A la Une

La majorité des admissions à l’hôpital Covid au cours de l’hiver ont été vaccinées, selon une étude de PHE + Jamais un vaccin n’a autant blessé: rapport d’un Comité populaire israélien

Le gouvernement a annoncé hier les résultats de deux nouvelles études sur les vaccins de Public Health England (PHE). L’un examine la protection offerte par les vaccins contre la mort une fois qu’une personne est infectée, l’autre la protection contre l’hospitalisation due au COVID-19 qu’offrent les vaccins.

L’étude sur les décès est la plus simple des deux. Elle examine les cas positifs à la PCR en Angleterre entre le 8 décembre et le 6 avril. Elle trouve parmi les 80 ans et plus: 16,1% (1462/9105) des cas non vaccinés sont décédés contre 9,2% (99/1 072) des cas au moins 21 jours après leur première dose de Pfizer, 11,3% (33/293) des cas à au moins 21 jours après leur première dose d’AstraZeneca et 4,7% (6/128) des cas au moins sept jours après leur deuxième dose de Pfizer. Celles-ci correspondent à des réductions du risque relatif non ajusté de 43% (Pfizer 1), 30% (AZ 1) et 71% (Pfizer 2) respectivement.

Chez les 70-79 ans, elle trouve 4,0% (1147/28 875) des cas non vaccinés décédés contre 2,7% (15/549) pour Pfizer 1, 2,1% (10/484) pour AZ 1 et 0% (0/7) pour Pfizer 2. Cela correspond à des réductions de risque relatif non ajustées de 33% (Pfizer 1), 47% (AZ 1) et 100% (Pfizer 2).

Une fois ajustés en fonction du sexe, des facteurs de risque cliniques, de l’âge et du fait d’être résident dans une maison de soins, ceux-ci deviennent des réductions du risque relatif de 44% (Pfizer 1), 55% (AZ 1) et 69% (Pfizer 2). Ce niveau de réduction du taux de mortalité chez les plus de 70 ans vaccinés une fois infectés est encourageant. Le manque de données sur les décès dans les 21 jours suivant la première dose et sept jours après la deuxième dose est décevant. Pourquoi avons-nous encore une autre étude sur l’efficacité des vaccins sans analyse de l’innocuité qui l’accompagne?

La deuxième étude examine si la vaccination protège contre l’hospitalisation. Contrairement à la première étude, elle ne regarde pas ceux qui sont déjà infectés (testés positifs) pour voir s’ils sont hospitalisés, mais ceux qui sont hospitalisés pour voir s’ils ont été vaccinés. Elle analyse 13 907 admissions dans des trusts participant à un programme de surveillance entre le 8 décembre et le 18 avril. Cela exclut ceux qui ont attrapé le virus à l’hôpital. Elle exclut également ceux dont le test PCR positif était plus de cinq jours avant l’admission (1 230 cas), dont la raison n’est pas expliquée. La répartition des admissions par sexe, âge et statut vaccinal est présentée dans le tableau ci-dessous.

Notez que la majorité des admissions au cours de cette période – 57% – avaient reçu au moins une dose de vaccin. Une étude antérieure que j’ai notée auparavant, du consortium ISARIC4C, avait révélé que seulement 7,3% des admissions à l’hôpital sur une période similaire avaient reçu au moins une dose de vaccin. Les raisons de cet énorme écart ne sont pas claires, mais étant donné que le chiffre précédent a fait la une des journaux pour montrer l’efficacité des vaccins, et dans un souci de clarté des données, il devrait être clarifié.

Ces chiffres ont été comparés à la couverture vaccinale dans la population à l’époque pour donner les résultats suivants en termes de rapport de risque relatif («OR» est le rapport de cotes).

Celles-ci se traduisent par une réduction relative du risque de 82% pour les 70-79 ans et de 80% pour les 80 ans et plus après une dose, et de 81% pour les 80 ans et plus après deux doses. Ce sont tous des chiffres étrangement similaires quand on s’attendrait à plus de différences entre les groupes d’âge et entre le fait d’être partiellement et complètement vacciné. On ne sait pas dans quelle mesure la baisse de l’incidence virale au cours de la période d’étude a été prise en compte par les chercheurs, en particulier le fait que les cas parmi les vaccinés auront tendance à être plus tardifs dans la période où l’incidence virale était plus faible.

Notez également les mêmes caractéristiques observées dans certaines études antérieures: une réduction significative immédiatement à la vaccination et un pic dans les 2-3 semaines suivantes.

A cette occasion, les auteurs proposent une explication.

L’analyse des effets à différents intervalles de temps montre des probabilités transitoires et plus faibles d’hospitalisation au cours de la période initiale après la première dose. Cela représente probablement un effet de report, similaire à celui observé dans d’autres études. Il est peu probable que les personnes se soient suffisamment bien portées pour avoir été vaccinées puis suffisamment malades pour avoir été hospitalisées dans la semaine, étant donné que les directives indiquent que ceux qui sont gravement malades ou qui ont été testés positifs pour la COVID-19 devraient reporter la vaccination. Les patients sont donc moins susceptibles d’être hospitalisés dans un court laps de temps après la vaccination. Cet effet de report diminuera progressivement à mesure que l’intervalle après la vaccination augmente, ce qui est démontré par l’augmentation des rapports de cotes dans cette période précoce avant qu’un effet vaccinal clair ne soit observé, à partir d’environ 21 jours lorsque le rapport de cotes commence à diminuer, avec un effet de plateau de jour 28.

C’est un point important qui a été étrangement absent de l’interprétation des résultats d’études antérieures. Le fait que les personnes qui ont actuellement une Covid symptomatique soient moins susceptibles de se présenter à leur rendez-vous de vaccination, à la fois en raison d’un malaise et parce que les directives indiquent qu’elles ne devraient pas le faire, faussent l’échantillon de personnes vaccinées. Cela crée un problème pour détecter un pic d’infections après la vaccination, car un pic d’apparition des symptômes serait de toute façon attendu après la vaccination, car ceux qui étaient pré-symptomatiques lors de leur rendez-vous de vaccination commenceront immédiatement à montrer des symptômes au même rythme que la population de base (maintenant que le biais de sélection des personnes malades annulant leur rendez-vous a soudainement disparu).

Il y a aussi la question de savoir pourquoi le rapport de risque ne se rapproche jamais du niveau de référence non vacciné, seulement à moins de 0,5, alors que l’on ne s’attend pas à ce que les vaccins fournissent une protection pendant 2-3 semaines.

Cette étude me laisse avec plus de questions que de réponses. Une enquête plus approfondie est nécessaire sur ce qui se passe après la vaccination et sur les schémas d’infection et d’hospitalisation que nous y observons. Il devrait également y avoir beaucoup plus de recherches sur l’innocuité des vaccins et sur ce qui arrive aux personnes vaccinées en termes plus généraux, et pas seulement sur la question de savoir si elles reçoivent ou non Covid. Les études d’efficacité des vaccins comme celle-ci doivent également être beaucoup plus claires sur la manière dont elles prennent en compte la baisse de fond de la prévalence virale, afin que nous puissions être rassurés que l’efficacité du vaccin n’est pas confondue avec le déclin naturel.

Will Jones

Lockdownscepticks.org

MIRASTNEWS

Source : Tap News

Deux États brésiliens suspendent l’administration des vaccins Covid-19 d’AstraZeneca aux femmes enceintes après le décès d’une patiente enceinte

Par RT.com

Extraits:

Les États brésiliens de Rio de Janeiro et de Sao Paulo ont exclu les femmes enceintes de leur déploiement du vaccin Covid-19 après que le régulateur des médicaments a publié de nouveaux avis suite au décès d’une femme enceinte.

Lundi soir, l’Agence nationale de surveillance de la santé (Anvisa) a recommandé la suspension immédiate de l’utilisation du vaccin Vaxzevria d’AstraZeneca chez la femme enceinte.

Dans un communiqué, le régulateur a déclaré que sa décision était le résultat de réactions «indésirables» aux vaccins, ajoutant que les personnes recevant un vaccin Covid-19 devraient demander conseil à un professionnel dans des situations qui ne sont actuellement pas couvertes par les informations sur le produit.

Le journal Folha de São Paulo a rapporté que le ministère brésilien de la Santé enquêtait sur le décès d’une femme enceinte à Rio de Janeiro après avoir reçu le vaccin Oxford-AstraZeneca.

Les deux États ont cité la décision d’Anvisa de suspendre la vaccination des femmes enceintes, qui devrait entrer en vigueur mardi alors que l’enquête se poursuit.

Lisez l’article complet sur RT.com

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Health Impact News

Jamais un vaccin n’a autant blessé: rapport du Comité populaire israélien sur les décès et les blessures à la suite des injections expérimentaux COVID de Pfizer

Rapport du Comité populaire israélien sur les événements indésirables liés au vaccin Corona, avril 2021: Jamais un vaccin n’a blessé autant

Par le Comité du peuple israélien

Ceci est un bref résumé du rapport complet publié en raison de l’urgence de son contenu. Le rapport complet sera publié et distribué prochainement.

Nous précisons par la présente que le Comité du peuple israélien est une organisation indépendante qui s’appuie sur des informations accessibles au public provenant de publications officielles et de réseaux sociaux. Les informations ont été vérifiées par les membres du comité pour éviter des données fausses, réfutées et erronées.

Cependant, le rapport ne doit pas être invoqué à des fins médicales ou autres, et il ne contient certainement aucune recommandation médicale. Quiconque le considère comme tel le fait de son propre chef.

Alors que le Premier ministre d’Israël et les hauts fonctionnaires du ministère de la Santé se vantent qu’Israël sert de modèle mondial pour la vaccination nationale, et alors qu’ils se vantent que Pfizer nous a choisis comme pays expérimental grâce aux systèmes technologiques avancés de nos HMO [Organisations de maintien de la santé], l’État a systématiquement fermé tous les systèmes de surveillance et de suivi, qui sont conçus pour identifier et alerter des événements indésirables qui se produisent à proximité de la réception du vaccin.

Ce comportement irresponsable du ministère de la Santé lors de cette opération de masse fournissant un traitement expérimental à des millions de personnes, que ce comportement soit négligent ou intentionnel, a conduit à un flot sans précédent de milliers de rapports d’événements indésirables graves après le vaccin sur les réseaux sociaux, qui semble être le seul forum qui permet encore aux gens de partager leurs expériences. De manière surprenante, ces phénomènes répandus n’ont reçu aucune couverture médiatique ni aucune attention de la part des fonctionnaires.

Les mécanismes de silence du système de santé concernant les événements indésirables du vaccin, et le déni de leur gravité et de leur portée inquiétante, combinés au fait que les grands médias ont ignoré les événements indésirables et évité de les signaler, ont créé une situation dans laquelle le public israélien est presque ignorant totalement l’existence, la nature et la prévalence des effets indésirables du vaccin.

Cet écran de fumée qui existe entre le public israélien et les événements indésirables de ce vaccin empêche les citoyens de recevoir toutes les informations dont ils ont besoin pour prendre une décision équilibrée et responsable concernant la vaccination; et en outre, soulève la crainte que le manque de contre-indications pour les populations sensibles au vaccin ait nui inutilement aux citoyens au point de mortalité inutile.

L’incapacité du système de santé à surveiller les événements indésirables du vaccin et à émettre des alertes, associée à la transgression par les médias de ses rôles en tant que mécanisme important pour surveiller et critiquer la conduite de l’établissement et en tant que plate-forme pivot pour exposer le dur vérité, ont conduit à l’abandon de la santé des citoyens du pays.

Dans le vide qui s’est ensuivi, en tant que comité d’enquête indépendant composé de citoyens concernés, nous n’avons eu d’autre choix que d’utiliser tous les moyens, bien que limités, à notre disposition pour rechercher et exposer la vérité sur les événements indésirables du vaccin corona.

De notre enquête, une image inquiétante a émergé du taux élevé d’événements indésirables graves, observés à proximité du vaccin, même chez les jeunes. De nombreux événements indésirables mettent la vie en danger et, malheureusement, plus de quelques-uns se sont soldés par la mort.

L’écart inconcevable entre la réalité existante et les informations publiées par le ministère israélien de la Santé et par les médias israéliens suscite l’inquiétude d’une tromperie dangereuse non seulement des citoyens israéliens mais des citoyens du monde entier qui considèrent Israël comme le laboratoire de recherche de la couronne du vaccin corona de Pfizer. Une telle tromperie, qu’elle soit négligente ou préméditée, pourrait créer des cycles supplémentaires de préjudice pour les humains dans le monde entier.  

Dans ce rapport, nous souhaitons dire au gouvernement israélien et aux gouvernements du monde entier: un manque de transparence tue des gens. La tromperie et la dissimulation conduisent les gens à des incapacités et à la perte de la vie. Supprimer toute confidentialité, créer des mécanismes de signalement transparents et contrôlés; ce n’est qu’alors que des vies peuvent être sauvées et d’autres dommages évités grâce à l’outil même censé préserver la santé.

S’agit-il d’un cas où le médicament est plus mortel que la maladie? Ou est-ce également ou moins mortel?

Nous ne pouvons parvenir à une véritable conclusion que si des données complètes sont révélées en temps réel et si la presse, qui est censée être libre et chien de garde de la démocratie, restera sur ses gardes et sonnera l’alarme si nécessaire. Et c’est en effet très nécessaire.

Voici nos principales conclusions:

  • Nous avons reçu 288 rapports de décès survenus à proximité de la vaccination (90% jusqu’à 10 jours après la vaccination). 64% sont des hommes. Selon les chiffres du ministère de la Santé: seuls 45 décès sont survenus à proximité de la vaccination.
  • Selon les données du Bureau central des statistiques (CBS), de janvier à février 2021, au milieu de l’opération de vaccination, il y a eu une augmentation de 22% de la mortalité globale en Israël par rapport à la mortalité moyenne bimensuelle de l’année précédente. . En fait, la période de janvier à février 2021 est la plus meurtrière de la dernière décennie, avec les taux de mortalité globaux les plus élevés, par rapport aux mois correspondants au cours des 10 dernières années.
  • Dans le groupe d’âge des 20-29 ans, l’augmentation du taux de mortalité global est encore plus spectaculaire. Dans ce groupe, au cours de la même période de vaccination, janvier-février 2021, il y a eu une augmentation de 32% de la mortalité globale par rapport à la mortalité moyenne bimensuelle en 2020.
  • Une analyse statistique des données de la SCS combinée à des informations du ministère de la Santé conduit à la conclusion que le taux de mortalité parmi les vaccinés est estimé à 1: 5 000 (1: 13 000 pour les 20-49 ans, 1: 6 000 pour les 50-50 ans). 69, 1: 1600 pour les 70 ans et plus). Selon cette évaluation, il est possible d’estimer que le nombre de décès en Israël survenus à proximité de la vaccination s’élève actuellement à environ 1 000 à 1 100 personnes.
  • Il existe une forte corrélation entre le nombre de personnes vaccinées par jour et le nombre de décès par jour, allant jusqu’à 10 jours après la vaccination dans tous les groupes d’âge. Pour les 20 à 49 ans – une plage de 9 jours entre la date de vaccination et le décès; pour les 50 à 69 ans – 5 jours entre la date de vaccination et le décès; pour les 70 ans et plus – 3 jours entre la date de vaccination et le décès.
  • Le risque de décès après la deuxième vaccination est plus élevé que le risque de décès après la première vaccination.
  • Jusqu’à la date de publication de ce rapport, un total de 2 066 rapports d’événements indésirables ont été enregistrés par le Comité populaire israélien et les chiffres continuent d’affluer. Ces rapports indiquent des dommages à presque tous les systèmes du corps humain. Ces chiffres mettent également en évidence le fossé inconcevable entre les rapports des médias officiels israéliens et ce qui se passe réellement, permettant une situation de «deux mondes» en raison de l’incapacité des journalistes à détecter, identifier et rapporter ce qui se passe réellement dans la vie réelle des citoyens.
  • Il existe des similitudes étroites dans les rapports d’événements indésirables provenant de pays ayant des taux de vaccination relativement élevés, avec des centaines de rapports de décès, ainsi que des rapports faisant état de dommages à de nombreux systèmes du corps humain.
  • Dans notre analyse, nous avons trouvé un taux relativement élevé de blessures cardiaques. 26% de tous les événements cardiaques sont survenus chez des jeunes de moins de 40 ans, le diagnostic le plus courant dans ces cas étant la myocardite ou la péricardite.
  • De plus, une prévalence élevée de saignements vaginaux massifs, de lésions neurologiques, squelettiques et cutanées a été observée.
  • Il est à noter qu’un nombre important d’événements indésirables rapportés sont liés, directement ou indirectement, à une coagulopathie (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, fausses couches, perturbation du flux sanguin vers les membres, embolie pulmonaire).
  • La notification des événements indésirables par les hôpitaux et les cliniques HMO a été très faible, et il existe une tendance à un biais diagnostique qui exclut la possibilité d’un lien entre les événements indésirables et la vaccination. Il y a probablement plusieurs milliers de cas non signalés.
  • Compte tenu de l’ampleur et de la gravité des événements indésirables auxquels nous assistons, nous tenons à exprimer la position de la commission selon laquelle la vaccination des enfants peut également entraîner des événements indésirables, tels qu’observés chez les adultes, qui pourraient entraîner la mort d’enfants en parfaite santé. Étant donné que le coronavirus ne met pas du tout en danger les enfants, le comité estime que l’intention du gouvernement israélien de vacciner les enfants met en danger leur vie, leur santé et leur développement futur.
  • Deux jours avant la publication de ce rapport (en hébreu), nous avons malheureusement appris le décès d’une fillette de deux ans à proximité du vaccin Corona, selon un rapport du système américain VAERS. Nous espérons que l’idée radicale de vacciner les enfants contre le coronavirus sera bientôt retirée de la table; et sinon, qu’il sera complètement rejeté par la plupart des parents en Israël.
  • Jamais un vaccin n’a blessé autant! Le système VAERS américain révèle 2204 rapports de mortalité parmi les personnes vaccinées aux États-Unis au premier trimestre de 2021, un chiffre qui reflète une augmentation de milliers de pour cent par rapport à la moyenne annuelle, qui était de 108 rapports par an.

Voir le tableau ci-dessous:

Le Comité populaire israélien est un groupe indépendant et apolitique de citoyens israéliens, dont la vision du monde et les domaines d’expertise varient. Parmi nous, il y a des médecins, des avocats, des scientifiques et des chercheurs d’un large éventail de disciplines universitaires.

Le ciment qui nous unit est notre profonde préoccupation concernant la sécurité du peuple israélien et le sort de notre pays au vu du vortex chaotique, qui a été orchestré par les dirigeants israéliens au cours de la dernière année à l’ombre de la crise corona, et dans laquelle le public israélien se retrouve piégé. 

Dans le vide créé par la désintégration de tous les systèmes de notre pays, nous arrivons à comprendre que le remède à tous les maux (sanitaires, moraux, sociaux, économiques), qui ont été apportés par la rotation du gouvernement irresponsable la gestion de la crise corona, doit venir du peuple. 

Nous nous sommes donc regroupés il y a quelques semaines et avons créé le Comité du peuple israélien dans le but de lancer un processus d’enquête, de dénonciation, de changement, de correction et de rétablissement, et dans l’espoir d’encourager de nombreux autres citoyens israéliens à nous suivre et à nous rejoindre. – voyage de guérison. 

LES AUTEURS (AVEC L’AIDE DE TOUS LES AUTRES MEMBRES DU COMITÉ DU PEUPLE ISRAÉLIEN):

Dr Pinki Feinstein, psychiatre Adv. Irit Yankovich, avocat

Dr Galit Zapler Naor, médecin

Dr Yaffa Shir Raz, chercheur en communication sur la santé et les risques Prof. Eti Einhorn, chercheur en économie

MPA Limor Frira gestion publique MPH Ella Nave épidémiologiste

LE SITE WEB ET L’ADRESSE EMAIL DU COMITÉ DU PEUPLE ISRAELI: 

Le lien vers notre site web: the-people-committee.com

Veuillez noter que les informations disponibles sur notre site Web ne sont actuellement présentées qu’en hébreu. 

Dans un proche avenir, les informations seront également fournies en anglais.

Source.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Health Impact News

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :