A la Une

Transparence des vaccins: comment l’Europe a cédé à l’industrie pharmaceutique

Transparence des vaccins: comment l’Europe a cédé aux laboratoires

LE LIBRE PENSEUR

C’est très simple à comprendre: la Commission européenne est soumise à Big Pharma. Point final. Ce n’est pas Salim Laïbi * «le conspirateur» qui le dit, mais quelques députés européens.

* ER: Chirurgien-dentiste Salim Laibi est Le Libre Penseur

****

Malgré les appels à la transparence lancés par plusieurs députés européens, la Commission européenne refuse de lever le voile sur l’argent qu’elle a versé aux laboratoires.

Elle a accepté les clauses de confidentialité imposées par ce dernier.

Bruxelles, le 12 janvier 2021. Certains députés européens ont rendez-vous dans les locaux de la direction générale de la santé de la Commission européenne. C’est une belle journée pour eux et ils ne cachent pas leur satisfaction. Depuis septembre 2020, ils réclamaient l’accès aux contrats conclus au nom des 27 États membres entre la Commission et l’industrie pharmaceutique. L’UE a en effet déboursé près de trois milliards d’euros, mais à ce jour, rien n’a encore filtré sur la répartition de ces sommes entre les laboratoires, ni sur les prix fixés pour chaque dose de vaccin. Une seule entreprise, l’Allemagne Curevac – dont le vaccin n’était pas encore homologué en janvier – a accepté de jouer la carte de la transparence en permettant à la Commission de mettre son contrat à la disposition des députés européens qui le souhaitent.

Mais la satisfaction des parlementaires est de courte durée. Ils sont autorisés à consulter le document à tour de rôle, dans une salle de lecture. Il leur est interdit de prendre des photos et il leur est demandé de laisser leur téléphone à l’entrée. Ils n’auront que 45 minutes, montre en main, pour réviser un contrat de 67 pages. Un document dont de nombreux passages ont également été expurgés, expurgés.

Les parlementaires ont donc encore faim. Ils n’ont rien appris sur le prix des vaccins, les clauses de responsabilité légale ou les sites de production. Michèle Rivasi MEP ne cède pas:

«Mon travail au sein de la commission du contrôle budgétaire du Parlement est de contrôler ce que nous faisons avec les deniers publics. S’il n’y a pas de transparence des contrats, je ne peux pas faire mon travail», déclare l’élu écologiste, «je suis une marionnette!»

Après Curevac, deux autres laboratoires ont eu la gentillesse de dévoiler partiellement leurs contrats avec la Commission européenne: Astra Zeneca et Sanofi. Les autres entreprises refusent et la Commission ne peut pas les forcer à le faire. En négociant avec l’industrie pharmaceutique, l’institution a en effet accepté les clauses de confidentialité demandées par le camp adverse. Le secret des affaires prévaut donc sur l’information des citoyens. Mais la Commission assume la responsabilité. «Nous ne rendons pas ces contrats publics dans un souci de confidentialité, nous ne rendons pas ces contrats publics car c’était la condition nécessaire à leur signature», justifie Guillaume Roty, porte-parole de la Commission européenne en France. «Il était plus important d’avoir des contrats secrets que de ne pas avoir de contrats du tout.»

La gaffe belge

Pourtant, il est possible de se faire une petite idée des prix que l’Europe a payés pour ses vaccins. C’est grâce à une gaffe de la secrétaire d’État belge au Budget, Eva De Bleeker. À la mi-décembre, elle a publié sur son compte Twitter un tableau détaillant les sommes versées à chaque laboratoire pour la recherche et le développement de vaccins, ainsi que le prix unitaire des doses achetées par l’Union européenne. Ces détails étaient censés rester confidentiels et la divulgation de ces détails a agacé l’industrie. «Certains laboratoires ont immédiatement appelé la Commission et lui ont dit: « Vous enfreignez la clause de confidentialité, nous allons donc vous attaquer », déclare Pascal Canfin, député européen du Parlement européen.»

ER: Nous sommes allés à la recherche de ce tweet, qui se tient toujours en termes de texte moins le graphique. Un point pour lequel un autre utilisateur de Twitter l’appelle. Et il fournit ensuite les graphiques!

La secrétaire d’État belge a rapidement effacé son message sur Twitter, s’excusant pour sa «transparence excessive», survenue dans un moment de fatigue. La Commission n’a jamais voulu confirmer la véracité des montants mentionnés dans ce tweet.

Pour savoir si ces montants sont exacts, nous nous sommes donc tournés vers le gouvernement français. Le ministère de l’Industrie nous a informé que le 24 décembre, en collaboration avec le ministère de la Santé et le Secrétariat d’État aux Affaires européennes, il avait adressé une lettre à la commissaire à la Santé Stella Kyriakides. Inquiet du sentiment de méfiance d’une partie des Français envers la vaccination, l’exécutif a demandé à Bruxelles de faire toute la transparence sur les contrats signés.

Lettre des ministres français à Stella Kyriakides

Si ce document ne s’affiche pas correctement, cliquez ici

En France, un silence embarrassé

«Ces contrats sont financés par des deniers publics et nous devons rendre des comptes sur l’utilisation des deniers publics», affirme Agnès Pannier-Runacher, qui ajoute qu’elle souhaite être la plus transparente possible. Nous lui avons donc demandé de commenter les sommes versées à l’industrie pharmaceutique divulguées sur Twitter par le secrétaire d’État belge. Mais sur ce point, il y a un silence radio. «Je n’ai pas le droit de communiquer», dit-elle. «La Commission européenne est signataire des contrats et je ne veux pas la mettre en difficulté.»

Un négociateur en conflit d’intérêts

Certes, Big Pharma a imposé le silence sur les contrats et Bruxelles s’est conformée à ses exigences. Mais c’est bien la Commission européenne qui a elle-même choisi de rendre opaques les coulisses des négociations. À l’été 2020, sept «super-négociateurs» ont été nommés par les États membres pour entamer des discussions avec l’industrie au nom des 27. Qui sont ces négociateurs? Comment ont-ils été choisis? Qui a négocié avec qui? Encore une fois, silence radio. Officiellement, leurs noms n’ont pas été rendus publics pour éviter les pressions lors des discussions. Mais la pression de qui? La Commission ne le dit pas.

Par ailleurs, la presse belge a révélé que le négociateur choisi par la Suède n’était autre que Richard Bergström, l’ancien directeur de l’EFPIA, le principal lobby des Big Pharma en Europe. S’il signait une déclaration d’absence de conflit d’intérêts, le négociateur suédois resterait également l’un des propriétaires d’une société pharmaceutique. La France, qui a également désigné un négociateur, assure avoir été très vigilante sur ce sujet. Son curriculum vitae ne mentionne que les postes occupés dans la fonction publique.

Question d’un membre du Parlement européen avec une demande de réponse écrite

Si ce document ne s’affiche pas correctement, cliquez ici

Réponse de la Commissaire européenne à la Santé Mme Kyriakides au nom de la Commission européenne

Si ce document ne s’affiche pas correctement, cliquez ici

Face à la réticence de Bruxelles à divulguer les documents publics qu’elle réclamait, l’ONG Corporate Europe Observatory, qui scrute les relations entre la Commission européenne et l’industrie, a fini par porter plainte auprès du médiateur de l’institution. Ce dernier a ouvert une enquête. Plusieurs députés européens ont rejoint cette procédure.

« L’Amérique d’abord »

Pour comprendre pourquoi la Commission européenne ne veut pas rendre le prix des vaccins transparent, il faudra peut-être regarder les États-Unis. Alors que le président Donald Trump a provoqué la consternation mondiale lorsqu’il a évoqué le 24 avril la possibilité d’utiliser de l’eau de Javel pour se débarrasser du virus dans le corps, son administration n’a pas traité les problèmes de pandémie avec la même légèreté. Bien au contraire. Dès février, la Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA), une institution puissante du département américain de la Santé, a mis plus de 10 milliards de dollars sur la table pour aider les sociétés pharmaceutiques du monde entier à développer et à fabriquer un vaccin. Ainsi, Sanofi Pasteur a reçu un financement de 30 millions de dollars dès mars 2020 pour développer un vaccin avec l’une de ses entités, Protein Sciences Corporation.

Contrat de Sanofi avec le BARDA

Si ce document ne s’affiche pas correctement, cliquez ici

Quelques mois plus tard, le fabricant français a signé un contrat avec le département américain de la Défense pour développer un vaccin et acheter 100 millions de doses pour les États-Unis. Pour cela, les Américains sont prêts à payer jusqu’à 2,1 milliards de dollars à Sanofi.

Contrat de Sanofi avec l’armée américaine

Si ce document ne s’affiche pas correctement, cliquez ici

Une ONG américaine, Knowledge Ecology International (KEI), a réussi à obtenir l’accès à la plupart des contrats signés par les États-Unis avec les industries pharmaceutiques (tous ces contrats peuvent être consultés ici). «Le contrat avec Sanofi est très intéressant», note Manon Ress de KEI. «Il contient une clause de prix de référence internationale qui stipule que Sanofi ne peut pas vendre son vaccin aux pays du G7 ou à la Suisse à un prix inférieur à celui pratiqué aux États-Unis.» «Le contrat avec Sanofi est très intéressant, note Manon Ress de KEI.»

Mais dès le début de la crise sanitaire, les États-Unis ont aidé d’autres entreprises européennes. Ils sont même allés jusqu’à «draguer» certaines start-up aux résultats prometteurs. «Trump a approché la société de biotechnologie Curevac, qui préparait un vaccin à ARN messager», explique Martin Pigeon de l’ONG Corporate Europe Observatory. Il voulait en fait obtenir un monopole là-dessus. C’est sa politique «L’Amérique d’abord», qui est moi d’abord et le reste du monde peut mourir. «Curevac aurait pu décider de se rendre aux États-Unis et d’y obtenir un soutien dans les conditions fixées par le gouvernement américain», confirme Jean-David Malo, directeur général de la recherche et de l’innovation à la Commission européenne. Mais l’entreprise a préféré rester en Europe. Il y a eu une prise de conscience du soutien à la souveraineté technologique de l’Europe.» Pour Jean-David Malo, «on aurait pu craindre un exode, mais cet exode n’a pas eu lieu».

Laboratoires sous perfusion américaine

Le fait que les États-Unis aient traité à un stade précoce des entreprises européennes a marqué les négociations de Bruxelles. En plus de placer certains laboratoires sous perfusion financière, Washington leur a garanti des conditions légales très favorables, acceptant de les exonérer de toute responsabilité en cas de problèmes de production, ainsi que de santé. Cela explique pourquoi les entreprises ont tenté d’obtenir les mêmes clauses en Europe. «Pfizer est entré dans les négociations en disant: «Ce que nous voulons, c’est que la loi américaine sur la responsabilité juridique s’applique», a déclaré le représentant élu Pascal Canfin, qui préside la commission de l’environnement et de la santé du Parlement européen. La Commission européenne a déclaré: «C’est hors de question. Et cela a donc pris des mois!», déplore-t-il.

Certes, la Commission a finalement accepté une responsabilité «partagée» avec les laboratoires. Mais en cas de réactions indésirables graves avec un vaccin, seule Bruxelles sera tenue pour responsable. Les États membres seraient alors responsables de l’indemnisation des victimes. Selon Martin Pigeon de l’Observatoire Corporate Europe, les laboratoires sont les grands gagnants de ces négociations:

«Nous sommes dans une configuration où les risques sont pour tout le monde. Mais les bénéfices ne sont que pour l’industrie pharmaceutique.»

https://www.thelibertybeacon.com/vaccine-transparency-how-europe-has-given-in-to-pharma/

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Tap News Wire

Rapport choquant du gouvernement britannique: les injections expérimentales d’ARNm ont provoqué 1716 cas de troubles oculaires et rendu 22 personnes aveugles

Image source: REUTERS/Amanda Perobelli

Par Lance D Johnson

Le gouvernement du Royaume-Uni a collecté des données de sécurité critiques sur les «vaccins» Pfizer / BioNTech et Oxford / AstraZeneca, et le dernier rapport ne donne pas un joli tableau.

La première dose du «vaccin» expérimental Pfizer / BioNTech a été introduite dans les bras de 5,4 millions de citoyens, dont 500 000 ont reçu une deuxième dose.

Jusqu’au 24 janvier, il y a eu près de 50 000 signalements de blessures liées au vaccin pour ce vaccin spécifique, y compris la mort subite de sept citoyens britanniques:

sudden death

Mort et mort subite

Au moins 1 personne sur 333 souffre d’événements indésirables graves liés à la vaccination au Royaume-Uni

1,5 million de doses supplémentaires du «vaccin» Université d’Oxford / AstraZeneca ont été reçues dans les bras de citoyens britanniques, entraînant 21 032 autres événements indésirables. Ces événements indésirables ont été enregistrés jusqu’au 24 janvier 2021 dans le système de carte jaune de l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé, et n’incluent pas toutes les blessures pertinentes et à jour.

Le taux actuel de blessures causées par la vaccination (signalées) est de 1 personne sur 333. Ce taux de blessures causées par le vaccin est probablement beaucoup plus élevé parce que les gens hésitent souvent et / ou ont honte de signaler une blessure due au vaccin; de nombreuses personnes considèrent la vaccination comme une solution sûre et efficace à 100% et n’osent pas la remettre en question. De nombreux médecins refusent d’accepter que les blessures causées par le vaccin soient réelles.

CDC Retenue des informations: 1170 MORTS suite à des injections de COVID – Presque deux fois plus de décès que dans VAERS

Les événements indésirables ne sont pas non plus des problèmes mineurs qui se résolvent en un jour. Ces événements indésirables peuvent changer la vie et provoquer un accident vasculaire cérébral, une inflammation du cœur, une paralysie musculaire, une cécité et un choc anaphylactique.

covid 19 vaccines stroke

Avant que les vaccins expérimentaux à ARNm ne soient lancés, les sociétés pharmaceutiques ont signé des contrats avec tous les grands gouvernements du monde, pour renverser l’Etat de droit et indemniser leur entreprise de prendre la responsabilité de toutes les blessures inévitables liées aux vaccins dont elles savaient qu’elles se produiraient.

Les rapports les plus choquants sont les troubles oculaires [chiffres mis à jour]:

  • 978 personnes ont reçu un diagnostic de troubles oculaires après des injections de Pfizer-BioNTech
  • 738 personnes ont reçu un diagnostic de troubles oculaires après des injections d’AstraZeneca (1716 combinés)
  • un nombre combiné de 22 personnes qui sont devenues aveugles

Le Pfizer / BioNTech a causé soixante-neuf incidents de paralysie de Bell, une condition qui paralyse les muscles d’un côté du visage.

Le gouvernement continue de minimiser les blessures et les morts généralisées dues aux vaccins, perpétuant le génocide

Les vaccins expérimentaux ont également tendance à provoquer des attaques auto-immunes dans le système cardiovasculaire. Vingt et une personnes ont subi des accidents vasculaires cérébraux (AVC) après avoir pris le vaccin.

Il y a eu d’autres événements cardiovasculaires graves, y compris un infarctus du tronc cérébral, un infarctus cérébelleux, un accident vasculaire cérébral cérébelleux, une occlusion de l’artère cérébrale, une hémorragie cérébrale, un infarctus cérébral, une hémorragie intracrânienne, un accident vasculaire cérébral ischémique et une hémorragie sous-arachnoïdienne.

Selon les régulateurs, les femmes enceintes ne sont pas censées être vaccinées avec ces jabs expérimentaux. Selon les fabricants, il existe peu de données sur l’utilisation du vaccin COVID-19 BNT162b2 à ARNm chez les femmes enceintes. 

Les études de toxicité sur la reproduction animale n’ont pas été achevées et le vaccin n’est donc pas recommandé pendant la grossesse.

Cependant, le système de notification de la carte jaune révèle que certaines femmes enceintes ont contourné ce processus de dépistage et que quatre femmes enceintes ont subi un avortement spontané après la vaccination Pfizer et deux ont subi le même sort après la vaccination AstraZeneca.

Au lieu d’arrêter cette expérience de vaccination de masse, les régulateurs continuent de minimiser ces blessures et de les attribuer à «l’âge avancé» ou aux «conditions sous-jacentes» d’un patient. Le gouvernement britannique, défendant les sociétés de vaccins:

Jusqu’à présent, une proportion élevée de personnes vaccinées dans le cadre de la campagne de vaccination sont très âgées, dont beaucoup souffriront également de problèmes de santé préexistants. L’âge avancé et les maladies sous-jacentes chroniques augmentent la probabilité que des événements indésirables coïncidents se produisent, en particulier compte tenu des millions de personnes vaccinées. Il est donc important que nous examinions attentivement ces rapports pour distinguer les effets secondaires possibles d’une maladie qui se serait produite indépendamment de la vaccination.

Ironiquement, il y a des mois, lorsque des personnes âgées souffrant de maladies sous-jacentes sont décédées dans les hôpitaux, leur cause de décès était automatiquement codée «COVID-19». Cette fraude médicale sociopathique n’a jamais été aussi épouvantable, effroyable et génocidaire.

Références: DailyExpose.co.uk; Gov.uk; Profil d’analyse des vaccins – Pfizer / BioNTech (sauvegarde ici); Profil d’analyse des vaccins – Université d’Oxford / AstraZeneca (sauvegarde ici);

LIRE LA SUITE ET VOIR LES TABLEAUX

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Duran

REGARDEZ CECI: Les conservateurs semblent heureux de masquer nos enfants, d’arpenter les travailleurs indépendants, de ruiner les petites entreprises et de nous garder enfermés, tout en octroyant de gros contrats de plusieurs millions de livres à leurs amis.

REGARDEZ CECI: Les conservateurs semblent heureux de masquer nos enfants, d’arpenter les travailleurs indépendants, de ruiner les petites entreprises et de nous garder enfermés, tout en octroyant de gros contrats de plusieurs millions de livres à leurs amis. pic.twitter.com/SHEgNfRJvh

– Richard Tice (@TiceRichard) 23 février 2021

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Tap News Wire

Biden et Trudeau en ETAT DE VERROUILLAGE avec les plans génocidaires du NOM (NWO) de Rockefeller Rothschild

Comment le CDC a induit en erreur sur l’efficacité du vaccin COVID

Le CDC a déclaré à tort sur son site Web que le vaccin COVID de Pfizer était très efficace chez les personnes précédemment infectées par le virus. Il a fallu plusieurs appels au CDC et plus d’un mois avant que l’agence ne corrige finalement l’erreur – mais le nouveau langage est toujours trompeur.

Par Dr. Joseph Mercola

CDC ‘lying about the efficacy of the vaccine.'

Histoire en un coup d’œil:

  • Le représentant Thomas Massie, (R-Ky.), A cherché à savoir s’il devait toujours se faire vacciner contre la COVID-19 puisqu’il avait déjà l’infection, découvrant des recherches qui montraient que la vaccination n’offrait aucun avantage à ceux qui avaient déjà été infectés.
  • Dans un rapport très médiatisé publié par le Comité consultatif des CDC sur les pratiques d’immunisation, 15 scientifiques ont déclaré que le vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 avait une «efficacité élevée constante» de 92% ou plus chez les personnes ayant des preuves de l’infection du SRAS-CoV-2.
  • Selon Massie, la déclaration du CDC est fausse et aucune efficacité n’a été démontrée dans les essais de Pfizer ou de Moderna parmi des participants présentant des preuves d’infections antérieures par le SRAS-CoV-2.
  • Il a fallu plusieurs appels au CDC et plus d’un mois avant que l’agence ne corrige finalement l’erreur, mais Massie pense que le libellé suggère toujours à tort que la vaccination est efficace pour les personnes précédemment infectées.

Votre système immunitaire est conçu pour fonctionner en réponse à une exposition à un agent infectieux. Lors de la récupération, vous êtes généralement immunisé contre cet agent infectieux. Dans le cas de la COVID-19, cependant, les responsables de la santé publique ont hésité à suggérer que ceux qui se sont rétablis sont désormais immunisés – et n’ont donc pas besoin d’un vaccin COVID-19.

Le représentant Thomas Massie, (R-Ky.), Fait partie de ceux qui avaient la COVID-19 et se sont rétablis. En tant que scientifique, il a cherché à savoir s’il devait toujours se faire vacciner contre la COVID-19, découvrant des recherches qui montraient que la vaccination n’offrait aucun avantage à ceux qui avaient déjà été infectés. « La controverse a commencé », selon le rapport Full Measure de Sharyl Attkisson, « lorsque Massie a remarqué que le CDC affirmait exactement le contraire. »

Les CDC rapportent «faux» sur l’efficacité du vaccin

Dans un rapport très médiatisé publié par le Comité consultatif des CDC sur les pratiques d’immunisation, 15 scientifiques ont déclaré que le vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 avait une «efficacité élevée constante» de 92% ou plus chez les personnes ayant des preuves de l’infection du SRAS-CoV-2.

Mais selon Massie, «cette phrase est fausse. Aucune efficacité n’a été démontrée dans l’essai Pfizer parmi les participants présentant des preuves d’infections antérieures par le SRAS-CoV-2 et il n’ya en fait aucune preuve dans l’essai Moderna.» En France, l’organisme de santé la Haute Autorité de Santé (HAS) ne recommande pas de vacciner systématiquement ceux qui se sont déjà rétablis de la COVID-19, déclarant:

«A ce stade, il n’est pas nécessaire de vacciner systématiquement les personnes qui ont déjà développé une forme symptomatique de Covid-19 à moins qu’elles ne souhaitent le faire suite à une décision partagée avec le médecin et dans un délai minimum. 3 mois après l’apparition des symptômes.»

Pourtant, le CDC suggère à tous ceux qui ont eu la COVID-19 de se faire vacciner: «En raison des risques graves pour la santé associés au COVID-19 et du fait que la réinfection par le COVID-19 est possible, le vaccin doit vous être proposé, que vous avait déjà une infection au COVID-19.»

Le CDC a notifié une erreur, ne résout pas le problème

Lorsque Massie s’est rendu compte que la vaccination ne modifiait pas le risque d’infection chez les personnes atteintes de la COVID-19, il a été alarmé et a contacté directement le CDC, enregistrant ses appels. «Il [le rapport du CDC] dit exactement le contraire de ce que disent les données. Ils donnent aux gens l’impression que ce vaccin vous sauvera la vie ou vous évitera de souffrir, même si vous avez déjà contracté le virus et récupéré, ce qui n’a été démontré ni dans l’essai Pfizer ni dans l’essai Moderna.»

Massie s’est d’abord entretenue avec le Dr Amanda Cohn, responsable de l’unité de planification des vaccins de la réponse COVID-19 du CDC.7 Le 16 décembre, elle a déclaré à Massie: «Les gens qui ont eu la maladie, étant donné qu’il y a des doses limitées en ce moment, nous sont, nous suggérons que ces gens attendent.»

Cohn a également remercié Massie d’avoir attiré son attention sur le fait que leur affirmation selon laquelle les vaccins étaient efficaces chez les personnes qui avaient déjà eu le COVID-19 était une erreur et impliquait que cela serait corrigé. Cohn a déclaré:

«Je pense que nous avons lu ce truc tellement de fois que quand, vous savez, nous l’avons simplement ignoré. Nous savons que nous ne pouvons pas être parfaits, nous savons que des choses vont nous manquer. Vous serez connu pour toujours dans notre bureau sous le nom de «Eagle-Eyed Man».»

Deux jours plus tard, cependant, Cohn a déclaré aux professionnels de la santé lors d’une session en ligne que les personnes déjà infectées bénéficieraient probablement de la vaccination. Un mois plus tard, les fausses informations sont restées sur le site Web du CDC, a déclaré Massie, provoquant un autre appel.

Cette fois, Massie s’est entretenu avec Anstice Brand, directeur du CDC à Washington, DC, qui a tourné en rond. « Alors je les ai appelés mardi, dès que j’ai pu, pour leur demander pourquoi ça n’avait pas été réglé », a déclaré Massie à Attkisson. «Et c’était comme si je recommençais avec les mêmes personnes. Et au lieu de le réparer, ils ont proposé de le répéter et de simplement formuler leur erreur différemment.»

Massie a également parlé avec la scientifique du CDC, le Dr Sara Oliver, qui faisait partie de la session en ligne qui a donné de la désinformation aux professionnels de la santé et est également l’auteur du rapport défectueux du CDC. Il a dit: «Il y avait une erreur et j’ai remarqué que vous en êtes un auteur et je me suis demandé si je pouvais obtenir votre aide pour corriger cette erreur. Vous ne pouvez pas dire qu’il est efficace pour les personnes ayant déjà été infectées. C’est une phrase absolument fausse.»

Oliver a répondu: «Ouais, je veux dire, nous sommes – nous recommandons toujours que les personnes qui ont déjà été infectées reçoivent le vaccin.» Quand il a poussé plus loin, elle a dit: «D’accord. Je – je peux, euh, je peux parler avec MMWR et avec le Dr Cohn et voir, si, si nous pouvons modifier un peu ce langage.»

CDC «mentant sur l’efficacité du vaccin»

Ce n’est qu’au dernier appel de Massie avec le CDC, à la directrice adjointe Anne Schuchat, qu’il a été reconnu qu’une correction était nécessaire. «Comme vous le notez correctement, il n’existe pas d’analyse suffisante pour montrer que dans le sous-ensemble des personnes ayant déjà été infectées, il y a une efficacité. Vous avez donc raison de dire que cette phrase est fausse et que nous devons y apporter une correction. Je m’excuse pour le retard», a déclaré Schuchat. Le 29 janvier, le CDC a finalement publié une correction, qui se lit comme suit:

«Une efficacité élevée constante (≥ 92%) a été observée dans les catégories d’âge, de sexe, de race et d’origine ethnique et parmi les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents. L’efficacité était tout aussi élevée dans une analyse secondaire incluant des participants avec ou sans signe d’infection antérieure par le SRAS-CoV-2.»

Au lieu de corriger l’erreur, Massie pense que le libellé suggère toujours à tort que la vaccination est efficace pour les personnes précédemment infectées.

Il a dit à Attkisson: «[Je] n au lieu de le réparer, ils ont proposé de le répéter et de simplement formuler leur erreur différemment. Donc, à ce stade, en ce moment, je considère que c’est un mensonge. Je pense que le CDC ment sur l’efficacité du vaccin basé sur les essais de Pfizer, pour ceux qui ont déjà eu le coronavirus. Full Measure a demandé à Oliver, Cohn et le CDC des interviews, mais ils ont décliné la demande.»

Réactions plus intenses, doses uniques suggérées

Des recherches supplémentaires sur la vaccination d’individus qui avaient déjà la COVID-19 ont révélé que la réponse en anticorps à la première dose de vaccin est égale ou supérieure aux titres de ceux qui n’étaient pas infectés auparavant mais qui ont reçu deux doses.

«Changer la politique pour ne donner à ces personnes qu’une seule dose de vaccin n’aurait pas d’impact négatif sur leurs titres d’anticorps, leur éviterait des douleurs inutiles et libérerait de nombreuses doses de vaccin nécessaires de toute urgence», ont écrit les chercheurs dans une étude pré-imprimée. Les effets secondaires, notamment la fatigue, les maux de tête, la fièvre, les douleurs musculaires et articulaires et les frissons, étaient également plus fréquents chez les personnes infectées auparavant.

Une deuxième étude a également suggéré que la réponse en anticorps à une dose unique du vaccin COVID-19 chez les agents de santé précédemment infectés était comparable à celle des personnes qui n’avaient pas été infectées auparavant et qui avaient reçu deux doses. Ils ont conclu que ceux qui ont déjà eu la COVID-19 ne sont pas une «priorité» pour la vaccination:

«En période de pénurie de vaccins, et jusqu’à ce que les corrélats de protection soient identifiés, nos résultats suggèrent au préalable que la stratégie suivante est davantage fondée sur des preuves: a) une dose unique de vaccin pour les patients ayant déjà eu une COVID-19 confirmée en laboratoire; et b) les patients qui ont eu une COVID-19 confirmée en laboratoire peuvent être placés plus bas sur la liste des priorités de vaccination.»

La récupération de la COVID-19 confère-t-elle une immunité?

Si vous avez eu COVID-19, vous avez un certain niveau d’immunité contre le virus. On ne sait pas combien de temps cela dure, tout comme on ne sait pas combien de temps dure la protection contre le vaccin. Selon l’Agence suédoise de la santé publique:

«Si vous avez eu COVID-19, vous avez une certaine protection contre la réinfection. Cela signifie que vous êtes moins susceptible d’être infecté et gravement malade, et moins susceptible d’infecter d’autres personnes si vous êtes à nouveau exposé au virus.»

«Au fil du temps, la protection dont vous bénéficiez après une infection diminue et il y a un risque accru d’être à nouveau infecté. À l’heure actuelle, nous estimons que la protection après avoir eu COVID-19 dure au moins six mois à compter du moment de l’infection.»

En ce qui concerne le vaccin, le Dr Meryl Nass suggère que la protection qu’il offre sera inférieure à celle acquise par une infection naturelle:

«Personne ne sait combien de temps dure l’immunité, si en fait les vaccins fournissent un certain degré d’immunité. (Doit-on l’appeler immunité si vous pouvez encore attraper et propager le virus?)»

«Pour chaque vaccin connu, l’immunité qu’il procure est moins robuste et durable que l’immunité obtenue après avoir eu l’infection. Les personnes qui ont eu la COVID n’ont vraiment aucune raison de se faire vacciner – elles courent tous les risques et aucun avantage. On dit que les Israéliens qui ont eu la COVID ne sont pas vaccinés.»

L’OMS a modifié la définition de l’immunité collective

Beaucoup se sont demandé si la vaccination serait même nécessaire si une immunité collective généralisée était obtenue naturellement. Votre système immunitaire n’est pas conçu pour recevoir des vaccins. Il est conçu pour fonctionner en réponse à une exposition à un agent infectieux. Mais apparemment, selon l’OMS, ce n’est plus le cas.

En juin 2020, la définition de l’OMS de l’immunité collective, publiée sur l’une de ses pages de questions-réponses sur la COVID-19, était conforme au concept largement accepté qui est la norme pour les maladies infectieuses depuis des décennies. Voici ce qu’il disait à l’origine, avec l’aimable autorisation de la machine Wayback d’Internet Archive:

«L’immunité collective est la protection indirecte contre une maladie infectieuse qui survient lorsqu’une population est immunisée soit par la vaccination, soit par l’immunité développée par une infection antérieure.»

En octobre 2020, voici leur définition mise à jour de l’immunité collective, qui est désormais «un concept utilisé pour la vaccination»:

«L’immunité collective», également appelée «immunité de la population», est un concept utilisé pour la vaccination, dans lequel une population peut être protégée contre un certain virus si un seuil de vaccination est atteint. L’immunité collective est obtenue en protégeant les personnes contre un virus, et non en les y exposant.

«Les vaccins entraînent notre système immunitaire à créer des protéines qui combattent la maladie, appelées« anticorps », tout comme cela se produirait lorsque nous sommes exposés à une maladie mais – surtout – les vaccins fonctionnent sans nous rendre malades. Les personnes vaccinées sont protégées contre la maladie en question et la transmission, brisant toute chaîne de transmission.»

Cette perversion de la science implique que le seul moyen de parvenir à l’immunité collective est la vaccination, ce qui est manifestement faux. Les implications surprenantes pour la société, cependant, sont qu’en diffusant ces fausses informations, ils essaient de changer votre perception de ce qui est vrai et faux, laissant les gens croire qu’ils doivent manipuler artificiellement leur système immunitaire comme le seul moyen de rester en sécurité. d’une maladie infectieuse.

Le fait est que le vaccin COVID-19 n’est pas vraiment un vaccin dans la définition médicale d’un vaccin. Il s’agit plus précisément d’une thérapie génique expérimentale, dont l’efficacité et la sécurité sont loin d’être prouvées.

Publié à l’origine par Mercola.

Les opinions et points de vue exprimés dans cet article sont ceux des auteurs et ne reflètent pas nécessairement les vues de Children’s Health Defence.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : The Duran

WHISTLEBLOWER – MIKE PENCE A ASSASSINÉ 51 ENFANTS – SA FEMME SAIT TOUT – IL A VIOLÉ 177

Source : BIT CHUTE

Mike Pence et sa femme Karen sont tous deux impliqués dans la traite des enfants.

Pence a jusqu’à présent violé 177 enfants et en a assassiné 88.

Tory Smith, 42 ans, est décédé mystérieusement deux mois seulement après son témoignage.

C’est peut-être la raison pour laquelle Pence a voté contre Trump le 6 janvier ???

Une femme souffrant d’engourdissement et de picotements dans les mains et les pieds après le vaccin Covid-19

Femme souffrant d’engourdissement et de picotements dans les mains et les pieds après le vaccin Covid-19.

L’e-mail est affiché dans le tweet d’Alex Berenson ici:

L’e-mail dit:

Je voudrais partager l’expérience de ma femme avec le vaccin XXX COVID.

Ma femme est une personne en bonne santé de 35 ans.

Elle travaille dans des maisons de retraite et a donc reçu les deux doses du vaccin, la deuxième étant il y a 2 semaines.

Au début, elle a eu les effets secondaires habituels pendant une journée et ils ont disparu.

Quelques jours plus tard, elle a commencé à ressentir des engourdissements et des picotements dans ses pieds et ses mains.

Elle a également éprouvé des engourdissements dans la bouche et la gorge.

Elle a été flippée de toute évidence et est allée aux urgences où ils ont évacué ses symptômes en tant que canal carpien parce que nous avons un 2 ans

[un an] et a expliqué que c’était juste en le prenant.

Elle a commencé à parler aux infirmières qu’elle connaît et elles ont dit avoir vu plusieurs cas comme le sien et ne pas avoir été signalées comme effets secondaires du vaccin.

Elle a essayé d’obtenir des rendez-vous avec un neurologue, mais elle a été contournée.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : BIT CHUTE

1 Trackback / Pingback

  1. Transparence des vaccins: comment l’Europe a cédé à l’industrie pharmaceutique | Raimanet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :