A la Une

« Changement de position Sismique »: la Banque mondiale tire le bouchon sur le pétrole et le gaz, ne cédera plus + Notre problématique

© AP Photo/ Rich Pedroncelli

« Changement de position Sismique »: la Banque mondiale tire le bouchon sur le pétrole et le gaz, ne cédera plus

1018078979

La Banque mondiale a annoncé qu’elle cesserait de financer des projets pétroliers et gaziers à partir de 2019. Annie Pickering, une militante du réseau de campagnes d’étudiants britanniques People & Planet, a déclaré à Sputnik qu’il marquait un «virage sismique» vers les énergies renouvelables.

Lors d’un sommet sur le climat à Paris le mardi 12 décembre, le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a déclaré qu’il cesserait de financer l’exploration et l’extraction de pétrole et de gaz à partir de 2019.

« Dans des circonstances exceptionnelles, le financement du gaz en amont sera envisagé dans les pays les plus pauvres où l’accès à l’énergie pour les pauvres est clairement bénéfique et le projet s’inscrit dans les engagements de l’Accord de Paris », a ajouté la Banque mondiale, , à titre de clarification.

Pour aligner notre soutien aux pays qui cherchent à atteindre leurs objectifs de l’Accord de Paris, nous avons annoncé aujourd’hui que nous ne financerons plus le pétrole et le gaz en amont après 2019. Notre déclaration: https://t.co/uSGZjZiQKM #OnePlanet pic.twitter.com/ 4M7nPXliVN

– Jim Yong Kim (@JimYongKim) 12 décembre 2017

Le sommet a également entendu la banque néerlandaise ING annoncer des plans pour réduire ses investissements dans la production d’énergie au charbon à zéro d’ici 2025 et la gigantesque caisse de retraite norvégienne Storebrand dévoiler une augmentation de ses investissements sans fossiles à 3 milliards de dollars des Etats-Unis d’Amérique (US $)

« Annonce historique »

Stephen Kretzmann, directeur exécutif de Oil Change International, a déclaré qu’il était «difficile d’exagérer la signification de cette annonce historique» de la Banque mondiale.

Les militants contre les combustibles fossiles en Europe ont également salué le mouvement.

«Cette évolution sismique de l’extraction des combustibles fossiles montre que la campagne de désinvestissement est gagnante à tous les niveaux, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, certains des plus grands délinquants, dont Barclays, finançant toujours l’oléoduc Keystone XL Canada et d’autres projets dans le monde entier », a déclaré Annie Pickering, une militante du réseau de campagnes d’étudiants britanniques, People & Planet, à Sputnik.

Nous avons seulement #UnePlanète. Si nous engageons les bonnes ressources, si nous agissons avec audace et rapidité pour exploiter l’innovation et stimuler le progrès, nous pouvons faire en sorte que ce monde demeure ce que nous serons fiers de laisser à nos enfants. pic.twitter.com/BJag7kmtfQ 

– Jim Yong Kim (@JimYongKim) 12 décembre 2017

«Avec la cession d’Axa Insurance du charbon et des sables bitumineux, deux banques chinoises qui se retirent de la mine Adani Coal en Australie et (Jeremy) Corbyn et le parti travailliste qui soutiennent la campagne du Parlement pour le désinvestissement, la semaine dernière, il est clair Les sociétés de combustibles fossiles perdent en popularité et en légitimité », a-t-elle ajouté.

Universités Cession

Mme Pickering a déclaré que les étudiants du Royaume-Uni gagnaient leurs campagnes de désinvestissement, plus d’un tiers des universités britanniques s’engageant à se départir des combustibles fossiles et les étudiants manifestaient maintenant devant les succursales de Barclays Bank au Royaume-Uni pour les convaincre de se dessaisir.

C’est énorme: la Banque mondiale met fin au financement de l’extraction de pétrole et de gaz. Gardez-le au sol https://t.co/58qyEWIECl

– Bill McKibben (@billmckibben) 12 décembre 2017

« La Banque mondiale doit à juste titre assainir son action, fournir des financements pour une transition juste plutôt que de financer des entreprises extractivistes internationales, qu’il s’agisse de pétrole ou d’autres ressources naturelles au détriment des communautés locales. Cependant, la Banque mondiale s’est toujours mise en garde d’investir dans les combustibles fossiles «dans des circonstances exceptionnelles» et il reste à voir comment cela sera utilisé », a poursuivi Mme Pickering.

La Banque mondiale a indiqué qu’elle était sur la bonne voie pour atteindre son objectif de 28% de ses prêts en faveur d’une «action climatique» d’ici 2020.

Le sommet a été organisé par le président français Emmanuel Macron, qui a insisté pour que l’argent des investissements dans les combustibles fossiles passe à une énergie plus renouvelable.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que le fait de subventionner les combustibles fossiles signifiait que l’humanité « investissait dans sa propre ruine ».

La Banque mondiale arrête de financer l’extraction de pétrole et de gaz. (Alors que le gouvernement australien veut subventionner de nouvelles mines de charbon et des centrales électriques.) https://t.co/dEM64KQ3SO

– No New Coal Mines (@NoNewCoalMines) 13 décembre 2017

« Nous sommes en guerre pour l’existence même de la vie sur notre planète telle que nous la connaissons », a déclaré M. Guterres au sommet, auquel ont assisté le Premier ministre britannique Theresa May, le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy et le président mexicain Enrique Pena Nieto.

Oil Change International a récemment publié une étude selon laquelle les institutions financières publiques contrôlées par les gouvernements du G20 et la Banque mondiale ont investi 71,8 milliards de dollars USA par an dans les combustibles fossiles, contre seulement 18,7 milliards de dollars USA pour les énergies renouvelables.

Les opinions et opinions exprimées par Annie Pickering sont les siennes et ne reflètent pas nécessairement celles de Sputnik.

Traduction :MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

Notre problématique

Est-ce un nouveau moyen malicieux trouvé pour le contrôle des ressources naturelles et technologiques par les instances internationales et nations capitalistes ? Existerait-il un piège pour les pays producteurs ou futurs producteurs comme le Sénégal qui ont investi pour la recherche et la découverte de réserves importantes ? Ne veut-on pas volontairement minimiser l’importance de la ressource pour en prendre le contrôle autrement ? Est-ce une mesure prise pour sauver réellement la planète ou pour appauvrir et ruiner ceux qui possèdent ces richesses en abondance au moment où les pays capitalistes connaissent des difficultés économiques ? Les acteurs du consensus de Washington comme la Banque mondiale et leurs théoriciens veulent-ils profiter de cette belle occasion qui se présente pour également empêcher l’apparition des cryptomonnaies en les tuant dans l’œuf? Ne va-t-on pas assister de plus en plus à l’achat de terres dans les pays à ressources naturelles abondantes? Comment protéger les pays et les populations si une telle perspective survenait? Quelles mesures réelles seraient prises pour un transfert réel des technologies et quelles compensations financières annuelles pour les pays possédant d’énormes réserves d’hydrocarbures ? Ces derniers pourraient-ils utiliser ces ressources pour des besoins financiers et énergétiques locaux, régionaux et internationaux à moindre impact écologique et climatique? Les énergies renouvelables vont-elles satisfaire tous les besoins énergétiques des humains sans qu’il y ait exclusion ? Va-t-on également cesser d’exploiter les autres ressources naturelles comme l’or, le diamant, l’uranium ou le coltan dont l’extraction amène à détruire les espaces vitaux tels que les forêts et l’environnement ? Quel modèle de développement et de vie sociétale serait finalement retenu pour les populations et les nations ?

Jean de Dieu MOSSINGUE

MIRASTNEWS

Urgent : appel à la solidarité contre les expulsions forcées des campements des travailleurs sans terre au nord du Brésil

dq3xzdrwkaac1az

Chers compagnons,

Une attaque agressive est menée contre les paysans sans terre du MST dans l’Etat de Pará, au nord du Brésil.

Les grands propriétaires fonciers ainsi que les autorités judiciaires locales, les grands médias et la police militaire brésilienne ciblent les campements du MST dans tout le pays.

2.000 familles paysannes vivant dans 20 campements situés dans l’Etat du nord de Pará risquent d’être violemment expulsées d’ici à la fin de l’année

Lundi (11), un commando  armé a attaqué le campement Hugo Chavez. Sept hommes lourdement armés – une «sécurité privée» illégale engagée par les grands propriétaires, ont fait feu sur des paysans désarmés, y compris des femmes et des enfants.

L’ordonnance judiciaire d’expulsion des 300 familles vivant dans le campement Hugo Chavez a été confirmée pour demain par la police militaire (14). On s’attend à plus de violence, puisque les familles sont prêtes à résister.

L’escalade récente de la violence a lieu alors que le gouvernement brésilien continue de mettre en place et d’utiliser de lois régressives sur la propriété foncière, qui ont eu des conséquences dévastatrices sur les travailleurs agricoles sans terre et les déplacés.

Pendant l’administration du président non élu du Brésil, Michel Temer, le Mouvement des Sans Terre a été victime de niveaux accrus de violence étatique et de criminalisation contre nos membres

Face à l’escalade de la violence et de la répression, nous lançons un appel urgent à la solidarité internationale!

Envoyez une courte vidéo ou une déclaration de soutien et de solidarité aux familles MST du Pará à l’adresse e-mail suivante: redacao@mst.org.br et srimst@mst.org.br!

PLUS IMPORTANT: ESSAYONS D’ARRÊTER L’EXPULSION DE DEMAIN ET CETTE MONTÉE DE LA VIOLENCE.

Ecrivez aux autorités officielles pour condamner les expulsions au Pará et demander la révision de l’ordre d’expulsion du Camp Hugo Chavez!

Envoyer un email aux adresses électroniques suivantes:

Président de la Cour de justice – Ricardo Ferreira Nunes: presidência@tjpa.jus.br

Secrétaire d’État à la Sécurité publique – Jeannot Jansen da Silva Filho:segup.ascom@gmail.com

Secrétaire de l’État du Pará – Jose Megale Filho: casacivil@palacio.pa.gov.br

Bureau du médiateur agricole – Rosi Maria Gomes de Farias:ouvidoria.agraria@tj.pa.jus.br

Juge agraire de Maraba – Amarildo Mazutti: Amarildo.mazutti@tjpa.jus.br

Ombudsman agraire national – Jorge Tadeu Jatoba: ouvidoria@incra.gov.br

Copie: redacao@mst.org.br et srimst@mst.org.br

Avec votre solidarité et la pression internationale, les 2 000 familles campées de l’État de Pará espèrent passer Noël dans leurs maisons et sur leurs terres.

Conseil national du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre du Brésil www.mst.org.br – Collectif des Relations Internationales

dq3ma83x0aaoeid

Traduction : T.D.

Source: https://wp.me/p27hZR-vO

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. L’ONU et les puissances mondiales renouvellent leur appel à l’action pour le climat lors du Sommet One Planet à Paris – MIRASTNEWS
  2. Nouvelle tactique de routine? En visite à Moscou, Bruno Le Maire dénonce les sanctions américaines contre la Russie + Notre conseil – MIRASTNEWS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :