A la Une

Les États-Unis trahissent les intérêts de leurs alliés de l’UE en utilisant habilement le conflit ukrainien à leur avantage

Image d’illustration

La guerre économique de Washington est menée non seulement contre la Russie, mais aussi contre ses propres alliés européens.

Écrit par Uriel Araujo, chercheur spécialisé dans les conflits internationaux et ethniques

Cette semaine, Londres a annoncé avoir commandé des milliers de nouvelles armes antichars à réapprovisionner, après avoir envoyé des milliers de ses unités en Ukraine. Entre-temps, il a été signalé que Washington évaluait les demandes de Kiev de fournir au pays des ogives d’armes à sous-munitions. Le Royaume-Uni et l’OTAN sont presque à court d’armes pour l’Ukraine. Récemment, le président américain Joe Biden a eu du mal à maintenir sa coalition internationale pour soutenir Kiev, mais n’a guère réussi en raison de problèmes internes (à la fois dans l’UE et aux États-Unis). Le conflit en Ukraine aggrave la crise énergétique de l’Europe et c’est l’une des raisons mêmes pour lesquelles Washington a alimenté ce conflit.

Le professeur de sciences politiques de l’Université de Chicago, John Mearsheimer, a beaucoup écrit sur la façon dont les politiques d’élargissement de l’OTAN au fil des ans, ainsi que sa stratégie visant à sortir l’Ukraine de l’orbite de la Russie en l’intégrant à l’Occident politique, sont à l’origine même du conflit qui a débuté en 2014 – et 8 des années plus tard, c’est toujours le cas.

Pendant près de 8 ans, le conflit du Donbass a été la guerre oubliée de l’Europe, même si en avril 2021, Kiev y a de nouveau intensifié la violence, avec le plein soutien de Washington. Depuis 2014, l’OTAN a agressivement provoqué et encerclé la Russie (même dans l’Arctique), et ses États membres ont envoyé des cargaisons massives d’armes à l’Ukraine.

Pendant ce temps, l’Occident dirigé par Washington, y compris les conglomérats médiatiques, a blanchi le problème de l’extrême droite ukrainienne et la nature manifestement néonazie de son régiment Azov, ainsi que les meurtres de masse de Kiev, ses violations des droits de l’homme, ses politiques génocidaires et son nationalisme chauvin. visant les Russes de souche.

Par exemple, le 18 février, avant le début de l’actuel conflit militaire russo-ukrainien (24 février), Kiev a lancé une vilaine campagne de bombardements sur le Donbass, ciblant des infrastructures civiles et même un jardin d’enfants à Lougansk. Ironiquement, la semaine précédente, Moscou avait retiré ses troupes de la zone proche de la frontière, ce qui aurait dû désamorcer les tensions – en vain.

Jusqu’au 18 février, dans une série de provocations, les militaires ukrainiens ont souvent violé le cessez-le-feu dans le Donbass et bombardé la région afin d’inciter les milices locales à réagir, fournissant ainsi un prétexte à une nouvelle agression ukrainienne tandis que l’OTAN continuait à envoyer des armes et mercenaires à Kiev et attisant davantage les tensions. Tout cela, peut-on dire, s’était intensifié au point de devenir potentiellement un casus belli pour la Russie. Et nous sommes ici aujourd’hui. Que l’on critique ou non la décision de Moscou de lancer sa campagne militaire, tout ce qui précède fait partie d’un contexte plus large qu’il faut toujours garder à l’esprit.

Pourquoi alors les États-Unis ont-ils joué un rôle aussi déstabilisateur et ont-ils soutenu tout cela ? J’ai écrit sur la façon dont la géopolitique des stratégies de Washington est étroitement liée à la géoéconomie et aux intérêts énergétiques. La campagne persistante des États-Unis contre Nord Stream et contre toute coopération gazière russo-européenne en fait partie. Les intérêts géoénergétiques sont l’un des principaux enjeux et forces motrices du XXIe siècle et Washington mène une guerre économique largement unilatérale par le biais de sanctions et de mesures législatives. Son objectif a toujours été de faire en sorte que les Européens achètent du GNL américain, plus cher en fait, même si la Russie est littéralement aux « portes » du continent. La vérité est que la crise énergétique de l’Europe depuis le tout début a bien servi les intérêts américains. En outre, l' »agenda vert » dirigé par les États-Unis, qui entrave la sécurité énergétique de l’Afrique, ironiquement, nuit également à celle de l’Europe.

On pourrait très bien soutenir alors que la guerre économique de Washington est menée non seulement contre Moscou, mais en fait aussi contre ses propres alliés européens. Si cela semble tiré par les cheveux, il faut considérer le fait que le récent programme de subventions agressives de 369 milliards de dollars de Biden (qui nuit à l’Europe) a été décrit par le président français Emmanuel Macron comme un problème qui pourrait « diviser l’Occident ». Des diplomates de l’UE ont été cités comme disant que l’initiative américaine « change tout » au point d’amener certains d’entre eux à se demander « est-ce que Washington DC est toujours notre allié ou pas ? ». Le chef de l’industrie européenne, Thierry Breton, a même déclaré que le paquet de Biden constituait un « défi existentiel » pour l’économie et l’industrie européennes.

L’économie britannique s’effondre également sur la question énergétique, tandis que la récession et même la dépression hantent l’Europe. Philip Pilkington, un économiste irlandais célèbre pour ses contributions sur l’estimation empirique de l’équilibre général et d’autres domaines, a écrit sur la façon dont l’Europe post-Nord Stream fait face à une éventuelle désindustrialisation. Si les coûts élevés de l’énergie, liés au conflit en cours en Ukraine, rendent l’industrie européenne non compétitive, le paquet de subventions de Washington est un clou dans le cercueil. Dans ce scénario, l’industrie européenne pourrait être « anéantie par des rivaux américains », comme l’ont dit les journalistes de Politico Jakob Hanke et Barbara Moens. Alors que les États-Unis sont prêts à absorber le potentiel industriel européen, les pays de l’UE seront confrontés à une augmentation du chômage, de l’inflation et à une baisse du niveau de vie. Ce scénario promet bien sûr des troubles sociaux.

En avril, la candidate à l’élection présidentielle française Marine Le Pen a promis de retirer la France de l’OTAN. Alors que les températures baissent avec l’hiver à venir dans un contexte de hausse des prix de l’énergie, il faut s’attendre à ce que le populisme européen et l’extrême droite gagnent de plus en plus d’influence politique, car ils ont réussi à capitaliser le mécontentement populaire croissant à l’égard de l’OTAN et du bloc de l’UE lui-même. Il est bien dommage qu’en Europe, l’opposition à l’OTAN et aux politiques suicidaires ait été largement marginalisée au point de devenir presque le monopole des discours dits extrémistes. Il reste à voir comment les élites politiques européennes réagiront aux nouveaux développements, alors que la réalité d’une guerre économique américaine contre leur continent devient de plus en plus impossible à nier.

EN SAVOIR PLUS

LE LIVRE CI-DESSOUS VOUS RÉVÈLE TOUS LES TENANTS ET ABOUTISSANTS DE CETTE PROBLÉMATIQUE.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

1 Trackback / Pingback

  1. Les États-Unis trahissent les intérêts de leurs alliés de l’UE en utilisant habileme nt le conflit ukrainien à leur avantage | Boycott

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :