A la Une

‘La Crimée est russe!’ – Homme de poids de l’aile droite norvégienne

© Sputnik / Sergey Malgavko

Le politicien norvégien Carl Hagen, ancien combattant, a déclaré que la Russie ne renoncerait pas à la Crimée n’était pas une possibilité et a exhorté ses collègues à accepter cette réalité politique.

Le politicien de droite norvégien Carl Hagen, qui a fondé le Parti du progrès et en a été le chef pendant de nombreuses années, a créé un remue-ménage plus tôt ce mois-ci en reconnaissant la Crimée comme russe et a publié un article d’opinion dans le quotidien Aftenposten expliquant son point de vue aux critiques.

Hagen a commencé son article en proclamant « La Crimée est russe! », Soulignant que, malgré son histoire toujours changeante et sanglante, la péninsule est sous souveraineté russe depuis la fin du XVIIIe siècle.

Il a également cité le professeur Sigurd Skirbekk de l’Université d’Oslo, qui a expliqué le transfert de la Crimée vers la République soviétique d’Ukraine en 1954 en tant que tentative de Nikita Khrouchtchev de rapprocher l’Ukraine du tissu de l’Union soviétique.

« Lorsque Nikita Khrouchtchev, un Ukrainien, a transféré la Crimée de la RSS de Russie à la RSS d’Ukraine, c’était principalement pour rapprocher l’Ukraine de la Russie et rendre difficile le départ de l’Ukraine », a écrit Skirbekk.

LIRE PLUS: L’ancien chef du gouvernement norvégien appelle à la levée des sanctions anti-russes

Hagen a également noté que la Russie avait depuis longtemps sa principale base navale sur la mer Noire à Sébastopol et ne la mettrait jamais en péril sous l’influence d’un aspirant membre de l’OTAN hostile à la Russie. Ce qui a suivi le « coup d’État anti-russe de Kiev de 2014, soutenu de diverses manières par les États-Unis d’Amérique et les pays occidentaux », a été, selon Hagen, « une reprise de la Crimée pour sécuriser sa base navale et sa population russe ».

Le politicien a rappelé à l’opinion publique norvégienne le référendum de 2014 en Crimée, au cours duquel la population locale avait massivement choisi la Russie. L’OSCE a été invitée à la superviser, mais a refusé, a souligné Hagen.

« Je suis en faveur de laisser le peuple décider, et, avec un tel résultat, l’Occident aurait dû dire bon, si le peuple de Crimée veut faire partie de la Russie, alors nous devrions le respecter et reconnaître que la Crimée est russe encore », écrit Hagen, ajoutant que le contraire s’est malheureusement produit

En dépit du fait que l’Union soviétique avait constamment prié de « rester en dehors de son arrière-cour » pendant des décennies, les États-Unis d’Amérique et l’OTAN se sont progressivement étendus jusqu’à la frontière russe en s’associant avec de nombreux pays de l’ancien Pacte de Varsovie, et la Russie n’avait d’autre choix que d’y voir comme une provocation, a écrit le politicien.

« Les États-Unis d’Amérique, qui s’efforcent toujours de ramener à la maison leurs prisonniers de guerre et leurs otages, auraient dû apprécier que la Russie se soit engagée à défendre les intérêts de la grande population russe de Crimée, qui craignait les dirigeants antidémocratiques et finalement fascistes de l’Ukraine », a-t-il souligné.

Selon Hagen, les sanctions et les tensions qui se sont ensuivi ont maintenant duré quatre ans sans aucun signe d’amélioration, faisant des victimes parmi les citoyens ordinaires et les entreprises norvégiennes et exacerbant les craintes d’une nouvelle course aux armements. Au lieu de cela, a-t-il affirmé, de nouvelles méthodes de normalisation des relations entre la Russie et l’Occident sont nécessaires.

« La Russie n’abandonnera évidemment pas la Crimée. Il faut donc commencer à parler et à trouver un plan pour améliorer les relations, et non à intensifier le conflit comme le font constamment les dirigeants occidentaux et les dirigeants de l’OTAN. »

LIRE AUSSI: Un homme norvégien crée une entreprise de voyages et propose des circuits en Crimée malgré les sanctions

« L’Occident doit tirer les leçons des échecs du Moyen-Orient et de l’Afghanistan. Le peuple était mieux loti en Irak sous Saddam Hussein, en Libye sous Kadhafi, sous Moubarak en Égypte et sous Bachar al Assad en Syrie – c’est-à-dire avant que l’Occident n’intervienne avec des bombardements et des armes. La leçon à tirer est la suivante: ne jamais mettre en place des attaques militaires sans stratégie de sortie claire, ne pas interférer sans savoir comment en sortir encore. C’est principalement à cause de l’insouciance occidentale que le monde est maintenant en conflit, en instabilité et dans une dangereuse escalade – pas à cause de la reprise par la Russie d’une petite péninsule, laquelle a été russe depuis quatre cents ans », a conclu Hagen.

Carl Ivar Hagen est un ancien vice-président du parlement norvégien, qui a dirigé le parti de droite, le Progress Party, de 1978 à 2006. Il est perçu comme un élément essentiel de la politique norvégienne et est crédité d’avoir créé un parti à partir de rien. Il reste un critique virulent de l’immigration de masse.

La Crimée s’est réunie avec la Russie à la suite d’un référendum en mars 2014. Lors du plébiscite, 96,77% des Criméens ont voté pour l’intégration à la Russie; le taux de participation était de 83,1%.

EN SAVOIR PLUS : Géoéconomie et géostratégie de l’énergie : chaos et enjeux réels

 

Traduction : Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :