A la Une

La déclaration de Varsovie de l’OTAN est une déclaration de guerre

« Il est question de préparatifs de guerre, mais il est impossible de dire à ce stade ce que sera cette guerre. »

L’auteur est un blogueur populaire russe spécialisé dans les questions de défense et des affaires du Moyen-Orient.

La Déclaration du Sommet de l’OTAN qui a été convenue à Varsovie vise [directement] la Russie. Derrière la formulation vague, c’est un plan clair pour commencer à bloquer le pays sur toute sa frontière orientale.

Comme prévu, l’Occident crée l’infrastructure pour bloquer la Russie dans la mer Baltique et noire, en choisissant correctement deux endroits vulnérables, deux exclaves – Kaliningrad et la Crimée. Les deux sont indéfendables sans aller à la guerre. L’opposition inexplicable pour le pont de terre en Crimée a commencé en été 2014, a été abandonnée dans le cadre d’un «armistice» et le « processus de Minsk », mais c’est devenu le talon d’Achille de la péninsule.

L’OTAN est susceptible d’agir lentement mais sûrement, en augmentant sa présence autour de ces deux points, menaçant diverses relations avec la Russie – tout d’abord, économiques et financières, où la Russie dépend de la bonne volonté de nos «partenaires».

Le jeu de fin logique sera un ultimatum, dont le contenu dépendra de la capacité du Kremlin à se replier. Il y aura une pression à l’intérieur du Kremlin de diverses factions et groupes, afin de l’empêcher de répondre aux menaces de l’OTAN.

Un appel pour créer la coalition la plus large possible contre la Russie sera un autre résultat important du document. Jusqu’à présent, il est encore voilé, mais il ne peut vraiment pas être compris autrement.

Il est question des préparatifs de guerre, mais il est impossible de dire à ce stade ce que la guerre sera. L’OTAN ne veut évidemment pas lancer des opérations militaires directes, convaincue qu’elle peut faire le travail par la pression et les menaces.

Tout se répète- les États-Unis font la même chose qu’en Irak. La Russie n’est pas l’Irak, alors les choses vont être regardées un peu différemment sur la surface, mais la séquence sera le même.

Le principal résultat de tout cela est que nous ne pouvons plus négocier, même en théorie. Ces types de décisions ne sont pas prises dans l’attente de la reddition inconditionnelle de l’ennemi, auquel cas les gens ne négocient pas. Dans ce cas, il n’y a plus d’accord.

L’article original est apparu à Live Journal. traduit par Julia Rakhmetova

Traduit aussi en Anglais sur Russia Insider

Traduit en français par Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :