A la Une

L’UE déclenche des procédures sans précédent contre la Pologne, des sanctions pourraient suivre

© Kacper Pempel / Reuters

L’Union européenne a déclenché l’article 7 contre la Pologne, une procédure qui pourrait entraîner des sanctions visant Varsovie. L’UE affirme que la Pologne a violé les valeurs démocratiques en proposant une réforme judiciaire.

L’organe exécutif de l’Union européenne a déclenché l’article 7 du traité de l’UE, baptisé « l’option nucléaire », contre la Pologne mercredi. Il a été déclenché pour la première fois depuis la fondation du bloc.

C’est avec un cœur lourd que nous avons activé l’article 7 (1). Mais les faits nous laissent sans choix. Nous n’avons pas d’autre option. Il ne s’agit pas seulement de la Pologne, mais de l’UE dans son ensemble. Nous continuons d’espérer que nous pourrons engager un dialogue plus fructueux.

– Frans Timmermans (@TimmermansEU) 20 décembre 2017

La mesure sans précédent a été prise au milieu des tensions de deux ans entre l’UE et la Pologne sur les réformes judiciaires de ce dernier. Le bloc est préoccupé par « une violation grave de la règle de droit » dans le pays, affirmant que les réformes ont abouti à « l’absence d’indépendance judiciaire ».

« Il appartient à la Pologne d’identifier son propre modèle pour son système de justice, mais il devrait le faire d’une manière qui respecte la primauté du droit », indique le communiqué.

Bruxelles a donné trois mois à Varsovie pour répondre aux préoccupations de l’UE, promettant de reconsidérer la décision si les autorités polonaises « mettent en œuvre les actions recommandées ».

Le premier vice-président de la Commission européenne a déclaré que Varsovie ne lui avait laissé « aucun choix », ajoutant que le bloc espère toujours engager « un dialogue plus fructueux ».

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré que le pays était « aussi dévoué à l’état de droit que le reste de l’UE » et a appelé les partenaires de l’UE à un dialogue ouvert et honnête.

« Je crois que la souveraineté de la Pologne et l’idée de l’Europe unie peuvent être réconciliées », a tweeté M. Morawiecki.

Le ministre polonais de la Justice, Zbigniew Ziobro, a déclaré à l’agence de presse publique polonaise PAP qu’il était déconcerté par la décision « politiquement motivée », soulignant que Varsovie adhérait strictement aux lois européennes.

Le premier pas vers le retrait de la Pologne de ses droits de vote intervient au milieu d’un conflit en cours entre Bruxelles et Varsovie. L’UE affirme que 13 réformes adoptées par la Pologne en l’espace de deux ans ont affecté « l’ensemble de la structure du système judiciaire » et ont permis aux pouvoirs exécutif et législatif « d’interférer politiquement » avec le judiciaire.

Plus tôt cette année, des manifestations ont éclaté au sujet des efforts visant à changer le système judiciaire. Les partis d’opposition, les groupes de défense, les lobbies des juges, le Conseil de l’Europe, la Commission européenne et des pays européens comme l’Allemagne et la France ont également déclaré que les changements proposés éroderaient l’indépendance judiciaire en plaçant les tribunaux sous le contrôle direct du gouvernement.

La Pologne et l’UE se sont également heurtées à la question de la migration, Varsovie ayant refusé d’accepter les migrants dans le cadre d’un système de quotas mis au point lors de la crise des réfugiés européens. Le Premier ministre polonais, Beata Szydlo, a déclaré en novembre que cette décision avait fait de son pays un «pays libéré du terrorisme».

Les États membres ont besoin d’unité pour mettre en œuvre les sanctions, qui ont déjà été combattues par la Hongrie, qui a promis d’opposer son veto à une telle mesure. Budapest a son propre différend avec Bruxelles sur les questions de migrants, avec son Premier ministre Viktor Orban étant l’un des critiques les plus virulents des quotas de migrants obligatoires. Il a averti que les quotas se traduiraient par « des dizaines de millions » de migrants affluant vers l’Europe.

Mercredi, à la suite de l’annonce de l’article 7, la porte-parole du parti au pouvoir Loi et Justice (PiS), a déclaré que les actions de l’UE pourraient être liées à l’opposition de Varsovie à l’acceptation de réfugiés musulmans.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :