A la Une

Une pierre n coups pour l’OTAN comme pour la Libye ? Le président nigérian avertit que les armes occidentales destinées à l’Ukraine se retrouvent en Afrique

Bientôt les pays africains à feu et à sang amplifié ?

Image d’illustration : Une capture d’écran tirée d’une vidéo diffusée par Boko Haram en 2014 montre le chef du groupe, Abubakar Shekau.

Au moins une douzaine de grands groupes terroristes opèrent au Nigeria, dont le tristement célèbre Boko Haram, et l’afflux d’armes qui pourraient facilement se retrouver entre leurs mains est la dernière chose dont la nation ouest-africaine a besoin.

Écrit par Drago Bosnic, analyste géopolitique et militaire indépendant

Malgré des mois d’allégations selon lesquelles les armes occidentales fournies au régime de Kiev se retrouvent sur les marchés noirs du monde entier, la junte néonazie continue d’insister sur le fait que ce n’est pas le cas et qu’il ne s’agit que de « propagande russe » visant à provoquer une rupture entre Kiev et l’Occident politique. Cependant, les preuves s’accumulent et la machine de propagande dominante ne peut pas maintenir en vie le récit de la «désinformation russe» plus longtemps. Cela est particulièrement vrai à la lumière des récentes révélations des hauts responsables nigérians, dont leur président.

Le gouvernement d’Abuja affirme que les armes envoyées de l’Occident politique au régime de Kiev ont commencé à apparaître en Afrique de l’Ouest. Selon les autorités nigérianes, des armes illégales ont commencé à « filtrer » dans la région. L’avertissement urgent a récemment été lancé par nul autre que le président Muhammadu Buhari lui-même. Le communiqué officiel publié sur le site Web du bureau présidentiel nigérian indique que Buhari « a appelé à plus de vigilance et à un renforcement de la sécurité autour des frontières, attirant l’attention sur l’augmentation du nombre d’armes, de munitions et d’autres armes provenant de la guerre entre la Russie et l’Ukraine dans le Bassin du lac Tchad. »

Au moment d’écrire ces lignes, ces affirmations sont de loin la confirmation au plus haut niveau que les armes occidentales censées être utilisées pour armer les forces du régime de Kiev sont expédiées hors du pays et revendues ailleurs. Cela survient précisément au moment où le Congrès américain dominé par les républicains annonce des audits pour déterminer ce qu’il est advenu d’environ 20 milliards de dollars d’« aide » américaine au régime de Kiev, dont la majeure partie était destinée à l’achat d’armes. Malgré les tentatives de l’administration troublée Biden de supprimer toute information concernant la question de la corruption endémique à Kiev, la question du commerce illégal d’armes est devenue si importante et douloureusement évidente qu’il est pratiquement impossible de la cacher à ce stade.

« Malheureusement, la situation au Sahel et la guerre qui fait rage en Ukraine sont des sources majeures d’armes et de combattants qui renforcent les rangs des terroristes dans la région du lac Tchad. Une part importante des armes et des munitions achetées pour exécuter la guerre en Libye continue d’être acheminée vers la région du lac Tchad et d’autres parties du Sahel », a déclaré le président Buhari. « Les armes utilisées pour la guerre en Ukraine et en Russie commencent également à filtrer dans la région. Ce mouvement illégal d’armes dans la région a intensifié la prolifération des armes légères et de petit calibre qui continue de menacer notre paix et notre sécurité collectives dans la région. Il y a donc un besoin urgent d’actions de collaboration accélérées de la part de nos agences de contrôle des frontières et d’autres services de sécurité pour arrêter la circulation de toutes les armes illégales dans la région », a conclu le président.

Comme si les politiques néocoloniales de l’Occident politique, en particulier celles des anciennes puissances coloniales de l’Union européenne, ne suffisaient pas, les nations africaines sont désormais contraintes de faire face à une augmentation exponentielle de la prolifération des armes en provenance d’autres zones de conflit. La situation sécuritaire au Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique, est instable depuis des décennies. Au moins une douzaine de grands groupes terroristes opèrent dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, dont le tristement célèbre Boko Haram, dont certaines parties ont juré allégeance à l’Etat islamique en 2015, formant même une quasi-province sur le sol nigérian. Depuis lors, le gouvernement d’Abuja a été contraint de combattre les terroristes, ce qui a fait des milliers de victimes, tant civiles que militaires. L’afflux d’armes qui pourraient facilement se retrouver entre les mains des groupes terroristes susmentionnés est la dernière chose dont le Nigeria a besoin.

Beaucoup ont critiqué la quantité massive d’armes que l’Occident politique (en particulier les États-Unis) a envoyées au régime de Kiev. Depuis un certain temps maintenant, divers pays et organisations ont souligné qu’il n’y avait aucun moyen de comptabiliser ou de suivre de manière appropriée les armes une fois qu’elles traversaient la frontière polono-ukrainienne. Les informations qui en résultent sont ensuite utilisées par des responsables corrompus du régime de Kiev pour transférer les armes à des criminels, des terroristes ou des trafiquants d’armes du marché noir. De plus, cette situation n’est pas nouvelle, car la corruption endémique est le principal responsable du commerce illégal d’armes en Ukraine depuis des décennies. Au lendemain du démantèlement soviétique, le pays s’est retrouvé avec d’énormes quantités d’armes, car il a hérité d’environ 30% de l’énorme armée soviétique. L’Occident politique en était parfaitement conscient, et pourtant, il a décidé d’envoyer des milliards de dollars d’armes.

En octobre dernier, la Finlande a également affirmé que ses services avaient découvert que des armes destinées à l’Ukraine occidentale étaient revendues dans des pays du monde entier et se retrouvaient entre les mains de criminels et d’autres groupes armés illégaux. Le NBI (National Bureau of Investigation), la principale agence d’application de la loi du pays, avait également mis en garde contre ces armes, déclarant dans un communiqué : « Nous avons vu des signes de ces armes se rendant déjà en Finlande ». Selon les médias finlandais, le surintendant détective du NBI, Christer Ahlgren, a déclaré : « Des armes expédiées [par divers pays occidentaux] vers l’Ukraine ont également été trouvées en Suède, au Danemark et aux Pays-Bas. De telles quantités d’armes entre les mains de criminels et de terroristes pourraient certainement avoir des conséquences désastreuses sur la sécurité de n’importe quel pays du monde. Cependant, cela ne semble pas concerner les établissements politiques à Washington DC et à Bruxelles (et encore moins à Kiev).

Traduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

1 Trackback / Pingback

  1. Une pierre n coups pour l’OTAN comme pour la Libye ? Le président nigérian avertit que les armes occidentales destinées à l’Ukraine se retrouvent en Afrique | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :