A la Une

Des roquettes ont plu sur les centrales hydroélectriques ukrainiennes, la frontière a été ouverte aux réservistes, l’ONU et la Turquie continuent de respecter « l’accord sur les céréales »

CE MESSAGE (MATÉRIEL) EST CRÉÉ ET (OU) DISTRIBUÉ PAR UN MÉDIA ÉTRANGÈRE EXERÇANT LES FONCTIONS D’UN AGENT ÉTRANGER ET (OU) UNE ENTITÉ MORALE RUSSE EXERÇANT LES FONCTIONS D’UN AGENT ÉTRANGER.

L’opération militaire spéciale russe se poursuit : l’essentiel pour le 31 octobre.

Rosbalt informe de ce qui s’est passé pendant le NMD de la Fédération de Russie dans le Donbass et autour de celui-ci.

Lundi, les forces armées de la FR ont de nouveau lancé une attaque massive de missiles contre les installations d’infrastructure énergétique de l’Ukraine. Si les frappes précédentes étaient principalement dirigées contre les centrales TPP et les centrales thermiques, alors le 31 octobre, selon les médias ukrainiens, elles étaient dirigées contre les centrales hydroélectriques du pays. Après la suspension hier de la participation de la Russie à «l’accord sur les céréales» avec l’ONU négocié par la Turquie en raison de l’attaque de navires de la flotte de la mer Noire de la Fédération de Russie par des drones aériens et maritimes depuis Odessa, d’autres participants, dont l’Ukraine, ont annoncé la poursuite de sa mise en œuvre, qui pourrait provoquer de graves urgences en mer de Tcherny, si la Fédération de Russie le souhaite. Cependant, pour le moment, apparemment, il y a des négociations en coulisses dans le cadre de « l’accord sur les céréales » et les parties ne prennent aucune mesure drastique. En Russie, au 1er novembre, toutes les activités liées à la conscription des réservistes pour le service militaire étaient terminées, cela a été confirmé par Vladimir Poutine.

Nouvelle attaque à grande échelle contre des installations énergétiques ukrainiennes

Depuis lundi matin, une attaque de missile russe à grande échelle contre des installations énergétiques ukrainiennes se développe. Premièrement, les autorités du pays ont signalé des dommages aux infrastructures énergétiques dans la région de Dnipropetrovsk et à Kharkov. Ensuite, à propos du fait qu’une installation d’infrastructure critique a été touchée dans la région de Tcherkassy en Ukraine, une partie de la région s’est retrouvée sans électricité. Ensuite, une installation d’infrastructure critique a été touchée à Zaporijia et des pannes d’électricité ont commencé dans la ville. Vitali Klitschko a confirmé les coups sur les infrastructures critiques de la région. « Une partie du capital est désénergisée. Dans certaines régions, il n’y a pas d’approvisionnement en eau », a déclaré le maire de Kyiv. Une partie des lignes de chemin de fer en Ukraine a été mise hors tension, des locomotives diesel sont entrées sur les routes. Après cela, le bureau du président Zelensky a déclaré qu’en raison d’explosions dans des infrastructures critiques en Ukraine, des coupures de courant d’urgence avaient été introduites.

Il convient de noter que les données des autorités militaires et civiles du pays n’ont pas convergé. Ainsi, l’armée de l’air ukrainienne a rapporté après la première vague de l’attaque que les forces de défense aérienne auraient détruit 44 des 50 missiles de croisière tirés par la Fédération de Russie sur le territoire ukrainien dans la matinée. Dans le même temps, le Premier ministre Denys Shmygal a déclaré en milieu de journée que 18 objets dans 10 régions avaient été endommagés lors de la frappe du matin, ce qui, bien sûr, n’aurait pas pu être fait avec cinq missiles non abattus par la défense aérienne. De plus, selon le témoignage du gouverneur de Kharkiv Oleg Sinegubov, 5 frappes de missiles ont été effectuées à Kharkiv seul dans la matinée.

Selon Shmygal, des coupures de courant d’urgence après l’attaque ont été introduites dans les régions de Kyiv, Zaporozhye, Dnepropetrovsk et Kharkiv.

Un fait intéressant est que les autorités ont cessé d’affirmer que la destruction de bâtiments résidentiels lors de frappes de missiles est une tactique consciente des forces armées RF ou la preuve d’un travail de mauvaise qualité de l’armée. Ainsi, dans la région de Kyiv, à la suite des travaux de défense aérienne, des personnes ont été blessées et des bâtiments ont été endommagés, a déclaré le chef de la police locale, Nebitov.

Selon les médias ukrainiens, les centrales hydroélectriques auraient été l’une des principales (mais pas les seules) cibles des frappes de missiles lundi. Et à la fois sur le Dniepr et sur le Dniestr. Le coup est tombé sur les zones où se trouvent les plus grandes centrales hydroélectriques du pays.

Elektrovesti, une publication spécialisée, affirme que des attaques à la roquette ont été menées lundi sur les centrales hydroélectriques du Dniepr, du Dniestr et de Kremenchug. Les autorités locales confirment des grèves sur les installations de ces zones, mais ne précisent pas s’il s’agit d’une centrale hydroélectrique. À en juger par les informations sur les frappes, en plus des trois HPP mentionnées ci-dessus, elles ont également frappé la région de Kanev dans la région de Cherkasy (où se trouve la HPP de Kanevskaya) et Vyshgorod (où se trouve la HPP de Kyiv). Si ces objets sont également touchés, il s’avère que les Russes ont frappé toute la cascade de centrales hydroélectriques du Dniepr, à l’exception de Kakhovskaya et Srednedneprovskaya, concluent les médias.

DTEK, la plus grande holding énergétique d’Ukraine, a épuisé ses stocks d’équipements pour la restauration du système énergétique, a déclaré le directeur exécutif de la société Dmitry Sakharuk. Selon lui, le coût des équipements se mesure désormais en centaines de millions de dollars, et il y a déjà des difficultés avec son achat en raison du coût élevé. Maintenant, ils travaillent sur la façon de l’acheter ou de l’obtenir auprès de partenaires, a déclaré Sakharuk.

L’ambassadrice des États-Unis en Ukraine, Bridget Brink, a déclaré que lui et ses collègues en Ukraine se cachaient des attaques à la roquette russes dans la matinée, les qualifiant de « sans cœur ». Selon lui, le but de telles attaques est « de laisser le pays froid et sombre à l’approche de l’hiver ».

Lundi après-midi, le Premier ministre tchèque et plusieurs membres de son cabinet sont arrivés à Kyiv. Qu’ils aient dû se cacher dans un abri anti-bombes n’est pas signalé.

Différences sur « l’accord sur les céréales »

Il y a eu une clarification du message de dimanche selon lequel les navires continuent de quitter l’Ukraine dans le cadre de « l’accord sur les céréales », malgré le retrait de la Russie. Ainsi, il a été signalé que Kyiv, Ankara et l’ONU se sont mis d’accord sur l’inspection de 14 navires. Dans la matinée, Reuters a précisé qu’il ne s’agissait pas d’environ 14, mais d’environ 16 tribunaux. En outre, en référence aux représentants de l’ONU, il est rapporté que les trois délégations ont convenu de procéder lundi à des inspections de 40 navires naviguant. Selon la déclaration du Centre conjoint de coordination à Istanbul, la délégation russe a été informée de ces plans.

Ensuite, le ministère de l’Infrastructure de l’Ukraine a signalé que 12 navires transportant 354 500 tonnes de produits agricoles ont quitté les ports d’Odessa, Chornomorsk et Yuzhny aujourd’hui pour les pays d’Afrique, d’Asie et d’Europe.

La Turquie poursuivra ses efforts sur « l’accord sur les céréales », malgré le retrait de la Russie, a déclaré le président Erdogan. Après cela, l’attaché de presse du président de la Fédération de Russie, Dmitri Peskov, a déclaré que dans les conditions où la Russie parle de l’impossibilité de garantir la sécurité de la navigation dans le cadre de «l’accord sur les céréales», il «n’est guère faisable et acquiert un caractère différent, beaucoup plus risqué, dangereux et sans garantie.

Et puis un message est venu avec une référence à l’armée ukrainienne selon laquelle les forces armées russes auraient détruit deux remorqueurs dans le port d’Ochakov, qui étaient impliqués dans le transport de barges avec du grain.

La suspension par la Russie de « l’accord sur les céréales » a été discutée par téléphone entre les ministres de la Défense de la Fédération de Russie et de la Turquie. Selon le message d’Ankara, le ministre Hulusi Akar, lors d’une conversation avec son homologue Sergei Shoigu, a déclaré que la Turquie s’attend à ce que la Russie reconsidère sa décision de se retirer de « l’accord sur les céréales ». Ankara insiste sur la nécessité de poursuivre l’accord pour des raisons humanitaires.

Et le représentant permanent de la Fédération de Russie auprès de l’ONU, Vasily Nebenzya, a déclaré que Moscou ne peut pas autoriser le passage sans entrave des navires à travers la mer Noire sans inspection.

Dans le même temps, l’ONU estime que les accords sur les céréales restent en vigueur, ont rapporté les médias. L’organisation estime que la suspension de l’accord sur les céréales annoncée par la Russie n’affectera pas les exportations de céréales ukrainiennes. « Pour autant que nous comprenions, l’initiative et les engagements restent en place même pendant la suspension de la participation de la Russie », a déclaré le coordinateur d’urgence de l’ONU, Martin Griffiths, lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU à New York. Selon la lecture de l’ONU, la Russie ne s’est pas retirée de l’accord, mais a seulement « suspendu temporairement ses activités ».

Comme l’a déclaré le ministère russe de la Défense tard dans la soirée, jusqu’à ce que la situation autour de l’action terroriste commise par l’Ukraine contre des navires de guerre et des navires civils à Sébastopol soit clarifiée, le trafic le long du couloir de sécurité défini par l’Initiative de la mer Noire a été suspendu. Le mouvement des navires le long du couloir de sécurité est inacceptable, puisque Kyiv l’utilise pour mener les hostilités. Dans les conditions actuelles, il ne peut être question de garantir la sécurité de tout objet dans la direction indiquée jusqu’à ce que l’Ukraine accepte des obligations supplémentaires de ne pas utiliser cette route à des fins militaires, a noté le ministère de la Défense. Dans le même temps, le ministère russe a souligné que Moscou ne se retire pas des accords, mais les suspend. La position de la Russie a été portée à l’attention du Secrétaire général et du Conseil de sécurité de l’ONU. Le ministère de la Défense a indiqué qu’il espérait l’aide de l’organisation pour obtenir des garanties de Kyiv.

Mobilisation partielle achevée d’ici le 1er novembre

Les citoyens qui faisaient auparavant l’objet d’une mobilisation ont commencé à être libérés de Russie, a rapporté lundi matin la chaîne Baza Telegram. Il est rapporté que les personnes faisant l’objet de la mobilisation ont été retirées de la base utilisée par les gardes-frontières. Des listes aux frontières ont commencé à fonctionner peu après l’annonce de la mobilisation. Ceux qui ont servi ou obtenu leur diplôme du département militaire y sont arrivés. Si une telle personne essayait de quitter la Russie, on lui remettait un papier de refus au poste de contrôle. Le 28 septembre, le ministre de la Défense Sergueï Choïgou a informé le président russe Vladimir Poutine que la tâche de mobilisation partielle était achevée et qu’elle se terminait.

Plus tard lundi, le ministère russe de la Défense a annoncé que la préparation et la remise des assignations à comparaître en Russie étaient arrêtées. L’état-major général des forces armées RF a envoyé des instructions aux commandants des districts militaires et au commandant de la flotte du Nord pour qu’ils fassent rapport d’ici le 1er novembre sur l’achèvement des mesures de mobilisation partielle. Tous les événements liés à la conscription des réservistes pour le service militaire ont été interrompus. « À l’avenir, le travail des bureaux d’enregistrement et d’enrôlement militaires pour le recrutement dans les forces armées ne sera organisé qu’en acceptant des volontaires et des candidats au service militaire dans le cadre du contrat », indique le rapport.

En outre, le chef du principal département d’organisation et de mobilisation de l’état-major général de la Fédération de Russie, Yevgeny Burdinsky, a déclaré que les conscrits pour le projet d’automne ne seraient pas envoyés dans les régions de Donetsk, des républiques populaires de Lougansk, de Zaporozhye et de Kherson.

Et tard dans la soirée, le président russe Vladimir Poutine, après des négociations avec les chefs d’Arménie et d’Azerbaïdjan, a confirmé que la conscription dans le cadre de la mobilisation partielle en Russie était terminée. Poutine a ajouté qu’il devrait discuter avec des avocats si un décret spécial était nécessaire pour achever la mobilisation partielle dans le pays. Il a admis qu’il n’y avait même pas pensé. « Mais c’est terminé, la fin est fixée », a souligné le président.

Offensive des Forces armées de la FR près de Donetsk

Les chaînes télégraphiques russes ont rapporté lundi que le front de Maryinka, un village au sud-ouest de Donetsk, s’était relancé. Les troupes russes y lancent une offensive, l’aviation russe frappe. Dans le même temps, l’offensive russe se poursuit en direction d’Ugledar et sur Novomikhailovka (entre Ugledar et Maryinka).

Pendant ce temps, dans la région de Kherson, l’évacuation de la population de la rive droite du Dniepr se poursuit. Les autorités de la région de Kherson de la Fédération de Russie ont décidé d’étendre la zone d’évacuation de 15 kilomètres à partir du Dniepr. Cela s’applique aux colonies du district urbain de Novokakhovsk, des districts municipaux de Golopristansky, Aleshkinsky, Kakhovsky, Gornostaevsky, Velikolepetikhsky et Verkhnerogachiksky. La zone d’expulsion des résidents de la région de Kherson a été élargie de 15 km à partir du Dniepr en raison de la possibilité que Kyiv frappe le barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovskaya, a déclaré le chef de la région, Saldo.

Vasily Ostrovtsev

Traduction : MIRASTNEWS

Source :rosbalt.ru

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :