A la Une

La France forme-t-elle des terroristes au Mali ?

Le Premier ministre Choguel Kokalla Maiga a déclaré de manière choquante qu’il disposait de preuves prouvant que la France entraîne des terroristes au Mali.

Is France Training Terrorists In Mali?

Des groupes militants de la région de Kidal, au nord du Mali, ont été entraînés par des officiers français, a affirmé le Premier ministre Choguel Kokalla Maiga dans une interview à RIA Novosti, affirmant que les deux tiers de son pays sont « occupés par des terroristes ».

Le Mali a des preuves que les forces françaises présentes sur son territoire avec pour mission de contrer les groupes terroristes ont plutôt « formé » des militants, a déclaré vendredi le Premier ministre du gouvernement de transition à l’agence de presse russe RIA.

Selon le responsable malien, la France contrôle désormais une enclave à Kidal, le Mali n’y ayant pas accès.

«Ils ont des groupes militants là-bas, qui ont été formés par des officiers français. Nous en avons la preuve.  

Il existe une expression dans notre langue qui dit que lorsque vous cherchez une aiguille dans votre chambre et que quelqu’un, censé vous aider dans la recherche, se tient sur cette aiguille, vous ne la trouverez jamais. C’est donc la situation qui se passe actuellement au Mali, et nous ne voulons pas le supporter », a déclaré Maiga.

Le politicien a expliqué que les terroristes opérant maintenant au Mali « venaient de Libye », la France et ses alliés ayant détruit l’État nord-africain lors d’une intervention militaire malheureuse en 2011 dirigée par l’OTAN.

Initialement, Bamako voulait coopérer avec Paris dans la lutte contre les terroristes et a demandé de l’aide en matière de données de renseignement et de soutien aérien. « Personne n’a demandé sa présence sur le terrain », a déclaré le Premier ministre. 

Alors qu’« il y a huit ans les terroristes n’étaient présents que dans le nord du Mali, à Kidal, aujourd’hui les deux tiers du pays sont occupés par des terroristes », a-t-il ajouté.

En 2014, la France a lancé son opération Barkhane dans la région, s’étant associée aux autorités locales pour contrer et réprimer les groupes terroristes, y compris les militants liés à Al-Qaïda, et stabiliser la situation dans les pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad et Mauritanie – toutes les anciennes colonies françaises).

Plus tôt cette année, le président français Emmanuel Macron a annoncé que son pays restructurerait sa présence militaire dans la région du Sahel en Afrique et fermerait ses bases dans le nord du Mali, cette opération devant être achevée d’ici le début de 2022.

S’adressant à l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre, Maiga a déclaré que Paris avait pris cette décision au dépourvu et avait abandonné son pays.

Une campagne diplomatique et médiatique massive a été déployée contre le Mali depuis, a déclaré le ministre dans le dernier entretien accordé à l’agence de presse russe.

Mais son État « ne veut que des partenaires fiables, agissant dans l’intérêt du pays », a-t-il dit, ajoutant que le Mali, étant une nation souveraine, « y a droit ».

Dans la querelle diplomatique entre Bamako et Paris, le président Macron, s’adressant aux médias français, a suggéré que l’actuelle administration intérimaire du Mali n’est pas « même un gouvernement ».

Il a affirmé que sans l’implication de la France, le pays aurait longtemps été envahi par les terroristes.

Le ministère malien des Affaires étrangères a convoqué l’émissaire français pour exprimer « l’indignation et la désapprobation » des propos de Macron, tout en exhortant les autorités françaises à construire une relation basée sur le « respect mutuel », en mettant l’accent sur la lutte contre le terrorisme.

Pendant ce temps, plus de 6 000 commandos des forces spéciales américaines opèrent activement dans 22 pays africains.

Aucun parmi le grand public n’a jamais connu le but de la présence massive de militaires américains en Afrique, en particulier des commandos. Cela a conduit de nombreux experts à se demander si les forces spéciales américaines colonisent effectivement l’Afrique.

Officiellement, les États-Unis ne prévoient de guerre avec aucun pays africain. Par conséquent, lorsque des agents américains meurent en Afrique, en particulier au Niger, au Mali ou en Somalie, le public et même les médias répondent en demandant « pourquoi les soldats américains sont-ils là en premier lieu ? »

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GreatGameIndia

Un sergent de police australien démissionne pour protester contre les ordonnances COVID d’Andrews, affirme que la majorité des flics sont d’accord

Bit Chute

Un vétéran de 16 ans de la police de Melbourne, Victoria en Australie a rendu public cette semaine pour dénoncer les actions de nombreux policiers lors des récentes manifestations.

Le sergent principal par intérim Krystle Mitchell a été interviewé par un groupe appelé « Discernable », portant son uniforme complet pendant l’entretien et annonçant qu’elle démissionnait officiellement de la force à la fin de son entretien. 

https://www.discernable.io/watch#

Blâmant en fin de compte les actions de la police sur le premier ministre de Victoria Daniel Andrews, Mitchell a déclaré : le message qui vient de Dan [Andrews] », qui dit aux forces de l’ordre quoi faire « au quotidien »,

Cependant, elle a déclaré que les membres de la police qui utilisent une force excessive seront tenus responsables et que la police a la responsabilité de ne pas utiliser une force excessive, quelque chose qui leur serait apparemment grillé à l’académie.

Elle a servi pendant 6 ans au Professional Standards Command – la division chargée d’enquêter sur les fautes policières, la corruption, la discrimination et la liberté d’information, renvoyant les enquêtes à la Commission indépendante anti-corruption (IBAC) le cas échéant.

Elle rappelle à ses collègues qu’ils seront finalement tenus individuellement responsables de leurs actes et qu’ils sont toujours soumis à l’article 462A de la Crimes Act 1958 (Vic) qui interdit l’usage disproportionné de la force.

Le sergent principal par intérim Mitchell cite les conflits éthiques comme raison pour parler publiquement de la conduite des agents de police de Victoria, de leur commissaire en chef – Shane Patton, de leur ministre – l’hon. Lisa Neville MP, et finalement leur premier ministre – l’hon. Daniel Andrews député. Elle a le sentiment qu’elle ne peut plus rester silencieuse alors que la division entre la police et la communauté s’accroît et est totalement ignorée par les dirigeants de la police et du gouvernement.

Elle a également déclaré qu’elle avait parlé à plus de 300 collègues policiers et que la majorité ressent la même chose qu’elle.

Le sergent Krystle Mitchell a renoncé à sa carrière pour faire cette entrevue et pourrait également faire face à des mesures disciplinaires.

Publié à l’origine sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=0Kn6AFl5G1c&t=950s

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :