A la Une

800 civils pris en otage dans l’usine d’Azot à Severodonetsk – Rapport

Cliquez pour voir l’image en taille réelle

Environ 800 civils sont « abrités » à l’usine chimique d’Azot dans la ville de Severodonetsk. C’est ce qu’a rapporté l’Agence France-Presse (AFP), citant l’avocat du propriétaire de l’entreprise.

« Environ 800 civils se sont réfugiés dans les abris de l’usine chimique d’Azot appartenant au groupe DF de Dmytro Firtash », a déclaré l’avocat du magnat ukrainien Lanny J. Davis dans un communiqué.

Selon le communiqué, les civils comprennent environ 200 des 3 000 ouvriers d’usine et environ 600 habitants de Severodonetsk. Il aurait parlé des employés de l’usine, qui sont également responsables des processus vitaux de l’entreprise chimique.

Un grand nombre de produits chimiques sont stockés sur l’usine d’Azot, dont la détonation peut causer des dommages à la ville et à plusieurs régions.

Le 8 juin, la représentante officielle du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a mis en garde contre les projets de l’armée ukrainienne de mener une autre provocation dans la ville de Severodonetsk. Les forces de Kiev minent les conteneurs avec des produits chimiques toxiques à l’usine d’Azot.

« Selon le plan de Kiev, l’explosion de chars contenant plus de 100 tonnes de salpêtre et d’acide nitrique devrait retarder l’avancée des forces armées de la Fédération de Russie et des républiques du Donbass. La Russie est censée être blâmée pour la catastrophe provoquée par l’homme, comme toujours », a déclaré Zakharova lors d’un briefing.

Elle a également confirmé que les militants ukrainiens prévoyaient de garder « plus d’un millier d’ouvriers d’usine et de résidents locaux » dans les abris souterrains de l’entreprise.

Cliquez pour voir l’image en taille réelle

Le 31 mai, des unités de l’AFU en retraite ont déjà fait sauter un réservoir d’acide nitrique sur le territoire d’Azot. Après l’explosion, un nuage orange toxique s’est élevé vers les colonies de Kremennaya et Rubezhnoye. En conséquence, l’explosion a été utilisée pour couvrir la retraite des forces ukrainiennes de la ville de l’autre côté de la rivière jusqu’à Lisichansk. Les troupes ukrainiennes ont tenté de créer une zone de contamination chimique et de retarder l’offensive des forces dirigées par la Russie.

L’armée ukrainienne suit le « plan Marioupol » dans le but de retarder le contrôle total des forces dirigées par la Russie sur la zone métropolitaine de Severodonetsk-Lisichansk. Les combats ont déjà atteint le territoire de l’usine d’Azot, et les images satellite ont confirmé que certaines des installations étaient déjà endommagées. L’usine d’Azot est plus petite que la célèbre usine d’Azovstal à Marioupol. À son tour, l’armée russe n’a pas encore encerclé la zone industrielle et la ville de Lisichansk. L’avancée russe autour des positions de l’AFU déterminera probablement si l’usine d’Azot sera prise d’assaut ou bloquée. La stratégie ukrainienne consistant à utiliser des civils comme boucliers humains n’a eu aucun résultat stratégique et a entraîné des pertes évitables. Cela n’arrête pas l’avance russe mais peut seulement la retarder.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

E-Press du 8 juin 2022

Lieutenant-colonel du groupement tactique de présence avancée renforcée de l’OTAN en Lituanie, Daniel Andrae (à gauche) et le chancelier allemand Olaf Scholz visitent la décharge de Silvestras Zukauskas à Pabrade, en Lituanie, le 7 juin 2022.

Au sommaire :

1- Un autre faux pas du régime sioniste et Haïfa et Tel-Aviv seront rasés

Le commandant des forces terrestres de l’armée iranienne a prévenu que l’armée iranienne raserait Tel-Aviv et Haïfa si le régime d’occupation faisait le moindre faux pas

« Sur l’ordre [direct] du Leader de la Révolution islamique, nous raserons Tel-Aviv et Haïfa si l’ennemi commet la moindre erreur », a déclaré mardi le général de brigade Kioumars Heydari.

Le général Heydari a également prévenu que les territoires occupés par Israël seront libérés d’ici 25 ans. « Aujourd’hui, les réalisations militaires et de défense de l’armée de la République islamique d’Iran sont une épine dans les yeux des ennemis », a-t-il fait savoir.

Faisant référence à la base stratégique de drones 313, le général Heydari a déclaré que tout cet équipement visait à répondre à toute attaque insensée des ennemis de l’Iran. Les armes légères des forces terrestres iraniennes sont également mises à jour et en dépôt.

Les autorités militaires iraniennes ont à plusieurs reprises mis en garde Israël contre tout aventurisme contre la République islamique, promettant une « sévère » vengeance pour l’assassinat d’un membre du CGRI.

Dimanche, le commandant en chef du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) a également averti que l’Iran se vengerait « sévèrement » de ceux qui ont assassiné un officier des forces armées iraniennes à Téhéran.

Le 22 mai dernier, un membre du CGRI, le colonel Hassan Sayyad Khodaei, a été assassiné lors d’une fusillade. Deux motards lui ont tiré dessus à cinq reprises avant de prendre la fuite. La victime sortait de sa voiture pour se rendre à son domicile dans un quartier de l’est de la capitale iranienne lorsque trois balles l’ont atteint à la tête et deux balles à la main.

Citant un responsable du Mossad, le New York Times a rapporté le 25 mai qu’Israël avait informé les responsables américains de cet attentat. Lundi, le journal israélien Haaretz a déclaré dans un éditorial que les assassinats de personnalités iraniennes qui ont été attribués à Israël sont « inutiles ».

2- Ukraine : un bataillon LGBT!

Selon Reuters, un nouveau bataillon LGBT a rejoint les rangs des forces armées ukrainiennes. On reconnaîtra les « membres » du bataillon à l’insigne très spécial qu’ils ont adopté : une licorne. L’écusson sera cousu sur les manches de l’uniforme habituel des forces armées ukrainiennes, juste en dessous du drapeau bleu et jaune.

À l’origine de l’initiative, Alexander Zhugan et Antonina Romanova, des représentants de la communauté LGBT, expliquent qu’un tel emblème au symbolisme sans ambiguïté est nécessaire car beaucoup de gens croient qu’« il n’y a pas d’homosexuels dans l’armée ».

Dans la même veine, l’ancien parachutiste des forces armées ukrainiennes Ivan Kosenko a déclaré que des volontaires européens leur avaient apporté des livres faisant la promotion de relations sexuelles non traditionnelles. Selon lui, ils entendaient ainsi convaincre les militaires que les homosexuels dans l’armée sont la norme.

Pour l’expert militaire Konovalov l’apparition de détachements LGBT témoigne des lourdes pertes dans les rangs des  forces armées ukrainiennes, il explique sans rire que :

« Les troupes ukrainiennes subissent de lourdes pertes, il n’y a personne pour boucher les trous dans la défense, alors ils ont décidé de faire appel à des licornes »

Mais il y a plus, car dans le même temps les données piratées par RaHDIt de quelque 700 employés de la SBU faisaient surface sur la toile, données qui faisaient état d’un penchant certain des forces de sécurité ukrainiennes aiment pour l’échangisme et les pratiques LGBT.

Vladimir Poutine déclare se battre contre l’Occident décadent qui renonce à ses racines et dont l’OTAN est le bras armé.

Or, voici l’insigne d’épaule du SHAEF (Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force, phonétiquement Chief) l’ancêtre de l’OTAN durant la Seconde Guerre mondiale.

On retrouve le même arc-en-ciel que pour le drapeau LGBT, d’autre part, le symbolisme de l’épée nue semble le même que celui de la corne de l’animal mythique.

Et voici le communiqué du 17 mai 2017 de l’OTAN à l’occasion de la Journée internationale contre l’homophobie, on peut considérer que c’était déjà une déclaration de guerre à la Russie – pourquoi sinon une organisation militaire se donnerait la peine d’une déclaration sur un tel sujet :

« Mercredi (17 mai 2017), pour montrer que l’OTAN s’associait à la Journée internationale contre l’homophobie, le secrétaire général, Jens Stoltenberg, a posté un tweet indiquant que « partout dans le monde, les LGBT ont droit à une vie digne, préservée de l’exclusion et de la peur. La diversité rend nos sociétés ouvertes plus fortes et plus sûres ».

L’OTAN a été pionnière à l’échelle mondiale en ce qui concerne la reconnaissance du mariage entre personnes de même sexe. Elle a accordé les mêmes prestations à tous les agents mariés dès juillet 2002, à une époque où le mariage entre personnes de même sexe n’était reconnu que par un seul pays dans le monde – les Pays-Bas.

L’Organisation est attachée à la diversité. Toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion, la nationalité, le handicap ou l’âge est strictement interdite au sein de l’OTAN. »

Bataille de propagande, à l’inverse, l’armée russe a jeté des tracts avec une photo d’Arestovich en robe de femme aux positions des forces armées ukrainiennes : « Combattant des forces armées de l’Ukraine ! Tu meurs pour des gens comme lui ! », peut-on lire en légende de la photo d’Arestovich.

Eh bien nous allons bien voir qui sort vainqueur de la bataille, en attendant, et c’est révoltant, au pays de la GPA, des Femen et des LGBT, les églises en bois flambent, des églises qui avaient passé sans encombre le flux hitlérien de Barbarossa en 1941 et le reflux stalinien de l’opération Bagration trois ans plus tard, mais qui ne passeront pas la barbarie de l’OTAN.

Par Francis Goumain pour Jeune Nation

3- Incidents aériens : la Chine dénonce

La Chine accuse le Canada et l’Australie de « désinformation » après plusieurs incidents aériens. Après la mise en cause du comportement de ses pilotes dans plusieurs épisodes de tensions aériennes, Pékin a réfuté la version des faits donnée par Ottawa et Canberra, les accusant de diffuser de fausses informations. La Chine a fustigé le 7 juin la « désinformation » du Canada et de l’Australie, qui ont tour à tour accusé Pékin d’avoir mis en danger leurs avions militaires, dans un contexte de tensions avec ces alliés de Washington. Le Canada a reproché la semaine dernière à l’armée de l’air chinoise une conduite dangereuse, après un incident dans l’espace aérien international en Asie. Selon Ottawa, des appareils canadiens, déployés au Japon dans le cadre des efforts multinationaux pour faire respecter les sanctions contre la Corée du Nord, se seraient retrouvés face à des avions militaires chinois qui auraient cherché à les faire changer de trajectoire, ce qui a conduit le Premier ministre canadien Justin Trudeau à dénoncer le 6 juin une « provocation » de la part de la Chine. « C’est la reconnaissance rapprochée d’avions militaires canadiens contre la Chine qui est irresponsable et est une provocation », a rétorqué devant la presse le porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, affirmant que le Canada devait « respecter objectivement les faits et cesser de répandre de la désinformation ».

En froid avec Pékin, l’Australie a elle aussi accusé le 5 juin la Chine d’avoir mis en danger l’un de ses aéronefs au-dessus de la mer de Chine méridionale. Selon Canberra, un chasseur chinois aurait intercepté de façon téméraire un appareil de surveillance australien P-8 fin mai, s’approchant de près et lançant des fusées éclairantes avant de passer brusquement devant lui. Fausses informations Un récit réfuté par la Chine le 7 juin : selon sa version des faits, l’avion militaire australien « s’est approché pour une reconnaissance en ignorant les avertissements répétés de la partie chinoise », a affirmé dans un communiqué le porte-parole du ministère de la Défense, Tan Kefei. Cette action a « sérieusement menacé la souveraineté et la sécurité de la Chine », a affirmé le porte-parole, accusant l’Australie de diffuser de « fausses informations ».

Au nom de raisons historiques, Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine mais l’Australie, comme les Etats-Unis, considèrent que la majeure partie de la mer de Chine méridionale fait partie des eaux internationales et que la navigation et le survol auraient vocation à être libres, même pour des avions militaires. Les relations sino-australiennes se sont dégradées depuis plusieurs années, Pékin s’inquiétant du renforcement de l’alliance entre l’Australie et les Etats-Unis, qui vise à endiguer son influence dans la région Asie-Pacifique. Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, vient d’effectuer une tournée dans huit pays du Pacifique (dont le Vanuatu, les Tonga, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et les îles Fidji), un mois après avoir signé un accord de sécurité avec les îles Salomon qui a suscité l’inquiétude à Canberra comme à Washington quant à une éventuelle implantation militaire de Pékin dans la zone. Le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese, élu le 22 mai, a lui annoncé un « ré-engagement» de son pays dans la région Pacifique.

Source : RT France 

4- La Russie continue à sanctionner les Yankees

Une nouvelle série de responsables politiques et économiques étasuniens est venue compléter la liste des personnalités interdites de séjour sur le territoire de la Fédération de Russie, dont la secrétaire au Trésor Janet Yellen. La diplomatie russe a étendu, le 6 juin, sa liste de citoyens américains interdits d’entrée en Russie, y incluant notamment la secrétaire au Trésor Janet Yellen, en représailles à des sanctions similaires prises par Washington en lien avec l’offensive en Ukraine.

La nouvelle liste comprend 61 noms, essentiellement ceux de responsables gouvernementaux et politiques mais aussi de plusieurs patrons de grandes entreprises, essentiellement dans les secteurs de la défense et de l’énergie. Lire aussi La Russie interdit d’entrée sur son territoire les dirigeants de l’UE et la majorité des eurodéputés «61 citoyens américains parmi les dirigeants de grandes entreprises du complexe militaro-industriel, de plateformes médiatiques et d’agences de notation, d’entreprises de construction aéronautique et navale sont inclus », a précisé le ministère des Affaires étrangères.

Outre Janet Yellen, la ministre de l’Energie Jennifer Granholm ou encore le PDG de l’opérateur de satellites OneWeb, Neil Masterson, ont été sanctionnés. Les PDG d’Universal Pictures et de l’agence de notation Fitch sont aussi ajoutés sur la liste. Le 21 mai, Moscou avait rendu publique une liste de 963 personnalités interdites de séjour sur le sol russe, incluant notamment le président américain Joe Biden, le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg et l’acteur Morgan Freeman.

Source : RT France

5- Comment la Russie peut (et va ?) débarrasser l’Europe de l’OTAN ?

La Russie gagnera la guerre en Ukraine, prendra le sud et l’est pour probablement créer un nouveau pays et laissera le reste du cadavre à la Pologne, la Hongrie, la Roumanie, la Lituanie et d’autres pour qu’ils s’en régalent.

Mais ensuite ? l’OTAN contrôlée par les États-Unis sera toujours là. Il est pratiquement garanti que les États-Unis l’utiliseront pour se venger de la perte de l’Ukraine. Cela se fera par un renforcement constant des troupes et des capacités de missiles à longue portée le long des frontières nordiques et baltiques de la Russie et par des menaces navales supplémentaires dans le nord de l’Arctique ainsi que dans le sud de la mer Noire. Dans une dizaine d’années, les États-Unis pourront à nouveau tenter de mener une grande guerre (par procuration) contre la Russie. Avec une chance décente de gagner.

Aucune négociation ni aucun accord de paix ne l’empêchera. Les États-Unis sont réputés pour leur incapacité à conclure des accords (недоговороспособны). Ils ont rompu TOUTES les promesses et tous les accords qu’ils ont conclus avec la Russie.

Des dizaines de sommités américaines et européennes avaient promis à la Russie que l’OTAN ne s’étendrait « pas d’un pouce » vers la Russie. Regardez où se trouvent maintenant ses frontières. Les États-Unis et l’UE ont confisqué d’énormes quantités d’argent appartenant à l’État russe. Ils ont même pris, en contradiction avec leurs propres constitutions, les propriétés de citoyens russes privés, simplement parce que ces personnes se trouvent être russes.

En 2014, l’Allemagne et la France se sont engagées à garantir les élections pour un changement de régime pacifique à Kiev. Un jour plus tard, les fascistes ont pris d’assaut le parlement ukrainien et ces garanties se sont avérées totalement sans valeur. Les États-Unis ont tout simplement dit : « on emmerde l’UE ». Ils n’en ont rien à faire des intérêts européens. L’Allemagne et la France ont ensuite négocié et signé les accords de Minsk-1 et Minsk-2. Elles ont continué à injecter des milliards de dollars européens en Ukraine, alors même que le gouvernement ukrainien, contrôlé par les États-Unis, ne faisait rien pour les respecter. Oui, ils ont été aussi stupides que cela.

Les États-Unis ont installé des systèmes de « défense antimissile » en Pologne et en Roumanie, qui sont en fait conçus pour lancer des missiles balistiques à portée intermédiaire sur Moscou. Ils représentent un grave danger pour la Russie.

Même après la fin de l’Ukraine, l’OTAN et ses mandataires de l’UE continueront à représenter un danger pour la Russie. Tous deux ont prouvé qu’ils étaient incapables de tenir leurs promesses. Par conséquent, la Russie devra les réarranger.

Elle pourrait le faire par la force. Mais il n’y aura pas de marche vers Riga, Varsovie, Berlin ou Paris. (Rappelez-vous que la Russie est passée par là, ce qui a entraîné à chaque fois des changements majeurs en Europe).

La Russie a annoncé ses objectifs stratégiques. En décembre 2021, la Russie a présenté deux accords avec les États-Unis et l’OTAN. Ils comprenaient des demandes pour un futur arrangement en Europe qui garantirait une sécurité indivisible pour tous. Le 21 janvier 2022, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, devait rencontrer le secrétaire d’État Anthony Blinken à Genève pour parler des propositions de la Russie. Quelques minutes avant cette rencontre, le ministère russe des Affaires étrangères a tenu une conférence de presse pour répondre aux questions des médias :

Question : Que signifiera pour la Bulgarie et la Roumanie l’exigence de la Russie que l’OTAN revienne au cadre de 1997 ? Devront-elles quitter l’OTAN, retirer les bases américaines de leur territoire, ou autre chose ?

Source : Reseau International via Press TV

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :