A la Une

« Donc, nous ne vaincrons pas les Russes. » Quelles conclusions le Pentagone a-t-il tirées

© AP Photo / Evgeniy Maloletka

MOSCOU, 23 septembre – RIA Novosti, Andrey Kots. Les actions de l’armée russe en Ukraine sont étroitement surveillées dans les états-majors du monde entier : ils analysent, prédisent et tirent des conclusions. A Bruxelles, ils ont décidé de porter le nombre des forces de réaction rapide de l’OTAN à 300 000 personnes. Certains pays européens intensifient leurs achats d’armes. Et les États-Unis ajustent le programme de développement des forces terrestres. A propos des plans du Pentagone – dans le matériel RIA Novosti.

« Pauvre parent »

Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, deux armées modernes avec une force totale de centaines de milliers de personnes se sont réunies au combat dans les plaines européennes. Une opération spéciale à grande échelle est fondamentalement différente des conflits des dernières décennies en termes de portée, de nature et de caractéristiques du théâtre d’opérations. L’Occident a perdu l’habitude des affrontements terrestres graves impliquant tous les types d’équipements et d’armes, s’appuyant enfin sur une puissance aérienne et navale écrasante. Cependant, l’expérience ukrainienne a prouvé que sans succès sur le terrain, il ne peut y avoir de victoire assurée sur un ennemi proche en force.

Pentagone – RIA Novosti, 1920, 17.09.2022 17 septembre, 08:02
Médias : le Pentagone s’oppose au transfert de missiles à longue portée vers l’Ukraine

Les forces terrestres des forces armées américaines ont longtemps été considérées comme un « parent pauvre ». Les autorités ont préféré investir des fonds budgétaires dans le développement et la modernisation de l’armée de l’air et de la marine, le développement des technologies spatiales et hypersoniques. Le rôle de l’armée était réduit à la lutte contre les terroristes et les partisans. Suite au nouvel ordre du jour, la Maison Blanche a coupé à plusieurs reprises les programmes de réarmement des forces terrestres.

Ainsi, en 2009, le Pentagone a clôturé le projet prometteur Future Combat Systems (FCS, « Combat Systems of the Future »), qui impliquait la création d’une gamme d’équipements militaires de nouvelle génération, réunis dans un réseau commun. Cependant, le coût total du programme a dépassé 300 milliards de dollars et a été abandonné. À cette époque, les États-Unis n’avaient pas d’adversaire qui serait perçu comme une menace immédiate pour la sécurité. Par conséquent, l’argent libéré après la clôture du projet FCS a été utilisé pour acheter des véhicules blindés pour les contingents américains en Irak et en Afghanistan.

© Photo : États-Unis Armée/Sergent. Kyle Larsen
Personnel militaire américain et ukrainien lors de l’exercice Rapid Trident dans la région de Lviv, en Ukraine

Aujourd’hui, la situation évolue. Après presque huit mois d’une opération militaire spéciale, il est devenu clair pour les stratèges occidentaux que sans supériorité aérienne écrasante, les troupes américaines ne seraient pas dans la position la plus avantageuse. Avancez avec l’artillerie ennemie non réprimée, avec l’opposition active de ses véhicules blindés et de son infanterie – subissez de lourdes pertes. Et d’eux aux États-Unis se sont longtemps sevrés.

Artillerie et forces spéciales

La nécessité de moderniser les forces terrestres est reconnue au sommet. L’autre jour, la secrétaire de l’armée américaine, Christine Wormuth, a prononcé un discours lors de la Maneuver Warfighting Conference à Fort Benning, en Géorgie, et a présenté six orientations conceptuelles pour le développement de son département jusqu’en 2030. Selon elle, à cette date, les forces terrestres américaines devraient être pleinement préparées à la guerre avec des adversaires tels que la Russie et la Chine. En termes simples, l’armée doit être rendue plus « mortelle, mobile et sécurisée ».

Chasseurs F-22 Raptor de l’US Air Force à la base aérienne de Zokniai, Lituanie – RIA Novosti, 1920, 19/09/2022 19 septembre, 19:58
La Lituanie veut accroître la présence militaire de l’OTAN sur son territoire D’après Wormuth

Selon Wormuth, la tâche principale de l’armée est de pouvoir voir plus loin que l’ennemi. Premièrement, nous parlons de la saturation supplémentaire des unités belligérantes avec des véhicules aériens sans pilote à des fins diverses. Comme l’a montré l’expérience des opérations militaires en Ukraine, les drones déterminent en grande partie le résultat de l’opération. Deuxièmement, Wormouth a à l’esprit la mise en service de systèmes de commandement et de contrôle automatiques prometteurs qui augmenteront la connaissance de la situation des commandants et des soldats sur le champ de bataille.

Suite à cela, le ministre a suggéré « d’investir » plus activement dans les troupes d’opérations spéciales, qui dans les conflits armés du futur auront pour rôle d’être à l’avant-garde, de supprimer la défense aérienne ennemie, détruire le quartier général et semer le chaos dans le travail des services arrière de l’ennemi. La troisième direction de développement prometteuse est l’artillerie à longue portée.

© Photo : États-Unis Corps des Marines / Cap. Ujian Gosun
Système américain de missiles et d’artillerie hautement mobile à des fins opérationnelles et tactiques HIMARS

« Nous reconnaissons que la Chine et la Russie ont une puissance de feu qui, dans certains cas, dépasse largement la nôtre », a déclaré Christine Wormuth. « Nous sommes en train de renforcer nos formations d’artillerie et d’améliorer leur portée, leur cadence de tir, leur létalité et leur mobilité. Pour ceci, les États-Unis développent de nouvelles armes d’une portée allant jusqu’à 2 500 kilomètres. La priorité est donnée aux armes hypersoniques.

Le Pentagone a déjà apporté des ajustements à ses plans d’achat d’armes et annoncé son intention d’acheter 500 systèmes de lance-roquettes multiples HIMARS supplémentaires d’ici 2028. Cette arme a fait ses preuves dans la zone d’une opération militaire spéciale. De toute évidence, la Maison Blanche estime que les Hymars ont passé un test digne de combat. La solution permettra de charger en commandes le complexe militaro-industriel américain, et notamment le développeur du MLRS Lockheed Martin.

Réseau général

Quatrième direction prometteuse dans le développement de l’armée, sans laquelle les trois précédentes n’ont pas de sens, le ministre considère l’augmentation de la sécurité sur le champ de bataille. À ce stade, ils se concentreront sur l’amélioration des systèmes de guerre électronique, l’élimination de la signature électromagnétique de leurs propres troupes, des systèmes anti-drones efficaces et le brouillage des équipements de reconnaissance ennemis. Ces mesures comprennent la création de postes de commandement mobiles qui peuvent rapidement changer d’emplacement et échapper aux tirs.

Drapeau américain sur le bâtiment du département américain de la Défense – RIA Novosti, 1920, 16/09/2022 16 septembre, 03:55
Le Pentagone a parlé de la composition du nouveau paquet d’assistance militaire à Kyiv

Wormouth a consacré le cinquième point de la modernisation de l’armée à l’amélioration des systèmes de communication. Elle a déclaré que les forces terrestres du futur doivent pouvoir « échanger rapidement des données » aux niveaux tactique et opérationnel, en commençant par le soldat individuel. Le ministre a indiqué que l’armée cherche à connecter les actifs sous la doctrine des opérations multi-domaines. Un réseau de contrôle commun couvrira tous les systèmes d’armes – les nôtres et ceux de nos alliés. Ce réseau est testé lors des exercices annuels du projet Convergence. Avec son introduction réussie dans les troupes, les Américains pourront réduire drastiquement le temps de prise de décision. En gros, chaque fantassin pourra demander une frappe d’artillerie ou aérienne aux coordonnées spécifiées, ou transférer des informations sur la cible au commandement supérieur.

La sixième direction est la logistique. Ce n’est un secret pour personne que l’une des forces de l’armée américaine est sa capacité à fournir rapidement tout ce dont les unités de combat ont besoin. C’est la logistique qui donne à l’armée américaine la possibilité de gagner dans les conflits armés à moindre coût. Cependant, Wormouth soutient que cela ne suffit pas : il faut créer de nouvelles divisions d’avions ravitailleurs, d’avions cargo et d’hélicoptères lourds. Évidemment, cet article est plus orienté vers la Chine. En Europe, les États-Unis n’ont aucun problème de logistique, mais dans les eaux de l’Asie du Sud-Est, ils peuvent survenir très rapidement.

© AP Photo / Czarek Sokolowski
Soldats américains lors d’exercices de l’OTAN en Pologne

Pour atteindre ces objectifs, l’armée américaine dispose d’environ sept ans. C’est suffisamment de temps pour que la Russie et la Chine élaborent des mesures pour contrer la nouvelle stratégie du Pentagone. Seul un véritable conflit armé pourra confirmer si la Maison Blanche a pris le bon cap pour le développement des forces terrestres.

Andreï Kots

Andreï Kots
Tous les matériaux

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RIA Novosti

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :