A la Une

Il est temps de laisser tomber nos illusions, l’Occident mène une guerre pour détruire la Russie – Vladimir Kornilov

Les ennemis de Moscou veulent porter un coup fatal au pays, certains veulent même le démembrer

Par Vladimir Kornilov, RIA Novosti

Un militaire russe est vu dans le secteur sud au cours de l’opération militaire russe en Ukraine, à l’endroit inconnu. © Sputnik / Alexey Maishev

Et voici Bucha 2.0 : Une autre provocation où l’Ukraine aurait découvert des « charniers de victimes » peu de temps après le retrait des troupes russes.

Cette fois à Izium. Cela revient à prouver clairement qu’avec le développement du conflit militaire en Ukraine, l’opération « spéciale » d’information contre la Russie s’intensifie.

Il ne s’agit même pas de la réaction de Kiev – les responsables là-bas concoctent des faux primitifs contre notre État et l’armée sans arrêt, 24 heures sur 24.

L’indicateur ici est la manière dont cette provocation a été immédiatement reprise par les politiciens occidentaux, qui réclament déjà d’urgence un « tribunal international » pour punir la Russie. Pendant ce temps, les médias occidentaux, dans une poussée unie, mettent en première page des déclarations infondées sur « les exécutions massives et la torture à Izium ».

Ce mensonge est grossier et facilement réfuté. Mais il ressort clairement de cette réaction unanime de l’Occident que personne là-bas ne se soucie du tout de savoir comment et quand les personnes enterrées dans le cimetière sont mortes. Le coupable a été désigné à l’avance – et ce doit être la Russie. Car seul ce verdict s’inscrit dans la stratégie globale de la campagne actuelle en Ukraine.

Ce qui, on le voit, n’a rien à voir avec l’Ukraine. L’Occident est complètement indifférent à tout ce qui est arrivé aux Ukrainiens, peu importe qui les a tués (même si c’était la propre armée de Kiev ou des mercenaires étrangers) et peu importe combien d’entre eux sont morts. Parce qu’il ne s’agit pas de mener une guerre sur ce territoire pour les Ukrainiens, et surtout pas pour l’Ukraine.

Nous devons parler franchement et ouvertement : l’Occident mène une guerre féroce contre l’État russe, utilisant les forces locales comme mandataires. Et cela est couvert par la feuille de vigne de « défendre la démocratie ». Cependant, ce qu’ils veulent vraiment, c’est que la Russie soit détruite. Toujours! Irrévocablement!

Janusz Bugajski, un expert de premier plan, a récemment publié son livre « Failed State: A Guide to Russia’s Rupture ». Il convient de souligner que l’ouvrage n’est pas une réaction au conflit ukrainien, mais plutôt une suite logique de tout ce dont ce « kremlinologue » parle et écrit publiquement depuis des années.

Début 2019, trois ans avant le début de la crise actuelle, il a publié un article de fond dans l’influent journal de Washington The Hill, intitulé « Managing Russia’s Dissolution ».

Ce n’était pas seulement une prévision ou une spéculation théorique par un rêveur, c’était un appel direct à l’action par un russophobe franc. Qu’il suffise de rappeler que Bugajski a alors ouvertement exhorté la Maison Blanche à promouvoir l’autodétermination régionale et ethnique au sein de la Fédération de Russie. En même temps, il spéculait sur les régions de l’État détruites par l’Occident qui devraient recevoir l’indépendance et lesquelles devraient être données à l’Ukraine, à la Finlande, au Japon et même à la Chine.

Lire plus: Sergey Poletaev : L’Ukraine a monté la barre dans son conflit avec la Russie, comment Moscou va-t-elle réagir ?

On ne peut pas dire que l’article de Bugajski était le seul ouvrage théorique sur la désintégration de notre État. Mais d’autres rapports (du moins dans le domaine public) cherchaient encore à masquer les appels directs à l’éclatement forcé de la Russie avec des arguments sur la nécessité d’affaiblir notre État. Ce fut le cas, par exemple, d’une étude sensationnelle de la société de renseignement américaine RAND commandée par le département américain de la Défense en 2019.

Maintenant, les masques sont jetés et le cadre des russophobes peut exprimer ouvertement leurs rêves de longue date. Le Daily Telegraph a récemment présenté l’ancien commandant de l’OTAN en Europe, le général Ben Hodges, dans un article très médiatisé sur la préparation de la désintégration de la Russie. Hodges, qui est employé par le CEPA – un groupe de pression financé par des sous-traitants américains en armement et l’OTAN – est sans doute l’un des « chefs de file » les plus actifs sur la crise ukrainienne à la télévision occidentale en ce moment.

Le général espère que l’effondrement de notre État sera alimenté par notre diversité ethnique et il espère que les sanctions économiques occidentales créeront une situation dans laquelle il sera impossible de nourrir 144 millions de personnes. L’Américain n’a manifestement pas réfléchi à la manière dont ces arguments pourraient également s’appliquer à son pays d’origine, déchiré par les divisions raciales ces dernières années.

En dessous de Hodges, l’idée a été joyeusement reprise par des personnalités moins connues opérant sur le terrain idéologique de la russophobie. Le magazine polonais New Eastern Europe a publié un article sur la déconstruction de la Russie et la reconstruction de « l’espace post-russe », le qualifiant de scénario risqué mais inévitable. Les auteurs ont appelé l’Occident à mener immédiatement le processus de désintégration de notre État.

Cela est repris par le professeur canado-britannique Taras Kuzio sur les pages du Conseil de l’Atlantique, un groupe de pression aligné sur l’OTAN et le principal porte-parole des russophobes occidentaux. Lui aussi déclare joyeusement que le processus de « l’effondrement de l’empire russe de Poutine » a commencé.

Les thèses de Hodges sont répétées presque mot pour mot par le meilleur kremlinologue estonien Vladimir Yushkin sur les pages du site Internet du Centre international pour la défense et la sécurité. Cependant, il ajoute des bêtises sur la soi-disant « colonisation de la Sibérie par les Chinois » – ce qui nous dit qu’il ne sait pas utiliser les statistiques.

Toutes ces « prophéties » ont été introduites dans le domaine politique par le président estonien Alar Karis. Ouvrant la conférence du Comité militaire de l’OTAN à Tallinn vendredi dernier, il a ouvertement exhorté les chefs d’état-major du bloc dirigé par les États-Unis à renoncer à leur « peur de déstabiliser la situation en Russie ».

Ce n’est pas un général à la retraite, ni une personne privée avec un rang de professeur – c’est le chef officiel d’un pays membre de l’OTAN. Et il n’hésite pas à appeler le haut commandement de l’alliance à poursuivre une politique délibérée de création d’une situation d’instabilité en Russie.

Alors, quelle preuve de plus a-t-on besoin de ce que l’Occident collectif espère accomplir ?

Pierre de touche idéologique des libéraux européens, le magazine The Economist a consacré son dernier numéro à la manière dont l’Occident devrait assurer la victoire de l’Ukraine sur la Russie. Outre les conseils traditionnels sur l’armement supplémentaire du régime de Kiev, le magazine demande explicitement que l’Occident essaie de creuser un fossé entre le gouvernement russe et le peuple russe. Pour ce faire, les dirigeants sont invités à parier sur les libéraux russes qui ont déménagé à l’étranger, qui dans ces circonstances peuvent être traités en toute sécurité de traîtres chez eux.

Ils sont maintenant dans une situation où les ennemis de la Russie parlent maintenant ouvertement de les utiliser pour réaliser un plan irréaliste de démembrer notre patrie commune !

Ainsi, nous pouvons dire en toute sécurité que l’Occident collectif est déjà passé de la parole à l’action et conteste ouvertement l’existence même de la Fédération de Russie.

Ce sont des idéologues et un certain nombre de politiciens de haut niveau ne cachent pas le fait qu’en exploitant le conflit en Ukraine, ils contribuent délibérément à créer une menace existentielle pour notre État. Plus tôt nous le reconnaîtrons nous-mêmes officiellement, plus nous pourrons passer efficacement à une autre étape, tant dans les relations avec nos voisins que dans l’opération militaire en Ukraine même.

Nous adhérons toujours à certaines règles du jeu de gentlemen, qui ont été adoptées après la fin de la guerre froide. Mais maintenant, les enjeux ont été trop élevés.

Pour être clair, je ne nous demande pas de copier les actions criminelles de l’Ukraine. Contrairement à eux, nous ne tuons pas délibérément des enfants, ne torturons pas des prisonniers de guerre ou n’exterminons pas de civils.

Mais face aux menaces croissantes qui pèsent sur les citoyens russes, nous n’avons d’autre choix que d’agir avec beaucoup plus de force contre les infrastructures militaires, même si elles sont également utilisées par des civils, en direction des centres de décision et des personnes directement responsables pour le terrorisme et les meurtres où qu’ils se trouvent, ainsi que pour lutter contre les États qui poursuivent des politiques hostiles.

Après tout, nous ne devons pas oublier que lorsqu’une menace existentielle contre la Russie se présente, nous devons présenter une réponse ferme.

Ceux qui menacent notre patrie devraient être constamment rappelés à cela.

EN SAVOIR PLUS:

Contact: mossinguej@yahoo.fr ; contact de MIRASTNEWS ; ou WhatsApp: +33664839844

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :