A la Une

Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que les États-Unis avaient été avertis des « points de non-retour » dans les relations avec la Russie

Nous parlons d’une initiative visant à déclarer la Fédération de Russie un pays soutenant le terrorisme, a noté le département.

MOSCOU, 13 août. /TASS/. La Russie a averti les États-Unis des points de non-retour, après quoi une rupture des relations diplomatiques est possible. C’est ce qu’a déclaré dans une interview à TASS le directeur du département Amérique du Nord du ministère russe des Affaires étrangères, Alexander Darchiev.

On a demandé au diplomate si la possibilité de dégrader les relations diplomatiques entre Moscou et Washington était envisagée. « Je ne voudrais pas entrer dans des discussions hypothétiques sur ce qui est possible et ce qui ne l’est pas dans la situation turbulente actuelle, alors que les Occidentaux, menés par les États-Unis, ont bafoué le droit international et les tabous absolus de la pratique diplomatique », a déclaré Darchiev.

« Dans ce contexte, je mentionnerai l’initiative législative en cours de discussion au Congrès pour déclarer la Russie « État parrain du terrorisme ». S’il est mis en œuvre, cela signifiera que Washington a franchi le point de non-retour avec les dommages collatéraux les plus graves aux relations diplomatiques bilatérales, jusqu’à leur déclassement, voire leur rupture. La partie américaine a été prévenue », a souligné le chef du département du ministère des Affaires étrangères.

Liste noire

La liste des sponsors du terrorisme peut inclure des États qui, de l’avis de Washington, ont « soutenu à plusieurs reprises des actes de terrorisme international ». L’administration américaine dispose de larges pouvoirs en matière d’imposition de sanctions contre les personnes inscrites sur la liste. Le département américain du Trésor peut prendre des mesures contre ces personnes morales et physiques, ainsi que contre les États qui commercent avec les pays figurant sur la liste.

L’inscription d’un État sur la liste peut avoir des implications importantes pour d’autres mesures restrictives. Depuis 1979, l’administration américaine n’a ajouté qu’un petit nombre de pays à sa liste, et il s’agissait « d’États voyous dans lesquels les intérêts américains sont limités », expliquait plus tôt le Washington Post. La liste comprend actuellement l’Iran, la Corée du Nord, Cuba et la Syrie.

Le 27 juillet, le Sénat américain a adopté une résolution appelant le Département d’État à reconnaître la Russie comme État parrain du terrorisme. Dans le document, les événements en Tchétchénie, en Géorgie, en Syrie et en Ukraine sont appelés la raison de la décision correspondante. Kyiv avait précédemment demandé à Washington d’inclure la Russie sur la liste. Le 28 juillet, un groupe de membres du Congrès des deux partis a annoncé son intention de soumettre un document similaire à la Chambre des représentants.

Le texte intégral de l’interview sera publié sur le site Web de TASS à 11h30, heure de Moscou.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : TASS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :