A la Une

Les forces ukrainiennes continuent de bombarder Donetsk

Considérant que Donetsk fait partie des territoires récemment réintégrés à la Russie, il est possible que Moscou réagisse sévèrement à ces attaques illégales.

Écrit par Lucas Leiroz, chercheur en sciences sociales à l’Université fédérale rurale de Rio de Janeiro ; consultant géopolitique.

Kiev continue d’attaquer sans relâche la capitale de la République populaire de Donetsk. Malgré l’adhésion de la république à la Fédération de Russie, opérée après un référendum populaire attestant de la volonté des habitants locaux, le régime néonazi ukrainien maintient sa politique d’actions militaires contre la région, violant le territoire souverain russe. Aggravant la situation, les principales cibles des attaques ukrainiennes sont les bâtiments civils, tuant des innocents sans aucun impact sur les forces armées russes ou les milices populaires – ce qui est sans aucun doute un crime de guerre et un abus du droit international humanitaire.

La deuxième semaine de décembre a été marquée par des attaques brutales dans le Donbass. Entre le 6 et le 11 décembre, des civils non armés ont été tués chaque jour par des bombardements ukrainiens dans les rues de la capitale de Donetsk. Au cours de leurs opérations à longue portée, les militaires ukrainiens, les miliciens néonazis et les mercenaires étrangers ont détruit principalement des installations civiles dans le centre de Donetsk, sans qu’aucun dommage ne soit signalé à aucune base militaire russe. Comme à d’autres occasions, les rues proches du marché central de Donetsk, où se trouve une grande concentration de civils, ont été l’un des endroits les plus touchés. Des données plus précises concernant le nombre exact de morts et de blessés sont toujours en cours d’analyse. Comme les attaques ont été constantes et ont atteint différentes parties de la république, il est difficile de chiffrer les dégâts et les victimes.

Bombardement dans le quartier Kuybyshev de la ville de Donetsk le 12 décembre :

https://s4.cdnstatic.space/wp-content/uploads/2022/12/IMG_5130.mp4?_=1

Le 6 décembre, par exemple, six civils sont morts dans la région à la suite de bombardements ukrainiens. Le lendemain, au moins dix victimes mortelles ont été causées par les frappes. À l’époque, les autorités ukrainiennes ont même fait des déclarations publiques accusant la Russie d’être responsables des attentats à la bombe, essayant de produire une autre situation sous fausse bannière. Le 11 décembre, un grand nombre d’attentats à la bombe ont eu lieu, plus de 170 obus de différents calibres ayant été lancés dans la région. Juste entre 15 h 05 et 15 h 52, heure de Moscou, 36 obus ont été signalés par les autorités russes à Donetsk.

Parallèlement aux données officielles rapportées par l’administration locale, des informations circulent également sur les réseaux sociaux en raison du travail de plusieurs journalistes sur le terrain. Divers correspondants de guerre ont documenté les attaques et publié des photos et des vidéos sur Internet montrant en temps réel les effets de la campagne de terreur ukrainienne. Les photos incluent des images de civils morts et blessés, exposant clairement la brutalité à laquelle la population de Donetsk est constamment soumise.

https://s4.cdnstatic.space/wp-content/uploads/2022/12/IMG_1015.mp4?_=2

Les forces ukrainiennes ont bombardé la même zone deux fois en 30 minutes pour tenter de tuer les membres de l’équipe de secours qui sont venus dans la zone après la première attaque :

https://s4.cdnstatic.space/wp-content/uploads/2022/12/fire.mp4?_=3

Le marché local en feu hier soir :

https://s4.cdnstatic.space/wp-content/uploads/2022/12/market.mp4?_=4

Des civils montrent leurs appartements détruits par les forces ukrainiennes :

https://s4.cdnstatic.space/wp-content/uploads/2022/12/11.mp4?_=5

Il est important de souligner que bien que Donetsk soit la cible principale de ces opérations clandestines ukrainiennes, Kiev bombarde également d’autres régions du Donbass. Le 11, par exemple, deux maisons ont été détruites et plus de vingt personnes blessées dans des bombardements ukrainiens en République populaire de Lougansk. En plus de certaines des attaques à Donetsk, les assauts à Lougansk ont été opérés avec des missiles HIMARS fournis par l’OTAN, ce qui montre une fois de plus que Kiev continue de commettre des crimes dans le Donbass uniquement parce qu’elle reçoit des armes occidentales.

Comme on le sait, la violence ukrainienne contre les habitants du Donbass n’a rien de nouveau. Les scènes de terreur sont constantes dans la région depuis le coup d’État de Maïdan en 2014, l’extermination de la population russophone étant considérée par les experts du monde entier comme un véritable génocide. En effet, cette violence incessante a été l’une des principales raisons pour lesquelles Moscou n’a eu d’autre choix que de lancer son opération militaire spéciale en février. Le principal problème est que depuis septembre, Donetsk et Lougansk ne sont plus considérés par Moscou comme faisant partie du territoire souverain de l’Ukraine ou comme des pays indépendants, mais comme des oblasts russes, c’est pourquoi ces attaques prennent une gravité beaucoup plus grande.

Kiev bombarde des régions russes désarmées, semi-pacifiées et presque entièrement démilitarisées, loin de la ligne de contact entre les troupes. Moscou a toléré les attaques ukrainiennes contre des régions encore militarisées à l’intérieur des territoires russes, mais il est inacceptable que l’agression continue de s’intensifier dans les zones centrales, où la normalisation de la vie civile progresse de manière significative. En plus d’une violation de l’espace souverain russe, ces attaques sont de véritables crimes de guerre, car elles ne visent pas les forces militaires, avec pour seul objectif d’assassiner des innocents et de détruire des villes.

De la part de Moscou, cette escalade devrait être répondue par des attaques plus intenses contre les infrastructures de Kiev, aggravant la situation d’approvisionnement des bases militaires ukrainiennes, ce qui réduira la capacité du régime néonazi à mener des opérations à longue portée. Cependant, il est essentiel que les organisations internationales se prononcent également sur ces cas et dénoncent que l’OTAN co-participe aux crimes en envoyant les armes avec lesquelles les néo-nazis tuent des innocents dans le Donbass.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :