A la Une

L’Europe commet des suicides par des sanctions

Un panneau d’affichage suisse fait le tour des réseaux sociaux représentant une jeune femme au téléphone. La légende se lit comme suit : « Le voisin chauffe-t-il l’appartement à plus de 19 degrés (66 F) ? Informez nous s’il vous plait. » Alors que le gouvernement suisse a qualifié l’affiche de fausse, les sanctions auxquelles les citoyens suisses sont confrontés pour avoir osé chauffer leur maison sont bien réelles. Selon le journal suisse Blick, ceux qui violent la limite de chauffage à 66 degrés pourraient encourir jusqu’à trois ans de prison !

Une peine de prison pour avoir chauffé votre maison ? Dans le monde « libre » ? Comment est-il possible en 2022, alors que la Suisse et le reste de l’Occident politique ont remporté le plus grand succès économique de l’histoire, que le continent européen affronte un hiver comme quelque chose de l’âge des ténèbres ?

Les sanctions.

Bien que promues depuis longtemps – souvent par ceux qui s’opposent à la guerre – comme une alternative moins destructrice à la guerre, les sanctions sont en réalité des actes de guerre. Et comme nous le savons avec l’interventionnisme et la guerre, le résultat est souvent des conséquences involontaires et même un retour de flamme.

Les sanctions européennes contre la Russie pour son invasion de l’Ukraine au début de cette année resteront probablement dans l’histoire comme un excellent exemple de la façon dont les sanctions peuvent entraîner des conséquences imprévues. Tout en cherchant à punir la Russie en coupant les importations de gaz et de pétrole, les politiciens de l’Union européenne ont oublié que l’Europe dépend complètement des approvisionnements énergétiques russes et que les seuls à souffrir si ces importations sont arrêtées sont les Européens eux-mêmes.

Les Russes ont simplement pivoté vers le sud et l’est et ont trouvé de nombreux nouveaux acheteurs en Chine, en Inde et ailleurs. En fait, la société énergétique publique russe Gazprom a annoncé que ses bénéfices avaient augmenté de 100 % au cours du premier semestre de cette année.

La Russie s’enrichit tandis que les Européens font face à un hiver glacial et à un effondrement économique. Tout cela à cause de la fausse croyance que les sanctions sont un moyen gratuit de forcer les autres pays à faire ce que vous voulez qu’ils fassent.

Que se passe-t-il lorsque les gens voient des politiques gouvernementales stupides faire monter en flèche les factures d’énergie alors que l’économie s’arrête ? Ils deviennent désespérés et descendent dans la rue en signe de protestation.

Ce week-end, des milliers d’Autrichiens sont descendus dans la rue lors d’un « rassemblement pour la liberté » pour exiger la fin des sanctions et l’ouverture de Nord Stream II, le gazoduc sur le point d’ouvrir plus tôt cette année. La semaine dernière, environ 100 000 Tchèques sont descendus dans les rues de Prague pour protester contre la politique de l’OTAN et de l’UE. En France, les « gilets jaunes » sont de retour dans les rues pour protester contre la destruction de leur économie au nom de la « défaite » de la Russie en Ukraine. En Allemagne, en Serbie et ailleurs, les manifestations se préparent.

Même le Washington Post a été contraint d’admettre que les sanctions contre la Russie n’avaient pas l’effet escompté. Dans un article d’hier, le journal s’inquiète du fait que les sanctions infligent « des dommages collatéraux en Russie et au-delà, pouvant même blesser les pays mêmes qui les imposent. Certains craignaient même que les sanctions destinées à dissuader et affaiblir Poutine ne finissent par l’enhardir et le renforcer.

Tout cela est prévisible. Les sanctions tuent. Parfois, elles tuent des innocents dans le pays ciblé pour la destruction et parfois elles tuent des innocents dans le pays qui les impose. La solution, comme toujours, est la non-intervention. Pas de sanctions, pas de « révolutions de couleur », pas d’ingérence. C’est vraiment aussi simple que cela.

Ronald Ernest Paul est un auteur, militant, médecin et homme politique à la retraite américain qui a été le représentant américain du 22e district du Congrès du Texas de 1976 à 1977 et de nouveau de 1979 à 1985, ainsi que du 14e district du Congrès du Texas de 1997 à 2013. Ce l’article a été initialement publié sur le Ron Paul Institute.

Notre commentaire

Les dirigeants occidentaux tuent-ils à petit feu les populations européennes en les appauvrissant consciemment ?

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GreatGameIndia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :