A la Une

L’armée russe trouve des dépôts de militants syriens avec des armes de l’OTAN

© AFP 2018 / SAM YEH

ZAAFARANA (Syrie) – Des dépôts avec des armes produites dans les pays membres de l’OTAN ainsi que des installations de production explosives souterraines sont trouvées par des membres du Centre russe pour la réconciliation syrienne et les troupes gouvernementales syriennes dans les territoires libérés des groupes militants, a indiqué lundi le centre dans un communiqué.

Selon la déclaration, les officiers révèlent également des tunnels souterrains équipés de complexes médicaux ainsi que des centres de détention pour les civils. Les sapeurs syriens continuent de déminer les colonies dans les zones libérées.

« Nous sommes dans la colonie de Zaafarana, dans la province de Homs, dans un groupe terroriste du Front Al-Nusra [également connu sous le nom de Jabhat Fatah al Sham, interdit en Russie]. On peut voir ici un grand nombre de masques à gaz, d’armes produites à l’étranger, par exemple, des missiles antichars TOW-2. Les installations sont très bien équipées », a déclaré le représentant du centre, Andrey Nekipelov.

Auparavant, les forces gouvernementales syriennes ont annoncé à maintes reprises qu’elles avaient trouvé des armes de militants, qui avaient été fabriquées dans les États membres de l’OTAN, ainsi qu’Israël. Alors que l’information n’a pas été ni confirmée, ni démentie par les membres de l’alliance, les Etats-Unis d’Amérique, aux côtés de certains de leurs alliés européens, soutiennent depuis le début de la guerre civile ce qu’ils appellent «l’opposition syrienne modérée».

Malgré le fait que les États occidentaux fournissaient de l’équipement militaire et l’entrainement exclusivement aux «rebelles syriens», l’armement a souvent été retrouvé entre les mains des groupes terroristes Daesh* et al-Nusra*, selon les médias et les responsables du Pentagone.

La Russie, aux côtés de l’Iran et de la Turquie, est la garante du régime de cessez-le-feu en Syrie. Moscou a également aidé Damas en soutenant la lutte contre les différents groupes terroristes et en fournissant une aide humanitaire aux habitants du pays déchiré par la crise.

*Daesh, également connu sous le nom de ISIS, Etat islamique, et le Front Al-Nusra, sont des groupes terroristes, interdits en Russie

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

« Explosions » entendues au sud de la capitale syrienne de Damas – Rapports

© REUTERS / Omar Sanadiki

Le gouvernement syrien n’a pas encore commenté les rapports non vérifiés, qui ont fait surface dans les médias arabes et israéliens.

Des explosions ont été entendues samedi soir au sud de Damas, la capitale syrienne, ont rapporté les médias israéliens, citant Sky News en arabe. Selon les médias, l’explosion s’est produite près d’un centre de sécurité prétendument « utilisé par les forces iraniennes ».

Bien que les rapports n’aient pas encore été vérifiés, Damas n’a pas non plus publié de déclaration, commentant les revendications.

Les attentats ont eu lieu moins de deux semaines après que l’armée de l’air israélienne ait frappé des douzaines de cibles iraniennes en Syrie après que 20 roquettes aient été tirées sur les positions des FDI dans les hauteurs du Golan, occupées par Israël pendant les six années 1967 de la Guerre des Six Jours avec la Syrie et annexé le territoire en 1981. La communauté internationale n’a pas reconnu l’annexion des hauteurs du Golan par Israël, l’ONU condamnant le mouvement en 1981 et 2008 et Tel Aviv disant que c’est le territoire, qui est resté une pomme de discorde pour Israël et la Syrie, ne retournerait jamais à Damas.

LIRE PLUS: Israël « doit détruire toute trace de l’Iran en Syrie, mettre le génie en bouteille » – Ministre

Damas a déclaré que la Syrie allait contrer toutes les attaques des forces israéliennes sur son territoire souverain et n’hésiterait pas à frapper les cibles militaires israéliennes, car elle a le droit de se défendre. En commentant la dernière attaque israélienne en Syrie, le ministère iranien des Affaires étrangères a qualifié cette initiative d’« acte d’agression » et de violation de la souveraineté du pays arabe.

En outre, Abolfazl Hassan Beigi, membre de la commission de la sécurité et de la politique étrangère du Parlement iranien, a déclaré à Sputnik que l’Iran n’avait pas d’installations militaires en Syrie et n’était pas impliqué dans des attaques à la roquette.

La semaine dernière, le mouvement libanais chiite Hezbollah a publié une déclaration, prenant la responsabilité de l’attaque et affirmant qu’elle représente une « stratégie d’opposition » à la politique israélienne. Les responsables israéliens et états-uniens d’Amérique accusent l’Iran de soutenir militairement le Hezbollah, considéré comme une organisation terroriste aux Etats-Unis d’Amérique, en Israël et dans plusieurs pays arabes, bien qu’il fasse partie du parlement libanais. Cependant, Téhéran insiste sur le fait que son soutien au mouvement chiite est seulement politique.

Les relations israéliennes avec l’Iran ont été extrêmement intensifiées, les officiels israéliens disant à plusieurs reprises que l’Etat juif ne permettrait pas à l’Iran de faire de la Syrie son pied militaire, et Téhéran réfutant les revendications, tout en admettant d’envoyer des conseillers exclusivement militaires pour aider Damas à combattre le terrorisme. En outre, les autorités israéliennes ont exprimé leur inquiétude concernant l’accord nucléaire iranien de 2015, le Premier ministre Netanyahu déclarant au début du mois qu’Israël avait obtenu 100 000 documents papier et numériques, ce qui prouve irréfutablement que le programme nucléaire iranien avait un secret composante militaire, nom de code « Projet Amad ».

LIRE AUSSI: Israël promet d’«éliminer» Assad s’il continue à laisser l’Iran opérer de la Syrie

Téhéran a réfuté les allégations, qui ont ensuite été suivies par la décision du président des Etats-Unis d’Amérique de sortir de l’accord nucléaire historique conclu en juillet 2015 par l’Iran, l’Union européenne et le groupe de pays P5 + 1 – Chine, Allemagne, France, Russie, Royaume-Uni et États-Unis d’Amérique.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Comment on L’armée russe trouve des dépôts de militants syriens avec des armes de l’OTAN

  1. L’OTAN aurait donc permis au régime syrien d’Assad de vendre des armes aux milices islamistes, soit liées à l’armée régulière du régime de l’État syrien, soit directement en relation avec les jihadistes terroristes (?)… Peu importe, de toutes façons, l’OTAN ne devrait même plus exister depuis la fin du Pacte de Varsovie qui l’invalide !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :