A la Une

‘Le temps est compté contre le Royaume-Uni’: pas d’accès aux Skripals et aux résultats de l’enquête qui minent la crédibilité de Londres – envoyé de la Russie

PHOTO DE FICHIER: Une voiture de police est vue devant l’hôpital du district de Salisbury, le 10 avril 2018. © Peter Nicholls / Reuters

Le Royaume-Uni a fait savoir qu’il ne laisserait pas Moscou rencontrer des citoyens russes, l’ex-agent double Sergei Skripal et sa fille, car l’enquête secrète sur leur empoisonnement en dit long sur les observateurs, a déclaré l’ambassadeur russe.

« Il est devenu clair que nous n’aurons pas accès aux Skripals. Ils [les autorités britanniques] ne veulent tout simplement pas le fournir », a déclaré jeudi à l’AFP Alexandre Yakovenko, envoyé russe au Royaume-Uni, après sa rencontre avec Philip Barton, directeur général des Affaires consulaires et de la sécurité au ministère britannique des Affaires étrangères.

En bloquant l’accès aux Russes, Londres viole de manière flagrante ses devoirs en vertu d’un traité bilatéral sur les relations consulaires avec Moscou, a déclaré Yakovenko. Le sort des Skripals, quant à lui, reste inconnu, a-t-il souligné.

Londres maintient que les Skripals ne veulent pas rencontrer de responsables russes. Cependant, ni l’ex-espion russe ni sa fille, Yulia, n’ont publiquement semblé le confirmer depuis l’empoisonnement de mars. Les autorités russes n’ont jamais reçu de photos ou d’enregistrements vocaux de l’homme et de sa fille du côté britannique, a déclaré Yakovenko.

« Nous ne pouvons pas établir de façon concluante dans quelle condition ils se trouvent et s’ils agissent de manière volontaire », a déclaré Yakovenko, ajoutant que les réponses que Moscou continue d’obtenir de Londres sont « vides et formalistes ».

Plus le Royaume-Uni prolonge l’enquête, plus les pays voient «la vraie nature de la politique menée par le gouvernement conservateur», a déclaré Yakovenko, ajoutant que «le temps est contre Londres.» Selon le diplomate, la situation a «mis la réputation du Royaume-Uni à risque.»

Voile de silence

Londres a refusé à Moscou l’accès aux Skripals dès le début. Premièrement, les diplomates russes ont été empêchés de visiter l’hôpital où les deux ont été traités. Ensuite, ils ont également été empêchés de rencontrer Yulia Skripal après que les autorités britanniques ont dit qu’elle avait récupéré.

Le Royaume-Uni a également refusé de délivrer un visa pour la nièce de Skripal, Viktoria, après avoir affirmé qu’elle viendrait emmener ses proches en Russie. Après une brève conversation avec Yulia, Viktoria a également déclaré que sa cousine avait l’air «entraînée» et «n’a pas utilisé ses propres mots» lors de la seule conversation téléphonique entre les proches.

Plus tard, il a été rapporté que les agences de renseignement des Etats-Unis d’Amérique et britanniques pourraient offrir à Sergei et Yulia Skripal de nouvelles identités et une réinstallation dans un pays des Cinq Yeux. Moscou a dénoncé ces plans en disant que toute réinstallation secrète de l’ancien agent double et de sa fille serait considérée comme un «enlèvement de citoyens». À la mi-avril, l’envoyé russe Vassili Nebenzia a également accusé le Royaume-Uni de détruire systématiquement les preuves relatant l’incident à Salisbury.

Le récit de Londres s’effondre?

La position britannique sur l’empoisonnement de Skripla est restée inchangée. Le gouvernement britannique accuse la Russie d’avoir empoisonné Yulia et Sergei Skripal début mars 2018, en utilisant l’agent neurotoxique A-234, également connu sous le nom de Novichok. Londres continue de blâmer Moscou pour l’incident, affirmant que la Russie est le seul pays capable de le produire.

Tout en restant largement incontesté dans les médias traditionnels britanniques, ce récit semble s’effondrer dans le contexte des derniers développements. La semaine dernière, le président tchèque Milos Zeman a ouvertement admis que son pays avait produit et testé un agent neurotoxique de la famille Novichok.

LIRE PLUS: Le président tchèque admet que son pays a produit Novichok – mais les principaux médias britanniques restent silencieux

Les diplomates russes avaient auparavant désigné la République tchèque comme l’un des pays les plus probables d’où l’agent neurotoxique aurait pu venir. La liste comprenait également la Slovaquie, la Suède et le Royaume-Uni lui-même.

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), un organisme international de surveillance des armes chimiques, a affirmé à plusieurs reprises qu’elle ne pouvait pas identifier la source de l’agent qui aurait été utilisé pour empoisonner les Skripals.

Traduction: MIRASTNEWS

Source: RT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :