A la Une

Les dirigeants mondiaux fabriquent une crise économique pour poursuivre leurs objectifs de « changement climatique »

Les dirigeants mondiaux fabriquent actuellement une crise économique juste pour poursuivre leurs objectifs de « changement climatique ». Le résultat est une contraction économique délibérée et une récession mondiale, que nous connaissons actuellement.

Nous sommes sur le point d’assister à quelque chose qui aura des conséquences que personne n’a jamais vues, car les gouvernements occidentaux poursuivent une action conjointe spectaculaire sous le couvert d’un programme de « changement climatique ».

Les gouvernements occidentaux, en particulier ceux d’Europe occidentale, d’Amérique du Nord (États-Unis et Canada) et d’Australie/Nouvelle-Zélande, cherchent à ralentir activement la croissance économique afin de compenser la baisse volontaire de la production d’énergie. C’est la conséquence fondamentale de l’agenda Build Back Better (BBB) du Forum économique mondial.

Il n’y a pas de précédent pour les pays tentant de réduire collectivement et consciemment leur activité économique de cette manière.

La Banque d’Angleterre, la Banque du Canada, la Banque centrale européenne et la Réserve fédérale américaine augmentent toutes les taux d’intérêt tout en dissimulant leurs actions sous l’argument fallacieux selon lequel l’inflation actuelle est causée par une demande excessive. Le résultat est une contraction économique délibérée et une récession mondiale, que nous connaissons actuellement.

La politique monétaire Build Back Better réduit activement l’activité économique de l’Ouest; mais les pays touchés qui fabriquent des produits pour les marchés d’Amérique du Nord et d’Europe, notamment l’Asie du Sud-Est, le Japon et la Chine, n’augmentent pas les taux d’intérêt pour contrebalancer la baisse de la demande.

Dans une ultime tentative de réduire les coûts et de maintenir la viabilité de son économie dépendante des exportations, la Chine a annoncé que sa banque centrale abaisserait ses taux.

Au fond de tout cela, les mêmes pays qui tentent de ralentir l’activité économique constatent également une baisse de la production d’énergie. Les décideurs politiques s’efforcent de contrôler ce processus sans divulguer l’objectif non déclaré à la population. Les pénuries de gaz naturel, de charbon et de pétrole sont toutes des problèmes auto-infligés qui font tous partie du programme BBB.

En fin de compte, les groupes de réflexion et les grands idéalistes du changement climatique sont incapables de superviser une transition tout en subvenant aux besoins des gens. Ces comportements ont de véritables répercussions qui vont au-delà de la pensée ésotérique.

    Un hiver plus froid que la normale au Royaume-Uni pourrait signifier des pannes de courant. Javier Blas et Rachel Morison de Bloomberg discutent de l’aggravation de la crise énergétique avec Francine Lacqua et demandent pourquoi la question n’est pas une priorité pour Liz Truss ou Rishi Sunak ? https://t.co/3x1uf4qcYH

    – Bloomberg (@business) 18 août 2022

De nombreuses personnes ont évoqué la possibilité de pénuries alimentaires à long terme et, plus récemment, de chauffage hivernal à court terme. Cependant, les ramifications géopolitiques en aval semblent être négligées. Au lieu de cela, nous assistons à un effort pour continuer à prétendre que la fin du changement climatique justifiera les moyens (perturbation de la production d’énergie).

Dans ce monde interconnecté, lorsque les nations occidentales cessent d’acheter des biens, nous nous trouvons en crise économique intérieure. Les entreprises s’effondrent, le chômage augmente, les tensions financières se propagent dans l’ensemble de l’économie, la dépendance à l’égard des subventions gouvernementales augmente et de véritables souffrances sont ressenties. Cependant, au-delà des défis internes, les pays fournisseurs font face à des difficultés encore plus grandes.

À l’échelle géopolitique, le chômage en Malaisie, au Vietnam, en Corée du Sud, au Japon, à Taïwan et même en Chine crée un tout autre ensemble de problèmes pour la stabilité régionale.

Cela ne s’est jamais produit auparavant. Dans l’histoire des nations développées, aucun gouvernement n’a jamais essayé de ralentir délibérément l’activité économique. Étant donné que lors d’une contraction, les pays s’appauvrissent et les gens souffrent, cela n’a jamais été fait exprès auparavant.

Non seulement aucune nation n’a jamais tenté de réduire délibérément ses richesses, mais il n’y a pas non plus de précédent historique pour qu’un groupe de nations se regroupe dans le même but. Bien que cela puisse apparaître comme un exercice intellectuel de modélisation économique, il est malheureusement bien réel. La situation que nous décrivons est actuellement en cours, nous devrions donc commencer à en parler avant que les répercussions imprévisibles ne deviennent incontrôlables et ne se transforment en crise.

En raison de la baisse de la production d’énergie, les prix des aliments continueront d’augmenter considérablement en Amérique du Nord (États-Unis-Canada), en Europe et en Australie. Des pénuries alimentaires se produiront en dehors des pays occidentaux en raison de la baisse des rendements des récoltes et de la réduction de la production alimentaire industrielle.

C’est également un fait incontesté que les régions aux hivers rigoureux devront payer beaucoup plus pour des ressources de chauffage limitées.

En acceptant cela, que se passe-t-il sur le plan géopolitique – et même militaire – lorsque l’économie mondiale tout entière commence à ressentir les effets de la contraction économique des nations occidentales sur une ampleur jamais observée auparavant ?

Nous n’avons aucune idée de la façon dont cet effet global se produira, mais quoi qu’il en soit, cela se produira à un moment où tout le monde sera plus désespéré en raison de sa situation économique.

Le leadership politique dans les pays occidentaux susmentionnés semble garder délibérément les gens occupés par des activités attrayantes au niveau national. Avant qu’il ne soit trop tard, quelqu’un doit commencer à vraiment confronter et discuter des effets à long terme de cet  avenir Build Back Better (à Reconstruire en mieux).

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GreatGameIndia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :