A la Une

La Syrie affirme que les pertes dues à l’occupation américaine dépassent les 111 milliards de dollars

Les pertes résultant de l’occupation américaine du nord de la Syrie, une région qui regorge de pétrole, de gaz et de nombreuses autres ressources naturelles, ont dépassé 111 milliards de dollars, a révélé le ministère syrien des Affaires étrangères le 14 décembre.

Les États-Unis ont envoyé leurs forces en Syrie pour la première fois en 2014 sous prétexte de combattre l’EI. Aujourd’hui, une coalition internationale dirigée par les États-Unis et soutenue par les Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes contrôle de vastes parties de la région du nord, y compris les principaux champs de pétrole et de gaz et les installations d’al-Omar à Deir Ezzor à Rmelan.

La coalition maintient également une importante garnison dans la zone sud-est d’al-Tanf avec l’aide de certains rebelles locaux. La garnison bloque une autoroute clé qui relie la capitale syrienne, Damas, à Bagdad, la capitale de l’Irak voisin.

Dans un communiqué, le ministère syrien des Affaires étrangères a détaillé les pertes causées par l’occupation américaine, révélant que le secteur pétrolier était le plus touché.

« Les dernières statistiques révèlent que la valeur totale des pertes directes résultant des agressions commises par les forces américaines, les milices et les entités terroristes affiliées sur le territoire syrien s’élève à 25,9 milliards de dollars. 19,8 milliards de dollars de pillage des ressources pétrolières, gazières et minérales, 3,3 milliards de dollars résultant du vandalisme et du saccage des installations. 2,9 milliards de dollars la valeur des dommages causés aux installations pétrolières et gazières par le soi-disant bombardement de ces installations par la coalition internationale », indique le communiqué.

« Les pertes indirectes dépassent 86 milliards de dollars, ce qui représente la valeur de la production perdue (pétrole brut, gaz naturel, gaz domestique, dérivés du pétrole, ressources minérales) en raison d’une production inférieure aux taux prévus dans des conditions de travail normales, et donc la valeur totale des pertes du secteur pétrolier syrien a enregistré 111,9 milliards de dollars.

Le ministère a poursuivi sa déclaration en appelant les Nations Unies à mettre fin à l’occupation américaine du nord de la Syrie et à aider à améliorer la situation humanitaire dans ce pays déchiré par la guerre.

« La Syrie demande à nouveau à l’ONU d’adopter des mesures urgentes pour mettre fin à la violation du droit international par les États-Unis et ses alliés et garantir une indemnisation pour ces violations, mettre fin à la présence illégitime des forces américaines, rendre les champs de pétrole et de gaz occupés par ces forces à l’État syrien, et la levée immédiate et inconditionnelle des mesures coercitives injustes afin d’améliorer la situation humanitaire et de fournir des conditions appropriées pour le retour volontaire, sûr et digne des déplacés et des réfugiés dans leur patrie », a déclaré le ministère.

La déclaration est intervenue alors que la Syrie souffre d’une pénurie sans précédent de carburant qui affecte tous les aspects de la vie dans le pays.

Les États-Unis s’efforcent d’étendre et de fortifier bon nombre de leurs bases dans le nord de la Syrie, en particulier celles situées dans les principaux champs pétroliers et gaziers, depuis quelques années. Selon les décomptes officiels, environ 900 soldats américains sont actuellement déployés dans le pays.

Washington ne semble pas envisager de retirer ses forces de Syrie dans un futur proche. Cela portera probablement atteinte à l’unité et à l’intégrité territoriale du pays à long terme.

EN SAVOIR PLUS

Traduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

Les pertes de la Syrie augmentent en conflit avec Israël

La Syrie continue de subir de lourdes pertes humaines et matérielles en raison des attaques israéliennes répétées contre ses positions militaires et ses infrastructures civiles.

L’attaque la plus récente d’Israël contre le pays déchiré par la guerre a été signalée tôt le 11 décembre. L’attaque visait une base radar clé de l’armée arabe syrienne (AAS) sur la colline d’al-Qalib dans la campagne sud-est d’al-Suwayda. La base a été touchée par trois frappes. Des pertes matérielles ont été signalées. Cependant, il n’y a pas eu de victimes.

Les Forces de défense israéliennes (FDI) ont revendiqué l’attaque contre la base radar de l’AAS dans des tracts qui ont ensuite été largués sur le gouvernorat voisin d’al-Quneitra plus tard dans la même journée.

Dans les tracts, Tsahal a déclaré que les frappes avaient été menées en réponse à la présence du Hezbollah à la base d’al-Qalib, avertissant le personnel de l’AAS de coopérer avec le groupe armé libanais.

Les frappes sur la base radar de l’AAS étaient la première attaque confirmée d’Israël contre la Syrie en décembre et sa 31e au total depuis le début de l’année.

En novembre dernier, il y a eu deux attaques confirmées par Tsahal contre la Syrie. Le 13 du mois, une série de frappes aériennes israéliennes a frappé la base aérienne de Shayrat dans la campagne orientale de Homs, dans la région centrale. Plus tard le 19 du mois, une autre vague de frappes aériennes a frappé plusieurs positions militaires sur la côte et dans la région centrale.

En outre, Israël a été officieusement blâmé pour une série de frappes qui visaient le passage d’al-Qa’im à la frontière entre la Syrie et l’Irak le 8 novembre.

Les attaques d’Israël contre la Syrie ont tué 33 personnes, dont des militaires et des civils, et en ont blessé au moins 33 autres cette année. Le nombre de morts peut être encore plus élevé. Selon des informations non confirmées, au moins dix personnes, dont des ressortissants iraniens, ont été tuées lors des frappes du 8 novembre au poste frontière syro-irakien.

Les responsables israéliens affirment que les attaques contre la Syrie ont détruit environ 90 % de l’infrastructure militaire iranienne dans le pays et ont presque complètement réduit la capacité du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) à y transférer ou à fabriquer des armes.

Les forces soutenues par le CGRI en Syrie et en Irak ont répondu à plusieurs des récentes attaques d’Israël en ciblant des bases américaines dans le sud-est et le nord-est de la Syrie. Cependant, Israël reste imperturbable.

Israël continuera probablement à attaquer la Syrie, qui fait face à de sérieux défis économiques et sécuritaires. Tel-Aviv espère que ses attaques finiront par forcer l’Iran à cesser ses activités militaires dans le pays, voire à pousser Damas à renoncer à son alliance avec Téhéran. Aucun de ces objectifs n’est susceptible de se concrétiser dans un avenir proche.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

En vidéo : un char russe en action

https://s3.cdnstatic.space/wp-content/uploads/2022/12/tank.mp4?_=1

Une vidéo d’un char russe tirant sur des troupes ukrainiennes dans une colonie détruite a été partagée en ligne. La date et le lieu exacts restent inconnus.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : South Front

1 Trackback / Pingback

  1. La Syrie affirme que les pertes dues à l’occupation américaine dépassent les 111 mill iards de dollars | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :