A la Une

«Sans doute que la CIA n’est pas loin»: pourquoi les USA investissent-ils des millions dans les banlieues françaises?

Image d’archives

© CC0 / PublicDomainPictures

Chaque année, les États-Unis injecteraient trois millions de dollars dans les banlieues françaises pour y financer des projets multiples. Cet intérêt soulève des questions chez ceux qui ne croient pas qu’il s’agisse d’un geste uniquement philanthropique.

Depuis plus de dix ans maintenant, les États-Unis multiplient les programmes d’échanges, culturels, ou simplement les dons financiers au profit d’actions en banlieue. Certains s’interrogent en y voyant une manière de surveiller la France alors que le porte-parole de l’ambassade américaine assure que le but est «d’expliquer les États-Unis aux Français: il s’agit de mieux se comprendre», rapporte Le Parisien.

«Ces programmes sont déployés sur toute la France, mais c’est vrai qu’ils fonctionnent bien en banlieue. Car nous essayons, au travers de ces projets, d’identifier des dynamiques et des leaders, or la vitalité de la banlieue française s’y prête», explique le porte-parole au quotidien

Les États-Unis injecteraient ainsi chaque année plus de trois millions de dollars dans les banlieues.

Selon une porte-parole de l’ambassade, «les projets financés par l’ambassade dans les banlieues peuvent aller du discours d’un diplomate auprès d’étudiants, ou d’une petite subvention de 3.000 dollars pour soutenir un musicien américain donnant une conférence et un concert avec un centre culturel local, à des projets plus importants, financés à hauteur de 20.000 dollars à 100.000 dollars».

Des suspicions

Cependant, les diplomates ne souhaitent pas aborder le sujet du soft power dans les banlieues françaises malgré certains télégrammes confidentiels exhumés en 2007, lesquels indiquaient que Washington entendait mener une «stratégie d’engagement vers les minorités».

Certaines personnes à l’image de l’essayiste Rokhaya Diallo, du rappeur Ekoué Labitey ou du sous-préfet de Seine-Saint-Denis Fayçal Douhane profitent de ces programmes pour passer plusieurs semaines aux États-Unis et s’y constituent un réseau.

Néanmoins, Stéphane Gatignon, maire de Sevran entre 2001 et 2018, confirme au quotidien que ce geste des Américains n’est pas du tout désintéressé.

«Ils ont compris que beaucoup de musulmans vivent dans nos banlieues, que cette population est parfois délaissée par l’État Français, et qu’une forme d’islam radical a pu s’y développer. Alors, ils essayent de comprendre… De surveiller, aussi, d’une certaine manière, d’avoir des remontées d’informations. Sans doute que la CIA n’est pas loin derrière. Indirectement, elle suit ce que l’ambassade fait dans nos quartiers…», assure-t-il.

Source: Sputnik News

 

1 Trackback / Pingback

  1. «Sans doute que la CIA n’est pas loin»: pourquoi les USA investissent-ils des millions dans les banlieues françaises? – MIRASTNEWS – josephhokayem

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :