A la Une

125 tués ou blessés en cinq jours de frappes turques contre la Syrie (Monitoring Group)

Un drone de combat Bayraktar Akıncı. Source : ministère turc de la Défense nationale.

125 personnes ont été tuées ou blessées au cours des cinq premiers jours de l’opération turque Claw-Sword contre les forces kurdes, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) le 25 novembre.

La Turquie a lancé l’opération contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie et le nord de l’Irak en réponse à l’attentat d’Istanbul du 13 novembre. Ankara a imputé l’attaque terroriste meurtrière au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et à son affilié syrien, les Unités de protection du peuple kurde (YPG), qui est la faction centrale des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Le SOHR a déclaré que depuis le début de l’opération Claw-Sword, les zones contrôlées par les FDS dans le nord de la Syrie ont été ciblées par 50 frappes aériennes turques, 26 frappes de drones et « des centaines » d’obus d’artillerie et de roquettes.

Selon le groupe de surveillance basé à Londres, les frappes ont coûté la vie à 33 membres des FDS et à des groupes armés kurdes affiliés, 25 membres de l’armée arabe syrienne, qui est déployée dans plusieurs régions du nord de la Syrie pour surveiller un cessez-le-feu négocié par Russie en 2019, et un civil, journaliste de l’agence de presse Hawar, liée aux FDS.

Huit autres civils, dont trois ressortissants turcs, ont également été tués dans des tirs indirects qui ont visé la ville d’Azaz, occupée par la Turquie, dans le nord de la Syrie, et une ville frontalière turque près du point de passage de Bab al-Salam. Les attaques ont été imputées aux forces kurdes.

Au moins 58 autres personnes, pour la plupart des civils, ont été blessées au cours de la même période à la suite de frappes turques et d’attaques des forces kurdes.

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a déclaré le 25 novembre que 326 insurgés kurdes avaient été neutralisés en Syrie et en Irak depuis le début de l’opération Claw-Sword, promettant que l’opération se poursuivrait « dans les airs et sur terre ».

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti que son armée lancerait une opération terrestre contre les FDS dans le nord de la Syrie « quand cela lui conviendra ». Néanmoins, les frappes turques sur la région ont ralenti les 24 et 25 novembre après les condamnations de la Russie et des États-Unis.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

Erdogan promet d’établir une « zone de sécurité » en Syrie

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (photo d’archives)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a promis d’établir une « zone de sécurité » en Syrie avec l’intention déclarée de protéger la frontière sud du pays, après qu’Ankara ait lancé un barrage de frappes aériennes contre des militants dirigés par les Kurdes dans le nord du pays arabe.

Erdogan a fait cette remarque lors d’un discours télévisé à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes vendredi, alors qu’Ankara cherche depuis longtemps à construire une « zone de sécurité » d’une profondeur de 30 kilomètres dans le nord de la Syrie et a menacé à plusieurs reprises de commencer une nouvelle offensive militaire dans la région pour atteindre son objectif.

« Avec la zone de sécurité que nous établissons de l’autre côté de notre frontière, nous protégeons également les droits de millions de femmes et d’enfants », a déclaré Erdogan, ajoutant : « Si Dieu le veut, nous compléterons cette zone le long de la frontière depuis l’ouest vers l’est dès que possible.

Le président turc s’est engagé mardi à lancer « bientôt » la quatrième opération terrestre illégale du pays en Syrie, lançant la menace la plus directe du genre depuis mai, lorsqu’il a commencé à mettre en garde contre une telle invasion.

« Nous avons été au-dessus des terroristes pendant quelques jours avec nos avions, nos canons et nos drones », a déclaré Erdogan, faisant référence aux frappes consécutives de l’armée turque contre des militants kurdes dans le nord de la Syrie au cours des derniers jours.

Erdogan s’engage à lancer la 4e opération illégale en Syrie
Le président turc promet que son pays lancera « bientôt » sa quatrième opération terrestre illégale en Syrie.

La semaine dernière, l’armée turque a mené une série de frappes aériennes dans les provinces syriennes d’Alep et de Hasakah, ciblant plusieurs villes et villages de ces provinces.

Le ministère turc de la Défense a déclaré avoir mené des frappes aériennes sur les bases militantes kurdes interdites dans le nord de la Syrie, qui, selon lui, ont été utilisées pour mener des attaques contre la Turquie. Il a ajouté que les frappes visaient des bases du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et des militants kurdes syriens des YPG, que la Turquie considère comme une aile du PKK.

La Turquie avait déjà déclaré qu’elle prévoyait de poursuivre des cibles dans le nord de la Syrie après avoir achevé une opération transfrontalière contre les militants du PKK en Irak, à la suite d’un attentat meurtrier à la bombe à Istanbul le 13 novembre.

Les frappes aériennes turques ont frappé plusieurs villes, villages du nord de la Syrie, de l’Irak ; victimes signalées
La Turquie frappe plusieurs villes du nord de la Syrie, tuant un certain nombre de soldats syriens et de militants kurdes.

La Turquie blâme les militants kurdes pour l’explosion sur l’avenue Istiklal d’Istanbul, qui a tué six personnes et en a blessé plus de 80. Aucun groupe n’a revendiqué la responsabilité de l’explosion et le PKK et les YPG ont nié leur implication.

La Turquie a déployé des forces en Syrie en violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du pays arabe.

Des militants soutenus par Ankara ont été déployés dans le nord-est de la Syrie en octobre 2019 après que les forces militaires turques ont lancé une invasion transfrontalière menacée de longue date dans une tentative déclarée d’éloigner les combattants des YPG des zones frontalières.

Ankara considère les YPG, qui contrôlent des pans entiers de la région frontalière nord de la Syrie, comme une organisation terroriste liée au Parti des travailleurs du Kurdistan, qui cherche à créer une région kurde autonome en Turquie depuis 1984.

Le président syrien Bachar al-Assad et d’autres hauts responsables ont déclaré que Damas répondrait par tous les moyens légitimes à la disposition de l’offensive terrestre en cours de la Turquie.

Le site Web de Press TV est également accessible aux adresses alternatives suivantes :

www.presstv.ir

www.presstv.co.uk

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Press TV

Dans la vidéo 18+ : les forces russes ont détruit la forteresse ukrainienne

https://s4.cdnstatic.space/wp-content/uploads/2022/11/stronghold.mp4?_=1

Des sources militaires russes ont partagé une autre vidéo des lignes de front, montrant un bastion détruit des Forces armées ukrainiennes (FAU). L’emplacement de la forteresse n’a pas été révélé, mais à en juger par les images, la vidéo a probablement été réalisée sur les lignes de front du Donbass.

Les parties belligérantes ne divulguent pas officiellement leurs pertes lors des conflits militaires. Cependant, malgré les tentatives du régime de Kiev de cacher le prix réel de sa résistance à l’armée russe, une autre vidéo des lignes de front a confirmé que l’armée ukrainienne subit de lourdes pertes.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :