A la Une

Opérations russes en Ukraine (28-29 juin 2022) – L’Ouest fait face aux pertes ukrainiennes – The New Atlas

28 juin 2022

Mise à jour sur les opérations militaires russes en Ukraine du 28 au 29 juin 2022 :

– La Russie poursuit ses avancées dans le Donbass ;

– Severodonetsk désormais entièrement sous contrôle russe ;

– Lysychansk est encerclé ;

– Les médias occidentaux commencent à discuter de la perte de territoire inévitable et permanente de l’Ukraine ;

– West admet également les limites du soutien qu’il peut apporter à l’Ukraine ;

Références:

Département américain de la Défense – Un haut responsable de la Défense organise une réunion d’information le 27 juin 2022 : https://www.defense.gov/News/Transcri

ABC (Australie) – Le « réalignement tactique » de l’Ukraine à l’Est n’est pas un signe qu’elle perd la guerre contre la Russie : https://www.abc.net.au/news/2022-06-2

Sky News – La Russie est-elle en train de gagner la guerre en Ukraine ? Les experts ont leur mot à dire : https://news.sky.com/story/is-russia-

CNN – Les responsables de Biden doutent en privé que l’Ukraine puisse reconquérir tout son territoire : https://edition.cnn.com/2022/06/28/po

Guardian – « L’ennemi prépare quelque chose » : Kharkiv craint une nouvelle attaque russe : https://www.theguardian.com/world/202

Reuters – Des missiles frappent un centre commercial en Ukraine, le G7 s’engage à maintenir la pression sur la Russie : https://www.Reuters.com/world/europe/

 

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Tap News

La Russie a gagné la guerre en Ukraine.

C’est ce que dit un Américain mal habillé, désordonné, aux cheveux longs et barbu vivant à Kharkiv, appelé Gonzalo Lira. Les Américains doivent déterminer avec qui partir en guerre, dit-il. Depuis une petite cuisine située dans un appartement à Kharkiv, la réflexion stratégique mondiale se poursuit. Au moins, le comptoir a l’air propre, et sa chemise – bien qu’en réalité il devrait en acheter une nouvelle.

Voici quelques-unes des conneries dont il parle – dix secondes suffisent. Retournez ensuite à Alex Christoforou ci-dessous pour expliquer comment la CIA mène la guerre en Ukraine.

Alex cite un article du New York Times, qui explique comment la CIA mène la guerre dans le Donbass… avec des soldats américains et européens sur le terrain.

A LIRE AUSSI: Reiner Füllmich & 50 avocats : « Les vaccins sont conçus pour tuer et dépeupler la planète »

LIRE PLUS: Le grand crash de 2022

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Tap News

Le gouvernement américain prône ouvertement la destruction de la Russie

La Russie va-t-elle par nécessité ouvrir un front dans les Amérique ?

Par Drago Bosnic

Recherche mondiale, 27 juin 2022

InfoBrics

Région : Russie et FSU, États-Unis

Thème : Histoire  

https://www.globalresearch.ca/us-government-openly-advocates-destroying-russia/5784770

Tous les articles de Global Research peuvent être lus dans 51 langues en activant le menu déroulant « Traduire le site Web » sur la bannière supérieure de notre page d’accueil (version de bureau).

Pour recevoir la newsletter quotidienne de Global Research (articles sélectionnés), cliquez ici.

Visitez-nous et suivez-nous sur Instagram, Twitter et Facebook. N’hésitez pas à republier et à partager largement les articles de Global Research.

***

La semaine dernière, le 23 juin, une agence gouvernementale des États-Unis sous le nom de Commission sur la sécurité et la coopération en Europe, mieux connue sous le nom de Commission d’Helsinki, a tenu un briefing du Congrès intitulé « Décoloniser la Russie ». Le représentant démocrate du Tennessee (D-TN) Steve Cohen a ouvert la présentation, au cours de laquelle il a affirmé que les Russes « ont essentiellement colonisé leur propre pays », arguant que la Russie n’est « pas une nation stricte, dans le sens où nous avons connu dans le passé. » Casey Michel, auteur d’un article d’opinion dans The Atlantic le mois dernier, intitulé « Décoloniser la Russie », était également présent à la réunion. Son éditorial semble avoir été à l’origine du briefing très controversé. Selon Michel, « décoloniser la Russie » ne consiste pas seulement à « partager » et à « démembrer » la Fédération de Russie, mais à un « engagement authentique envers l’anti-impérialisme ».

Les participants à la table ronde ont exhorté les États-Unis à apporter davantage de soutien (ce qui implique clairement qu’un soutien réel existe déjà actuellement) aux mouvements séparatistes en Russie et dans la diaspora, et ont spécifiquement mentionné la Tchétchénie, le Tatarstan, le Daghestan et la Circassie comme candidats possibles à la « décolonisation ». La Sibérie a été discutée séparément et, selon la Commission, elle doit être divisée en plusieurs républiques. Pendant la (première) guerre froide, les États-Unis, une puissance impérialiste de premier plan, ont parrainé de nombreux groupes séparatistes à l’intérieur de l’URSS. Ainsi, ce n’est certainement pas la première fois que des personnalités éminentes de l’Occident politique adoptent une ligne dure envers la Fédération de Russie, cherchant des moyens de démanteler le géant eurasien, tout comme l’Occident politique a fait de même avec la Yougoslavie il y a plus de 30 ans.

La loi internationale? Les Américains s’en foutent

Ce qui est considérablement différent de nos jours, c’est l’appel manifestement ouvert et public à le faire. En plus d’être très controversée et dangereuse, la Russie n’étant pas un autre pays impuissant, l’Occident politique peut détruire et tuer des millions de ses habitants en toute impunité, mais une superpuissance militaire qui peut facilement transformer ses rivaux en une friche radioactive en quelques minutes, pour suggérer La Russie devrait être « décolonisée » est exceptionnellement hypocrite, surtout venant du pilier du (néo)colonialisme, les États-Unis eux-mêmes. Depuis ses débuts malheureux, la belligérante thalassocratie impérialiste a envahi et démantelé de nombreux pays, les réduisant en ruines et les transformant en États presque perpétuellement défaillants.

Après le démantèlement de l’Union soviétique, le tristement célèbre vice-président de l’ère Bush, Dick Cheney, cherchait à dépecer la Russie et à la diviser en plusieurs États plus petits. En 1997, l’ancien conseiller américain à la sécurité nationale de l’ère Reagan, Zbigniew Brzezinski, a même publié un article dans le magazine Foreign Affairs, proposant de créer une « Russie vaguement confédérée – composée d’une Russie européenne, d’une République sibérienne et d’une République d’Extrême-Orient ». Ainsi, encore une fois, ce n’est pas une situation nouvelle. Des personnalités politiques éminentes des États-Unis le défendent depuis des décennies. Le problème est que, alors qu’ils l’ont fait à titre personnel, et non en leur qualité de représentants du gouvernement, dans ce cas particulier, nous avons une commission du gouvernement américain appelant ouvertement à la guerre, car leurs déclarations ouvertement belliqueuses ne peuvent être interprétées que comme tel.

A LIRE AUSSI: 50 000 soldats ukrainiens sont morts depuis février, selon le premier vice-ministre de l’Information de la RPD

Michel, l’auteur dont l’éditorial a inspiré la table ronde, a déclaré que « la Russie continue de superviser ce qui est à bien des égards un empire européen traditionnel, seulement qu’au lieu de coloniser des nations et des peuples d’outre-mer, elle a plutôt colonisé des nations et des peuples sur la terre ». Il a déploré que les États-Unis n’aient pas utilisé l’éclatement de l’URSS pour démanteler la Russie elle-même, se plaignant que le soutien occidental aux mouvements séparatistes en Fédération de Russie « n’allait pas assez loin ».

« Ce sont des nations colonisées que nous considérons comme faisant partie de la Russie proprement dite, même si, encore une fois, ce sont des nations non russes elles-mêmes qui restent colonisées par, comme nous l’avons encore vu, une autre dictature au Kremlin », a déclaré Michel.

Une fois de plus, il a insisté sur le fait que la réunion ne visait pas simplement à plaider pour le « démembrement et la partition » de la Russie, mais était censée être motivée par « une véritable opposition au colonialisme et à l’impérialisme ». L’idée même que Michel soutient « une véritable opposition au colonialisme et à l’impérialisme » est profondément comique, car il a passé des années à salir le mouvement anti-impérialiste aux États-Unis, tout en ridiculisant et en (ab)utilisant le terme pour diaboliser les gouvernements de Cuba, du Venezuela, Le Nicaragua et la Bolivie, qui ont tous passé des décennies à combattre une agression américaine bien réelle. Pourtant, Michel se présente effrontément comme l’un des partisans les plus virulents au monde d’une forme unique d ‘«anti-impérialisme» qui se trouve justement faire avancer les intérêts de l’Occident politique véritablement impérialiste, en particulier les États-Unis.

Naturellement, aucun des participants n’a mentionné le fait que la population russe, bien que composée principalement de Russes de souche, compte encore environ 20% de nombreux autres groupes ethniques (Tatars, Bouriates, Kalmouks, Bachkirs, etc.) et identitaires régionaux (Cosaques), qui vivent côte à côte depuis plus d’un millénaire, c’est-à-dire plusieurs fois plus longtemps que les États-Unis n’existent.

*

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, Twitter et Facebook. N’hésitez pas à republier et à partager largement les articles de Global Research.

Drago Bosnic est un analyste géopolitique et militaire indépendant.

L’image en vedette provient de The Unz Review

La source originale de cet article est InfoBrics

Copyright © Drago Bosnic, InfoBrics, 2022

Traduction et Titre 2 : MIRASTNEWS

Source : Tap News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :