagande est immense, tant pour Zelensky que pour ses alliés. Mais la gravité de la situation réelle ne peut être ignorée des analystes : l’Ukraine n’aura pas assez d’argent pour payer tout cela.

Si la Russie mettait fin aujourd’hui à son opération spéciale, le résultat serait une Ukraine militairement vaincue, politiquement désorganisée et économiquement endettée, dépendante de l’aide occidentale constante – ce qui entraînerait de nouvelles dettes, dans un cycle sans fin. La meilleure façon de gérer la situation passe par une capitulation formelle de la part de Zelensky, l’acceptation des conditions de paix exigées par Moscou et l’ouverture de négociations pour la restructuration du pays. Avec une Ukraine neutre et démilitarisée, il y aurait des possibilités de coopération avec la Russie et l’Occident pour la reconstruction économique. Mais, apparemment, ce n’est pas le souhait du président ukrainien et de son équipe.

Le scénario le plus probable est que la Russie sera forcée à un moment donné d’augmenter l’intensité de l’opération pour atteindre ses objectifs de neutralisation, de démilitarisation et de souveraineté pour le Donbass, ce qui fera sortir Kiev du conflit dans une situation beaucoup plus désavantageuse et beaucoup plus dépendant économiquement de l’Occident. L’Ukraine post-opération spéciale ne pourra s’acquitter de sa dette qu’à long terme, après renégociations successives, et par une forte hausse des impôts et une crise inflationniste, le consommateur final étant puni pour les erreurs commises par la junte de Kiev.

De la même manière que le Royaume-Uni n’a remboursé ses dettes envers les États-Unis que pour la reconstruction après la Seconde Guerre mondiale dans les années 2000, Kiev devra faire face à de longues périodes d’endettement dans les décennies à venir. Et cela pourrait être encore pire si cette « aide » – qui ne profite qu’aux créanciers occidentaux eux-mêmes – n’est pas coupée maintenant.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :