A la Une

Le coup d’État au Soudan finira-t-il par être une répétition des événements qui ont conduit à la dictature militaire en Égypte ? On dirait que ça pourrait + FRANCE. – Un rapport de l’ANSM affiche 905 morts du Pfizer en deux mois

Will the coup in Sudan end up being a rerun of the events that led to military dictatorship in Egypt? It looks as if it might
Des manifestants protestent contre la perspective d’un régime militaire à Khartoum, au Soudan © Reuters

L’armée a pris le pouvoir au Soudan, promettant une élection démocratique en juillet 2023, mais, alors que les manifestants font face à des tirs, il semble que nous puissions assister à une répétition du coup d’État égyptien de 2013, qui a mis fin au régime civil.

Le chef du Conseil souverain du Soudan, le général Abdel Fattah al-Burhan, a annoncé lundi la dissolution du gouvernement de transition du pays, qui a été formé à la suite du renversement de l’ancien président du pays, Omar Bashir. L’actuel Premier ministre du gouvernement de transition du Soudan, Abdalla Hamdok, aurait été arrêté dimanche soir et transféré dans un lieu tenu secret, après avoir refusé de publier une déclaration soutenant l' »état d’urgence » annoncé par l’armée. Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a appelé « les forces de sécurité [soudanaises] à libérer immédiatement les personnes qu’elles ont détenues illégalement », dont le Premier ministre Abdalla Hamdok.

Des manifestants ont été filmés marchant à travers Khartoum immédiatement après l’annonce du général Burhan, bloquant les routes et scandant par milliers contre la prise de contrôle. Les services Internet du Soudan semblent également avoir été perturbés et les lignes téléphoniques coupées. Exceptionnellement, contrairement à la révolution soudanaise, des contre-manifestations ont été signalées, car certains Soudanais soutiendraient les actions de l’armée, bien que des allégations aient été faites selon lesquelles les contre-manifestations étaient organisées et non spontanées. Cependant, dans ce cas, il n’est pas étonnant que beaucoup comparent la situation à ce qui s’est passé après la révolution égyptienne de 2011, qui a renversé le dictateur de longue date Hosni Moubarak et a fini par inaugurer une ère de régime militaire.   

En décembre 2018, des manifestations au milieu d’une aggravation de la crise économique ont commencé dans la ville soudanaise d’Artaba, balayant rapidement toute la nation. Après des mois de manifestations à l’échelle nationale exigeant la destitution du dirigeant autocratique de longue date, le président Omar Bashir, le ministre soudanais de la Défense, le général Ahmed Ibn Auf, a annoncé que Bashir avait été arrêté après près de 30 ans au pouvoir. L’annonce, le 11 avril, a provoqué une première explosion d’euphorie publique, qui a rapidement été gâchée pour beaucoup.

Un Conseil militaire de transition (CMT) a ensuite été proposé par l’establishment militaire soudanais, en vertu duquel la constitution a été temporairement gelée et la nation resterait en état d’urgence pendant trois mois. Il a été dit qu’après une période de deux ans, un régime civil démocratique serait alors instauré. Pourtant, le peuple a vu le contraire et a manifesté contre le TMC nouvellement formé, forçant son chef, le général Ahmed Ibn Auf, à démissionner et à permettre au général Abdel Fattah al-Burhan de prendre sa place.

Les groupes d’opposition, considérant que le TMC ne répondait toujours pas aux demandes du peuple, se sont engagés dans une lutte pour un chemin plus rapide vers un régime civil et la démocratie. Cela a culminé le 3 juin 2019, lorsque les forces de sécurité et des miliciens ont massacré une centaine de personnes, après qu’un sit-in de protestation avait été organisé fin mai devant le quartier général de l’armée.

La répression brutale du TMC a ensuite conduit à la « Marche des millions », le 30 juin, qui a finalement paralysé une grande partie de Khartoum et des villes voisines. Finalement, après des semaines de négociations négociées par l’Union africaine et l’Éthiopie, les leaders de la protestation et les principaux généraux de l’armée ont convenu de s’appuyer sur un accord de partage du pouvoir, qui visait à conduire à un éventuel régime civil. En conséquence, le Conseil souverain soudanais de 11 membres a été créé, dans lequel travailleraient cinq civils et cinq militaires, avec un civil élu par consensus des deux éléments du conseil de partage du pouvoir, dirigé par Abdel Fattah al-Burhan.

L’ensemble du processus de la révolution a coûté la vie à au moins 246 personnes, avec environ 1 300 blessés. Pour de nombreuses personnes qui protestent actuellement, cette effusion de sang semble avoir été vaine et pourrait entraîner de nouveaux troubles dans tout le pays, car le nombre de manifestants pacifiques semble être à nouveau en augmentation.

Début octobre, des manifestants antigouvernementaux dans l’est du Soudan ont commencé un blocus de Port Soudan, ce qui a fait craindre que le pays ne manque de carburant, de blé et de médicaments essentiels. Alors que le gouvernement de transition était aux prises avec une crise économique qui s’aggravait, ainsi que le blocus des ports de la mer Rouge, stratégiquement vitaux pour les puissances militaires cherchant à exploiter la région, des troubles ont commencé à Khartoum, des manifestants pro-militaires exigeant la fin de l’élément civil du gouvernement. Il y a également eu une tentative de coup d’État militaire en septembre, qui a finalement été imputée aux « éléments pro-Béchir ».

Alors que beaucoup se concentrent maintenant sur la mise en commun des similitudes de surface entre la révolution en Égypte et la révolution soudanaise, peu d’attention semble être accordée aux influences étrangères potentielles qui sont dans le mélange, ce qui rend vraiment ces situations si similaires. Il a été prouvé que l’actuel président égyptien était soutenu par l’argent des monarchies du golfe Persique, en particulier celles de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, qui ont été accusés d’avoir financé et facilité le coup d’État qui a installé le général Abdel Fattah el-Sisi comme chef de la nation, fournissant plus tard un programme d’aide conjoint aux Émirats arabes unis, à l’Arabie saoudite et au Koweït de 12 milliards de dollars. Fait intéressant, dans le cas du Soudan, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont également noué des relations étroites avec TMC et maintenu des liens avec la partie militaire du « Conseil souverain » qui a maintenant renversé le gouvernement civil.

S’il était vrai que des éléments de l’establishment militaire s’alignent toujours sur le président déchu Omar Bashir, un allié des Frères musulmans (MB), il serait logique que les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite aient poussé à réprimer complètement toute tentative contre les Frères musulmans à prendre un autre pied dans le pays. La croisade actuelle menée à partir d’Abou Dhabi et de Riyad, visant à combattre les Frères musulmans, était également la raison probable de leur soutien au coup d’État militaire en Égypte, qui a vu Mohamed Morsi démocratiquement élu et aligné sur les MB, destitué du pouvoir. On ignore actuellement si le général Abdel Fattah al-Burhan conduira son pays vers les élections promises de 2023, en vertu desquelles un gouvernement civil est promis, mais si nous devons suivre les exemples du passé dans la région, il est peu probable que cela se tienne ; soit à cause de révoltes de masse, soit à cause du retour de l’armée sur ses promesses.

Le pays semble être à nouveau sur la voie d’un nouveau chaos, mais cela pourrait largement dépendre des puissances étrangères et de leurs ambitions (les États-Unis viennent d’annoncer qu’ils gelaient 700 millions de dollars d’aide), pour finalement déterminer la direction du Soudan. Ce qui est dommage, vu à quel point le peuple soudanais s’est battu pour une démocratie juste et représentative.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés ? Partagez cette histoire !

Les déclarations, points de vue et opinions exprimés dans cette colonne sont uniquement ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement ceux de RT.

Robert Inlakesh      

Robert Inlakesh est un analyste politique, journaliste et réalisateur de documentaires actuellement basé à Londres, au Royaume-Uni. Il a fait des reportages et a vécu dans les territoires palestiniens occupés et travaille actuellement avec Quds News et Press TV. Réalisateur de « Vol du siècle : la catastrophe Palestine-Israël de Trump ». Suivez-le sur Twitter @falasteen47

Traduction : MIRASTNEWS   

Source : RT

Pfizer est une société nazie allemande

Bit Chute

TFNT12: le pharmacien de Safeway démissionne citant les décès dus au vaccin

La pharmacienne de Safeway, Nichole Belland, a brusquement démissionné de son poste de directrice de pharmacie après une carrière de 12 ans au sein de l’entreprise. La raison : l’entreprise l’obligeait à se faire vacciner contre la COVID. Voici l’histoire des coulisses de cette démission extraordinaire qui est devenue virale.

Le VAERS et les décès par vaccin pourraient atteindre 300 000 morts par VPTRS

Bit Chute

Blessures causées par le vaccin COVID – Une autre vie en ruine

Bit Chute

J’ai officiellement perdu le compte du nombre de blessures et de décès dus au vaccin COVID que j’ai maintenant téléchargés sur ma chaîne, toutes ces personnes ont leurs histoires supprimées de la plupart des plateformes de médias sociaux. Donc un grand bravo à Bitchute pour avoir permis à ces histoires de victimes d’être partagées & Racontées.

Blessée de Vaccin COVID – Angelia Dessele

Bit Chute

Blessure due au vaccin COVID – Une autre personne est paralysée

Bit Chute

Mexique – Blessure due au vaccin COVID – Décès et réanimation

Bit Chute

Credit: Jbossman008 @ https://153news.net/watch_video.php?v=H5W6A8OX5R9M

Blessure au vaccin COVID – Un adolescent roumain tombe peu de temps après l’injection COVID

LES BÉBÉS TORTURÉS DE FAUCI (ET D’OÙ VIENNENT-ILS ?)

Bit Chute

FRANCE. – Un rapport de l’ANSM affiche 905 morts du Pfizer en deux mois.

Bit Chute

Ces morts dont les médias ne parlent pas (censurés sur Vimeo)

Bit Chute

Oser parler des victimes des injections Covid (censurée sur Vimeo)

2e édition bonifiée suite à une censure de Vimeo après seulement 5000 vues

Pour la version courte de 12 minutes : https://www.bitchute.com/video/XdiPp5KPOYrl/

Merci de partager!

SPECTACLE COMPLET: Des dizaines de milliers de personnes descendent dans les rues de New York contre les mandats de vaccination

Bit Chute

Le black-out médiatique des protestations contre le mandat de vaccination se poursuit. Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues de New York avec des policiers, des pompiers, des partisans de Trump et des manifestants de Black Lives Matter tous liés pour cela. Vous ne le verrez pas à la télévision, cependant. Les effets secondaires négatifs des vaccins se poursuivent, mais cela n’arrêtera pas les mandats car les personnes vaccinées sont celles qui contractent et meurent du covid et d’autres effets secondaires. Une autre caravane massive de migrants se dirige vers la frontière sud et une fois de plus, le contribuable américain paiera la facture. Joe Biden et Kamala Harris ont tous deux eu des week-ends difficiles, Owen Shroyer vous donne les points faibles.

L’actrice Melle Stewart s’est blessée après l’injection

Bit Chute

Ce n’est pas le COVID. Il s’agit d’une thrombose thrombocytopénique induite par le vaccin. L’actrice Melle Stewart, 40 ans, se réhabilite après avoir subi un grave accident vasculaire cérébral dû à la première dose du vaccin AstraZeneca.

💀💀💀 🇺🇲 🇬🇧 DES MILLIONS DE MEURTRES 💀💀💀

Bit Chute

Imaginez les chiffres dans le monde… Si cela n’est pas terminé, alors vous aurez présidé à l’extermination délibérée la plus massive de l’histoire de l’humanité – parce que vous ne vous êtes pas battu pour l’arrêter ! Mort au Nouvel Ordre Mondial

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :