A la Une

COVID, BLM, la politique identitaire et l’élite dirigeante mondiale

Ce qui suit est mon opinion basée sur plus d’une décennie et demie de recherche sur les élites dirigeantes. Sachez que ce type de commentaire est désormais considéré comme du terrorisme intérieur par le FBI, l’État de sécurité nationale et ses médias de propagande.

J’ai décidé de publier mes réflexions sur la destruction de l’Amérique (et de l’Europe) avant les élections. Si le sondage actuel est une indication, Donald Trump ne sera pas réélu. Joe Biden sera le lecteur téléprompteur de l’establishment. Le Sénat basculera sous le contrôle démocrate. Les démocrates et leurs alliés «progressistes» (financés par les entreprises) s’en prendront à n’importe qui à droite ou à gauche de l’establishment, à l’exception de groupes comme Black Lives Matter, qui reçoivent désormais des millions de dollars de Citibank et de la Fondation Ford, ce dernier étant connu depuis longtemps comme une opération de front contrôlée par la CIA.

«La Fondation Ford et Borealis Philanthropy ont récemment annoncé la formation du Black-Led Movement Fund [BLMF], une campagne de donateurs regroupés sur six ans visant à collecter 100 millions de dollars pour la coalition Movement for Black Lives», rapporte le Washington Times.

Le virus COVID est une arme biologique délibérément lancée en Chine et de là se propage dans une grande partie du reste du monde. Il ne s’est pas échappé du laboratoire de Wuhan. Il a été libéré par l’armée des Etats-Unis d’Amérique alors qu’elle participait à un événement sportif à Wuhan. Cependant, on pense que le virus circulait en novembre 2019, peut-être plus tôt. En avril, une étude publiée dans la revue à comité de lecture Antiviral Research (Vol.16, avril 2020) a conclu que le virus COVID contient des caractéristiques non présentes dans d’autres virus. En outre, le document a fait valoir que le virus n’a pas d’ascendance connue et contient des éléments présents dans le MERS, qui, selon les auteurs, « n’ont pas été observés dans la lignée b des bétacoronavirus ». En d’autres termes, le virus est une arme biologique artificielle et non un monstre de la nature. [Cela suppose que le virus existe réellement – voir mon article ici – Ed.]

Chargement…

Cependant, cette maladie créée par un laboratoire militaro-industriel n’a pas été conçue pour tuer des millions de personnes et devenir la version de la peste noire du 21e siècle. Il est beaucoup plus utile en tant que mécanisme induisant la peur.

Voici le plan de match tel que je le vois:

1) faire baisser l’argent fiduciaire vacillant et l’économie axée sur les actifs toxiques et blâmer le virus.

2) détruire l’entreprise de Main Street en concurrence avec les géants de l’entreprise (rappelez-vous John D. Rockefeller – sa maxime de fonctionnement était que la concurrence est un péché).

3) créer un chômage massif et soutenu.

4) normaliser l’idée de l’assignation à résidence et la négation des droits constitutionnels fondamentaux.

5) améliorer la surveillance déjà intrusive et inconstitutionnelle avec le «suivi des contacts» via un smartphone et la technologie Bluetooth (consultez cet article qui détaille comment les autorités du Michigan ont utilisé le suivi des contacts contre les manifestants anti-verrouillage).

6) fomenter des troubles et exacerber les maux sociaux en tant que détournement de la reformulation mondialiste planifiée de l’économie et de la société mondiales (c’est-à-dire la «gouvernance mondiale», alias Nouvel Ordre Mondial).

7) ordonner aux médias de propagande des entreprises de s’attarder de manière obsessionnelle sur l’idéologie et les conflits irrationnels fondés sur la race et le sexe, creusant ainsi un fossé politique artificiel, créant le chaos social et la violence, et détournant et réduisant ainsi la menace posée à l’élite et à la sécurité nationale appareil d’État.

8) garder le récit concentré sur Donald Trump; minimiser l’évolution de la dépression économique, distraire l’attention et débattre loin des guerres sans fin de l’élite et de la prédation néolibérale (cela a été accompli pendant le régime Obama).

9) continuer à fabriquer des ennemis étrangers – Russie, Chine, Corée du Nord, Venezuela, Syrie – et réprimer les «terroristes nationaux» et les «théoriciens du complot» désormais confondus avec l’Etat islamique.

Après que les démocrates ont repris le Congrès et la Maison Blanche, ce dernier point va déborder. MAGA, déjà diffamé en tant que nazis et suprémacistes blancs, fera l’objet d’une enquête et ses partisans seront poursuivis et emprisonnés. Idem les gens de gauche, ou ceux qui ne sont pas associés et financés par des fondations et des sociétés d’élite.

Je suis convaincu que l’élite dirigeante et financière considère la plupart d’entre nous comme des mangeurs inutiles, du bétail à exploiter. Ils ont passé la dernière décennie à accumuler une grande richesse au détriment des soi-disant 99 %. Ils sont responsables de guerres sans fin – désormais largement hors de propos pour l’Américain moyen – et sont responsables du meurtre de millions de civils innocents et de la mise à feu de la violence sociale et sectaire dans les ruines fumantes laissées dans leur sillage de «destruction créatrice».

Enfin, je doute sincèrement que le peuple des Etats-Unis d’Amérique soit capable d’affronter l’élite et de ramener la nation dans un état d’esprit qui fait défaut depuis des décennies. D’abord et avant tout, ils sont incapables de se libérer du sortilège vaudou de la propagande narrative implacable. Des millions de personnes considèrent le paradigme gauche-droite non pas comme un stratagème conçu de manière cynique pour les détourner du vrai problème – le vol de l’avenir et du présent par des dirigeants psychopathes et misanthropes, condamnant des milliards de misère et de privation – mais plutôt comme une réalité politique.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Duran

Révolution des couleurs néolibérales en Amérique: BLM, M4BL et la CIA

BLM fait partie de la révolution néolibérale des couleurs en Amérique. «Les manifestations, les émeutes, les actions violentes et non violentes qui ont balayé les États-Unis d’Amérique depuis le 25 mai, y compris un assaut contre les portes de la Maison Blanche, commencent à avoir un sens lorsque nous comprenons le livre de la Révolution des couleurs de la CIA», écrit un chercheur économique, l’historien et journaliste indépendant F.William Engdahl.Engdahl brise ensuite les liens entre Black Lives Matter, les organisations socialistes, les fondations de la société ouverte de George Soros, la Ford Foundation (comme indiqué précédemment, une organisation de façade de la CIA), la Foundation to Promote Open Society, Borealis Philanthropy, la Kellogg Foundation, la Ben & Jerry’s Foundation et la Heinz Foundation (John Kerry). « Après le meurtre de George Floyd », de grandes sociétés comme Apple, Disney, Nike et des centaines d’autres pourraient verser des millions incalculables et non comptabilisés dans ActBlue sous le nom de Black Lives Matter, des fonds qui peuvent en fait servir à financer l’élection d’un Le président démocrate Biden.””

#BlackLivesMatter (1/3) pic.twitter.com/k4sIcUiPwP— Sony (@Sony) 31 mai 2020 BLM fait partie de la Movement for Black Lives Coalition (M4BL), une découpe créée par la Fondation Ford, en d’autres termes, la CIA. Elle a appelé à «financer les services de police, les réparations fondées sur la race, les droits de vote pour les immigrants illégaux, le désinvestissement dans les combustibles fossiles, la fin de l’enseignement privé et des écoles à charte, un revenu de base universel et un collège gratuit pour les Noirs», selon son site Web. «L’initiative du Mouvement pour la vie noire doit être reprise par d’autres…. Une coalition de mouvements qui rejoint un futur moment de tourbillon pour gagner la lutte peut enfin faire de la justice raciale une réalité.» – Activiste Quaker @GeorgeLakey_ à @wagingnv https://t.co/ITwFBv4q5g — Friends Journal (@friendsjournal) 16 juin, 2020 comme le souligne Engdahl, M4BL et BLM sont des opérations dominées par les démocrates. Ils reçoivent de l’argent d’ActBlue Charities, une organisation «progressiste» pour soutenir la campagne de Joe Biden. «ActBlue est une organisation et un service de transfert pour les dons aux organisations à but non lucratif et PAC de gauche», note InfluenceWatch. B4BL prend de l’argent à Google (également lié à la CIA) et à de nombreux syndicats, dont la Fédération des Etats-Unis d’Amérique des employés des États, des comtés et des municipalités et la commission AFL-CIO sur l’éducation politique. Un article publié en 2009 par Human Events déclare que malgré «son apparence dépouillée, ActBlue écume la prétention élitiste caractéristique de la gauche moderne. Les principes branchés de la campagne «populaire», de la blague et de la pseudo-fraîcheur auto-possédée s’infiltrent dans les slogans, les descriptions et les thématiques du site Web [ActBlue].» Comme le souligne Engdahl, «le rôle des fondations exonérées d’impôt liées à la fortune des plus grandes sociétés industrielles et financières telles que Rockefeller, Ford, Kellogg, Hewlett et Soros dit qu’il y a un programme beaucoup plus profond et bien plus sinistre aux perturbations actuelles que l’indignation spontanée ne le suggère.» Les fondateurs de BLM admettent être des révolutionnaires marxistes déterminés à détruire le capitalisme (qui n’est plus reconnaissable comme tel). «La plateforme politique proposée par BLM en août [2016]… appelle à la propriété collective des ressources, des banques et des entreprises, à un impôt sur le revenu très progressif, à un revenu minimum garanti et au gouvernement les emplois sont retirés directement des pages du «Manifeste communiste» de Karl Marx», écrit Thurston Powers. «BLM a simplement substitué le conflit de classe de Marx entre le prolétariat et la bourgeoisie au conflit de classe entre la noirceur et la blancheur.» Le co-fondateur de BLM confirme ce que toute personne qui lit son travail sait: ils sont fièrement marxistes. pic.twitter.com/vvUk5jTp7j— Rita Panahi (@RitaPanahi) 18 juin 2020.

La dichotomie noir contre blanc crée une classe ennemie permanente, à laquelle la défection est toujours incomplète. Et contrairement à la conscience de classe du prolétariat, la conscience de race existe déjà, ce qui facilite la mobilisation. Cela se voit dans les commentaires d’un manifestant de Milwaukee d’août: «Nous ne voulons plus de justice ou de paix. Nous avons fini avec cette merde. Nous voulons du sang. Nous voulons du sang. Nous voulons la même merde que vous voudrez. Œil pour œil. Plus de paix. F – k tout ça. Ce n’est plus la paix. Ce n’est plus la paix. Nous avons fait. Nous ne pouvons pas cohabiter avec des blancs, l’un d’entre nous doit partir, noir ou blanc. Tout ce que vous aurez à faire!» Il est absurde de croire que les sociétés transnationales et les banques qui financent maintenant BLM adhèrent à la rhétorique et aux objectifs marxistes de BLM, c’est-à-dire qu’elles ne soutiennent pas leur propre destruction en tant qu’entreprises capitalistes maléfiques. BLM et ses dirigeants marxistes seront largués après la victoire de Biden aux élections. Soit BLM se conformera à la mascarade démocrate – un visage plus gentil et plus doux plâtré sur le projet néolibéral – soit il  deviendra hors de propos à la politique nationale à parti unique poussé sur le peuple américain par un média de propagande d’entreprise. Après une victoire de Biden, BLM devrait se diriger vers les gradins où ils seront tenus de menacer la «diversité», qui est fondamentalement encore un autre mécanisme de contrôle de l’élite dirigeante. Au lieu de cela, ils iront dans les rues dans le cadre de la révolution néolibérale des couleurs en Amérique, financée par la CIA. Les démocrates néolibéraux exploitent BLM pour faire élire Biden.

Kurt Nimmo

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Duran

1 Trackback / Pingback

  1. COVID, BLM, la politique identitaire et l’élite dirigeante mondiale | Boycott

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :