A la Une

« Interférence »: le bureau du Premier ministre irakien rejette l’appel de Tillerson pour que les milices soutenues par l’Iran « rentrent chez elles »

Les forces de mobilisation populaire chiites et les membres de l’armée irakienne se rassemblent à la périphérie de Hawija © Reuters

Dans une déclaration serrée, Bagdad a rejeté l’appel lancé par le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson pour que les milices chiites soutenues par l’Iran « rentrent chez elles » après la chute de l’Etat islamique en Irak.

Plus tôt dimanche, Rex Tillerson a déclaré lors d’une réunion rare avec les hauts responsables irakiens et saoudiens que les milices chiites irakiennes – également connues sous le nom des Unités de Mobilisation Populaire (UMP) – et leurs conseillers iraniens doivent quitter l’Irak comme la lutte contre l’État islamique anciennement ISIS / ISIL) touche à sa fin.

Mais Bagdad semble réticent à suivre la demande de Washington, à en juger par une remarque polie mais ferme faite lundi par le bureau du Premier ministre Haider al-Abadi.

« Aucune partie n’a le droit d’interférer dans les affaires irakiennes », lit-on dans une déclaration postée sur Facebook. Il a ajouté que de nombreux membres des UMP étaient des Irakiens indigènes qui ont fait «d’énormes sacrifices pour défendre leur pays et le peuple irakien».

Le gouvernement irakien a été surpris par la suggestion de Tillerson, selon le communiqué.

Lors de la réunion de dimanche, Tillerson a déclaré que « les milices iraniennes qui sont en Irak, maintenant que la lutte contre … ISIS touche à sa fin, ces milices doivent rentrer chez elles ».

Les combattants étrangers en Irak « doivent rentrer chez eux et permettre au peuple irakien de reprendre le contrôle », a déclaré le secrétaire d’Etat, au milieu des efforts américains [Etats-Unis d’Amérique] pour contenir la présence croissante de Téhéran dans la région.

Pendant ce temps, Tillerson a également appelé les autres pays à rompre leurs liens d’affaires avec le Corps des Gardiens de la Révolution iranienne (CGRI), que les Etats-Unis d’Amérique eux-mêmes ont récemment désigné comme une organisation terroriste.

Des dizaines de milliers d’Irakiens se sont joints aux unités des milices en 2014 après que l’ayatollah Ali al-Sistani, chiite irakien, ait appelé à un soulèvement national contre les terroristes de l’Etat islamique en émettant une fatwa non sectaire. Les unités de l’UGP chiite étaient souvent considérées comme faisant partie de l’appareil de sécurité irakien.

Bien qu’il n’y ait pas de statistiques officielles, à un moment donné les unités de l’UGP ont compté jusqu’à 100 000 combattants, selon les estimations militaires des Etats-Unis d’Amérique de l’année dernière. Les estimations des forces allaient de 80 000 à 100 000, selon le porte-parole militaire, le colonel Chris Garver.

LIRE LA SUITE: Les forces chiites soutenues par l’Iran en Irak sont maintenant estimées à 100 000 – porte-parole de l’Armée des Etats-Unis d’Amérique

L’Iran a obtenu des avancées stratégiques majeures dans la guerre contre l’EI en Irak ces dernières années, en finançant et en formant les UMP qui combattaient aux côtés de l’armée irakienne dans la bataille de Mossoul et d’autres villes du nord de l’Irak. En revanche, l’Arabie saoudite, allié des Etats-Unis d’Amérique, est en mauvais termes avec l’Irak à majorité chiite depuis plus de deux décennies, après l’invasion du Koweït par Saddam Hussein en 1990, malgré les tentatives de rapprochement ces dernières années.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :