A la Une

Développer des missiles ou chercher un « meilleur » accord? Trump envoie des signaux contradictoires à la Russie à propos du traité INF

©  Reuters / Jim Young

Les Etats-Unis d’Amérique espèrent un accord « bien meilleur » à la place du traité INF, a déclaré Donald Trump. Dans le même temps, il a promis de développer une « réponse militaire » aux violations présumées de la Russie – ce que font les Etats-Unis d’Amérique depuis des années, en fait.

Le président des États-Unis d’Amérique a envoyé des signaux mitigés sur ce qu’il cherchait exactement à faire avec l’annonce du retrait du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF). Vendredi, Washington a suspendu sa participation à l’accord historique et a promis de le laisser complètement dans 180 jours, à moins que la Russie ne cède à ses exigences.

LIRE PLUS: Les États-Unis d’Amérique se retirent du traité INF dans 180 jours – Pompeo

«J’espère que nous pourrons réunir tout le monde dans une grande et belle salle et conclure un nouveau traité qui serait beaucoup mieux. Bien sûr, j’aimerais voir cela», a déclaré Trump à la presse à la Maison Blanche.

Plus tôt dans la journée, cependant, il a promis de « développer nos propres options de réponse militaire » contre les violations présumées par la Russie. Moscou, de son côté, a nié avec véhémence ces accusations, mettant même en avant le missile que les Etats-Unis d’Amérique ont déclaré violer l’accord FNI, constituant un pas sans précédent vers la transparence.

L’accord conclu en 1987 entre les États-Unis d’Amérique et l’Union soviétique interdit des missiles au sol – balistiques et de croisière – d’une portée de 500 à 5 500 kilomètres. Washington et Moscou se sont mutuellement accusés de violer l’accord, les Etats-Unis d’Amérique affirmant que la Russie produisait secrètement des systèmes interdits et ce dernier affirmant que les soi-disant systèmes de défense antimissile des Etats-Unis d’Amérique déployés en Europe étaient en réalité capables de lancer des munitions offensives.

Alors que les espoirs de Trump d’obtenir un «meilleur» traité font apparemment partie de sa stratégie vantée sur «l’art de l’accord», les menaces de développer une «réponse militaire» sont en réalité un secret de polichinelle. Au cours des dernières années, les budgets de la défense des États-Unis d’Amérique ont alloué des fonds à la recherche et au développement de systèmes d’armes interdits par les FNI – tout en accusant systématiquement la Russie de les avoir rendus responsables.

Par exemple, la loi relative à l’autorisation de la Défense nationale pour l’exercice 2018 a alloué 58 millions de dollars pour lutter contre le non-respect par la Russie de l’INF. Les mesures contre les activités présumées comprenaient un « programme de recherche et développement sur un missile à portée intermédiaire lancé au sol », qui, d’une manière ou d’une autre, ne devrait pas violer le traité lui-même.

Les Etats-Unis d’Amérique ont mis leurs alliés dans une situation extrêmement dangereuse – responsables russes

Le budget de la défense record pour 2019 semble à son tour être un peu plus subtil à propos de telles activités. Contrer Moscou inclut désormais simplement la «fourniture des fonds supplémentaires» pour les capacités décrites dans le budget de 2016, ainsi que «rechercher des moyens de défense antimissile supplémentaires sur le théâtre européen».

Le document de 2016, vous l’avez deviné, inclut le développement des «capacités de frappe pour renforcer les forces des États-Unis d’Amérique ou de leurs alliés, que ces capacités soient ou non conformes au traité INF.»

[Une des meilleures réponses serait que la Russie puisse éviter de signer tout traité avant au moins 35 ans avec les Etats-Unis d’Amérique qui déchirent les traités à l’envi, et devrait plutôt améliorer les réponses militaro-technologiques en rendant encore plus performant ses armes offensives et défensives, ses moyens de projection, son équipement et sa logistique – MIRASTNEWS]

Vous aimez cet article? Partagez-le avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : RT

Traité INF: « L’Occident a versé le premier sang stratégique en élargissant l’OTAN »

© REUTERS / Lucy Nicholson

La décision des Etats-Unis d’Amérique de suspendre leurs obligations vis-à-vis du traité INF reflète une « situation grave dans le segment des armes nucléaires », liée à l’expansion de l’OTAN dans la région proche des frontières de la Russie, a déclaré l’analyste à Sputnik, dans le cadre de l’expansion de l’OTAN dans la région immédiate jusqu’aux frontières de la Russie.

« Il est très discutable d’affirmer que les Etats-Unis d’Amérique se retireront du traité [d’élimination des missiles de courte et moyenne portée] de 1987 parce que la Russie a déployé des missiles et les viole donc. La situation internationale a changé, et de mon point de vue le premier du sang stratégique a été versé de l’Ouest en élargissant l’OTAN aux confins de la Russie », a déclaré Hutschenreuter.

L’annonce faite par Washington à propos de la suspension du traité « va sûrement » être suivie du retrait, « si les changements que les Etats-Unis d’Amérique veulent, » a ajouté l’expert. La Maison-Blanche base sa décision sur une « primauté des intérêts nationaux » dans un contexte de crise de « tous les segments de la politique internationale ». Le cas des armes nucléaires, la question de fond du traité INF, « a à voir avec la survie », a-t-il souligné.

« Ce qui est inquiétant – et que cela n’inclut pas uniquement les États-Unis d’Amérique et la Fédération de Russie – est qu’il s’agit d’un point supplémentaire par rapport au grand doute qui peut naître dans le secteur nucléaire. En d’autres termes, si l’équilibre de la terreur n’est pas en train d’être érodé, le système nucléaire avec lequel le monde travaille depuis près d’un demi-siècle et qui est censé continuer à le faire », a déclaré Hutschenreuter.

LIRE PLUS: Trump espère négocier un meilleur accord nucléaire que le traité INF

Une mesure comme les Etats-Unis d’Amérique « suscite des doutes » sur « une diminution de la dissuasion » causée par les effets d’un éventuel scénario nucléaire. Selon l’expert, « c’est le point le plus inquiétant, non seulement pour les deux pays mais pour le monde entier ».

« Il est vrai que l’ordre nucléaire a été modifié, et les deux acteurs devront peut-être réfléchir à une grande conférence internationale pour éviter que l’équilibre du terrorisme finisse par générer une situation alarmante pour la première fois de l’histoire, à savoir la possibilité d’une confrontation nucléaire avec des armes tactiques, mais en laissant de côté cette peur qui était la destruction mutuelle assurée », a-t-il ajouté.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que la possibilité d’une guerre nucléaire « est un problème très grave et qu’elle existe malheureusement et que même la tendance à la sous-estimation grandit ». A la même occasion, avant que Washington spécifie la suspension de ses obligations vis-à-vis du traité INF, le chef de l’Etat a assuré que les avantages obtenus par la Russie avec ses nouvelles armes ne servent qu’à préserver la parité.

« Les traités [comme le FNI] sont des régimes qui permettent un certain ordre et une certaine prévisibilité, en l’occurrence dans le segment le plus sensible pour la survie de l’humanité, mais il est également vrai que l’ordre international, le panorama stratégique international a changé au cours des 30 dernières années d’une manière remarquable », a analysé Hutschenreuter.

En 1987, lorsque l’Union soviétique de Mikhaïl Gorbatchev et les États-Unis d’Amérique de Ronald Reagan ont signé le traité, « la guerre froide n’avait pas pris fin ». Outre l’URSS, « il y avait deux blocs militaires, à la fois l’OTAN et le pacte de Varsovie ».

« Après que le monde ait changé, mais pas pour le mieux, depuis que l’OTAN s’est développée avec le sentiment d’empêcher géopolitiquement l’émergence de la Russie, qui réagit depuis longtemps », a déclaré l’expert.

« Aujourd’hui, la Russie estime qu’elle doit contrebalancer les gains de puissance qu’a acquis l’Occident dans le développement de l’OTAN. Si elle rencontre une OTAN à l’extrême ouest de son territoire, elle cherche en quelque sorte à obtenir des gains de puissance pour contrebalancer cette situation et peut-être le développement de nouveaux systèmes de missiles, ce qui lui permettra de générer une réponse en termes de rapport de force face à une réalité à laquelle on ne s’attendait alors plus », a-t-il déclaré.

LIRE PLUS: un député allemand a déclaré que la sécurité européenne ne pouvait être déléguée aux États-Unis d’Amérique.

Hutschenreuter a rappelé qu’il existait d’autres acteurs mondiaux possédant des armes nucléaires, à la fois dans le cadre du Traité de non-prolifération nucléaire (France, Chine, Royaume-Uni) et ailleurs (Israël, le Pakistan et l’Inde). La Corée du Nord a mis son programme d’armes nucléaires en attente.

« On a toujours eu cette idée que les armes nucléaires constituaient la première protection permettant de réaliser la sécurité presque totale d’un pays. Il est donc possible qu’il y ait une fuite en avant dans certains conflits – par exemple entre l’Inde et le Pakistan – et utiliser des armes pratiques », décrit Hutschenreuter.

« Il est difficile pour les Etats-Unis d’Amérique et la Russie de le faire, car au-delà de ces annonces de retraits ou de suspensions, les deux maintiennent ce que j’appelle la culture stratégique, à savoir la restriction nécessaire à l’utilisation de ces armes », a-t-il déclaré.

Mais l’érosion du régime de restrictions laisse subsister certains défis. Quelle pourrait être la réponse des États-Unis d’Amérique dans ce contexte? « L’amélioration et l’apparition de nouveaux armements pour contrebalancer les nouveaux systèmes de missiles de la Fédération de Russie », a commenté l’expert.

« C’est le problème qui commence à se poursuivre avec la construction de nouvelles armes à la pointe de la technologie. Nous avons ici un échec du Traité de non-prolifération nucléaire, qui oblige les puissances à marcher vers le désarmement », a analysé Hutschenreuter.

« C’est vrai, ils sont en train de désarmer, mais ils améliorent de nouveaux systèmes. Ils peuvent donc conserver 1 000 ogives nucléaires mais avec une capacité plusieurs fois supérieure à celle de 15 000. » Je me souviens toujours d’une phrase de Kissinger: ‘Quelle est la différence entre la mort sous l’explosion d’une bombe nucléaire devant mourir par l’explosion de 2 000 armes nucléaires?’ C’est tragiquement risible », a conclu le directeur d’Equilibrium Global.

Vous aimez cet article? Partagez-le avec un ami!

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Sputnik News

1 Comment on Développer des missiles ou chercher un « meilleur » accord? Trump envoie des signaux contradictoires à la Russie à propos du traité INF

  1. josephhokayem // 2 février 2019 à 20:48 // Réponse

    A reblogué ceci sur josephhokayem.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :