A la Une

La nouvelle déclaration de mission du Pentagone: le néo-colonialisme et l’hégémonie ôtés du masque

Un chef d’équipe de l’armée des Etats-Unis d’Amérique à bord d’un hélicoptère Chinook CH-47F en Afghanistan © Reuters

Les Etats-Unis d’Amérique ont longtemps cherché à nier leur caractère hégémonique tout en soulignant son caractère démocratique. Il semble maintenant que toutes ces prétentions aient été abandonnées [pour la dictature. MIRASTNEWS].

« Le faux visage doit cacher ce que le faux cœur sait », écrit Shakespeare, en des termes qui, depuis des temps immémoriaux, auraient dû être placés sous le grand sceau des Etats-Unis d’Amérique sur le podium chaque fois qu’un président, un membre du cabinet, ou en effet tout fonctionnaire états-unien d’Amérique a proclamé leur pays un champion de la démocratie.

Maintenant, avec le ministère de la Défense des États-Unis d’Amérique modifiant la déclaration de mission de l’armée des Etats-Unis d’Amérique d’une position de «guerre de dissuasion» à une position de «soutien des USA à l’étranger», tous les prétextes sont révolus, permettant à l’élite politique et militaire du pays dans la chaude lueur de l’hégémonie ôtée du masque.

Selon Task & Purpose – un site d’information adapté aux vétérans des Etats-Unis d’Amérique – ce changement sémantique dans l’énoncé de mission «semble un changement important pour le département [de la Défense] sous le président Donald Trump», « Mais même si pour certains cela peut constituer un » changement significatif », les étudiants de l’histoire des États-Unis d’Amérique contrediront sans aucun doute cette assertion particulière au point que, même si cela peut constituer un changement de forme, c’est tout sauf en ce qui concerne le contenu.

Comment pourrait-il en être autrement lorsque l’impérialisme et l’hégémonie sont le pivot même de la politique étrangère des Etats-Unis d’Amérique et l’ont toujours été? Tous deux, en effet, se situent aux fondements mêmes de l’existence du pays, renforçant une identité musclée enracinée dans le nationalisme, l’exceptionnalisme et la suprématie – un breuvage toxique responsable de certains des crimes les plus odieux de l’histoire de l’humanité.

De la guerre USA-Mexique de 1846-1848, les Etats-Unis d’Amérique ont saisi la moitié du Mexique à cette époque – un épisode fustigé par l’ancien esclave et célèbre abolitionniste des Etats-Unis d’Amérique, Frederick Douglass, comme une «guerre honteuse, cruelle et inique avec notre sœur république» – jusqu’à la guerre pour le changement de régime en Libye en 2011, sous la rubrique de l’OTAN, les Etats-Unis d’Amérique ont été la plus grande menace à la paix, la stabilité et la justice dans le monde.

Que les champions de l’expansionnisme des Etats-Unis d’Amérique brandissent la bannière de la démocratie, des droits de l’homme et de la liberté pour justifier ses objectifs ne fait qu’ajouter une couche supplémentaire de mensonge au caractère de ce qui s’est révélé une bête insatiable de conquête et de domination.

Écrivant dans l’introduction à son ouvrage classique «Rogue State» (Zed Books, 2014), l’auteur William Blum identifie l’influence de la propagande nationale qui accompagne l’hégémonie des Etats-Unis d’Amérique: «Aucun états-unien d’Amérique (Américain) n’a de difficulté à croire en l’existence et la passion de l’expansion, le pouvoir, la gloire et la richesse de l’Empire romain, de l’Empire ottoman, de l’Empire austro-hongrois ou de l’Empire britannique. C’est juste là dans leurs manuels scolaires. Mais pour l’esprit des Etats-Unis d’Amérique … « L’Empire états-unien d’Amérique » est un oxymore.»

LIRE PLUS: « Alors que les crimes s’accumulent, ils deviennent invisibles »: la complicité occidentale dans la sale guerre d’Arabie saoudite au Yémen

Et de peur que quiconque ne tombe dans l’erreur de croire que la politique étrangère des Etats-Unis d’Amérique diffère selon l’occupant de la Maison Blanche; c’est une erreur de lecture de la réalité au même niveau d’absurdité que l’affirmation selon laquelle le caractère d’un crocodile diffère selon la couleur de ses yeux.

Peut-être l’éloge le plus nullement décontenancé et le plus décomplexé de l’expansionnisme des Etats-Unis d’Amérique de ces derniers temps a été proclamé par le célèbre chroniqueur états-unien d’Amérique Thomas Friedman dans les pages du New York Times en 1999. À une époque où les États-Unis d’Amérique se vautraient dans le triomphalisme post-soviétique, Friedman a encouragé l’idée que l’Amérique était vraiment la seule nation indispensable au monde.

RT

@RT_com

US is a rogue nation with a rogue military and a completely unaccountable ruling elite (Op-Ed by @LeeCamp) https://on.rt.com/9844 

Trump’s military drops a bomb every 12 minutes, and no one is talking about it – Lee Camp — RT Op-ed

We live in a state of perpetual war, and we never feel it. While you get your gelato at the hip place where they put those cute little mint leaves on the side, someone is being bombed in your name.

rt.com

Friedman écrit: «La main cachée du marché ne fonctionnera jamais sans un poing caché – McDonald’s ne peut prospérer sans McDonnell Douglas, le constructeur du F-15. Et le poing caché qui maintient le monde en sécurité pour les technologies de la Silicon Valley s’appelle l’armée de terre des Etats-Unis d’Amérique, l’armée de l’air, la marine et le corps des marines.»

Quand ça se résume à ça, ce n’est vraiment pas sorcier. Après tout, ces 800 bases militaires des Etats-Unis d’Amérique dans plus de 70 pays à travers le monde ne sont pas là pour l’ornementation, et certainement pas pour aider à rendre le monde sûr pour la démocratie. Au lieu de cela, selon Friedman, ces bases existent pour rendre le monde sûr pour que les sociétés mondiales occidentales pillent et exploitent les ressources humaines et naturelles du monde sans être gênées par les inconvénients de la souveraineté nationale et de l’autodétermination. [C’est ainsi que par exemple en Afrique les pays qui aident et reçoivent sur leur sol des bases militaires états-uniennes d’Amérique, les aident à dépouiller les pays d’Afrique d’une grande partie de leurs ressources et richesses. MIRASTNEWS]

De même, le budget militaire gigantesque des États-Unis d’Amérique, qui a été porté plus tôt cette année par Washington à plus de 700 milliards de dollars pour l’année 2019, est davantage consacré à l’offensive qu’à la défense. L’armée des Etats-Unis d’Amérique pourrait être considérée moins comme un bouclier, et plus comme une épée contre des États qui osent affirmer leur droit à l’indépendance et qui osent résister ou défier la domination des Etats-Unis d’Amérique.

Que l’éthique de «la puissance soit juste» est incompatible avec un monde organisé selon les principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, cela va de soi. Le fait que l’éthique de la «puissance est bonne» sous-tend et conduit la politique étrangère des Etats-Unis d’Amérique est également évident. Ainsi nous avons la contradiction permanente de notre temps.

En dernière analyse, contraindre les puissants a toujours été le défi le plus pressant et le plus important auquel l’humanité est confrontée. Car, qu’elle soit vêtue des vêtements de la civilisation grecque antique, de la République romaine, des Lumières occidentales, du totalitarisme européen ou de la démocratie libérale occidentale, le pouvoir absolu de l’empire a exigé le prix d’une dévastation et d’une souffrance monumentales, elle ne peut être que l’ennemie du progrès. En 2018, cet ennemi est Washington.

Vous pensez que vos amis seraient intéressés? Partagez cette histoire!

 John Wight

John Wight a écrit pour une variété de journaux et de sites Web, y compris l’Independent, Morning Star, Huffington Post, Counterpunch, London Progressive Journal et Foreign Policy Journal.

Les déclarations, idées et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. La nouvelle déclaration de mission du Pentagone : le néo-colonialisme et l’hégémonie démasqués | Réseau International
  2. La nouvelle déclaration de mission du Pentagone: le néo-colonialisme et l’hégémonie ôtés du m asque | Boycott

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :