A la Une

Les États-Unis ne peuvent pas résoudre la crise énergétique en Europe

Les ministres de l’énergie de l’UE se réuniront vendredi pour discuter des mesures d’urgence visant à protéger les consommateurs et les entreprises des prix exorbitants du gaz et de l’électricité. Maintenant, il est clair que les États-Unis ne peuvent pas résoudre la crise énergétique de l’Europe.

L’Europe approche du territoire le plus périlleux à ce jour dans sa quête pour se dissocier de l’énergie russe – et les États-Unis ne peuvent offrir qu’une aide limitée, du moins pour le moment.

Pourquoi c’est important : La réaction de l’Occident aux attaques de la Russie contre l’Ukraine a ébranlé le commerce mondial de l’énergie à une échelle et à une vitesse inégalées depuis des décennies.

  • Les implications pour l’Europe sont à un niveau record. Les prix à la consommation augmentent et les industries européennes gourmandes en énergie sont déjà en difficulté et réduisent leur production.

Au cœur de l’actualité : le président Biden a promis que les États-Unis enverraient plus de gaz naturel à l’Union européenne dans le but d’extirper les alliés occidentaux des approvisionnements russes.

  • Et c’est le cas, mais les deux zones rencontrent des restrictions physiques qui limitent la croissance de l’offre à court terme.
  • Afin de liquéfier le gaz naturel, qui est nécessaire pour expédier du gaz à l’étranger, les États-Unis utilisent essentiellement toute leur capacité, et l’Europe ne dispose pas d’installations suffisantes pour accepter réellement les importations.

La situation actuelle : avant l’incursion de l’Ukraine, environ 40 % du gaz de l’UE était fourni par la Russie. Il a déjà considérablement diminué et les prix ont augmenté en raison de marchés tendus et de risques géopolitiques.

  • Les États-Unis et l’UE ont annoncé plus tôt cette année qu’ils étaient parvenus à un accord pour une augmentation des approvisionnements pour cette année et jusqu’en 2030.
  • L’objectif à court terme semble être à portée de main, en partie grâce au transfert des exportations asiatiques des États-Unis vers les clients européens.

    Les importations européennes de gaz russe ne représentent que 9 % du total actuellement, déclare @vonderleyen.

    – Laurence Norman (@laurnorman) 7 septembre 2022

Mais, mais, mais : ça risque de ne pas réussir cette année encore.

  • Alors que les entreprises américaines ont augmenté leurs expéditions de gaz liquéfié vers l’Europe, Anna Mikulska, experte des marchés du gaz et de la géopolitique, a déclaré aux médias qu’une plus grande concurrence pour ces approvisionnements pourrait se profiler à l’horizon.
  • En tout cas, il ne répond encore qu’à une petite partie des besoins de l’Europe. Il faudra plus d’un pays pour remplacer la totalité du gaz que l’Europe a importé de Russie l’année dernière.

L’intrigue : il est déjà prévu que davantage d’infrastructures d’exportation soient mises en ligne dans les années à venir, et l’industrie gazière américaine est impatiente de continuer à augmenter les expéditions à l’étranger.

  • L’industrie veut également des approbations plus rapides pour les projets d’exportation, les pipelines pour transporter le gaz vers les côtes pour la liquéfaction et d’autres politiques.

Cependant : Ces objectifs de l’industrie peuvent entrer en conflit avec les politiques climatiques des deux côtés de l’Atlantique.

  • Les écologistes font pression sur le président Biden pour limiter la production de combustibles fossiles. Non seulement en diversifiant les fournisseurs, mais aussi en accélérant la transition loin de ces sources, les pays de l’UE tentent déjà de s’éloigner rapidement et définitivement du charbon, du gaz et du pétrole russes.
  • Il en résulte une dynamique complexe pour la construction en Europe de nouvelles infrastructures d’importation et de pipelines. Même si les pays ont actuellement besoin de plus de gaz, les projets reposent souvent sur des contrats à long terme et les responsables tiennent leurs promesses de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre dans les années et les décennies à venir.
  • Les nouvelles infrastructures gazières majeures « vont souvent à l’encontre de ce qui est acceptable dans de nombreux pays à la fois par le gouvernement et la société, car ils estiment qu’il ne faut pas exclure le gaz naturel du système », déclare Mikulska.

Et ensuite : Les ministres de l’énergie de l’UE se réuniront vendredi pour discuter des mesures d’urgence visant à protéger les consommateurs et les entreprises des prix exorbitants du gaz et de l’électricité.

  • D’importants programmes d’aide aux consommateurs ont déjà été dévoilés par les pays européens en réponse à la crise, notamment le plan de 65 milliards de dollars de l’Allemagne annoncé ce week-end.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GreatGameIndia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :