A la Une

Le regretté Sean Gervasi avait de la prévoyance; il a présenté ce document sur l’OTAN et l’expansion en Europe de l’Est en janvier 1996 ; il est décédé subitement en juillet 1996

Pourquoi l’OTAN est-elle en Yougoslavie ? Première étape de l’expansion de l’OTAN, « d’autres sont prévues dans un futur proche »

Par Sean Gervasi

Global Research, 07 septembre 2022

Global Research, 12 septembre 2010

Région : Europe

Thème : Programme de guerre américain de l’OTAN

Reportage approfondi : LES BALKANS

https://www.globalresearch.ca/why-is-nato-in-yugoslavia/21008

Note de l’éditeur

Ce document a été présenté par feu Sean Gervasi à la Conférence sur l’élargissement de l’OTAN en Europe de l’Est et en Méditerranée, Prague, 13-14 janvier 1996. Il a été publié sur Global Research lors du lancement de notre site Web le 9 septembre 2001.

Le regretté Sean Gervasi avait une formidable prévoyance. Il a compris le processus d’élargissement de l’OTAN plusieurs années avant qu’il ne se transforme en une formidable force militaire.

Sean Gervasi est décédé subitement à Belgrade en juillet 1996.

Il avait prédit l’éclatement de la Yougoslavie dans le cadre d’un projet US-OTAN.

L’héritage de Sean Gervasi vivra

Michel Chossudovsky, 7 septembre 2022

Introduction

L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord a récemment envoyé un important groupe de travail en Yougoslavie, apparemment pour faire respecter un règlement de la guerre de Bosnie conclu à Dayton, Ohio à la fin de 1995. Ce groupe de travail serait composé d’environ 60 000 hommes, équipés de chars, blindés et artillerie. Il est soutenu par de formidables forces aériennes et navales. En fait, si l’on tient compte de toutes les forces de soutien impliquées, y compris les forces déployées dans les pays voisins, il est clair qu’au moins deux cent mille soldats sont impliqués. Ce chiffre a été confirmé par des sources de la défense américaine. [1]

À tous égards, l’envoi d’une importante force militaire occidentale en Europe centrale et orientale est une entreprise remarquable, même dans la situation fluide créée par la fin supposée de la guerre froide. Le Bal : une force opérationnelle représente non seulement la première opération militaire majeure de l’OTAN, mais une opération majeure organisée « hors zone », c’est-à-dire en dehors des frontières initialement établies pour l’action militaire de l’OTAN.

Cependant, l’envoi de troupes de l’OTAN dans les Balkans est le résultat d’une pression énorme pour l’extension générale de l’OTAN vers l’Est.

Si l’entreprise yougoslave est la première étape concrète de l’élargissement de l’OTAN, d’autres sont prévues dans un avenir proche. Certaines puissances occidentales veulent faire entrer les pays de Visegrad dans l’OTAN en tant que membres à part entière d’ici la fin du siècle. Il y a eu une résistance aux pressions pour une telle extension parmi certains pays occidentaux pendant un certain temps. Cependant, les récalcitrants ont maintenant été poussés à accepter la prétendue nécessité d’étendre l’OTAN.

La question est : pourquoi les puissances occidentales font-elles pression pour l’élargissement de l’OTAN ? Pourquoi l’OTAN est-elle renouvelée et étendue alors que la « menace soviétique » a disparu ? Il y a clairement beaucoup plus que ce qu’on nous a dit jusqu’à présent. L’imposition d’une paix précaire en Bosnie n’est que la raison immédiate de l’envoi de forces de l’OTAN dans les Balkans.

Il existe des raisons plus profondes pour l’envoi de forces de l’OTAN dans les Balkans, et en particulier pour l’extension de l’OTAN à la Pologne, à la République tchèque et à la Hongrie dans un avenir relativement proche. Celles-ci ont à voir avec une stratégie émergente pour sécuriser les ressources de la région de la mer Caspienne et pour « stabiliser » les pays d’Europe de l’Est – en fin de compte pour « stabiliser » la Russie et les pays de la Communauté des États indépendants. Il s’agit, pour le moins qu’on puisse dire, d’une politique extrêmement ambitieuse et potentiellement contradictoire. Et il est important de poser quelques questions de base sur les raisons invoquées pour le poursuivre.

Car l’idée de « stabiliser » les pays qui constituaient autrefois le bloc socialiste en Europe ne signifie pas simplement y assurer la stabilité politique, assurer que les régimes qui ont remplacé le socialisme restent en place. Cela signifie également veiller à ce que les conditions économiques et sociales restent inchangées. Et, puisque la soi-disant transition vers la démocratie dans les pays touchés a en fait conduit à un début de désindustrialisation et à un effondrement du niveau de vie pour la majorité, la question se pose de savoir si elle est vraiment souhaitable.

La question est d’autant plus pertinente que la « stabilisation », au sens où elle est employée en Occident, signifie reproduire dans les pays de l’ancien bloc socialiste des conditions économiques et sociales similaires aux conditions économiques et sociales prévalant actuellement en Occident. . Les économies des nations industrielles occidentales sont, en fait, dans un état de semi-effondrement, bien que les gouvernements de ces pays ne reconnaîtraient jamais vraiment le fait. Néanmoins, toute évaluation raisonnablement objective de la situation économique en Occident conduit à cette conclusion. Et cette conclusion est étayée par les statistiques officielles et la plupart des analyses provenant d’économistes traditionnels.

Il est également clair que la tentative de « stabiliser » les pays de l’ancien bloc socialiste crée des tensions considérables avec la Russie, et potentiellement avec d’autres pays. De nombreux commentateurs ont fait remarquer que les actions occidentales d’extension de l’OTAN augmentent même les risques de conflit nucléaire. [2]

Il suffit de soulever brièvement ces questions pour voir que l’extension de l’OTAN qui a, de facto, commencé en Yougoslavie et est proposée pour d’autres pays repose en grande partie sur des raisonnements confus, voire irrationnels. On est tenté de dire qu’elle résulte de la peur et de la volonté de certains groupes dirigeants. Pour le dire le plus crûment, pourquoi le monde devrait-il voir un avantage dans l’extension forcée à d’autres pays du chaos économique et social qui prévaut en Occident, et pourquoi devrait-il y voir un avantage alors que le processus même augmente les risques de guerre nucléaire?

Les objectifs de cet article sont de décrire ce qui se cache derrière les efforts actuels d’extension de l’OTAN et de soulever quelques questions fondamentales quant à savoir si cela a un sens, à la fois au sens étroit et au sens profond du terme.

L’OTAN en Yougoslavie

L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord a été fondée en 1949 dans le but déclaré de protéger l’Europe occidentale d’une éventuelle agression militaire de l’Union soviétique et de ses alliés.

Avec la dissolution des régimes communistes dans l’ancien bloc socialiste en 1990 et 1991, il n’y avait plus aucune possibilité d’une telle agression, si jamais il y en avait vraiment eu. Les changements intervenus dans les anciens pays communistes ont rendu l’OTAN redondante. Sa raison d’être avait disparu. Pourtant, certains groupes au sein des pays de l’OTAN ont commencé presque immédiatement à faire pression pour une « rénovation » de l’OTAN et même pour son extension en Europe centrale et orientale. Ils ont commencé à élaborer de nouvelles justifications qui permettraient de continuer les affaires comme d’habitude.

La plus importante d’entre elles était l’idée qu’avec les changements apportés par la fin de la guerre froide, les pays occidentaux étaient néanmoins confrontés à de nouveaux « défis sécuritaires » hors de l’espace traditionnel de l’OTAN qui justifiaient la pérennisation de l’organisation. Les porte-parole de ce point de vue soutenaient que l’OTAN devait trouver de nouvelles missions pour justifier son existence.

La prémisse implicite était que l’OTAN devait être préservée afin d’assurer le leadership des États-Unis dans les affaires européennes et mondiales. C’est certainement l’une des raisons de l’intervention occidentale à grande échelle – à laquelle la participation des partenaires américains de l’OTAN a été relativement faible – au Koweït et en Irak en 1990 et 1991. La coalition qui a combattu l’Irak s’est bricolée très difficilement. Mais le gouvernement des États-Unis le considérait comme nécessaire à la crédibilité des États-Unis au sein de l’alliance occidentale ainsi que dans les affaires mondiales.

Le slogan mis en avant par les premiers partisans de l’élargissement de l’OTAN était « OTAN : hors de la zone ou hors des affaires », ce qui a fait le point, mais pas l’argument, aussi clairement que possible. [3]

La Yougoslavie a également été un cas test, et évidemment beaucoup plus important. La crise yougoslave a explosé aux confins de l’Europe, et les nations d’Europe occidentale devaient faire quelque chose. L’Allemagne et les États-Unis, en revanche, tout en semblant soutenir l’idée de mettre fin aux guerres civiles en Yougoslavie, ont en fait tout fait pour les prolonger, en particulier la guerre. en Bosnie. 141 Leurs actions perpétuent et approfondissent progressivement la crise yougoslave.

Il est important de reconnaître que, presque dès le début de la crise yougoslave, l’OTAN a cherché à s’impliquer. Cette implication était évidente en 1993 lorsque l’OTAN a commencé à soutenir les opérations de la FORPRONU en Yougoslavie, notamment en ce qui concerne le blocus contre la République fédérale de Yougoslavie et la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne dans l’espace aérien bosniaque.

Cette implication, cependant, a eu des débuts beaucoup plus modestes, et il faut se rappeler que l’OTAN en tant qu’organisation a été impliquée dans la guerre en Bosnie-Herzégovine à un stade très précoce. En 1992, l’OTAN a envoyé un groupe d’environ 100 hommes en Bosnie-Herzégovine, où ils ont établi un quartier général militaire à Kiseliak, à une courte distance de Sarajevo. Apparemment, ils ont été envoyés pour aider les forces des Nations Unies en Bosnie.

Il était évident, cependant, qu’il y avait un autre but. Un diplomate de l’OTAN a décrit l’opération à INTELLIGENCE DIGEST dans les termes suivants à l’époque :

C’est une première étape très prudente, et nous ne faisons certainement pas beaucoup de bruit à ce sujet. Mais cela pourrait être le début de quelque chose de plus grand… Vous pourriez dire que l’OTAN a maintenant un pied dans la porte. Que nous parvenions à ouvrir la porte n’est pas sûr, mais nous avons fait un début. [4]

Il semble clair que les commandants de l’OTAN anticipaient déjà la possibilité que la résistance aux pressions américaines et allemandes serait surmontée et que le rôle de l’OTAN en Yougoslavie serait progressivement élargi.

Ainsi, l’OTAN travaillait à la création d’une importante mission « hors zone » presque dès le début de la guerre en Bosnie-Herzégovine. L’envoi récent de dizaines de milliers de soldats en Bosnie, en Autriche, en Hongrie, en Croatie et en Serbie n’est donc que l’aboutissement d’un processus entamé il y a près de quatre ans. Il ne s’agissait pas de propositions et de conférences. Il s’agissait d’inventer des opérations qui, avec l’appui de pays clés, pourraient conduire à terme à l’engagement actif « hors zone » de l’OTAN, et donc à sa propre rénovation.

L’expansion vers l’Est de l’OTAN

L’OTAN n’avait jamais mené d’étude formelle sur l’élargissement de l’alliance jusqu’à tout récemment, lorsque le groupe de travail sur l’élargissement de l’OTAN a publié son rapport. Il existait sans doute des études classifiées internes, mais rien n’est connu de leur contenu aux étrangers.

Malgré le manque d’analyses claires, cependant, les moteurs pour faire avancer les choses ont fonctionné d’arrache-pied à partir de la fin de 1991. À la fin de cette année-là, l’OTAN a créé le Conseil de coopération nord-atlantique. Les pays membres de l’OTAN ont ensuite invité 9 pays d’Europe centrale et orientale à rejoindre le CCNA afin de commencer à favoriser la coopération entre les puissances de l’OTAN et les anciens membres du Pacte de Varsovie.

Il s’agissait d’un premier effort pour offrir quelque chose aux pays d’Europe de l’Est souhaitant rejoindre l’OTAN elle-même. Le NACC, cependant, ne satisfait pas vraiment les demandes de ces pays et, au début de 1994, les États-Unis lancent l’idée d’un Partenariat pour la paix. Le PFP offrait aux pays souhaitant rejoindre l’OTAN la possibilité de coopérer à diverses activités de l’OTAN, notamment des exercices d’entraînement et de maintien de la paix. Plus de 20 pays, dont la Russie, participent désormais au PFP.

Bon nombre de ces pays souhaitent éventuellement rejoindre l’OTAN. La Russie ne le fera évidemment pas. rejoindre. Elle estime que l’OTAN ne devrait pas se déplacer vers l’Est. Selon le Center for Defence Infromation à Washington, un centre de recherche indépendant respecté sur les affaires militaires, la Russie participe au PFP « pour éviter d’être complètement exclue de la structure de sécurité européenne ». [5]

Le mouvement vers l’élargissement de l’OTAN n’a donc cessé de s’accélérer. La création du Conseil de coopération nord-atlantique était plus ou moins une expression de sympathie et d’ouverture envers ceux qui aspiraient à l’adhésion à l’OTAN. Mais cela n’a pas porté les choses très loin. La création du Partenariat pour la paix a été plus concrète. Il impliquait en fait d’anciens membres du Pacte de Varsovie dans l’OTAN même. Il a également lancé une politique « à deux volets » envers la Russie, dans laquelle la Russie s’est vu confier une relation plus ou moins vide avec l’OTAN simplement pour apaiser ses inquiétudes concernant l’expansion de l’OTAN.

Cependant, malgré ce développement continu, la justification publique de cette expansion a pour la plupart reposé sur des prémisses assez vagues. Et cela nous amène à nous demander ce qui a motivé l’expansion du NATQ au cours des quatre dernières années. La question doit se poser pour deux zones : les Balkans et les pays d’Europe centrale. Car il y a une lutte importante qui se déroule dans les Balkans, une lutte pour la maîtrise du sud des Balkans en particulier. Et l’OTAN est maintenant impliquée dans cette lutte. Il y a aussi, bien sûr, un nouveau retour aux politiques de guerre froide de la part de certains pays occidentaux. Et cette dérive entraîne l’OTAN en Europe centrale.

La lutte pour la maîtrise dans les Balkans

Nous assistons, depuis 1990, à une longue et angoissante crise en Yougoslavie. Elle a entraîné la mort de dizaines de milliers de personnes, chassé peut-être deux millions de personnes de leurs foyers et provoqué des troubles dans la région des Balkans. Et en Occident, on pense généralement que cette crise, y compris les guerres civiles en Croatie et en Bosnie-Herzégovine, a été le résultat de conflits internes yougoslaves, et plus précisément de conflits entre Croates, Serbes et musulmans bosniaques. C’est loin d’être le fond du problème.

Le principal problème en Yougoslavie, dès le début, était l’intervention étrangère dans les affaires intérieures du pays. Deux puissances occidentales, les États-Unis et l’Allemagne, ont délibérément agi pour déstabiliser puis démanteler le pays. Le processus battait son plein dans les années 1980 et s’est accéléré au début de la présente décennie. Ces puissances ont soigneusement planifié, préparé et aidé les sécessions qui ont brisé la Yougoslavie. Et elles ont fait presque tout ce qui était en leur pouvoir pour étendre et prolonger les guerres civiles qui ont commencé en Croatie puis se sont poursuivies en Bosnie-Herzégovine. Elles ont été impliquées dans les coulisses à chaque étape de la crise.

L’intervention étrangère était destinée à créer précisément les conflits que les puissances occidentales dénonçaient. Car ils servaient aussi commodément d’excuse pour une intervention ouverte une fois que les guerres civiles étaient en cours.

De telles idées sont, bien sûr, anathèmes dans les pays occidentaux. C’est uniquement parce que le public occidental a été systématiquement mal informé par la propagande de guerre. Il a accepté presque dès le début la version des événements promulguée par les gouvernements et diffusée par les médias de masse. Il n’en reste pas moins vrai que l’Allemagne et les États-Unis ont été les principaux agents du démantèlement de la Yougoslavie et y ont semé le chaos.

C’est un fait affreux dans la nouvelle ère de la realpolitik et des luttes géopolitiques qui a succédé à l’ordre de la guerre froide. Les sources du renseignement ont récemment commencé à faire allusion à cette réalité d’une manière étonnamment ouverte. Au cours de l’été 1995, par exemple, INTELLIGENCE DIGEST, une lettre d’information respectée publiée en Grande-Bretagne, rapportait que :

La conception originale américano-allemande pour l’ex-Yougoslavie [incluait] une Bosnie-Herzégovine dominée par les Croates musulmans indépendants en alliance avec une Croatie indépendante et aux côtés d’une Serbie fortement affaiblie. [6]

Chaque haut fonctionnaire de la plupart des gouvernements occidentaux sait que cette description est absolument exacte. Et cela signifie, bien sûr, que les descriptions standard de « l’agression serbe » comme cause profonde du problème, les descriptions de la Croatie comme une « nouvelle démocratie », etc. ne sont pas seulement fausses mais en fait conçues pour tromper.

Mais pourquoi? Pourquoi les médias devraient-ils chercher à tromper le public occidental ? Ce n’était pas simplement qu’une intervention flagrante et à grande échelle dans les affaires yougoslaves devait être cachée à la vue du public. C’était aussi que les gens posaient des questions sur les raisons pour lesquelles l’Allemagne et les États-Unis avaient délibérément créé des ravages dans les Balkans. Ils voulaient inévitablement connaître les raisons de telles actions. Et celles-ci devaient être cachées encore plus soigneusement que les actions destructrices des grandes puissances.

Au fond, le problème était que les États-Unis avaient un plan extrêmement ambitieux pour toute l’Europe. Il est maintenant déclaré assez ouvertement que les États-Unis se considèrent comme une « puissance européenne ». Dans les années 1980, cette affirmation ne pouvait pas être faite aussi facilement. Cela aurait provoqué trop de dissensions parmi les alliés occidentaux. Mais la volonté américaine d’établir sa domination en Europe n’en était pas moins un fait. Et les États-Unis planifiaient déjà ce dont on parle maintenant ouvertement.

Tout récemment, Richard Holbrooke, le secrétaire d’État adjoint aux affaires européennes, a précisé la position officielle. Dans un récent article paru dans la revue influente FOREIGN AFFAIRS, il a non seulement décrit les États-Unis comme une « puissance européenne », mais a également décrit les plans ambitieux de son gouvernement pour l’ensemble de l’Europe. Se référant au système de sécurité collective, y compris l’OTAN, que les États-Unis et leurs alliés ont créé après la Seconde Guerre mondiale, M. Holbrooke a déclaré :

Cette fois, les États-Unis doivent diriger la création d’une architecture de sécurité qui inclut et stabilise ainsi toute l’Europe – l’Occident, les anciens satellites soviétiques d’Europe centrale et, le plus critique, la Russie et les anciennes républiques de l’Union soviétique. [7]

Bref, la politique officielle est désormais d’aller vers l’intégration de toute l’Europe sous un système politique et économique occidental, et de le faire par l’exercice du « leadership américain ». C’est simplement une façon polie et trompeuse de parler de l’incorporation des anciens pays socialistes dans un vaste nouvel empire. [8]

Il ne devrait pas être surprenant que le reste de l’article de M. Holbrooke porte sur la nécessité d’élargir l’OTAN, en particulier en Europe centrale, afin d’assurer la « stabilité » de l’ensemble de l’Europe. M. Holbrooke affirme que « l’élargissement de l’OTAN est une conséquence essentielle du soulèvement du rideau de fer » [9].

Le mouvement pacifiste doit exiger le démantèlement de l’OTAN

Ainsi, derrière les interventions répétées dans la crise yougoslave, se cachent des plans stratégiques à long terme pour l’ensemble de l’Europe.

Dans le cadre de ce schéma en évolution, l’Allemagne et les États-Unis ont initialement décidé de forger un nouvel ordre balkanique, basé sur l’organisation du marché des économies et la démocratie parlementaire. Ils voulaient mettre fin définitivement au socialisme dans les Balkans. [10] Apparemment, ils voulaient « favoriser la démocratie » en encourageant les affirmations d’indépendance, comme en Croatie. En réalité, ce n’était qu’un stratagème pour diviser les Balkans en petits pays vulnérables. Sous couvert de « promotion de la démocratie », la voie s’ouvrait à la recolonisation des Balkans.

En 1990, la plupart des pays d’Europe de l’Est avaient cédé aux pressions occidentales pour mettre en place ce qu’on appelait à tort des « réformes ». Certains avaient accepté toutes les conditions occidentales d’aide et de commerce. Certains, notamment la Bulgarie et la Roumanie, ne les avaient que partiellement acceptés.

En Yougoslavie, cependant, il y avait de la résistance. Les élections de 1990 en Serbie et au Monténégro maintiennent au pouvoir un parti socialiste ou social-démocrate. Le gouvernement fédéral reste ainsi entre les mains d’hommes politiques qui, s’ils cèdent de temps à autre aux pressions des « réformes », s’opposent néanmoins à la recolonisation des Balkans. Et beaucoup d’entre eux étaient opposés à la fragmentation de la Yougoslavie. Puisque la troisième Yougoslavie, formée au printemps 1992, avait une base industrielle et une grande armée, ce pays devait être détruit.

Du point de vue allemand, ce n’était rien de plus que la poursuite d’une politique menée par le Kaiser puis par les nazis.

Une fois la Yougoslavie démantelée et plongée dans le chaos, il a été possible de commencer à réorganiser cette partie centrale des Balkans. La Slovénie, la Croatie et la Bosnie-Herzégovine devaient être placées dans la sphère d’intérêt allemande. L’Allemagne a acquis l’accès à la mer sur l’Adriatique, et potentiellement, au cas où les Serbes seraient submergés, au nouveau canal : Rhin-Danube, une route qui peut désormais transporter des navires de 3 000 tonnes de la mer du Nord à la mer Noire. Le sud de la Yougoslavie devait tomber dans la sphère d’intérêt américaine. La Macédoine, qui commande les seuls passages est-ouest et nord-sud à travers les montagnes des Balkans, devait être la pièce maîtresse d’une région américaine. Mais la sphère américaine comprendrait également l’Albanie et, si ces régions pouvaient être séparées de la Serbie, le Sandjak et le Kosovo. Certains planificateurs américains ont même évoqué l’émergence à terme d’une Grande Albanie, sous tutelle américaine et turque, qui comprendrait une chaîne de petits États musulmans, dont peut-être la Bosnie-Herzégovine, avec accès à l’Adriatique.

Sans surprise, l’Allemagne et les États-Unis, bien qu’ils aient travaillé de concert pour provoquer le démantèlement de la Yougoslavie, luttent maintenant pour le contrôle de diverses parties de ce pays, notamment la Croatie et la Bosnie-Herzégovine. En fait, il y a des manœuvres considérables pour l’influence et l’avantage commercial dans les Balkans. [11] La majeure partie de cette concurrence se déroule entre l’Allemagne et les États-Unis, les partenaires qui ont déchiré la Yougoslavie. Mais d’importantes entreprises et banques d’autres pays européens participent également. La situation est semblable à celle qui a été créée en Tchécoslovaquie par les accords de Munich en 1938. Un accord a été conclu sur un partage du butin afin d’éviter des affrontements qui conduiraient immédiatement à la guerre.

Le nouveau « grand jeu » en mer Caspienne

La Yougoslavie est importante non seulement pour sa propre position sur la carte, mais aussi pour les zones auxquelles elle permet l’accès. Et des analystes américains influents estiment qu’elle se situe à proximité d’une zone d’intérêts vitaux pour les États-Unis, la région de la mer Noire et de la mer Caspienne.

C’est peut-être la véritable signification de la force opérationnelle de l’OTAN en Yougoslavie.

Les États-Unis cherchent maintenant à consolider un nouveau bloc de nations Europe-Moyen-Orient. Il se présente comme le leader d’un groupement informel de pays musulmans qui s’étend du golfe Persique aux Balkans. Ce groupe comprend la Turquie, qui est d’une importance cruciale dans le nouveau bloc émergent. La Turquie n’est pas seulement une partie du sud des Balkans et une puissance égéenne. Elle borde également l’Irak, l’Iran et la Syrie. Elle relie ainsi l’Europe du Sud au Moyen-Orient, où les Etats-Unis estiment avoir des intérêts vitaux.

Les États-Unis espèrent étendre cette alliance informelle avec les États musulmans du Moyen-Orient et du sud de l’Europe pour inclure certaines des nouvelles nations de la rive sud de l’ex-Union soviétique.

Les raisons ne sont pas loin d’être recherchées. Les États-Unis se conçoivent désormais comme étant engagés dans une nouvelle course aux ressources mondiales. Le pétrole est particulièrement important dans cette course. Avec la guerre contre l’Irak, les États-Unis se sont établis au Moyen-Orient plus solidement que jamais. La désintégration presque simultanée de l’Union soviétique a ouvert la possibilité d’une exploitation occidentale des ressources pétrolières de la région de la mer Caspienne.

Cette région est extrêmement riche en ressources pétrolières et gazières. Certains analystes occidentaux pensent qu’elle pourrait devenir aussi importante pour l’Occident que le golfe Persique

Des pays comme le Kazakhstan disposent d’énormes réserves de pétrole, probablement supérieures à 9 milliards de barils. Le Kazakhstan pourrait probablement pomper 700 000 barils par jour. Le problème, comme dans d’autres pays de la région, du moins du point de vue des pays occidentaux, a été de faire sortir les ressources pétrolières et gazières de la région et vers l’Ouest par des voies sûres. Le mouvement de ce pétrole et de ce gaz n’est pas simplement un problème technique. C’est aussi politique.

Il est aujourd’hui d’une importance cruciale pour les États-Unis et pour les autres pays occidentaux de maintenir des relations amicales avec des pays comme le Kazakhstan. Plus important encore, il est important de savoir que tout droit acquis, de pomper du pétrole ou de construire des pipelines pour le transporter, sera absolument respecté. Car les montants qui sont projetés pour l’investissement dans la région sont très importants.

Cela signifie que les producteurs occidentaux, les banques, les sociétés pipelinières, etc. veulent être assurés de la « stabilité politique » dans la région. Ils veulent être assurés qu’il n’y aura pas de changements politiques qui menaceraient leurs nouveaux intérêts ou potentiels.

Un article important du NEW YORK TIMES a récemment décrit ce que l’on a appelé un nouveau « grand jeu » dans la région, établissant une analogie avec la concurrence entre la Russie et la Grande-Bretagne à la frontière nord-ouest du sous-continent indien au XIXe siècle. Les auteurs de l’article ont écrit que,

Maintenant, dans les années qui ont suivi la guerre froide, les États-Unis établissent à nouveau la suzeraineté sur l’empire d’un ancien ennemi. La désintégration de l’Union soviétique a incité les États-Unis à étendre leur zone d’hégémonie militaire à l’Europe de l’Est (par le biais de l’OTAN) et à l’ancienne Yougoslavie neutre. Et – le plus important de tout – la fin de la guerre froide a permis à l’Amérique d’approfondir son implication au Moyen-Orient. [12]

De toute évidence, plusieurs raisons ont incité les dirigeants occidentaux à rechercher l’élargissement de l’OTAN. L’un d’entre eux, et un important, a clairement été commercial. Cela devient plus évident quand on regarde de plus près le développement parallèle de l’exploitation commerciale dans la région de la mer Caspienne et le mouvement de l’OTAN dans les Balkans.

Le 22 mai 1992, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord a publié une déclaration remarquable concernant les combats qui se déroulaient alors en Transcaucasie. Celui-ci se lisait en partie comme suit :

[Les] Alliés sont profondément troublés par la poursuite du conflit et les pertes en vies humaines. Il ne peut y avoir de solution au problème du Nagomo-Karabakh ni aux différends qu’il a provoqués par la force entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. « Toute action contre l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan ou de tout autre État ou visant à atteindre des objectifs politiques par la force représenterait une violation flagrante et inacceptable des principes du droit international. En particulier, nous [l’OTAN] ne pourrions pas accepter que le statut reconnu du Haut-Karabakh ou du Nakhitchevan puisse être modifié unilatéralement par la force. [13]

C’était une déclaration remarquable à tous points de vue. Car l’OTAN lançait en fait un avertissement voilé qu’elle pourrait devoir prendre des « mesures » pour empêcher les actions des gouvernements dans la région de la mer Caspienne qu’elle interprétait comme menaçant les intérêts vitaux de l’Occident.

Deux jours avant que l’OTAN ne fasse cette inhabituelle déclaration d’intérêt pour les affaires transcaucasiennes, une compagnie pétrolière américaine, Chevron, avait signé un accord avec le gouvernement du Kazakhstan pour le développement des champs pétrolifères de Tengiz et Korolev dans l’ouest du pays. Les négociations de cet accord étaient en cours depuis deux ans avant sa signature. Et des sources fiables ont rapporté qu’ils risquaient de s’effondrer à l’époque en raison des craintes de Chevron d’instabilité politique dans la région. [14]

Au moment où l’OTAN a fait sa déclaration, bien sûr, il y aurait eu peu de possibilité d’étayer son avertissement. Il n’y avait, tout d’abord, aucun précédent pour une opération d’envergure hors zone de l’OTAN. Les forces de l’OTAN, en outre, étaient très éloignées de la Transcaucasie. Il ne faut pas regarder longtemps une carte des Balkans, de la mer Noire ou de la mer Caspienne pour se rendre compte que la situation est en train de changer.

La prochaine étape : « Stabiliser » l’Est

La pression actuelle pour l’élargissement de l’OTAN à l’Europe centrale et orientale fait partie d’un effort visant à créer ce que l’on appelle à tort « le Nouvel Ordre mondial ». Elle est le complément politico-militaire des politiques économiques initiées par les grandes puissances occidentales et destinées à transformer la société d’Europe centrale et orientale.

Les États-Unis, l’Allemagne et certains de leurs alliés tentent de construire un véritable ordre mondial autour de l’économie du bassin nord-atlantique. Il n’y a en fait rien de très nouveau dans le genre d’ordre qu’ils essaient d’établir. Elle doit être fondée sur des institutions capitalistes. Ce qui est nouveau, c’est qu’ils essaient d’étendre « l’ordre ancien » aux vastes territoires qui ont été plongés dans le chaos par la désintégration du communisme. Ils essaient aussi d’intégrer dans cet « ordre » des pays qui n’en faisaient pas partie auparavant.

En un mot, ils essaient de créer un système capitaliste fonctionnel dans des pays qui ont vécu sous le socialisme pendant des décennies, ou dans des pays, comme l’Angola, qui cherchaient à se libérer du système capitaliste.

Alors qu’elles tentent d’établir un « nouvel ordre mondial », les grandes puissances occidentales doivent aussi réfléchir à la manière de le préserver. Donc, en dernière analyse, ils doivent penser à étendre leur puissance militaire vers les nouvelles zones d’Europe qu’ils essaient de rattacher au bassin nord-atlantique. D’où le rôle proposé de l’OTAN dans le nouvel ordre européen.

Les deux principaux artisans de ce que pourrait être une nouvelle, intégrée et capitaliste Europe, ce sont les États-Unis et l’Allemagne. Ils collaborent particulièrement étroitement sur les questions d’Europe de l’Est. En effet, ils ont formé une alliance étroite dans laquelle les États-Unis attendent de l’Allemagne qu’elle les aide à gérer non seulement les affaires de l’Europe de l’Ouest mais aussi celles de l’Europe de l’Est. L’Allemagne est devenue, comme l’a dit George Bush à Mayence en 1989, un « partenaire de leadership ».

Cette relation étroite lie les États-Unis à la vision allemande de ce que les analystes allemands et américains appellent désormais l’Europe centrale. C’est une vision qui appelle : 1) l’élargissement de l’Union européenne à l’Est ; 2) leadership allemand en Europe ; et 3) une nouvelle division du travail en Europe.

C’est l’idée d’une nouvelle division du travail qui est particulièrement importante. Dans la vision allemande, l’Europe sera à l’avenir organisée en anneaux concentriques autour d’un centre, qui sera l’Allemagne. Le centre sera la région la plus développée dans tous les sens. Ce sera le plus développé techniquement et le plus riche. Il aura les niveaux les plus élevés de salaires, de traitements et de revenu par habitant. Et il n’entreprendra que les activités économiques les plus rentables, celles qui le placent aux commandes du système. Ainsi l’Allemagne prendra en charge la planification industrielle, la conception, le développement de la technologie, etc., de toutes les activités qui façonneront et coordonneront les activités des autres régions.

Au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre, chaque anneau concentrique aura des niveaux de développement, de richesse et de revenu inférieurs. L’anneau entourant immédiatement l’Allemagne comprendra de nombreuses activités manufacturières et de services rentables. Il est censé comprendre des parties de la Grande-Bretagne, de la France, de la Belgique, des Pays-Bas et du nord de l’Italie. Le niveau général des revenus serait élevé, mais inférieur à celui de l’Allemagne. L’anneau suivant comprendrait les parties les plus pauvres de l’Europe occidentale et des parties de l’Europe orientale, avec un peu de fabrication, de transformation et de production alimentaire. Les niveaux de salaire et de traitement seraient nettement inférieurs à ceux du centre.

Il va sans dire que, dans ce schéma de choses, la plupart des régions d’Europe de l’Est seront dans une couronne extérieure. L’Europe de l’Est sera un affluent du centre. Elle produira quelques biens manufacturés, mais pas principalement pour sa propre consommation. Une grande partie de sa fabrication, ainsi que des matières premières et même de la nourriture, sera expédiée à l’étranger. De plus, même le secteur manufacturier paiera de bas salaires et traitements. Et le niveau général des salaires et traitements, et donc des revenus, sera plus bas qu’il ne l’a été dans le passé.

En bref, la majeure partie de l’Europe de l’Est sera plus pauvre dans le nouveau système intégré qu’elle ne l’aurait été si les pays d’Europe de l’Est pouvaient prendre leurs propres décisions économiques sur le type de développement à poursuivre. Le seul développement possible dans des sociétés exposées à la pénétration de puissants capitaux étrangers et enfermées dans les règles du Fonds monétaire international est le développement dépendant.

Ce sera également le cas de la Russie et des autres pays de la Communauté des États indépendants. Ils deviendront aussi des affluents du centre, et il ne sera pas question pour la Russie de poursuivre une voie de développement indépendante. Il y aura évidemment un peu de fabrication en Russie, mais il n’y aura aucune possibilité de développement industriel équilibré. Car les priorités du développement seront de plus en plus dictées par des étrangers. Les entreprises occidentales ne sont pas intéressées à promouvoir le développement industriel en Russie, comme le montrent les chiffres des investissements étrangers.

Le principal intérêt occidental dans la Communauté des États indépendants réside dans l’exploitation de ses ressources. L’éclatement de l’Union soviétique a donc été une étape critique dans l’ouverture de la possibilité d’une telle exploitation. Car les anciennes républiques de l’URSS sont devenues beaucoup plus vulnérables une fois devenues indépendantes. De plus, les entreprises occidentales ne sont pas intéressées par le développement de ressources SIC à usage local. Elles sont intéressées à les exporter vers l’Ouest. C’est notamment le cas des ressources gazières et pétrolières. Une grande partie des bénéfices de l’exportation des ressources reviendrait donc aux pays étrangers. De grandes parties de l’ex-Union soviétique risquent de se retrouver dans une situation similaire à celle des pays du tiers monde.

Ce que l’Allemagne recherche donc, avec le soutien des États-Unis, c’est une rationalisation capitaliste de toute l’économie européenne autour d’un puissant noyau allemand. La croissance et les niveaux élevés de richesse dans le centre doivent être soutenus par des activités subordonnées dans la périphérie. La périphérie doit produire de la nourriture et des matières premières, et fabriquer des produits d’exportation pour le centre et les marchés étrangers. Par rapport à l’Europe (de l’Ouest et de l’Est) des années 1980, la future Europe est donc à restructurer entièrement, avec des niveaux de développement de plus en plus bas à mesure que l’on s’éloigne du centre allemand.

Ainsi, de nombreuses parties de l’Europe de l’Est, ainsi qu’une grande partie de l’ex-Union soviétique, sont censées rester en permanence des zones sous-développées, ou des zones relativement sous-développées. La mise en œuvre de la nouvelle répartition du travail en Europe signifie qu’elles doivent être enfermées dans le retard économique.

Ainsi, pour l’Europe de l’Est et les pays de la CEI, la création d’une Europe « intégrée » dans un cadre capitaliste nécessitera une vaste restructuration. Cette restructuration pourrait être très profitable pour l’Allemagne et les États-Unis. Il s’agira de reculer dans le temps pour les parties de l’Europe rattachées à l’Occident.

La nature des changements en cours est déjà préfigurée dans les effets des « réformes » mises en œuvre en Russie à partir du début des années 1990. On disait, bien sûr, que ces « réformes » finiraient par apporter la prospérité. C’était, cependant, une affirmation creuse depuis le début. Car les « réformes » mises en œuvre sur l’insistance occidentale n’étaient rien de plus que la restructuration habituelle imposée par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international aux pays du tiers monde. Et ils ont eu les mêmes effets.

La plus évidente est la chute vertigineuse du niveau de vie. Un tiers de la population russe essaie désormais de survivre avec des revenus inférieurs au seuil de pauvreté officiel. La production depuis 1991 a chuté de plus de moitié. L’inflation est en cours d’exécution à un taux annuel de 200 pour cent. L’espérance de vie d’un homme russe est passée de 64,9 ans en 1987 à 57,3 ans en 1994. [15] Ces chiffres sont similaires à ceux de pays comme l’Égypte et le Bangladesh. Et, dans les circonstances actuelles, il n’y a vraiment aucune perspective d’amélioration des conditions économiques et sociales en Russie. Les niveaux de vie devraient en fait continuer à baisser.

De toute évidence, la colère est répandue et justifiée en Russie et dans d’autres pays face à l’effondrement du niveau de vie qui a accompagné les premières étapes de la restructuration. Cela a contribué à une réaction politique croissante en Russie et dans d’autres pays. L’exemple récent le plus évident peut être trouvé dans les résultats des élections parlementaires de décembre en Russie. Il est également clair que la baisse continue du niveau de vie à l’avenir créera de nouvelles réactions de colère.

Ainsi, l’extension de l’ancien ordre mondial à l’Europe de l’Est et à la CEI est un exercice précaire, plein d’incertitudes et de risques. Les grandes puissances occidentales sont extrêmement soucieuses de son succès, en partie parce qu’elles voient dans le succès, qui se définirait en termes d’exploitation efficace de ces nouvelles régions, une solution partielle à leurs graves problèmes économiques. Il y a une tendance de plus en plus forte dans les pays occidentaux à déplacer leurs propres problèmes, à considérer la concurrence internationale actuelle pour l’exploitation de nouveaux territoires comme une sorte de solution à la stagnation économique mondiale.

Les analystes occidentaux supposent à juste titre que l’avenir apportera une instabilité politique. Ainsi, comme l’a dit récemment le sénateur Bradley, « la question concernant la Russie est de savoir si la réforme est réversible ». [ 16] Les analystes militaires en tirent l’implication évidente : plus la puissance militaire qui peut potentiellement être exercée sur la Russie est grande, moins il est probable que les « réformes » soient inversées. C’est le sens de la déclaration extraordinaire suivante du groupe de travail sur l’élargissement de l’OTAN :

La tâche de sécurité de l’OTAN ne se limite plus au maintien d’une posture militaire défensive face à une force adverse. Il n’y a pas de menace militaire immédiate pour la sécurité de l’Europe occidentale. L’instabilité politique et l’insécurité en Europe centrale et orientale affectent toutefois considérablement la sécurité de la zone de l’OTAN. L’OTAN devrait contribuer à répondre aux aspirations de sécurité et d’intégration des pays d’Europe centrale et orientale dans les structures occidentales, servant ainsi les intérêts de stabilité de ses membres. [17]

Cela représente une position entièrement nouvelle de la part de l’OTAN. C’est une position que certains pays de l’OTAN jugeaient imprudente il n’y a pas si longtemps. Et c’est alarmant, car cela ne confronte pas les véritables raisons de la pression actuelle pour l’extension de l’OTAN. Aussi évasif et sophistiqué que puisse être le raisonnement du groupe de travail, il apparaît que le débat dans de nombreux pays est désormais clos. Bien sûr, ce serait bien mieux si les vrais problèmes pouvaient être débattus publiquement. Mais pour le moment, ils ne peuvent pas l’être, et la pression pour l’élargissement de l’OTAN va se poursuivre.

Les dangers de l’extension de l’OTAN

La proposition actuelle d’étendre l’OTAN vers l’Est crée de nombreux dangers.

Il convient de préciser que de nombreux dirigeants des pays occidentaux s’opposent à l’élargissement de l’OTAN et qu’ils ont expliqué à plusieurs reprises les dangers d’un tel élargissement. Il est important de reconnaître qu’en dépit de la position officielle de l’OTAN et du récent rapport du Groupe de travail, il existe une forte opposition au déplacement de l’OTAN vers l’Est. Néanmoins, pour le moment, les partisans de l’élargissement de l’OTAN l’ont emporté.

Quatre dangers de l’expansion de l’OTAN en particulier nécessitent une discussion ici.

La première est que l’élargissement de l’OTAN amènera de nouveaux membres sous l’égide de l’OTAN. Cela signifiera, par exemple, que les États-Unis et d’autres membres occidentaux seront obligés de défendre, disons, la Slovaquie contre une attaque. D’où viendra une attaque ? L’OTAN est-elle vraiment prête à défendre la Slovaquie en cas de conflit avec un autre pays d’Europe de l’Est ?

Dans un pays comme les États-Unis, ce serait très impopulaire. Comme l’a dit le sénateur Kassebaum en octobre de l’année dernière :

Le peuple américain est-il prêt à promettre, selon les termes du Traité de l’Atlantique Nord, qu’une attaque armée contre un ou plusieurs de ces nouveaux membres potentiels sera considérée comme une attaque contre tous ? [18]

La question de l’extension du parapluie est cruciale. Car les puissances de l’OTAN sont des puissances nucléaires. Le rapport du Groupe de travail indiquait que, dans des circonstances appropriées, les forces des alliés de l’OTAN pourraient être stationnées sur le territoire des nouveaux membres. Et le Groupe de travail n’a pas exclu, comme il aurait dû le faire, le stationnement d’armes nucléaires sur le territoire de nouveaux membres. Le fait de ne pas exclure une telle possibilité signifie que l’OTAN s’engage sur une voie dangereuse, une voie qui accroît les risques de guerre nucléaire.

Le silence du Groupe de travail sur cette question ne peut manquer d’être perçu comme une menace par ceux qui n’adhèrent pas à l’OTAN. Et, de toute évidence, le plus important d’entre eux est la Russie, car elle aussi possède des armes nucléaires, tout comme l’Ukraine et le Kazakhstan.

Le deuxième danger est que l’expansion mette en péril les relations entre les États-Unis et la Russie, voire conduise à une seconde guerre froide. Alors que les pays de l’OTAN présentent l’organisation comme une alliance défensive, la Russie la voit tout autrement. Pendant plus de quarante ans, l’Union soviétique a considéré l’OTAN comme une alliance offensive visant tous les membres du pacte de Varsovie. L’opinion générale en Russie est toujours que l’OTAN est une alliance offensive. L’ancien ministre des Affaires étrangères, M. Kozyrev, l’a dit très clairement aux membres de l’OTAN. Comment la Russie peut-elle voir les choses différemment à l’avenir ?

L’élargissement de l’OTAN est inévitablement perçu par la Russie comme un encerclement. Il est considéré comme supposant que la Russie redeviendra inévitablement un État agressif. Ceci, cependant, est beaucoup plus susceptible de pousser la Russie vers la belligérance que de faire quoi que ce soit d’autre. Elle ne calmera certainement pas ses craintes quant aux intentions de l’OTAN d’entrer en Europe de l’Est. Se référant à la récente décision d’expansion de l’OTAN, le directeur de l’Institut des études américaines et canadiennes de l’Académie des sciences de Russie a déclaré récemment que :

La Russie est toujours une superpuissance militaire avec un vaste territoire et une grande population. C’est un pays doté d’énormes capacités économiques et d’un potentiel extraordinaire pour le meilleur ou pour le pire. Mais maintenant c’est un pays humilié en quête d’identité et de direction. Dans une certaine mesure, l’Occident et sa position sur l’expansion de la NATPO détermineront la direction que choisira la Russie. L’avenir de la sécurité européenne dépend de cette décision. [19]

Le troisième danger lié à l’élargissement de l’OTAN est qu’il sapera la mise en œuvre du traité START I et la ratification du traité START II, ​​ainsi que d’autres traités de contrôle et de limitation des armements conçus pour accroître la sécurité européenne. Les Russes, par exemple, ont clairement indiqué qu’ils poursuivraient la mise en œuvre du traité sur les forces armées conventionnelles en Europe (FCE) « si la situation en Europe est stable ». L’expansion de l’OTAN en Europe de l’Est, cependant, modifie considérablement l’équilibre actuel en Europe. Les pays de l’OTAN risquent donc bon nombre des réalisations des 25 dernières années dans le domaine du désarmement. Certains soutiennent de manière convaincante que l’expansion de l’OTAN sapera le Traité de non-prolifération nucléaire.

De telles conséquences ne feront guère de l’Europe, ou du globe, un endroit plus sûr à l’avenir.

Le quatrième danger principal de l’élargissement de l’OTAN est qu’il déstabilise la situation en Europe de l’Est. L’OTAN prétend que son expansion contribuera à assurer la stabilité. Mais l’Europe de l’Est, surtout après les changements des cinq dernières années, est déjà un endroit instable. L’expansion fragmentaire de l’OTAN en Europe de l’Est augmentera les tensions entre les nouveaux membres et ceux qui restent à l’extérieur. Elle ne peut manquer de le faire. Ceux qui restent en dehors de l’OTAN se sentiront forcément plus en insécurité lorsque l’OTAN s’est implantée dans un pays voisin. Cela les placerait dans une zone tampon entre une OTAN en expansion et la Russie. Ils sont tenus de réagir de manière craintive, voire hostile. L’expansion au coup par coup de l’OTAN pourrait même déclencher une course aux armements en Europe de l’Est.

La faiblesse de la position occidentale

Considérée de près, la proposition d’étendre l’OTAN vers l’est n’est pas seulement dangereuse. Cela ressemble aussi à un acte désespéré. C’est évidemment irrationnel, car cela peut devenir une prophétie auto-réalisatrice. Cela peut conduire à une deuxième guerre froide entre les puissances de l’OTAN et la Russie, et éventuellement à une guerre nucléaire. Il faut supposer que personne ne veut vraiment cela.

Pourquoi, alors, les pays de l’OTAN proposeraient-ils une telle ligne de conduite ? Pourquoi seraient-ils incapables de peser objectivement les dangers de leur décision ?

Une partie de la réponse est que ceux qui ont pris cette décision l’ont considérée en termes très étroits, sans voir le contexte plus large dans lequel l’élargissement de l’OTAN aurait lieu. Quand on regarde le contexte plus large, la proposition d’élargir l’OTAN est évidemment irrationnelle.

Considérez le contexte plus large. L’OTAN propose d’admettre certains pays d’Europe centrale en tant que membres à part entière de l’alliance dans un proche avenir. D’autres pays d’Europe de l’Est sont envisagés pour une admission ultérieure. Cette extension a deux objectifs possibles. Le premier est d’empêcher « l’échec de la démocratie russe », c’est-à-dire d’assurer la continuation du régime actuel, ou quelque chose comme ça, en Russie. La seconde est de placer l’OTAN dans une position favorable si jamais une guerre devait éclater entre la Russie et l’Occident.

À l’ère des armes nucléaires, poursuivre le deuxième objectif est peut-être encore plus dangereux qu’il ne l’était pendant les années de la guerre froide, car il existe maintenant plusieurs pays dotés d’armes nucléaires qui pourraient potentiellement être opposées à l’OTAN. L’argument selon lequel l’OTAN devrait être élargie vers l’Est afin d’assurer à l’Occident un avantage en cas de guerre nucléaire n’est pas très convaincant. Et ce ne serait certainement pas convaincant pour les pays d’Europe centrale si on en parlait ouvertement. Ce seraient les pays les plus susceptibles de souffrir dans les premières étapes d’une telle guerre. Leur situation serait similaire à celle de l’Allemagne pendant la guerre froide, comme le mouvement anti-guerre allemand a commencé à le comprendre dans les années 1980.

L’objectif principal de l’élargissement de l’OTAN, comme presque tout le monde l’a reconnu, est de s’assurer qu’il n’y aura pas d’inversion des changements qui ont eu lieu en Russie au cours des cinq dernières années. Cela mettrait fin au rêve d’une Europe tripartite unie sous la bannière capitaliste et fermerait un nouvel espace très vaste pour le fonctionnement du capital occidental. Une présence de l’OTAN en Europe centrale et orientale n’est qu’un moyen de maintenir une nouvelle pression sur ceux qui voudraient tenter de changer la situation actuelle en Russie.

Cependant, comme on l’a vu, cela signifie également enfermer la Russie, et d’autres pays de la CEI, dans un état de sous-développement et de crise économique et sociale continue dans lequel des millions de personnes souffriront terriblement et dans lequel il n’y a aucune possibilité pour la société de rechercher une voie de développement économique et social dans laquelle les besoins humains déterminent les priorités économiques. 

Ce qui est horriblement ironique dans cette situation, c’est que les pays occidentaux proposent leur modèle d’organisation économique comme solution aux problèmes de la Russie. Les analystes réalistes, bien sûr, savent parfaitement qu’il n’en est rien. Ils ne sont intéressés qu’à étendre la domination occidentale plus à l’est. Et ils offrent leur expérience comme modèle pour les autres uniquement pour séduire. Mais l’idée que « la transition vers la démocratie », comme on appelle souvent l’instauration des règles du marché, est importante dans la bataille mondiale pour l’opinion publique. Elle a contribué à justifier et à soutenir les politiques que l’Occident mène à l’égard des pays de la CEI.

Les pays occidentaux eux-mêmes, cependant, sont enfermés dans une crise économique insoluble. À partir du début des années 1970, les bénéfices ont chuté, la production a faibli, le chômage de longue durée a commencé à augmenter et le niveau de vie a commencé à chuter. Il y a bien sûr eu les hauts et les bas du cycle économique. Mais ce qui était important, c’était la tendance. La tendance de la croissance du PIB dans les grands pays occidentaux est à la baisse depuis la grande récession de 1973-1975. Aux États-Unis, par exemple, le taux de croissance est passé d’environ 4 % par an dans les années 50 et 60 à 2,9 % dans les années 70, puis à environ 2,4 % dans les années 80. Les projections actuelles de croissance sont encore plus basses.

La situation n’était pas très différente dans les autres pays occidentaux. La croissance a été un peu plus rapide, mais le chômage a été nettement plus élevé. Les taux de chômage actuels en Europe occidentale sont en moyenne d’environ 11 %, et il y a plus de chômage caché dans les statistiques en raison de divers plans gouvernementaux de pseudo-emploi.

L’Europe occidentale et l’Amérique du Nord ont connu une stagnation économique prolongée. Et les économies capitalistes ne peuvent maintenir l’emploi et le niveau de vie sans une croissance relativement rapide. Dans les 25 années qui ont suivi la seconde guerre mondiale, la plupart des pays occidentaux ont connu une croissance rapide, de l’ordre de 4 à 5 % par an. C’est cette croissance qui a permis de maintenir des niveaux d’emploi élevés, la hausse des salaires et la progression du niveau de vie. Et il ne fait aucun doute que, dans la période d’après-guerre, les pays occidentaux ont fait de grands progrès. Un grand nombre de personnes de la classe ouvrière ont pu atteindre un niveau de vie décent. Les classes moyennes et supérieures ont prospéré, en effet, nombre d’entre elles ont atteint un niveau de vie que l’on ne peut que qualifier de luxueux.

La lune de miel d’après-guerre, cependant, est clairement terminée. La grande « révolution capitaliste » vantée par les Rockefeller n’est plus. Le « capitalisme humanisé » n’est plus. Le déclin de la croissance nous ramène aujourd’hui à l’ère du « capitalisme sauvage ». Elle a déclenché une crise économique et sociale dans tous les pays occidentaux. Elle sape les principales réalisations de l’après-guerre. En Europe, l’État-providence est attaqué depuis quinze ans par ceux qui voudraient faire retomber le poids de la crise sur les épaules des plus démunis. Aux États-Unis, un « filet social » relativement maigre pour protéger les pauvres est maintenant déchiqueté par les défenseurs agressifs et ignorants des intérêts des entreprises, qui veulent également être sûrs que ceux qui peuvent le moins se le permettre supportent le poids de la crise du système. de stagnation.

L’Occident est donc lui-même enfermé dans la crise. Il ne s’agit pas d’une crise passagère ou d’un « cycle long », comme le prétendent les apologistes universitaires. C’est une crise systémique. Le système de marché ne peut plus rien produire qui ressemble à la prospérité. Les marchés qui alimentaient l’économie capitaliste dans la période d’après-guerre, l’automobile, les biens de consommation durables, la construction, etc. sont tous saturés, comme le démontrent de nombreuses statistiques gouvernementales dans chaque pays. Le système n’a pas trouvé de nouveaux marchés qui pourraient créer une vague équivalente de prospérité. De plus, l’accélération du progrès technique ces dernières années a commencé à supprimer des emplois partout à un rythme effarant. Il n’existe aucun moyen de compenser son effet, de créer de nouveaux emplois en quantité suffisante et à des niveaux de salaires élevés.

Les dirigeants du gouvernement et de l’industrie en Occident sont pleinement conscients de la situation dans un sens. Ils connaissent les statistiques. Ils savent quels sont les problèmes. Mais ils ne sont pas capables de voir que la source du problème est le fait que, ayant atteint des niveaux très élevés de production, de revenu et de richesse, le système capitaliste actuel n’a nulle part où aller. Des solutions intermédiaires pourraient être trouvées, mais les dirigeants occidentaux ne veulent pas faire les concessions politiques qu’ils exigeraient. En particulier, les grandes concentrations de capitaux dans les pays occidentaux sont dirigées par des personnes qui sont constitutionnellement incapables de voir que quelque chose de fondamental ne va pas. Cela les obligerait à accepter la réduction de leur pouvoir.

Par conséquent, les dirigeants du gouvernement et de l’industrie continuent aveuglément, ne voulant pas voir, n’étant pas prêts à accepter des politiques qui pourraient mettre le système actuel sur la voie d’une transition vers une manière plus rationnelle et plus humaine d’organiser la vie économique. C’est cet aveuglement, fondé sur la confusion et la peur, qui a obscurci la capacité des dirigeants occidentaux à réfléchir clairement aux risques d’étendre l’OTAN à l’Europe de l’Est. Le système occidental traverse une profonde crise économique, sociale et politique. Et les dirigeants occidentaux voient apparemment l’exploitation de l’Est comme le seul projet à grande échelle disponible qui pourrait stimuler la croissance, en particulier en Europe occidentale.

Ils sont donc prêts à risquer gros pour cela. La question est la suivante : le monde acceptera-t-il les risques de conflit Est-Ouest et de guerre nucléaire pour enfermer dans une région des arrangements économiques qui s’effondrent déjà ailleurs ?

EN SAVOIR PLUS:

Le livre ci-dessus de 804 pages avec de multiples illustrations, images, tableaux statistiques, graphiques et renvois, anticipe, explore, analyse, expose et révèle l’ensemble des tenants et aboutissants qui expliquent les crises, conflits et fléaux actuels et futurs. Il montre comment il était prévisible avec la plus grande précision et exactitude que les membres de l’OTAN, en particulier les Etats-Unis d’Amérique créaient les conditions globales pour installer le chaos dans le monde, affaiblir et attaquer la Russie et ses alliés dans le but de s’emparer des ressources naturelles, richesses et espaces terrestres de la planète et réaliser le Nouvel Ordre mondial unipolaire. Il s’interroge sur les conséquences pour l’humanité et son environnement. Pour l’Afrique, il a été dédicacé, remis et transmis par les voies officielles les plus autorisées au Président de la République du Cameroun, Doyen des Chefs d’État africains, son excellence Paul BIYA. Prix 34 euros + Frais de livraison (France par exemple, prévoir 11 euros pour le Chronopost). Contact: mossinguej@yahoo.fr ou Whatsapp: +33664839844 ou encore en cliquant sur le lien de ce site internet faire un don et payer directement un montant égal ou supérieur (pour nous aider à améliorer la qualité du site) en précisant vos coordonnées, pour recevoir votre exemplaire dont certains disent qu’il s’agit là d’une bombe intellectuelle nucléaire de dernière génération. Les stocks existent.

Remarques

    DEFENSE NEWS, 25 novembre 1995 ; voir aussi Gary Wilson, « Anti-War Activists Demand: No More US Troops to the Balkans », Workers World News Service, 7 décembre 1995.

    Voir par exemple : « NATO Expansion : Flirting with Disaster », THE DEFENSE MONITOR, novembre/décembre 1995, Center for Defence Information, Washington, D.C.

    Sénateur Richard Lugar, « NATO : Out of Area or Out of Business », Remarques prononcées devant le Forum ouvert du Département d’État américain, 2 août 1993, Washington, D.C.

    « Changer la nature de l’OTAN », INTELLIGENCE DIGEST, 16 octobre 1992.

    LE MONITEUR DE LA DÉFENSE, loc. cit., page 2.

    « Bonn’s Balkans-to-Teheran Policy », INTELLIGENCE DIGEST, 11 – 25 août 1995.

    Richard Holbrooke, « America, A European Power », FOREIGN AFFAIRS, mars/avril 1995, page 39.

    Le point crucial est que l’Europe de l’Est et les pays de l’ex-URSS adoptent les institutions qui prévalent en Europe de l’Ouest, c’est-à-dire le capitalisme et la démocratie parlementaire.

    Holbrooke, loc. cit., page 43.

    Voir Directive sur la décision de sécurité nationale, « La politique des États-Unis envers la Yougoslavie », Secret Sensitive, (déclassifié), The White House, Washington D.C., 14 mars 1984.

    Joan Hoey, « The U.S.’Great Game’ in Bosnia », THENATION, 30 janvier 1995.

    Jacob Heilbrunn et Michael Lind, « The Third American Empire », THE NEW YORK TIMES, 2 janvier 1996.

    « The Commercial Factor Behind NATO’s Extended Remit », INTELLIGENCE DIGEST, 29 mai 1992.

    Idem.

    Sénateur Bill Bradley, « Eurasia Letter : A Misguided Russia Policy », FOREIGN POLICY, hiver 1995-1996, page 89.

    Idem. pages 93.

    Projet de rapport spécial du groupe de travail sur l’élargissement de l’OTAN, mai 1995.

    Cité dans THE DEFENSE MONITOR, loc. cit., page 5.

    Dr Sergei Rogov, directeur de l’Institut des études américaines et canadiennes de l’Académie russe des sciences, cité dans DEFENSE MONITOR, loc. cit. page 4

La source originale de cet article est Global Research

Copyright © Sean Gervasi, Global Research, 2022

Commentez les articles de Global Research sur notre page Facebook

Devenez membre de Global Research

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Tap News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :