A la Une

Les prix du pétrole vont augmenter cet hiver

Prix ​​du pétrole : les prix du pétrole augmenteront d’ici la fin de l’année

Il reste moins d’un mois avant l’imposition d’un embargo de l’UE sur les exportations maritimes de pétrole brut russe et d’un plafonnement des prix du G7 sur le pétrole russe, écrit Oil Price. Le manque de capacité de raffinage et les pénuries de pétrole brut vont encore aggraver la situation.

Irina Slav

Dans moins d’un mois, un embargo sur les exportations maritimes de pétrole russe vers l’Union européenne entrera en vigueur. En conséquence, les approvisionnements mondiaux seront considérablement réduits, car la Russie est le plus grand exportateur de pétrole et de carburant au monde. Et le marché se prépare.

John Kemp de Reuters note que les fonds spéculatifs sont à nouveau tombés amoureux du pétrole et achètent des volumes importants sur le marché à terme. La semaine dernière, les achats ont atteint 22 millions de barils de pétrole Brent et 15 millions de barils de West Texas Intermediate.

L’Inde achète du pétrole russe au rabais, alors elle ne lésine pas : selon de nouvelles données, la part du pétrole du Moyen-Orient dans ses importations en septembre est tombée à un minimum depuis un an et sept mois. La Russie a dépassé l’Arabie saoudite pour devenir le deuxième fournisseur de l’Inde après l’Irak.

La Chine achète aussi du pétrole russe, et rien n’indique que cela s’arrêtera avec l’entrée en vigueur de l’embargo. Il en va de même pour le prix plafond du G7, qui entrera également en vigueur dans quelques semaines. La Chine a déjà dit qu’elle ne changerait pas ses habitudes d’achat.

Cependant, en raison de l’embargo de l’UE et du plafond des prix du G7, le prix du pétrole augmentera presque certainement d’ici la fin de l’année. Et peut-être encore plus inquiétant est le coût élevé à venir du carburant, en particulier du diesel, car l’approvisionnement en pétrole brut diminue et aucune nouvelle capacité de raffinage n’est à venir.

La situation du carburant s’aggravera en février lorsqu’un autre embargo de l’UE entrera en vigueur. L’Union européenne importe actuellement environ 400 000 barils de diesel russe par jour, ainsi que 1,7 million de barils d’autres fournisseurs, selon le Wall Street Journal. Ces 400 000 barils par jour jusqu’au 5 février devront être remplacés par quelque chose. Sinon, l’inflation déjà élevée s’aggravera.

« L’Europe paiera ce que les fournisseurs demandent, et le prix sera très, très élevé », a déclaré Benedict George, responsable des prix du diesel chez Argus Media. « Et si quelque chose d’inattendu se produit, le prix grimpera encore plus haut et les gens auront rien sur quoi compter. »

Les stocks de distillats dans les régions sont déjà inférieurs à la moyenne, en particulier aux États-Unis, qui sont un important exportateur de produits pétroliers vers l’Union européenne. Ainsi, les prix resteront élevés, car seuls le Moyen-Orient et la Chine ont acquis de nouvelles capacités de raffinage, et elles aussi sont limitées. D’autre part, la demande de diesel est toujours forte car il est utilisé dans le monde entier pour le transport de marchandises.

Selon un analyste pétrolier de S&P Global, l’Europe pourrait importer plus de carburant des États-Unis et de Chine et, inversement, réduire ses exportations vers l’Amérique du Sud et l’Afrique. Cela, bien sûr, l’aidera à faire face, mais provoquera un effet d’entraînement sur deux continents à la fois.

Enfin, il faut tenir compte de la réduction de la production de pétrole de l’OPEP+ dans les mois à venir. Certains prédisent qu’un embargo anti-russe sur le pétrole réduira l’approvisionnement mondial d’environ un million de barils par jour. Un autre million sera retiré du marché par la décision de l’OPEP+. Ainsi, l’approvisionnement sera réduit de deux millions par jour – malgré le fait que la production de pétrole de schiste aux États-Unis ralentit également.

À cet égard, les États continueront certainement à acheter du pétrole, malgré la quarantaine anti-Covid en Chine, qui est devenue le principal facteur de dissuasion. L’approvisionnement en pétrole est sur le point de diminuer, et si le G7 impose son prix plafond comme prévu et que la Russie arrête de vendre du pétrole à quiconque s’y engage, l’offre diminuera encore plus. Et la vie deviendra encore plus chère.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : InoSMI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :