A la Une

Comment Obama a déclenché la guerre en Ukraine

Écrit par Eric Zuesse.

    Le début de la guerre d’Obama en Ukraine est bien mis en évidence dans les deux brèves vidéos suivantes :

    Son début effectif de ce début de guerre s’est produit peu après le 8 février 2010, date à laquelle le Guardian britannique titrait « Ianoukovitch prêt à devenir président alors que les observateurs disent que les élections en Ukraine étaient équitables ».

Le 2 avril 2010, Gallup (le sous-traitant standard du gouvernement américain pour interroger les Ukrainiens) a titré « Les Ukrainiens sont susceptibles de soutenir l’éloignement de l’OTAN : les résidents sont plus susceptibles de considérer l’OTAN comme une menace que comme une protection », et a signalé que 40 % considéraient l’OTAN comme une « menace, » tandis que 17 % y voient une « protection ». Les Ukrainiens considéraient définitivement l’Amérique comme une puissance hostile. Ils étaient majoritairement pro-russes.

Le 12 avril 2010, le président démocratiquement élu Ianoukovitch a rencontré le président américain à la Maison Blanche, à laquelle Obama l’avait invité, mais Ianoukovitch a refusé les suggestions d’Obama selon lesquelles l’Ukraine rejoindrait l’alliance américaine contre la Russie, son voisin immédiat.

Le 2 juillet 2010, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton et Ianoukovitch ont tenu une conférence de presse conjointe à Kiev, où elle a déclaré :

« Nous avons discuté des moyens par lesquels l’Ukraine et les États-Unis peuvent approfondir et élargir leur partenariat stratégique, en faisant avancer les travaux de la Commission de partenariat stratégique américano-ukrainienne que je copréside. … Et les États-Unis se félicitent de la décision du parlement ukrainien d’approuver des exercices militaires étrangers sur le territoire ukrainien en 2010 et nous remercions l’Ukraine et le peuple ukrainien pour leurs importantes contributions à l’OTAN et à d’autres opérations de sécurité internationales….. Et comme je l’ai dit, nous sommes reconnaissants des contributions de l’Ukraine aux efforts de sécurité de l’OTAN et aux autres opérations de maintien de la paix dans le monde. Et nous attendons avec impatience les exercices militaires conjoints américano-ukrainiens. Et nous soutenons également une relation avec la Russie qui est dans l’intérêt de l’Ukraine et qui contribue à faire avancer ce que le président Obama a appelé la réinitialisation des relations avec la Russie.

Mais, finalement, Ianoukovitch a rejeté l’alliance proposée par les États-Unis et l’UE avec l’Ukraine contre la Russie, la proposition que l’Ukraine rejoigne l’UE et abandonne son commerce avec la Russie (qui sont toutes deux des conditions préalables essentielles pour rejoindre l’OTAN et recevoir des missiles américains à poster à la frontière russe). ). Bien que la raison pour laquelle Ianoukovitch ait refusé de déclarer dans les médias alliés des États-Unis qu’il était allié avec (son voisin) la Russie contre l’Amérique (juste un mensonge), la vraie raison était que l’Amérique et son UE avait mis en place l’accord pour que l’Ukraine saigne 160 milliards de dollars qu’elle n’avait tout simplement pas. L’ensemble de l’accord n’était pas un véritable accord, mais seulement une mise en place pour susciter des « manifestations de Maïdan » contre Ianoukovitch, qui serviraient de couverture à un coup d’État de la CIA qui installerait un gouvernement farouchement anti-russe en Ukraine.  

La planification par l’administration Obama du coup d’État visant à changer le régime de l’Ukraine avait commencé en 2011 (à peine après que Ianoukovitch eut rejeté les appels de Clinton-Obama à rejoindre « l’Occident » contre la Russie). Il était prévu que Ianoukovitch refuserait l’offre de l’UE à l’Ukraine. Ianoukovitch l’a fait le 20 novembre 2013. Wikipédia édité et écrit par la CIA affirme que la «révolution ukrainienne» (en fait le coup d’État) a commencé le lendemain de son action. Cela a commencé par les « manifestations sur la place Maidan » à Kiev, et elles « ont commencé dans la nuit du 21 novembre 2013 par des manifestations publiques sur Maidan Nezalezhnosti (place de l’Indépendance) à Kiev ». Cela a commencé; le plan du régime américain pour prendre le contrôle de l’Ukraine ne l’a pas fait. Selon Wikipédia et le gouvernement américain – de profonds menteurs.  

Le 5 décembre 2013, un site d’information pro-russe, Voltairenet, titrait « Djihadistes en charge du contrôle des foules lors des manifestations de Kiev« , et c’était vrai – cela faisait partie du plan du gouvernement américain. Puis, huit jours plus tard, le 13 décembre, le journaliste du site Web néoconservateur américain The Daily Beast sur place à Kiev, a lancé la bannière « La lutte pour le Maïdan : combien de temps les manifestants ukrainiens peuvent-ils résister aux voyous de Ianoukovitch » ? Cette contre-force du gouvernement ukrainien démocratiquement élu faisait également partie du plan (pour donner une mauvaise image de ce gouvernement). Le mot « voyous » faisait référence ici à la police de la démocratie, et non aux hommes de main de la CIA, à la fois des nazis ukrainiens et des mercenaires étrangers (qui n’étaient même pas mentionnés par le « journaliste » engagé par le propriétaire milliardaire du Daily Beast, Barry Diller). (Et les hommes de main embauchés par les États-Unis étaient barbares, à l’extrême, beaucoup d’entre eux étant fiers d’afficher leur nazisme, qui visait les Russes de souche – un pourcentage élevé de la population ukrainienne.)  

Deux parties de l’Ukraine qui avaient particulièrement voté pour Ianoukovitch se sont séparées de l’Ukraine : la Crimée et le Donbass. Puis, la guerre civile a commencé :

16 avril 2014, « Une journée d’humiliation, alors que l’offensive militaire ukrainienne stagne, six véhicules blindés saisis », comme l’a décrit le pro-renversement de Ianoukovitch Kyiv Post. Les villes du Donbass de Kramatorsk et de Sloviansk se rebellaient contre le nouveau gouvernement putschiste imposé par Obama.

5 mai 2014, « Crise en Ukraine : ‘Ces fascistes ont tué cette fille et ils iront en enfer’ », rapporte le Telegraph pro-renversement britannique depuis Kramatorsk « le peuple plongé dans un climat de peur » des forces ukrainiennes envahissantes :

« Pour le meilleur ou pour le pire, plus de 80 % d’entre eux ont voté pour Viktor Ianoukovitch, le président déchu, lors des dernières élections en 2010. Après tout, il est né dans la région et avait auparavant été gouverneur de Donetsk. De plus, une grande minorité de la population de cette région – près de 40 % – s’identifie comme Russe de souche.

Lorsque M. Ianoukovitch a été renversé lors de la révolution de février, les partisans de sa région natale n’y ont pas vu la chute bien méritée d’un dirigeant corrompu et autoritaire. Certains en étaient en effet venus à le détester, notamment pour le vol éhonté qui était la caractéristique la plus frappante de son règne, mais même eux avaient tendance à croire que le moment de se débarrasser de lui arriverait aux élections de 2015.

Donc, le consensus à Donetsk était que la révolution était un coup d’État…. Peu importe que la révolution était en fait un véritable mouvement populaire, soutenu par un grand nombre d’Ukrainiens ordinaires, y compris certains à l’Est.

7 mai 2014, Kyiv Post pro-renversement :

« Les forces militaires ukrainiennes ont gagné du terrain dans les villes brûlantes de Kramatorsk et Sloviansk dans l’oblast de Donetsk au cours de la semaine dernière, mais les autorités gouvernementales en général ont largement perdu leur emprise sur l’oblast industriel difficile… [en raison de] l’anarchie alimentée par le Kremlin. »

17 mai 2014, Observatoire international anti-coup d’État de la crise ukrainienne :

« Rapportant que des militants néo-nazis du « secteur droit » ont assassiné un groupe de soldats (membres de l’armée ukrainienne) près de Kramatorkaya Starovavarke (Kramatorsk) », affirmant que « les soldats [de l’armée d’invasion ukrainienne à Kramatorsk] ne voulaient pas que soient tués des civils. Puis à minuit une escouade de néo-nazis s’est jetée sur eux et a assassiné les soldats. C’est ainsi que les USA-UE imposent la démocratie en Ukraine !!! Tuer leurs propres soldats ! Et juste parce qu’ils ne voulaient pas tuer des civils !!! »

18 mai 2014, « Tir de mortier à Kramatorsk » par l’armée ukrainienne le 18 mai 2014, comme indiqué sur Youtube.

14 juin 2014, International Business Times :

« L’« opération antiterroriste » de Kiev à Sloviansk tue 300 séparatistes pro-russes » : « Les forces gouvernementales ukrainiennes poursuivent une « opération antiterroriste » qui, selon Kiev, a éliminé 300 rebelles et en a blessé 500 autour de la ville brûlante de Sloviansk. Les forces ukrainiennes ont utilisé des avions, des hélicoptères et de l’artillerie pour inverser l’équilibre des forces dans la ville stratégique contrôlée par les rebelles depuis avril…. Le président américain Barack Obama a rencontré Porochenko en Pologne, le qualifiant de « choix judicieux » pour diriger le pays sur sa voie pro-européenne. Il a dit que le pays avait le potentiel pour devenir une démocratie florissante.

7 juillet 2014, Département d’État américain, Washington, DC :

    [pas de titre ni d’enregistrement actuel sur le Web, mais archivé par moi ici]

    Index des points de presse quotidiens

    lundi 7 juillet 2014

    13h23 EDT

    Briefer: Jen Psaki, porte-parole …

        PSAKI : Eh bien, quelques mises à jour. Comme vous l’avez noté, au cours du week-end, nous avons tous vu des informations selon lesquelles le gouvernement ukrainien a été en mesure d’expulser des séparatistes soutenus par la Russie des villes de Sloviansk et de Kramatorsk. Le gouvernement a immédiatement commencé à rétablir les services publics et à fournir une assistance aux résidents dans le besoin dans ces zones.

    Les combats se poursuivent dans les villes de Donetsk et Lougansk, et l’option d’un cessez-le-feu reste sur la table. Mais il faut être deux pour participer à un cessez-le-feu, et le président Porochenko a eu ce cessez-le-feu pendant 10 jours et n’a pas vu de participation ou d’engagement réciproque de l’autre côté. Il reste donc encore des mesures que nous avons appelées les séparatistes soutenus par la Russie et les Russes à prendre. Ceux-ci restent sur la table.

    QUESTION : Vous dites que c’est deux côtés, mais il semblerait que toute votre discussion soit à trois côtés.

        PSAKI : Eh bien, je pense que les séparatistes soutenus par la Russie et les Russes sont du même côté.

    QUESTION : Donc ils – donc vous assimilez les séparatistes à la Russie ?

        PSAKI: Je ne pense pas que je sois égal, mais en termes de –

    QUESTION : Aux fins de – aux fins de ceci, vous pensez que la – Russie disant oui à un cessez-le-feu est la même chose que les séparatistes disant oui à un cessez-le-feu ?

        PSAKI : Eh bien, nous pensons depuis longtemps qu’ils ont une forte influence sur les actions des séparatistes russes, et ils peuvent faire plus pour influencer.

    QUESTION : Exact. D’accord, mais le fait est qu’ils avaient dit oui, n’est-ce pas ? Je veux dire, les Russes l’avaient soutenu ; Poutine l’avait soutenu. Mais vous ne pensez pas que ce message – ou qu’ils en aient fait assez pour freiner les séparatistes dans leur combat contre le gouvernement ukrainien, n’est-ce pas ?

        PSAKI : C’est exact.

    QUESTION : Est-ce que cela signifierait qu’il y a trois côtés au cessez-le-feu, parce que vous avez besoin que les séparatistes l’acceptent, et vous pensez que cela n’arrivera pas à moins que Moscou ne dise « faites-le », n’est-ce pas ?

        PSAKI : Eh bien, j’ai toujours – mon point de vue est bilatéral. Nous pouvons être en désaccord sur la forme du —

    QUESTION : Je suis juste – si c’est un triangle ou une ligne, je ne sais pas.

        PSAKI : Triangle ou une ligne, oui.

17 août 2014, « Interrogation of a Ukrainian POW consscript – ENG SUBS », youtube (https://youtu.be/drrqMcH2xMo?t=350), extrait de l’interview de la milice de Donetsk-Lougansk avec un conscrit de l’armée ukrainienne, le 24 Le soldat Juri Petrowich Smyk, âgé d’un an, dont la batterie d’hommes a été pris « dans un chaudron étanche », et a donc été capturé par les forces (anti-coup) de Donetsk-Lougansk :

« Vous avez mentionné avant cet enregistrement que les soldats blessés étaient enterrés vivants. Où cela s’est-il produit ? C’était près de Krasny Terrikon. Ils ont embauché un vieil homme, un local, qui a utilisé une excavatrice pour creuser une décharge. Ensuite, les blessés [miliciens de Donetsk-Lougansk] y ont été déposés. Et ils ont été enterrés, n’est-ce pas ? Oui. Le dépotoir a été rempli et un char l’a ensuite survolé. Peut-être pour s’assurer qu’ils étaient enterrés profondément. Les pertes réelles de la 72e brigade n’ont jamais été annoncées. On parlait d’une centaine d’hommes, mais en réalité toute la Brigade a été exterminée, à l’exception de ceux qui se sont rendus. Donc, vous ne vous souvenez pas du nom exact du village ou de la localité ou de la ville où cela s’est passé ? Non. Je me souviens juste de quelque chose avec « Krasny ». Peut-être Krasnodon ? Non non Non. Ou peut-être la colonie de Krasnoje ? Non. Ni Krasnodon, ni Krasnoje, ni Krasnopartisansk. Qu’est-il arrivé à votre équipement ? Autant que je sache, il a explosé avant notre retraite. Vous n’étiez plus présent ? Oui. Vous avez des parents ? J’ai un papa. J’ai un papa et une sœur. C’est ça. Vous avez dit que vous aviez une femme et des enfants. Je suis divorcé. J’ai une fille, 1 an 3 mois. Les proches [à Donetsk et Lougansk] ont-ils été informés des pertes [de la milice] ? Non. »

Octobre 2014, « How Our People Do Their Extermination-Jobs In Ukraine », article de moi basé sur une vidéo récemment capturée (22 octobre 2014) qui montre soit à quoi le soldat Smyk faisait référence, soit quelque chose qui y ressemble beaucoup :

Ci-dessous, une vidéo de « notre côté » dans la guerre civile ukrainienne mettant en œuvre une partie du plan d’extermination du ministre ukrainien de la Défense, Mikhail Koval, qui a été décrit de manière peu judicieuse par lui juste après une conférence de presse.

Le 11 juin, un site « anti-Maidan » ou anti-nettoyage ethnique, a publié sur YouTube des extraits de déclarations inédites de Koval lors de la session de questions-réponses de la conférence de presse, qui ont été faites peut-être immédiatement après la réunion privée du ministre de la Défense le 4 juin avec de hauts responsables de l’OTAN, qui ont approuvé son plan. Ce youtube était intitulé « Secrétaire à la Défense [Mikhailo Koval] À propos du camp de concentration pour les habitants de l’est de l’Ukraine ».

Il y a été montré en disant:

« Il y aura une filtration approfondie des personnes. Des mesures spéciales de filtration seront mises en place. Nous filtrerons les personnes, y compris les femmes, qui sont liées au séparatisme, qui commettaient des crimes sur le territoire ukrainien, des crimes liés aux activités terroristes. Nous avons beaucoup d’informations à ce sujet, et nous avons un cadre formidable pour lutter contre cela, et les structures de pouvoir respectives mèneront cette opération. En outre, il s’agit d’un problème grave, lié au fait que des personnes seront réinstallées dans d’autres régions.

Les personnes présentées dans la vidéo ci-dessous n’ont pas été « réinstallées dans d’autres régions ». Ceux-ci faisaient plutôt partie de ceux qui devaient être traités immédiatement. Ils ont été forcés dans un fossé la nuit et abattus. Vraisemblablement, la saleté a ensuite été immédiatement poussée sur eux (ou sur leurs cadavres, pour ceux qui étaient morts).

Voici cette vidéo. Le contexte intéressant de la façon dont cette vidéo a été téléchargée sur le Web, au lieu d’être simplement déposée dans un bureau des comptes fournisseurs de l’armée ukrainienne afin de vérifier que les auteurs avaient fait leur travail et devaient être payés le montant contractuel pour les personnes dont ils s’étaient débarrassés, et pour les cadavres qu’ils avaient produits et vraisemblablement enterrés, pour le gouvernement ukrainien, est bien expliqué sur le site lié ci-dessous. Il sera présenté ici, avec tout le crédit qu’ils doivent à eux et à tous ceux qui ont permis à ces informations de devenir publiques sur liveleak, youtube et d’autres sites, bien que ces personnes soient anonymes, pour des raisons compréhensibles. Ici, alors, c’est (avec sa faute de frappe corrigée):

    —–

« Les fascistes ukrainiens exécutent des habitants qui sympathisent avec la République populaire de Donetsk – vidéo »

Par Lvov | 23 octobre 2014

Une voiture avec une caméra vidéo montée appartenant à des membres du bataillon nationaliste punitif ukrainien a été capturée plus tôt cette semaine par les forces d’autodéfense de la République populaire de Donetsk. Une partie de la vidéo montre des radicaux ukrainiens emmenant plusieurs habitants dans un grand trou dans le sol dans une zone boisée, faisant entrer les habitants dans le trou, puis les abattant.

  •  

Et voici cette vidéo sur LiveLeak.com (la scène montrée ici n’étant qu’à une image de celle-ci, qui représente l’équipe de réception, guidant le camion rempli de victimes vers le fossé):

http://www.liveleak.com/view?i=3f9_1413978229

Ce titre est tout à fait correct : cette tenue s’appelle le « Donbass Punishers Battalion », et les victimes montrées jetées dans le fossé sont toutes habillées en civil, et non habillées comme des soldats.

Le 22 octobre 2014, quelques mois seulement après le coup d’État de février 2014, le Tass russe a rapporté qu’un sondage ukrainien auprès des Ukrainiens montrait désormais que « l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN obtiendrait 53,4 % des voix, un tiers des Ukrainiens (33,6 %) s’y opposeraient ». Donc : le coup d’État a apparemment détourné les Ukrainiens, loin de leur opposition à l’OTAN, pour la soutenir. Le coup d’État avait été un formidable succès pour Obama.

Beaucoup d’argent avait été investi dans cette opération. Par exemple:

En 2013, Gallup AUSSI a sondé l’Ukraine et a titré le 14 mars 2013, « Avant la crise, les Ukrainiens sont plus susceptibles de voir l’OTAN comme une menace : l’ouest et le centre de l’Ukraine sont plus chauds envers l’OTAN qu’à l’est« , et a rapporté que leur sondage auprès d’un millier d’Ukrainiens, prises entre le 27 juin et le 31 juillet 2013 (peu avant le rejet par Ianoukovitch de l’offre de l’UE), ont montré que 29 % considéraient toujours l’OTAN comme une « menace » et 17 % la considéraient comme une « protection » des Ukrainiens. Aussi : le gouvernement américain a engagé Gallup pour interroger un millier d’Ukrainiens du « 27 août au 9 septembre 2013 », et Gallup a constaté que, alors que dans les sondages de Gallup en Ukraine en 2012, un peu plus d’Ukrainiens préféraient que l’Ukraine rejoigne le bloc commercial « Union douanière » de la Russie. que de rejoindre le bloc commercial américain « Union européenne », les Ukrainiens sont passés à une légère majorité favorisant l’UE par rapport à l’UC en 2013 (confirmant ainsi le succès de l’opération de propagande de l’administration Obama). Puis, juste avant les manifestations « pro-démocratie » de Maïdan (organisées à l’ambassade des États-Unis à Kiev), le Wall Street Journal a titré le 12 novembre 2013, « Poll Finds Ukrainians Favor EU Pact: Support for a Competing Deal with Moscow Collapses », et a rapporté que « le sondage réalisé par GfK Ukraine a révélé que 45% étaient favorables à l’accord d’association avec l’UE, tandis que seulement 14% ont déclaré vouloir rejoindre la Biélorussie et le Kazakhstan dans un bloc économique dirigé par la Russie appelé l’Union douanière ». La mise en place pour piéger Ianoukovitch s’est déroulée comme sur des roulettes. Ianoukovitch avait appris, seulement au dernier moment, que l’Ukraine aurait besoin de lever 160 milliards de dollars de nouvelles dettes pour dire oui à l’UE, mais, à ce moment-là, les Ukrainiens s’étaient brusquement tournés en faveur de l’adhésion à l’UE.

Ce sont là les faits saillants du contexte de la guerre ukrainienne, une opération qui a commencé, au stade de la planification, presque dès que Ianoukovitch a été élu en 2010.

Jusqu’à aujourd’hui, après que la Russie a envahi l’Ukraine le 24 février 2022 afin de se protéger et peut-être d’inverser ce qu’Obama avait fait, certains journalistes occidentaux indépendants se sont rendus dans le Donbass pour rapporter ce que les gens là-bas pensent de ce qui se passe actuellement dans et Donbass, mais ces journalistes sont volés par leurs gouvernements d’origine et diffamés par ces régimes comme étant des « propagandistes » pour cela, et sont menacés d’années d’emprisonnement s’ils retournent dans leur pays d’origine.

Voici une superbe interview vidéo avec un de ces journalistes :

    « VIDÉO : L’Allemagne criminalise un journaliste pour avoir dénoncé les crimes de guerre ukrainiens »

    MAX BLUMENTHAL, LE 13 JUILLET 2022

    La journaliste allemande indépendante Alina Lipp, basée à Donetsk, détaille les poursuites engagées par l’État allemand pour avoir enfreint les nouveaux codes de la parole à travers ses reportages dans la République populaire de Donetsk.

    En tant que seul journaliste allemand sur le terrain à Donetsk, Lipp a révélé que les forces ukrainiennes bombardaient des civils, attaquaient une maternité, minaient des ports et bombardaient un grenier rempli de maïs destiné à l’exportation. Elle risque trois ans de prison si elle retourne dans son pays d’origine.

À 22h00, dans cette vidéo, on voit les bailleurs de fonds d’une organisation de façade de milliardaires américains et alliés pour tromper le public allemand, l' »Institute for Strategic Dialogue« , et voici ses bailleurs de fonds – les personnes qui financent cette tromperie de masse du public :

CLIQUEZ ICI POUR OUVRIR CE LIEN

Bailleurs de fonds (2018 – Présent)

Fondations

Fondation Bill & Melinda Gates

Conseil britannique

Fondation du fonds d’investissement pour l’enfance (CIFF)

Europeanpäisches Forum Alpbach

Gemeinnützige Hertie Stiftung

Fondation Gen Next

Fondation Hirondelle

Institut républicain international (IRI)

Mercator Stiftung Allemagne

Fondation Mercator Suisse

Institut national démocratique

Groupe Omidyar

Fondations de la société ouverte

Fondation Robert Bosch

Institut des États-Unis pour la paix

Institut Judith Neilson

Gouvernements et organisations multilatérales

Ministère australien des affaires étrangères et du commerce (DFAT)

Département australien des affaires intérieures

Centre de recherche et de preuves sur les menaces de sécurité (CREST)

Conseil de l’Europe

Ministère danois des affaires étrangères

Ministère danois de l’immigration et de l’intégration

Département du premier ministre et du cabinet, Victoria, Australie

Ministère néerlandais des Affaires étrangères

Ministère néerlandais de l’intérieur

Commission européenne

Ministère finlandais de l’intérieur

Agence fédérale allemande pour l’engagement civique

Ministère fédéral allemand des Affaires étrangères (Auswaertiges-Amt)

Ministère allemand de la justice et de la protection des consommateurs (BMJV)

Affaires mondiales Canada

Coalition mondiale pour vaincre Daech/ISIS

Organisation internationale pour les migrations (OIM)

Bureau du maire de Londres pour la police et la criminalité (MOPAC)

Ministère de la justice et de la sécurité, Pays-Bas

Département néo-zélandais des affaires intérieures (DIA) 

Ministère norvégien de l’enfance et de la famille (MCF)

Ministère norvégien des affaires étrangères

Ministère norvégien de la justice et de la sécurité publique

Ofcom

Sécurité publique Canada

Agence suédoise des contingences civiles (MSB)

Ministère suédois de l’intégration

Ministère suédois de la justice

Département fédéral des affaires étrangères (DFAE)

Bureau britannique des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement (FCDO)

Bureau à domicile au Royaume-Uni

Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO)

Bureau des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme (UNOCT)

Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

Département américain de la sécurité intérieure (DHS)

Département d’État américain

Secteur privé

Audible

Facebook

GIFCT

Google

Google.org

Scie sauteuse

Microsoft

Conseil consultatif de sécurité Spotify

Youtube

—–

Dans cette interview vidéo de Lipp, par Blumenthal, sont également montrés et discutés les deux reportages suivants de NBC News : 

Dans cette interview vidéo de Lipp, par Blumenthal, sont également montrés et discutés les deux reportages suivants de NBC News :

https://www.nbcnews.com/tech/tech-news/russian-propaganda-efforts-aided-kremlin-content-creators-research-fin-rcna32343

« Les efforts de propagande russes aidés par les créateurs de contenu pro-Kremlin, selon des recherches »

Un rapport de l’Institut pour le dialogue stratégique a révélé que les créateurs, qui réalisent des vidéos dans une variété de langues, ont prospéré depuis que la Russie a envahi l’Ukraine.

8 juin 2022 :

«Parmi la douzaine de propagandistes occidentaux les plus influents identifiés par l’ISD se trouve Alina Lipp, une créatrice allemande qui prétend que soutenir l’Ukraine revient à soutenir le nazisme et a rapporté l’affirmation démentie selon laquelle les Ukrainiens ont perpétré un massacre sous fausse bannière dans une maternité de Marioupol. Les abonnés de Lipp (principalement sur Telegram, mais aussi YouTube) sont passés d’environ 2 000 en février à plus de 160 000 en mai. Lipp n’a pas répondu à une demande de commentaire.

https://www.nbcnews.com/storyline/ukraine-crisis/german-tv-shows-nazi-symbols-helmets-ukraine-soldiers-n198961

« La télévision allemande montre des symboles nazis sur les casques des soldats ukrainiens »

Dans un rapport de la ZDF sur le fragile cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine, des images ont été montrées de soldats portant des casques de combat avec des insignes SS et des croix gammées.

9 septembre 2014 :

« Les Allemands ont été confrontés à des images du sombre passé de leur pays lundi soir, lorsque la chaîne de télévision publique allemande ZDF a diffusé une vidéo de soldats ukrainiens avec des symboles nazis sur leurs casques dans son journal télévisé du soir…. La vidéo a été tournée la semaine dernière en Ukraine par une équipe de tournage du diffuseur norvégien TV2. On a demandé aux soldats « si le bataillon avait des tendances fascistes » et « la réponse a été : absolument pas, nous ne sommes que des nationalistes ukrainiens », même si la croix gammée qui était affichée sur les casques était exactement du même rouge, blanc et noir, celui qui était l’insigne officiel du parti nazi allemand, pas du tout ukrainien. C’est ce qu’Obama soutenait ; ce sont les principales forces par procuration du régime américain que les États-Unis ont embauchées pour ce coup d’État de 2014.

Un autre journaliste étranger indépendant du Donbass est Graham Phillips, de Grande-Bretagne, qui dit que :

« Les autorités britanniques ont fondamentalement aboli la loi britannique pour me punir. C’est-à-dire qu’ils ont créé un précédent selon lequel si le gouvernement n’aime pas votre travail, il peut vous punir comme un criminel. Ne vous méprenez pas, les sanctions sont une sanction pénale lorsqu’elles sont appliquées à votre propre citoyen – je suis dans le Donbass en ce moment, mais dites-moi quoi faire quand je reviendrai au Royaume-Uni sans accès à aucun de mes comptes bancaires, quoi que ce soit ? Comment même acheter de la nourriture? Comment me défendre en justice contre toutes les dettes impayées que je n’ai pas pu payer car mes comptes étaient gelés ? Comment même se permettre de se rendre au tribunal? C’est le gouvernement britannique qui supprime tous les principes de la Magna Carta, 1215, selon lesquels chaque sujet britannique a le droit d’être jugé, avant d’être puni, et d’être présumé innocent jusqu’à preuve du contraire. Ils viennent de me dire que je suis coupable de… faire des reportages qu’ils n’aiment pas, et pour cela, ils essaient de me démunir, de me détruire.

Voici Phillips discutant et montrant la condamnation unanime du Parlement britannique contre lui comme étant un « criminel de guerre » pour avoir fait le type de travail que font les vrais journalistes, et que les « journalistes » britanniques ne font pas.

Un autre cas de ce genre est celui de l’Américain Patrick Lancaster (slimé ici par le vice-dot-com des milliardaires). Une autre est Eva Bartlett, du Canada.

Aucun milliardaire ne permettra à l’un de ses médias d’information d’employer de telles personnes. (Et regardez ce que les reportages honnêtes ont fait aux carrières de Glenn Greenwald, Mark Ames, Seymour Hersh et d’autres journalistes qui ont refusé de céder au régime. Ils sont tous « indépendants » maintenant. Mais le public souscrit toujours aux milliardaires ‘médias d’information’, qui devraient tous être boycottés et faire face à des manifestants aux portes d’entrée de ces entreprises, en raison de leurs tromperies imposées par leurs ‘journalistes’ embauchés.)

De toute évidence, l’opération qu’Obama a lancée presque immédiatement après que Ianoukovitch a été élu démocratiquement en 2010 à la présidence de l’Ukraine, s’est depuis lors transformée en une guerre civile là-bas et a finalement produit une réponse définitive de la Russie pour éliminer la menace à sa propre sécurité nationale, que le régime américain, avec l’aide de ses nations vassales en Europe, a installé en Ukraine. Obama a commencé la guerre en Ukraine. Cela a commencé dans les coulisses, presque aussitôt que Ianoukovitch y a été élu. Cela a été une opération réussie du point de vue du régime américain, mais la Russie tente maintenant de l’inverser.

Depuis le début de cette guerre, il s’agit en fait d’une guerre entre l’Amérique et la Russie, mais qui se déroule sur les champs de bataille d’Ukraine. Trump a refusé de l’annuler, et Biden tente de l’aggraver afin de préserver et d’étendre le succès d’Obama là-bas – un succès auquel, en tant que vice-président américain, Biden avait lui-même participé à la production, pour Obama et pour les milliardaires qu’ils servent.

Tous les milliardaires américains et alliés et leurs sociétés à but lucratif et «à but non lucratif» soutiennent et embauchent des agents pour promouvoir les mensonges de leur régime afin de tromper leur public pour qu’il vote pour les politiciens qui mèneront ces politiques: l’establishment dans chacun de ces pays – les pays agresseurs du monde – sont pratiquement unis à 100% derrière un tel mal, lui apportant un soutien bipartisan incessant. Ces agents, pour les milliardaires, sont récompensés, par les milliardaires, pour leurs services.

Quiconque ne connaît pas déjà le genre de choses qui ont été documentées ici s’abonne à de faux médias d' »information », dont aucun ne publiera cet article (bien qu’il soit soumis gratuitement à tous les médias anglophones). Veuillez donc le transmettre à tous vos amis, afin que ce que vous savez, eux aussi le sachent (et, ensuite, vous pourrez en discuter avec eux – ou, du moins, avec n’importe lequel d’entre eux qui est ouvert d’esprit). Parce que, dans les terres américaines et alliées, toutes ces informations sont systématiquement supprimées. Et les informations contenues ici ne devraient-elles pas au moins compléter les mensonges qui sont financés, même si elles ne pourraient pas (mais espérons-le, remplaceront) ces mensonges ? Après tout, des personnes telles que Lipp, Lancaster, Bartlett et d’autres mettent littéralement leur vie en danger, afin de trouver et de communiquer ces vérités, à des personnes à qui elles sont refusées – des personnes qui sont empêchées de pouvoir de connaître ces faits, et de voir ces sources. S’il s’agit d’un monde différent, c’est parce que c’est le monde réel et que ce qui est financé ne l’est pas.

EN SAVOIR PLUS :

Le livre ci-dessus de 804 pages avec de multiples illustrations, images, tableaux statistiques, graphiques et renvois, anticipe, explore, expose et révèle l’ensemble des tenants et aboutissants qui expliquent les crises, conflits et fléaux actuels et futurs. Il montre comment il était prévisible avec précision et exactitude que les membres de l’OTAN, en particulier les Etats-Unis d’Amérique créaient les conditions globales pour installer le chaos dans le monde, affaiblir et attaquer la Russie et ses alliés dans le but de s’emparer des ressources naturelles, richesses et espaces terrestres de la planète et réaliser le Nouvel Ordre mondial unipolaire. Prix 34 euros + Frais de livraison (France par exemple, prévoir 11 euros pour le Chronopost). Contact: mossinguej@yahoo.fr ou Whatsapp: +33664839844 ou encore en cliquant sur le lien de ce site internet faire un don et payer directement un montant égal ou supérieur (pour nous aider à améliorer la qualité du site) en précisant vos coordonnées, pour recevoir votre exemplaire dont certains disent qu’il s’agit là d’une bombe intellectuelle nucléaire de dernière génération. Les stocks existent.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

1 Trackback / Pingback

  1. Comment Obama a déclenché la guerre en Ukraine | Boycott

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :