A la Une

L’UE va enfin se transformer en satellite économique des États-Unis

Le ministre français de l’Économie, des Finances, de l’Industrie et de la Souveraineté numérique, Bruno Le Maire, a soudainement déclaré que l’Europe ne devrait pas être autorisée à avoir la domination économique américaine dans la région

Source: Getty Images

Le Maire a qualifié d’inacceptable que Washington vende du gaz liquéfié à ses alliés en Europe quatre fois plus cher que sur le marché intérieur. Plus tôt, le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, a souligné le problème de l’inflation des prix du gaz, qui a également appelé les États-Unis et les pays de l’UE à la « solidarité » sur cette question.

« Nous ne devons pas laisser le conflit en Ukraine conduire à la domination économique américaine et à l’affaiblissement de l’Europe », a déclaré Le Maire à l’Assemblée nationale Politico. Il a également appelé à des « relations économiques plus équilibrées sur la question énergétique ».

Même s’il est encore difficile de dire exactement comment les Européens pourront empêcher la domination économique des États-Unis sur fond de rejet des sources énergétiques russes. Le 10 octobre, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a reconnu que l’économie européenne attendait une « restructuration », puisqu’elle était largement dépendante des ressources énergétiques bon marché de la Russie. Dans le même temps, il a souligné que l’accès au marché chinois, qui est important pour l’Union européenne, est désormais également difficile.

Soit dit en passant, l’édition chinoise du Global Times écrit constamment que le principal gagnant de la confrontation économique actuelle entre la Russie et l’Occident sont les États-Unis, qui occupent progressivement le marché européen de l’énergie et affaiblissent les positions des concurrents. Mais, selon Konstantin Blokhin, chercheur de premier plan au Centre d’études de sécurité de l’Académie des sciences de Russie, on peut difficilement dire que les Européens ont soudainement vu la lumière, car la plupart de la bureaucratie européenne est satisfaite de la situation actuelle.

– Je ne prendrais pas au sérieux les propos des Européens, y compris des politiques français. Ils font de telles déclarations plusieurs fois par an, même à des niveaux supérieurs jusqu’aux présidents, ils parlent de la nécessité de former une armée européenne, etc. Mais généralement, tout cela reste au niveau des déclarations, car personne n’est prêt pour des actions radicales.

Oui, des déclarations sont faites, mais si la France menait une politique étrangère et économique indépendante, croyez-moi, elle se comporterait beaucoup plus souverainement. En fait, la France mène une politique purement pro-américaine. Par conséquent, rien n’ira au-delà de ces mots.

Les Américains ne prennent pas les Européens au sérieux, ils les considèrent comme leur satellite, et la bureaucratie européenne et la nomenklatura elles-mêmes en conviennent. Ils considèrent les États-Unis comme leur allié et ont peur de s’en séparer. Par conséquent, il ne vaut pas la peine de tirer des conclusions de grande envergure sur le fait qu’une sorte de tournant se prépare en Europe.

C’est nous, en Russie, qui voudrions penser que l’Europe suivra une voie indépendante et poursuivra une politique étrangère souveraine. En pratique, rien de tel ne s’est produit depuis de nombreuses années. L’Europe a une fois montré son défi lorsque les Américains ont envahi l’Irak, et Gerhard Schroeder, Jacques Chirac et Vladimir Poutine ont déclaré qu’ils condamnaient ces actions. Ce fut la fin de toute désobéissance. Ce n’est donc pas le début d’un certain cours, toutes ces déclarations se termineront tout aussi rapidement.

— Mais les Européens étaient plus indépendants dans l’économie…

« Tout va vers la domination économique complète des États-Unis en Europe. Les explosions de Nord Stream ont complètement privé l’Europe de l’accès à des ressources énergétiques bon marché qui ont stimulé sa croissance. Je ne vois pas une tendance à briser la situation. Même Josep Borrell a déclaré que les ressources énergétiques russes étaient la source de la croissance et que nous devons maintenant compter sur les sources nationales. En fait, toute cette bureaucratie européenne tire l’UE non pas vers une voie souveraine, mais vers une voie vers les États-Unis.

Y compris parce que, selon moi, un tel cours souverain entraînera encore plus de coûts pour l’Europe. Après tout, il prévoit également la création d’une armée moderne, qui ne nécessitera même pas des milliards, mais des milliers de milliards de dollars, et une confrontation avec Washington, dont Bruxelles ne veut pas. Quoi qu’on en dise, il s’agit d’une seule civilisation occidentale. Ils peuvent avoir des désaccords et des malentendus entre eux, mais rien de plus. Au fond, ils ne sont pas d’accord avec nous.

Par conséquent, les Américains suivent leur propre cours de stratégie à long terme, tandis que l’Europe montre un échec complet. Du point de vue des États-Unis, tout est clair et net. Ils doivent maintenir l’Europe sous contrôle militaro-politique avec l’aide d’un instrument tel que l’OTAN, et sous contrôle économique afin que l’économie européenne ne soit pas compétitive et ne constitue pas une menace pour les États. Ils suivent cette voie et ne vont pas s’en écarter. Les élites européennes sont cosmopolites, elles sont déjà pro-américaines, donc cela leur convient.

L’économiste Dmitry Adamidov estime que la déclaration de Le Maire n’est pas un avertissement, mais un constat.

— Je ne pense pas que les Européens pourront changer la donne, car c’est ce qui était initialement prévu. Et pas quand la crise énergétique a commencé en Europe, mais même quand il y a eu un changement progressif des dirigeants politiques de l’UE. Malgré toute la démocratie, il s’agit d’un processus contrôlé, et le même président français Emmanuel Macron est un représentant des « atlantistes » qui ont poursuivi une politique d’orientation vers les États-Unis. Ils étaient censés écraser toute pousse d’indépendance et assurer la mise en œuvre de toutes les directives, qu’il s’agisse d’une transition énergétique, du transfert de la production aux États-Unis ou des sanctions contre la Russie.

L’Union européenne n’avait pas d’autre choix, et la déclaration de Le Maire elle-même signifie très probablement qu’il est déjà trop tard. En fait, le gros du travail a été fait – les entreprises européennes s’arrêtent, les affaires commencent à se déplacer vers l’Asie ou l’Amérique. Ce processus a été principalement mis en œuvre en raison de la disparité des prix de l’énergie. Le ministre des Finances en a parlé parce que c’est déjà un fait accompli. Les Français ont toujours leur opinion particulière, il ne leur est pas interdit d’en avoir, cela lui donne même son charme. C’est pourquoi ils l’ont annoncé. Mais si vous lisez entre les lignes, il est clair que le processus d’établissement de la domination américaine dans l’économie est terminé. L’industrie européenne n’a aucune chance sérieuse de reprise.

Ce n’est donc qu’un constat ?

– Oui, mais elle l’a fait de telle manière que cela ressemble à une tentative de faire quelque chose et de réagir. En France, le mouvement syndical est assez fort, c’est un élément de culture important. Et bien que les Européens devraient avoir suffisamment de gaz et d’autres ressources si l’hiver est froid, des surprises sont possibles. Et juste au cas où il y aurait des problèmes d’approvisionnement énergétique, les autorités se jettent une paille, ce qui se traduit par de tels commentaires.

Anna Sedova, Presse libre

Traduction : MIRASTNEWS

Source : NEWS FRONT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :