A la Une

En route vers l’ordre mondial multipolaire – Partie 2

L’ordre mondial multipolaire devient de plus en plus une réalité vécue. Sur le plan géopolitique et géoéconomique, il existe plusieurs centres de pouvoir, un nouvel équilibre des pouvoirs est en train d’émerger, qui est associé à des conflits militaires et économiques correspondants – voir la guerre d’Ukraine.

Source : Sputnik © Vitaliy Belousov
Maquettes d’armements chinois à l’exposition Moscow Army 2022 ; 21/08/2022

Une analyse du Dr. Anton Friesen

La partie 1 est disponible ici.

En 2034, les États-Unis sont un pays déchiré par la guerre. L’Inde aide à la reconstruction avec des prêts et l’Iran obtient un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU. La Chine est le grand gagnant. Ce qui ressemble à un film de science-fiction se déroulant à Bollywood ou dans l’usine à rêves de China Film Group est en fait un Thriller réaliste écrit par l’amiral quatre étoiles Jim Stavridis, commandant suprême allié de l’OTAN en Europe de 2009 à 2013, et Elliot Ackerman, (ex-) Marine qui a été récompensée à plusieurs reprises par des médailles de haut rang.

L’ordre mondial multipolaire devient aussi une réalité militaire.

La puissance économique mondiale, telle qu’elle a déjà été analysée dans la première partie, peut être transformée en puissance militaire puisque la première est à la base de la seconde, comme l’a écrit l’éminent historien britannique Paul Kennedy. Bien que les États-Unis soient toujours de loin le pays avec les dépenses militaires les plus élevées au monde, trois pays BRICS, la Chine à la deuxième place, l’Inde à la troisième place et la Russie à la quatrième place, font partie du TOP 4 des pays.

Les pays BRICS travaillent en étroite collaboration non seulement dans le domaine économique, mais aussi en matière de sécurité. Des exemples en sont l’action conjointe contre la militarisation de l’espace, comme le confirme tout récemment la « Déclaration de New Delhi » 2021, ou la stratégie des BRICS pour lutter contre le terrorisme international. Les pays BRICS plaident également ensemble pour un meilleur contrôle des armes biologiques, qui doit passer par la ratification d’un protocole à la Convention sur les armes biologiques avec un mécanisme de vérification objective.

La nécessité d’une réforme de l’OIAC (Organisation pour l’interdiction des armes chimiques) est également reconnue, ce qui a notamment été démontré dans des rapports douteux sur l’utilisation présumée d’armes chimiques par le gouvernement syrien, comme l’a écrit le célèbre orientaliste Michael Lüders. en 2021 dans le livre « Die ernten den Sturm. Comment l’Occident a plongé la Syrie dans le chaos ».

Outre les BRICS, l’Inde, la Chine et la Russie sont également membres de l’organisation de sécurité « Shanghai Cooperation Organization » (SCO), où elles coordonnent également étroitement la politique de sécurité. Dans le Global Firepower Index, qui tient compte de la puissance économique et militaire d’un pays, la Russie se classe 2ème, la Chine 3ème, l’Inde 4ème et le Brésil 10ème mondial (à titre de comparaison : USA – 1ère place, Allemagne – 16ème place).

Une alliance militaire potentielle entre la Russie et la Chine serait quantitativement supérieure aux États-Unis et à l’OTAN dans presque tous les paramètres – ce n’est que dans l’armée de l’air que les États-Unis et l’OTAN sont plus performants. Selon une étude de la US Rand Corporation – un groupe de réflexion qui effectue des recherches sous contrat pour le département américain de la Défense – les États-Unis perdraient face à une alliance militaire entre la Russie et la Chine.

En fait, les États-Unis (sauf victoires contre des micro-États) ont remporté pour la dernière fois une guerre du XXe siècle en 1945, comme le note le leader d’opinion républicain Ross Douthat dans son livre à succès, intitulé de manière évocatrice The Decadent Society. Il faut ajouter que les États-Unis (tout comme la Russie ou l’Inde) ont des forces armées éprouvées au combat, tandis que les Chinois n’ont pas (encore) acquis d’expérience de combat – à condition que les États-Unis ne s’enflamment pas dans le sud de la Chine, comme décrit dans le roman  » 2034″ a mentionné au début la mer et surestime leur propre force (en baisse) avec des conséquences désastreuses pour eux-mêmes et leurs alliés occidentaux.

En fin de compte, cependant, il ne s’agit pas seulement de puissance économique ou militaire – il s’agit également des ressources culturelles qui font la grandeur et la prospérité d’une nation et sa place. C’est exactement le sujet de la troisième partie.

Docteur Anton Friesen est chercheur associé au Bundestag allemand et ancien membre du Bundestag (commission des affaires étrangères et commission des droits de l’homme et de l’aide humanitaire). L’auteur ne représente que sa propre opinion dans l’article.

Plus sur le sujet – Le monde à un point dangereux – après l’effondrement de l’ordre du 20ème siècle

EN SAVOIR PLUS:

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :