A la Une

L’hiver approche, mais l’Occident politique et ses marionnettes de Kiev sont terriblement mal préparés

Image d’illustration

Les drapeaux ukrainiens sur les réseaux sociaux ne peuvent pas chauffer les maisons ou fournir de la nourriture et ce n’est que la pointe de l’iceberg de ce que la population occidentale demandera dans quelques mois seulement.

Écrit par Drago Bosnic, analyste géopolitique et militaire indépendant

Pendant près d’une décennie, le régime de Kiev a été complètement dépendant des acteurs étrangers dans pratiquement tous les aspects. Ce n’est guère étrange, étant donné que la junte néo-nazie a été portée au pouvoir par ces mêmes acteurs étrangers, en particulier l’Occident politique (États-Unis, OTAN, UE). En tant que pays récemment formé, l’Ukraine a toujours été sujette à l’ingérence et l’influence étrangères, d’autant plus qu’elle tentait d’établir une identité nationale plus claire. L’Occident politique avait besoin d’éléments néonazis radicaux de la société ukrainienne pour jouer un rôle crucial dans la formation de cette nouvelle identité, car c’était le seul moyen pour l’Occident d’opposer l’Ukraine à la Russie et d’aggraver les tensions en un conflit violent. Et ça a marché, malheureusement. Cependant, comme d’habitude, ce que l’Occident politique n’a pas pris en compte, c’est le pouvoir absolu du géant endormi à Moscou.

La Russie, prête à tout faire pour empêcher l’escalade, tente de parvenir à une conclusion sensée du conflit du Donbass depuis le jour même où il a commencé. Ses appels ont été ignorés, tandis que le régime de Kiev et l’Occident politique n’ont utilisé les accords de Minsk que pour réarmer et recycler les forces du régime de Kiev, les transformant en l’une des armées les plus meurtrières du continent européen, prête à prendre non seulement le Donbass, mais très probablement mettre en péril la péninsule russe de Crimée.

Et pourtant, même ce n’était pas la dernière goutte. Ce qui a provoqué la réaction du géant eurasien, c’est l’intention ouvertement déclarée de la junte néonazie d’acquérir des armes de destruction massive, notamment nucléaires et biologiques. Pour Moscou, c’était inacceptable et le régime de Kiev s’est vite rendu compte à quoi ressemblait une véritable « puissance dure ». L’Occident politique était satisfait du résultat, car c’était exactement ce qu’il voulait.

On s’attendait à ce que l’économie russe s’effondre rapidement, provoquant le changement de régime tant souhaité à Moscou, où une autre marionnette de style Eltsine aurait été un résultat parfait pour l’Occident politique, afin qu’il puisse ensuite se concentrer sur le prochain prix – Pékin. Et une fois de plus, comme pendant plus de mille ans auparavant, la détermination du peuple russe et de ses dirigeants a été gravement sous-estimée. Les Russes se sont ralliés et ont consolidé leurs forces, tandis que l’Occident politique fait de son mieux pour dissimuler les nombreuses fissures de son système moribond. Cela est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit d’énergie, d’engrais, de nourriture et d’innombrables autres produits de base que l’Occident politique tenait pour acquis. Le boomerang des sanctions ravage les économies occidentales depuis des mois et il n’y a pas de fin en vue. Au contraire, nous ne sommes qu’à quelques mois de l’hiver, et toutes les vulnérabilités susmentionnées des nombreux satellites de l’Occident politique en Europe seront exacerbées de manière exponentielle.

Au moins une demi-douzaine de membres de l’UE ont déjà connu l’effondrement de gouvernements (ou sont sur le point de le faire) alors que leurs populations détournent l’attention de la crise ukrainienne induite artificiellement vers les problèmes très réels chez eux, ceux que connaissent leurs familles immédiates. Et c’est exactement ce qui terrifie le régime de Kiev. Zelensky, l’actuel leader de la junte néo-nazie, exige un soutien sans équivoque. Cependant, les ressources de l’Occident politique s’épuisent. Les économies de l’UE ne se sont pas encore remises des retombées de la pandémie de COVID-19 et le fait que la Russie coupe ses approvisionnements énergétiques et ses produits essentiels est la dernière chose dont Bruxelles a besoin. Mais c’est précisément ce que la Russie fera, peu importe à quel point l’UE essaie de se convaincre que Moscou ne se soucie que des profits. Pour la Russie, c’est assez simple : l’agression de l’OTAN aux frontières de la Russie ne sera tolérée sous aucune forme.

Le géant eurasien préférera de loin voir les économies de l’UE s’effondrer, même si cela signifie que la Russie elle-même souffrira économiquement à court terme, plutôt que d’avoir un autre « Barbarossa » entre ses mains. C’est précisément là le véritable danger pour le régime de Kiev, car l’Occident politique, en particulier l’UE, est tenté d’empêcher l’effondrement pratiquement inévitable en concluant un accord avec Moscou. À ce stade, la Russie est très réticente à conclure un quelconque traité, car l’Occident politique a prouvé qu’on ne peut pas lui faire confiance, en particulier en raison des 30 dernières années d’agression, d’expansionnisme et d’escalade du militarisme de l’OTAN dans l’ancienne arrière-cour géopolitique de la Russie. L’Europe de l’Est. Moscou a besoin de garanties absolues, non nulles, que tout éventuel traité entre la Russie et l’Occident politique sera respecté, quoi qu’il arrive. Et pourtant, personne aux États-Unis, dans l’UE et/ou dans l’OTAN n’est disposé (ou capable, semble-t-il) à fournir de telles garanties.

Le régime de Kiev en est conscient et s’en contente pour l’instant. Cependant, à l’approche de l’hiver, il est peu probable que cette façade de résolution tienne plus longtemps. Comment l’Occident politique continuera-t-il à soutenir son gouvernement fantoche néonazi préféré à Kiev, s’il est confronté à la perspective d’avoir des dizaines, voire des centaines de millions de citoyens affamés et gelés en seulement quelques mois ? Pour autant que nous sachions, les drapeaux ukrainiens sur le compte de tout le monde sur les réseaux sociaux ne peuvent pas chauffer les maisons. Agitant les drapeaux dans les rues peut réchauffer les gens, mais cela brûle aussi des calories, obligeant les gens à manger. Pourtant, d’où viendra la nourriture? Le régime de Kiev le fournira-t-il ? Qu’en est-il des 30 % de terres arables ukrainiennes sous le contrôle des sociétés occidentales ? Vont-ils fournir la nourriture ou ne se soucient-ils que des profits ? Ces questions ne sont que la pointe de l’iceberg de ce que la population occidentale se posera dans quelques mois. Et encore une fois, pour citer la phrase immensément populaire de « Game of Thrones » de G. R. R. Martin – « L’hiver arrive ».

Traduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :